Bill Gates : la victoire d'Android aura été ma plus grande erreur

Florian Innocente |

Avoir laissé Android occuper une place qui aurait pu revenir à Windows, c'est ce que Bill Gates qualifie comme sa plus grande erreur.

À l'occasion d'une conférence organisée par Village Global, un fonds d'investissement, Bill Gates évoquait ses premières années à la tête de Microsoft. A cette époque, il ne prenait ni week-ends, ni congés et ça lui convenait parfaitement. Un régime de vie tout entier consacré au travail qu'il avait tendance à imposer à ses collaborateurs. Puis le temps passant, arrivé dans sa trentaine, il s'est rangé à de meilleures dispositions et a commencé à accorder plus de temps aux loisirs.

Le monde du logiciel est toutefois un domaine où il est difficile de ne pas faire des sacrifices dit-il, surtout lorsqu'on se lance. Et d'enchaîner sur cette fameuse erreur magistrale. Dans l'univers des Microsoft, Google et Apple, dit-il, les conséquences d'une erreur de jugement peuvent prendre des proportions extraordinaires :

Dans le monde du logiciel, en particulier celui des plateformes, celui qui gagne rafle toute la mise sur le marché. La plus grande erreur de ma vie, quoi que j'ai fait de travers dans mes choix de gestion, a eu comme résultat que Microsoft n'est pas devenu ce qu'Android est aujourd'hui.

En d'autres termes, Android est devenue la plateforme de téléphonie standard, en dehors de celle d'Apple. Il aurait été naturel pour Microsoft de l'emporter. C'est vraiment la prime au vainqueur.

Si vous êtes là avec moitié moins d'apps ou 90% des apps qu'ont les autres, vous êtes condamné à disparaître. Il n'y a de place que pour un seul système d'exploitation, autre que celui d'Apple. Qu'est-ce que ça représente ? 400 milliards de dollars qui auraient été transférés de la société "G" à la société "M".

Bill Gates a quitté un rôle opérationnel chez Microsoft, en juillet 2008, un an après la sortie de l'iPhone. Depuis 2000 il occupait le poste de Chief Software Architect, tandis que Steve Ballmer dirigeait le groupe. On se souvient avec quelle nonchalance et dédain il avait commenté l'annonce de l'iPhone.

Mais plutôt qu'au co-fondateur de Microsoft, c'est à lui-même que Gates semble vouloir attribuer l'échec de l'entreprise dans les système mobiles, lui qui était censé humer l'air du temps et le transformer en logiciel et systèmes. Microsoft avait eu du nez en lançant Windows sur les mobiles bien avant Apple, mais il en était resté aux interfaces à stylet et clavier, quand Steve Jobs emmenait son monde vers les interfaces tactiles. En 2017, Windows Phone ayant coulé, Gates a reconnu qu'il avait switché vers Android.

Pour autant, Gates relève qu'en dépit de cet accident industriel, Microsoft reste un acteur de premier plan : « Je trouve stupéfiant qu'après avoir fait cette erreur historique, et puis il y a eu aussi le procès antitrust (1998, ndlr) et différentes autres choses, que nos actifs tels que Windows et Office soient toujours aussi forts ». Et Bill Gates de se montrer philosophe : « Si nous avions fait les choses correctement, nous serions LE plus grand groupe, au lieu d'être L'UN des plus grands groupes, mais bon. ».

avatar Puff32 | 

Pour ma part, je préfère qu’il y ai 3 groupes, trop de monopole n’est pas bon pour la concurrence

avatar DahuLArthropode | 

@Puff32

"trop de monopole n’est pas bon pour la concurrence"

Incontestable.

avatar Ali Baba | 

@DahuLArthropode

Mouahaha

avatar RonDex | 

@DahuLArthropode

C’est clair, il faudrait un troisième acteur fort.
Le plus difficile c’est de convaincre les développeurs de développer sur cette plate-forme. Sans cela, c’est forcément vouée à l’échec.
Les développeurs pourrait sans problème développer sur une troisième plate-forme. Ils le font bien, par exemple, avec les jeux : consoles, PC, +/- Mac, iOS, Android…

Android n’a pas de concurrent. il y a certes Apple. Mais son système d’exploitation est réservé aux appareils à la pomme. Contrairement à Android qui s’installe sur tous les appareils.

