Podcast Addict : quand Google se la joue Apple en matière de validation d’app

Christophe Laporte |

En fin de semaine, la communauté Android était en émoi, suite au retrait brutal de Podcast Addict. Comme son nom l’indique, il s’agit d’un lecteur de podcast assez populaire. L’application a été téléchargée plus de 4 millions de fois et affiche une note moyenne de 4,6 sur 5.

Habituellement, c’est l’équipe de validation d’Apple qui est montrée de temps à autre du doigt soit par excès de zèle soit par négligence.

Toutefois, la « surprise » a été d’autant plus violente, que contrairement à l’App Store, la validation se fait a posteriori.

Son auteur, Xavier Guillemane, a sans doute dû passer par tous les états ces derniers jours. Peu après le retrait de son app, il a été informé de la cause : une « violation du règlement sur les contenus sexuellement explicites ». Un message assez étonnant pour un lecteur de podcasts. En tout cas, il n’a pas eu plus d’explications de la part de Google que cette mention, contraire aux règles du Play Store !

Après enquête, l’auteur qui vit de cette application est arrivé à la conclusion suivante : « Si Google a décidé de supprimer Podcast Addict, c’est sans doute parce qu’il propose un annuaire de podcasts, triés par ordre de popularité. Certainement qu’au moment d’un contrôle de l’application par les équipes de Google, l’un des podcasts affichés présentait une image d’être humain nu ». À ce compte-là, aucun navigateur web n’aurait sa place sur l’App Store ou le Play Store.

Comme le note Numerama, Google met un peu tout dans le même panier dans ses règles : « tout contenu pornographique ou sexuellement explicite, ainsi que la plupart des références à la nudité sont interdits sur Google Play. En règle générale, le contenu à caractère sexuel n’est pas autorisé. Cela inclut les images, les titres, les descriptions et autres contenus sexuellement explicites ou érotiques. De même, tout contenu faisant la promotion de l’inceste ou de la bestialité est interdit ».

Quoi qu’il en soit, l’histoire se finit bien pour l’auteur de Podcast Addict. L’histoire a fait grand bruit et Xavier Guillemane a finalement pu soumettre une mise à jour qui règle partiellement le problème, à savoir un dessin de nu comme illustration d’un podcast. Tout ça pour ça !

Apple / Google : même combat !

Les deux sociétés américaines sont très (trop) à cheval sur ces questions. On se souvient qu’Apple avait temporairement fait retirer l’application France Musique, suite à une série de podcasts consacrés à l’érotisme. L’équipe de validation d’Apple avait notamment été choquée par la vue d’Olympia, le tableau d’Édouard Manet. France Musique avait dû être resoumise dans la catégorie 17+.

avatar Liena | 

Ah le puritanisme amerloque ! Pfff

avatar joneskind | 

Toujours étonné de voir que la vente d'armes est mieux acceptée que la nudité au pays de la bannière étoilée.

avatar Ajioss | 

@joneskind :
Ce qui est marrant c'est que tu pourrais lire le commentaire exactement l'inverse venant d'une certaine Amérique ^^.

avatar bugman | 

Mais qu'est ce qu'ils ont tous avec (ou plutôt contre) le cul !?!

avatar ipfix8 | 

Les Gafa tente d'influer sur ce net sans limite d'âge et c'est BIEN
De mon temps je ne pouvais pas acheter d'articles érotiques avant 18 ans, ni entrer dans un cinéma porno
Aujourd'hui le premier contact des enfants avec la sexualité virtuelle et non réelle est descendue à moins de 10 ans, Ce n'est pas un progrès
Alors je dis merci à Facebook, Google et Apple de faire un filtrage pour protéger les enfants contre la bêtise humaine du "tout est permis" et je déplore encore l'absence de législation et de contraintes techniques imposées légalement. Protégeons nos enfants, ils sont notre avenir et eux n'ont pas de libre arbitre contrairement aux adultes

avatar bibi81 | 

Et sinon les parents, ils servent à quoi ?

avatar ipfix8 | 

ils sont au travail ...

avatar harisson | 

@bibi81 :

"Et sinon les parents, ils servent à quoi ?"

