Un consortium pour l'Internet des objets

Stéphane Moussie |

Tendance qui se dessine depuis déjà plusieurs années mais qui n'a pas encore décollé auprès du grand public, l'Internet des objets, « l'extension d'Internet à des choses et à des lieux dans le monde physique » comme l'explique Wikipédia, a maintenant son consortium. Une dizaine d'entreprises ont profité du CES 2013 pour faire part de la création de l'Internet of Things Consortium.

L'organisation à but non lucratif vise à promouvoir ce mouvement et à faciliter la compatibilité entre le matériel, le logiciel et les fournisseurs de services. On trouve parmi les membres Logitech, fabricant de périphériques bien connu, Ouya, la console de jeux ouverte sous Android, et plusieurs start-ups spécialisées dans les maisons connectées (Ube, SmartThings, Poly-Control...).

Un programme nommé The Internet of Things Initiative, dont la finalité est la même, existe déjà mais est cantonné aux acteurs européens.

Plusieurs objets connectés ont déjà été présentés lors de cette édition du CES, dont une fourchette intelligente qui enregistre de nombreuses données (lire : Hapifork : une fourchette… connectée !). Le Nabaztag, un lapin connecté, a été un des premiers produits à populariser l'Internet des objets. Pascal Cagni, qui a été à la tête d'Apple Europe pendant douze ans, voit ce mouvement comme un marché porteur.


avatar lgda | 
On commence à toucher le fond en effet, au propre comme au figuré selon le gadget dont on parle.
avatar lgda | 
Ceci dit on nous a vendu l'IPV6 a grands renforts d'objets autonomes connectés comme avenir de l'homo-cenectus. Si c'est pour finir avec des fourchettes connectées qui comptent nos mastications l'humanité a en effet fait un grand pas en avant. Rendez-vous compte de l'avancée technologique sur plus de 40 ans en passant de Neil Armstong sur la Lune à la fourchette IPV6...
avatar fif | 
Fourchette citée au JT de M6

CONNEXION UTILISATEUR