Exactement comme le dit Bill Gates. Il y a macOS sur les Mac, et Windows sur le PC.
Il aurait été « naturelle » que Microsoft soit À la place d’Android.

Et ce qui me dérange le plus avec Android, c’est que c’est Google ! C’est-à-dire qu’ils font leur profit avec les données de leurs utilisateurs.
Mais c’est également pour cela et leurs services : Google Maps, Google photo, Gmail, etc. sont aussi performant.

Bref, il faudrait vraiment un troisième acteur pour qu’il y ait plus de concurrence. Ça permettrait d’une part de ne pas forcer les utilisateurs à être chez Google (il n’y a pas de « Ier prix » chez Apple…), Et également à appeler Google de ne pas se reposer sur leurs lauriers, et à être plus innovants.

avatar Rifilou | 

@RonDex

Eh bien, peut-être que Huawei sera ce troisième acteur. Après, on peut se demander si c’est vraiment une bonne chose... 🤔

avatar AntRule | 

"Eh bien, peut-être que Huawei sera ce troisième acteur."

Huawei peut peut-être espérer imposer son OS en Chine, mais pour le reste du monde il faudrait que Huawei réussisse là où Microsoft (avec Windows Phone), Samsung (avec Bada & Tizen), Blackberry (avec Blackberry OS), Amazon (avec Amazon Fire OS), Nokia (avec Symbian), Mozilla (avec Firefox OS) et Palm (avec Palm OS) ont échoués...

Je leur souhaite bien du courage.

avatar Rifilou | 

@AntRule

Je n’ai pas dit que ce serait facile, mais ce monde est plein de surprises...

avatar debione | 

@antrule

A voir... Huawei a le gouvernement chinois avec lui, et actuellement la Chine rachète des pans entiers de certains pays... Il suffit d’y mettre dans la balance l’utilisation de Huawei et le marché s’etend A tous les pays d’asie, une partie de l’europe Et une grosse partie de l’Afrique, juste la majorité ( en nombre pas en €) écrasante de la population mondiale.

avatar Ze_misanthrope (non vérifié) | 

Pourtant dans l'autre fil de discussion sur les news a propos de Google qui arrête de faire les tablettes, il me semble que la plupart des commentaires était d'accord que c'était cool que l'iPad ai gagné, que c'est la meilleure et que tant mieux si les autres se plantent...

avatar Powerdom | 

Je pense plutôt que sa plus grande erreur c’est Balmer.

avatar Fennec72 | 

@Powerdom

+1
Ballmer a ri à la sortie de l’iPhone, il semble n’avoir rien compris à l’univers du mobile et, contrairement à Satya Nadela, il a combattu le monde du libre au lieu de comprendre qu’il valait mieux s’en faire un allié.

Est-ce que garder le nom de « Windows Phone » n’as pas été la lus grosse erreur marketing de Microsoft, surtout quand on connaît la vieille détestation de Microsft par un grand nombre de développeurs?

avatar PierreBondurant | 

@Fennec72

Est-ce que garder le nom de « Windows Phone » n’as pas été la lus grosse erreur marketing de Microsoft

C’est pas faux, d’autant que les 1ers Lumia que j’avais eu en main a l’époque était pas mal du tout.
L’interface était réellement originale, pas comme Android qui n’était qu’un copier/coller de l’iPhone de l’époque.

avatar Vostorn | 

@PierreBondurant

Pour avoir eu un Lumia (735) pendant quelques mois, l'interface était effectivement sympa mais il y avait des problèmes de fond avec des fonctionnalités basiques d'un téléphone.