Ils ne servent plus à rien /o\ , les jeunes sont biberonnés et éduqués par la Matrice.

avatar RyDroid | 

À cause de gouvernements, les outils de contournement de la censure et d'anonymisation sont de plus en plus nécessaires, donc ils sont développés. Ces logiciels n'ont pas été fait en passant avant tout à la censure du porno, mais ils marchent bien peut importe le contenu, ce qui inclut le porno. Le gamin qui veut contourner la censure trouvera vite un outil pour contourner la censure facilement, comme le Tor Browser, et l'utilisera.
Le problème ne peut pas être résolu techniquement, mais il peut l'être par l'éducation, tout en conservant un niveau d'ouverture sur le sexe plus grand que "tu verras quand tu seras adulte".

avatar ipfix8 | 

faut il que le gamin s'interresse a l'informatique mais bon... donc si on t'écoute on fait rien en somme ...

avatar bugman | 

@ipfix8 : Je ne suis certainement pas pour initier les gosses de 10 ans au porno. Il existe des filtres contre cela : les parents. Alors, ok, ce n'est pas complètement sécurisé, et un gosse trouvera certainement le moyen de tomber sur ce genre de contenu en cachette... comme à l'époque et il a déjà les outils à disposition avec sa tablette, Safari !

Faut il faire une croix sur l'éducation sexuelle pour autant ? Le jour où le jeune homme aura quelques années de plus et aura l'envie de jouer avec la fille du voisin, tu ne serais pas rassuré qu'ils connaissent un peu le sujet tout les deux (protections, risques...) ?

Des gens font une fixette sur une trotote, là où le contenu est tout sauf pornographique (un tableau de Maitre ou un lecteur de podcasts, quoi !). C'est grave ! Pourquoi ne pas interdire les encyclopédies médicales aussi !?!

avatar ipfix8 | 

les gafa agissent comme cela à cause de l'inaction politique. oui il faut gérer cela, le problème c'est quand les décideurs ignorent le problème (volontairement ou non)

avatar Orpioo | 

Quand on confond nudité, érotisme et pornographie, c'est qu'il est temps de se faire soigner.

avatar JLG01 | 

@ipfix8 :
Le fond du problème est que la décision est laissée à des robots.
Pour preuve, lorsqu'il y a rejet, il suffit de contester pour qu'un humain révise la décision.
Il serait temps de rendre le pouvoir aux humain dès le premier degré de sanction, le robot trie, l'humain décidé.

avatar AlexDedalus | 

@ipfiw8 Vous mélangez tout et n'importe quoi...

Qu'Apple et consort interdisent l'accès à la pornographie sur leur store, c'est un choix & je ne trouve rien à y redire...il n'y en a pas non plus à la FNAC et puis ça n'empêche en rien à quiconque de consommer de la pornographie sur un device Apple en dehors de l'AppStore s'il en a envie.

Mais le puritanisme des Américains atteints des sommets de ridicule...s'en prendre à des œuvres comme l'Origine du Monde de Gustave Courbet ou la Vénus de Milo car on y voit des "parties" féminines ce n'est pas "protéger les enfants" c'est de la connerie pure et simple.

Et globalement plus la question du sexe et du corps féminin est tabou, plus cela créé des sociétés violentes et frustrées.

Je me demande vraiment comme les personnes sensées aux US arrivent à dormir en vivant dans un pays où voir des seins nus serait apparement plus néfaste pour la société que pouvoir acheter un Glock et un stock de munitions au Wall-mart du coin...

avatar RyDroid | 

> ça n'empêche en rien à quiconque de consommer de la pornographie sur un device Apple en dehors de l'AppStore s'il en a envie
Ah bon ? Si je veux une application native pour avoir accès à du contenu porno sur iOS, je fais comment ? Il y a le navigateur web, mais ce n'est pas une application. Pour ce qui est du jailbreak, il ne devrait pas être nécessaire.
Que Google interdise le porno dans le Google Play Store n'est pas un problème, parce qu'il est facile d'installer une application ne venant pas de Google sous Android.

avatar AlexDedalus | 

C'est facile de prendre l'interdiction du porno sur l'App Store comme de la censure...mais encore une fois rien n'oblige Apple à permettre ce type de services sur SA plateforme.

Amazon ne vend pas de porno non plus et personne ne s'en offusque ; alors certes vous ne pouvez pas avoir d'app native pour du porno...mais ça n'empêche en rien d'avoir accès à du contenu pornographique sur un iPhone/iPad (ce qui là serait beaucoup plus problématique).

