Sharp s'associe à un fabricant chinois pour la production d'écrans IGZO

François Tsunamida |

Plusieurs médias dont le quotidien économique Nikkei, ont annoncé hier que Sharp a conclu un accord avec Nanjing China Electronics Corporation (CEC) Panda, un fabricant chinois de produits électroniques et notamment de dalles LCD.

CEC Panda commencera la construction d’une nouvelle unité de production ultra-moderne au mois d’août. Elle produira des écrans IGZO à matrices de transistors répartis en couches minces (TFT) pour terminaux mobiles en licenciant les technologies développées par le japonais Sharp. Après avoir refusé de confirmer l’information en début de journée, le groupe japonais s’est finalement fendu d’un communiqué de presse corroborant la nouvelle.

On y apprend que Sharp a investi 8 % du coût de la construction de la nouvelle usine (278 milliards de yens, 2,17 milliards d'euros), et recevra plusieurs dizaines de milliards de yens pour la licence de ses brevets. L’usine entrera en production en juin 2015, avec une capacité mensuelle de 60 000 dalles de 2,3 m par 2,5 mètres, permettant de tailler 7, 2 millions d’écrans 10 pouces tous les mois. Sharp utilisera une partie de la production pour ses propres produits.

Ce nouveau site de production d’écrans IGZO devrait satisfaire beaucoup de monde. Les fabricants de smartphones et de tablettes à la recherche d’écrans haute définition de bonne qualité, comme Apple, apprécieront l’arrivée pour ce type de produit d’un nouveau fournisseur. D'autant plus si celui-ci peut les proposer à des prix moins élevés que les écrans IGZO de Sharp fabriqués au Japon, pays dont le coût de la vie et les prix n’ont pas grand-chose à voir avec ceux de la Chine.

L’autre compagnie à se réjouir de l’accord sera certainement Sharp, qui pourra ainsi améliorer sa situation financière toujours tendue. Jusqu’à présent, elle n’a pas licencié directement sa technologie IGZO de peur de former à bon compte les usines chinoises ou coréennes qui deviendraient ses concurrents dans quelques années. Mais l’épée de Damoclès que représente l’échéance de la dette très importante que le japonais doit rembourser à ses banques en septembre a sans doute obligé la direction a plus de pragmatisme. Le grand perdant risque d’être Samsung, qui malgré un investissement dans le capital de Sharp et des accords de collaboration, n’a pas pu empêcher que Sharp s’allie avec un de ses concurrents chinois.

Tags
avatar valentin. | 
C'est une excellente nouvelle pour les consommateurs mais pour Sharp et le Japon, qui privilégiaient la production nationale pour les produits à forte valeur ajoutée, ce n'est pas forcément la meilleure chose.
avatar YanDerS | 
Justement, il serait intéressant de savoir pourquoi Apple ne s'implique pas plus que ça dans les technologies IGZO de Sharp
avatar YanDerS | 
parce que ce doit être un moyen terme (techno performante mais seulement de transition, en attendant l'OLED) qui peut temporairement allier l'économie -donc du bonus pour l'autonomie tant souhaitée des smart-mobiles - et de bonnes performances visuelles, notamment dans des hautes resolutions (au delà des 450ppp). N'oublions pas que Apple a recherché il y a 3 mois un specialiste des écrans flexibles LCD mais aussi Amoled, justement. http://www.macplus.net/depeche-72174-apple-un-ingenieur-pour-les-ecrans-flexibles http://belgium-iphone.lesoir.be/2011/02/17/apple-cherche-un-ingenieur-oled/

CONNEXION UTILISATEUR