Les sms, par exemple. Les accusés de réception/échec d'envoi étaient extrêmement mal gérés : quand on envoyait un sms, on recevait dans la minute un sms pour indiquer son statut : transmis, en cours ou échec.
Le problème, c'est que c'était assez envahissant et on avait tôt fait de mettre ce service en sourdine.

avatar PierreBondurant | 

@Vostorn

C’est un de mes potes qui en avait un (je suis iPhone depuis 2008)
Il m’avait dit aussi que beaucoup de gestes étaient pas cohérents d’une tuile à l’autre
Mais ça aurait pu être corrigé dans le temps s’ils avaient persisté... et que les clients aient été patients, ce qui est pas évidents non plus

avatar misterbrown | 

@Powerdom

Haha oui

avatar Biking Dutch Man | 

@Powerdom

Tellement vrai!

avatar koko256 | 

Il cherche une place dans GAFA ;)

Ceci dit, le "il ne peut en rester qu'un, avec Apple" me laisse perplexe 🤔. Pourquoi Apple est-il un cas à part ? Sa base de fan et sa base de haters ?

avatar raoolito | 

apple a ete le premier à exploser sur le marché et ne s'adresse qu'à lui (materiel et software) comme macOs ne fonctionne que sur les macs..
il manquait un "windows" du telephone, capable de contenter les fabricants, microsoft a raté le coche et c android qui a gagné.

avatar koko256 | 

@raoolito

Bon argument le hardware. Il y a d'ailleurs un peu cela avec ChromeOS où Google intervient bien plus que pour les smartphones Android.

avatar raoolito | 

@koko256

Absolument et même comparaison justifiée car ma ou Microsoft régnait en maitre, maintenant ce n'est plus totalement le cas.

avatar debione | 

Euh si, les domaines d’excellence de Microsoft d’il y a 20 ans ben ils sont toujours d’excellence... Les os d’ordi sont toujours en écrasante position dominante, office n’a jamais été autant utilisé, et que dire d’azure Et de Microsoft en entreprise...
Ce qu’ils n’ont pas su prendre c’est le virage de la mobilité smartphone, mais attention, je les vois bien revenir par la bande, avec l’amelioration du hard avec comme figure de proue la surface qui franchement me fait de plus en plus de l’oeil...

avatar Theluxurywatch | 

@koko256

On dit bien GAFAM maintenant. Et puis Microsoft est aujourd’hui première capitalisation boursière mondiale en étant toujours au dessus du 1000 milliards de capitalisation.

avatar Rifilou | 

@Theluxurywatch

Non, on parle des GAFA. Cet acronyme désigne les entreprises qui ont une réelle emprise sur nous, socialement parlant. Ce n’est pas le cas de Microsoft.

avatar harisson | 

@Rifilou

Avec presque 90% de parts de marché sur le desktop, Microsoft a une réelle emprise (absurde) sur la société. Mettre un M à GAFA ne me paraît pas incongru.

avatar Rifilou | 

@harisson

Socialement parlant, non... Apple est un facteur de mode, Facebook est un puissant réseau social, Google est le meilleur des moteurs de recherche (et a Android), Amazon est le plus grand magasin du monde, Microsoft n’est qu’un vendeur d’informatique. Il a une influence, oui, mais pas la même que les GAFA.

avatar harisson | 

@Rifilou

Quand il influence, en sa faveur, des politiques publiques (notamment dans l'éducation et l'administration) partout dans le monde, moi j'appelle ça de l'emprise avec un impact social (sans parler du business où on pourrait très bien avoir plus de concurrence sur l'OS et où on y passe les 3/4 de sa vie).

avatar Theluxurywatch | 

@Rifilou

Microsoft a une emprise énorme dans le monde professionnel comme aucune autre société. Et d’autant plus aujourd’hui avec l’IA.

avatar AntRule | 

@Rifilou

Quel splendide tas d'inepties, tu sais vraiment pas de quoi tu parles toi...