Et excusez de vous dire mais je ne crois pas que la clientèle de produits pornographiques soient énormément chagrinée de ne pas avoir accès à une app native (codée en swift soyons fous) plutôt qu'à une web app...pour l'utilité qu'ils en ont le résultat est le même je crois :p

avatar bibi81 | 

A part les jeux, beaucoup des applications pourraient très bien être des webapps (à commencer par l'app de Macg). Elles auraient le bon goût d'être universelle et permettraient à leur(s) auteur(s) de couvrir toutes les plate-formes en une seule "web-application".

avatar harisson | 

@bibi81 :

Les webapps sont bridées, le problème vient des GA(F)AM. De plus Macg est aussi un site web, donc on n'a rien à leur reprocher.

avatar JLG01 | 

@AlexDedalus :
Amazon ne vend pas de porno non plus et personne ne s'en offusque?
Mais si, il suffit de demander.
Par exemple :
http://www.amazon.fr/s/ref=nb_sb_ss_c_0_4?__mk_fr_FR=ÅMÅŽÕÑ&url=search-alias%3Daps&field-keywords=sextoý+femme+pas+cher&sprefix=Sext%2Caps%2C395&rh=i%3Aaps%2Ck%3Asextoý+femme+pas+cher

avatar ipfix8 | 

"s'en prendre à des œuvres comme l'Origine du Monde de Gustave Courbet ou la Vénus de Milo car on y voit des "parties" féminines ce n'est pas "protéger les enfants" c'est de la connerie pure et simple."

C'est ton avis pas le mien, je suis à peut prêt certain que tu ignores pourquoi l'origine du monde est classée dans les oeuvres d'art. Fin du débat....

avatar harisson | 

@ipfix8 :

C'est tellement extrême comme vision du monde qu'on va finir par créer des générations de personnes qui vont finir par considérer que leur propre corps est une abjection.

J'espère que ces app stores (et ces réseaux sociaux) se professionnaliseront un peu mieux sur ce plan-là...

avatar Jamseth | 

WTF sérieux, prends une tisane ça ira mieux.

avatar warmac33 | 

@ AlexDedalus
comme je suis d'accord avec toi !

avatar Arkos | 

Contre le ... mais pour la peine de mort ??

avatar warmac33 | 

@ Arkos
moi je milite pour les 2

avatar 8enoit | 

Effectivement l'histoire rapportée frise le grotesque et les américains nous surprennent avec leur puritanisme excessif côtoyant un amour immodéré et o combien destructeur des armes.

Du reste il ne faudrait pas jeter le bébé avec l'eau du bain, en faisant comme si une sexualité débridée ne faisait aucun mal à nos enfants et nos adolescents. Ce sont des souffrances invisibles mais bien réelles.

Je ne trouve pas les règles de l'appstore idiotes concernant la sexualité. Cela protège les enfants d'images qui ne sont pas de leur âge et préserve une pudeur respectueuse de toute personne humaine, sans préjugé. C'est donc un devoir pour Apple. Il faut être de bon compte: les situations absurdes telles que celle contée ici sont des exceptions. Alors que les effets positifs des restrictions sont évidemment tus par les médias, n'ayant aucun intérêt médiatique.

Et ce n'est pas parce que certains parmi nous ont une vision plus libérale de l'éducation sexuelle que cette vision soit s'imposer aux enfants de tous. Autrement dit des règles de l'appstore plus restrictives ne lèsent et ne violent la liberté de personne.

avatar tbr | 

Faut pas se promener avec ses enfants dans les parcs : on y trouve plein de statues avec la *** (censure des "parents" du web > les GAFA) à l'air. Je ne vous parle même pas des *** et des ***, c'est une catastrophe pour les yeux candides.
(message à caractère ironico-sarcastique destiné aux ***)

On vit dans un monde formidable où les parents abdiquent et remplacent leur autorité par celles de multinationales et de logiciels de contrôle... parental.

Et, dans un pays (au hasard... les USA, plus gros producteur de pr0n au monde !) où le puritanisme stupide est de rigueur, la véritable pornographie ne se situe à mon avis pas (ou plus) entre les jambes des femmes (et des hommes) mais dans la manière de promouvoir leur puissance... grâce à des armes.
Pour l'anecdote d'ailleurs, une des magazines phare — il me semble que c'est Playboy — a décidé de ne plus mettre de femmes en fourrure (à poil) parce qu'il ont remarqué que la suggestion, l'envie de découvrir, l'érotisme donc et non la pornographie, était bien plus vendeuse. Et ça marche.

Bon, et question de revenir au sujet : ce serait dommage que cette appli disparaisse car c'est de loin la meilleure (quoique parfois un peu usine à gaz) chez Android. Je l'utilise tous les jours et elle remplit bien sa tâche.

CONNEXION UTILISATEUR