"Non, on parle des GAFA. Cet acronyme désigne les entreprises qui ont une réelle emprise sur nous, socialement parlant."

Non, on dit bien GAFAM. Cet acronyme désigne avant tout des entreprises qui sont des leaders technologiques dans leur domaine.

Google est un des plus gros acteurs de l'internet, un gros acteur du cloud, et un des leader de l'IA.
Facebook est le leader des réseaux sociaux et a ainsi pu devenir un leader de l'IA.
Amazon est le leader & pionnier du cloud computing (c'est de très loin leur activité la plus lucrative, loin devant le magasin en ligne).
Microsoft est un incontournable des ordinateurs de bureaux, mais aussi des base de données et un des plus gros acteurs du cloud. Je te rappelle par ailleurs que microsoft possède également LinkedIn, GitHub et Skype.

Microsoft à LARGEMENT sa place parmi les GAFAM. Et c'est accessoirement la première capitalisation boursière au monde.

avatar Rifilou | 

@AntRule

En effet, j’ai manifestement tort, mais je ne me bloque face à toute opportunité d’en apprendre plus. Pas besoin d’adopter ce ton là donc 😉😊

avatar AntRule | 

He bien c'est rare de voir les gens reconnaitre leurs erreurs 👍

Je m'excuse donc à mon tour pour mon ton pas forcément sympathique il est vrai 🙃

avatar Theluxurywatch | 

@Rifilou

Complètement faux. C’est le CA et la capacité d’innovation qui compte. Il suffit de regarder sur internet une définition du terme.

avatar Trumpenstein | 

@Rifilou

Non, on parle plutôt de GAFAM maintenant, même si le terme GAFA reste utilisé.
https://fr.m.wikipedia.org/wiki/GAFAM

avatar occam | 

@koko256

"Pourquoi Apple est-il un cas à part ?"

La traduction ne rend pas tout à fait compte de la radicalité de l’affirmation :
« There’s room for exactly one non-Apple operating system »

Exactly one non-Apple operating system.

On oublie trop souvent que Gates fut, hors Cupertino, parmi les premiers à entrevoir tour le potentiel de l’approche d’Apple sur les plans de l’intégration OS-machine et de l’interface utilisateur ancrée en profondeur.

En creux, cela dessine tant les potentialités que les problèmes inévitables liés au modèle Windows/Android. Il y a de la place soit pour un système ouvert, mais très imparfaitement adapté, soit pour un système fort optimisé, mais fermé. Je crois que Gates a compris cela très tôt.

A fortiori quand Jobs a répété le coup avec l’iPhone, cette fois à l’échelle planétaire.

L’ambition de Gates était, il l’a écrit, « Windows on every desktop ». Partie qui semblait gagnée. Du coup, il s’est retrouvé face à « iPhone in every pocket », du moins par la distribution parétienne de la rentabilité.

Il ne faut pas non plus oublier la fascination qu’il avait initialement pour le Mac et son système. Je me souviens de sa présentation d’Excel (à l’époque, Mac-only, on l’oublie parfois). Gates affichait une fierté comme rarement dans ses apparitions publiques ultérieures de ses années Microsoft, même au sommet de ses succès financiers. Je peux me tromper, mais ça me rappelait la fierté d’un dev qui avait réussi un joli hack.

avatar reborn | 

Normal, la vente liée a beaucoup aidé à soutenir les ventes 🙃

avatar reborn | 

Microsoft avait eu du nez en lançant Windows sur les mobiles bien avant Apple, mais il en était resté aux interfaces à stylet et clavier, quand Steve Jobs emmenait son monde vers les interfaces tactiles

Microsoft précurseur, mais il y a souvent un détail qui vient gâcher l’ambition.

avatar Gagolak | 

@reborn

Ouais. Ils font des trucs chouettes qui passent ensuite à la trappe. Dommage

avatar Scooby-Doo | 

Courrier par exemple...

avatar anonx | 

A démanteler toutes ces merdes 😌

avatar Rom 1 | 

Même si je suis équipé d’un iPhone depuis le début, du moins quand il a enfin été disponible ailleurs que chez Orange, je trouvais la philosophie de Windows Phone intéressante. Elle différait d’iOS et Android avec ces tuiles qui se mettaient à jour toutes seules.

J’ai équipé pas mal de proches qui souhaitaient un smartphone simple à utiliser et qui trouvaient l’iPhone trop cher avec des Windows Phone.

Les mises à jour incompatibles avec les précédentes ont tué le SE qui pourtant commençait à se faire une petite place en Europe, autour de 10 %. Et puis sans applications, du moins les essentiels, difficile de conquérir le public. Surtout sans celles de Google qui craignait l’émergence d’un nouveau concurrent de taille.
Mais Microsoft s’est aussi tiré une balle dans le pied en changeant quinze milles fois son fusil d’épaules, il est logique que les développeurs n’aient pas suivi.

Dommage pour la concurrence en revanche.

avatar rolmeyer | 

@Rom 1

Exactement, moi j’en ai eu deux des windows phones le 735 et le 950 et les services de Google étaient inutilisables. Problème quand on vient sur le marché en dernier, tout le monde avait déjà un compte Google.
Même en passant par le web via Edge mobile, impossible d’utiliser Gmail ou Gdrive enfin quoique ce soit de Google.
Handicap bien plus gros que la pseudo absence d’apps.
Ils ont appris la leçon en basant leur navigateur sur Chromium.

De plus, des errements logiciels, en passant de Windows phone 7 à Windows Phone 8 beaucoup de fonctionnalités entreprises ont été abandonnées, et ont trop tardées à revenir.
De plus pour pouvoir se servir du téléphone, juste téléphoner, fallait créer un compte.. 😤👎🏻
Mes Nexus m’ont trèèèès fortement incité à la faire mais c’est pas obligatoire.
Il a la mémoire courte le père Gates.
Et il nous ressort sont couplet antitrust...

Le windows phone le plus vendu fût le Nokia 520, un téléphone qui s’adresse à un public qui s’en fout de la plateforme.

J’ai trouvé le software et le hardware très capables, mais le management de MS pas du tout.

avatar Scooby-Doo | 

" Mais Microsoft s’est aussi tiré une balle dans le pied en changeant quinze milles fois son fusil d’épaules, il est logique que les développeurs n’aient pas suivi. "

+1

Entièrement d'accord mais ils survivront, c'est bien là le problème !

Une bonne correction salutaire aurait réveillé le mastodonte !

avatar Trillot | 

Bill Gates n'a jamais été visionnaire. C'est pourquoi sa dernière position chez Microsoft l'a plombée.

avatar YSO | 

@Trillot

Exact.
Copier, geler le marché (en annonçant que ton prochain produit fera aussi bien et mieux intégré - cf les années 90) et finalement racheter la boite qui est mal.

Et jaloux à souhait : cf lorsque Jobs parlait de l’iPod et lui demandait s’il en utilisait (lui ou sa famille).

avatar Perceval | 

Bill Gates n’a pas eu la vision de l’émergence de l’ordinateur personnel dans les années 80, il n’a pas eu non plus la vision de celle du mobile tactile des années 2000.

Il aurait du faire un deuxième stage chez Apple mais je pense que Steve n’aurait pas fait l’erreur une deuxième fois. 🤣

avatar occam | 

@Perceval

"Bill Gates n’a pas eu la vision de l’émergence de l’ordinateur personnel dans les années 80"

Je n’apprécie que très modérément l’action de Bill Gates sur le plan industriel (à la différence de son évolution sur le plan personnel), mais votre affirmation — en connaissance de nombreuses prises de position publiques qui indiquent le contraire — m’étonne.
Auriez-vous l’obligeance de l’étayer ?

avatar stemou75 | 

@Perceval

Je sais que dans tous les films à la noix qui sont censés raconter l’histoire d’Apple, ils mettent en scène un duel entre le traitre Bill Gates et Steve Jobs.
Sauf que c’est historiquement faux. Il suffit de lire les biographies.
Surtout Windows a été lancé alors que Steve Jobs était en train de créer NEXT et n’était plus chez Apple. C’était le vendeur de Pepsi qui était PDG d’Apple.
Et enfin quand Steve Jobs est revenu, il a appelé Bill Gates pour mettre de l’argent dans Apple qui manquait de cash. C’est la fameuse affreuse conférence où l’on voit la tête de Bill Gates en énorme sur l’écran en webcam en direct derrière un tout petit Steve Jobs sur la scène. 😂

avatar YSO | 

@stemou75

Il te manque des épisodes :
- Windows( interface graphique sur le DOS) est sorti en 85, Jobs venant de se faire virer (ou ça n’allait pas tarder).
- Jobs est revenu en 97 car Apple se perdait dans Copland (OS9) et en rachetant NExT de Job (après avoir lorgné sur BE OS de Gassé), Jobs a demandé de l’aide à Gates (financières et de continuer de développer pour Mac - notamment Office) en échange de « passer l’éponge » sur les différents procès entre les 2 parties.
L’intérêt ? Apple peut continuer à exister. Et Windows ne tombe pas pour abus de position dominante (et donc démantèlement partie OS et partie logiciel).

avatar stemou75 | 

@YSO

Désolé mais :

1/ Steve Jobs a quitté volontairement Apple en Septembre 1985, refusant d’être placardisé.
2/ Windows 1.0 a été présenté fin Novembre 1985. Et en plus le premier Windows c’était loin loin du Mac, c’était pas une interface graphique. .
3/ Les procès ont eu lieu à partir de 1988 à cause de Windows 2 et Apple a définitivement perdu en 1994 lors du rejet du recours à la Cour Suprême.
4/ Steve Jobs est revenu chez Apple dès le rachat de Next en 1996 mais seulement comme conseiller au départ.
5/ Voir Bill Gates arriver chez Apple je ne pense pas que ça prouve qu’il y a moins de position dominante de Microsoft. Au contraire.
6/ Steve Jobs n’a soutenu Microsoft sur rien ou n’a eu à passer l’éponge sur rien car il n’y avait plus aucun procès depuis plus de 3 ans.

Le reste ce sont des épisodes inventés au cinéma. Tous les biopics étaient catastrophiques. Le pire étant le film « Steve Jobs ». Du coup tout le monde s’est mis dans la tête des trucs qui ne correspondent pas aux événements.

avatar YSO | 

@stemou75

Je ne parle pas des biopics que je n’ai d’ailleurs pas vu, je parle d’une époque que j’ai vécu puisque utilisateur du Mac depuis 94.
Sculley l’a poussé dehors. Son despotisme de l’époque l’avait bien aidé.

Il n’est pas resté conseillé longtemps. C’était fortement prévisible. Amelio l’a fait revenir et Jobs (sans doute avec son pote patron d’Oracle) a pris le pouvoir (cf la phrase d’unité de mesure de Jobs à la bêtise était l’Amelio - lu dans la presse écrite de l’époque - c’est dire s’il avait changé).

Gates a aidé financièrement Apple mais n’est pas rentré dans le Codir (faut pas pousser ☺️). Et je maintiens que les 2 parties y trouvaient leur intérêt comme évoqué.

avatar pocketalex | 

@ stemou75

"Steve Jobs a quitté volontairement Apple en Septembre 1985, refusant d’être placardisé"

Il a été viré, par décision du conseil d'administration. C'est dans la bio officielle, et c'est une histoire très connue

Le reste je suis plutot d'accord

Pages

CONNEXION UTILISATEUR