L'App Store moins fourni, le Play Store toujours plus garni

Mickaël Bazoge |

Quantité n'est pas nécessairement synonyme de qualité. Le catalogue d'applications de l'App Store s'est réduit de 5%, passant de 2,2 millions fin 2016 à 2,1 millions fin 2017, a relevé Appfigures. Dans le même temps, le Play Store de Google a continué de croître à un rythme effréné : la boutique Android de Google dénombre 3,6 millions d'apps, ce qui représente une croissance de 30% sur l'année. Au vu de cette cadence infernale, le nombre d'apps du Play Store doublera celui de l'App Store d'ici quelques mois…

Cette différence de taille, dans tous les sens du terme, s'explique par plusieurs facteurs : d'une part, iOS 11 ne prend plus en charge que les applications 64 bits (sur Android, le 64 bits ne sera obligatoire qu'à partir de mi-2019). D'autre part, Apple a aussi procédé ces derniers mois à un nettoyage par le vide de sa boutique : les clones, les apps « fantômes », celles qui ne fonctionnent plus ou mal ont trouvé le chemin de la sortie.

Apple aurait pu aller encore plus loin si le constructeur avait été au bout de sa démarche de ne plus autoriser les apps basées sur des générateurs. La Pomme a quelque peu reculé dans ce domaine. L'exigence de qualité d'Apple et les standards du système de validation de l'App Store pourraient aussi expliquer pourquoi les développeurs ont livré moitié moins d'applications sur iOS (755 000, -29% par rapport à 2016) que sur Android (1,5 million, +17%). C'est la première fois que la boutique d'Apple enregistre une baisse des soumissions d'apps depuis son ouverture en 2008.

Ces chiffres en retrait ne signifient pas pour autant une baisse de l'attractivité de la plateforme d'Apple. Bien au contraire : les apps iOS qui s'adaptent à Android sont deux fois plus nombreuses que celles qui font le chemin inverse. Cela signifie que les développeurs lancent d'abord leurs applications sur iOS avant de s'intéresser à Android. Les utilisateurs d'appareils Apple sont donc privilégiés : ils bénéficient d'apps exclusives pendant un certain temps.

Dans le même ordre d'idée, les applications multi-plateformes (iOS et Android) sont au nombre de 450 000 « seulement », pourrait-on dire.

Autre enseignement, ce rapport nous apprend que les développeurs français sont responsables de 2,1% des applications disponibles sur les deux boutiques. Les États-Unis sont largement en tête avec 33,5%, suivis par la Chine avec 15,9% et l'Inde (5,1%).

Les développeurs français conçoivent majoritairement des jeux et des apps « lifestyle » sur iOS comme sur Android. Leurs homologues américains font des jeux également, mais aussi des apps business.

avatar NEWIPHONE76 | 

Petite question sur la fameuse app de jeu de 🏀 NBA jam. Sa dernière MAJ date d’il y a un an, comment se fait -il qu’elle n’ait pas été mise à jour ? Est-elle déjà en 64 bits ce qui m’étonnerait ? Merci pour vos réponses.

avatar r e m y | 

@NEWIPHONE76

Si l'app est toujours sur le store alors c'est qu'elle est 64bits, sinon elle aurait été supprimée lors du ménage des apps 32bits.

Par contre si elle tarde trop à être mise à jour, elle finira par être supprimée par Apple qui n'aime pas ces apps "délaissées par leurs développeurs.

avatar NEWIPHONE76 | 

@r e m y

Ok merci 😊

avatar Runmac974 | 

hello, c'est quoi les "apps basées sur des générateurs" ?

avatar iPop | 

@Runmac974

Des sites proposant des services de fabrication d’app à partir de modèles. Ce qui est utile pour les petites structures, APPLE a failli faire une connerie.

avatar bes | 

« Au vu de cette cadence infernale, le nombre d'apps du Play Store doublera celui de l'App Store d'ici quelques mois… »

Euh, j’ai du louper un épisode Apple store 2,1 millions d’applications et Google Play 3,6 millions.....
ils se sont fait doublé ! Ou j’y comprends rien... vais le coucher

avatar quentinf33 | 

@bes

Doubler = deux fois plus

avatar bes | 

@quentinf33

Oui je vais me coucher.... c’est mieux !hihi

avatar iPop | 

Franchement avec le pléthore d’applications en 3D pourri, signé "high qluality graphic " ou tu as la même app avec un helico, une voiture, etc.. il y a de quoi faire encore du ménage.

avatar huexley | 

Et on ne compte que le Google Play Store. Sur Androïd il existe des dizaines de market place comme celui de Tencent qui contient des centaines de milliers d'app, 360, MIUI store etc

avatar warmac33 | 

+1
la comparaison entre l'AS et le GP est intéressante et l'article est bien fait à ce sujet, mais extrapoler à une comparaison iOs et android est totalement idiot, puisque les paradigmes sont totalement différents et que le GP n'est qu'un moyen d'avoir des apps : blackmart, aptoide, samsung... et surtout on ne passe même pas forcément sur les stores (j'ai personnellement un bon nombre d'applis téléchargées directement)

Bref comparaison stricte entre AS et GP oui, mais extrapoler à iOs-android c'est encore comparer des choux et des carottes...

avatar kiddsoso | 

Quand on voit les fausses apps, jeu et compagnie, on voit que y’en a qui privilégie la quantité à la qualité

avatar huexley | 

J'ai listé des dizaine d'applis coussin peteur sur l'AppStore, on est rassuré pour la proportion "qualitative" des appls

avatar stemou75 | 

Le chiffre inquiétant pour Apple c’est la baisse du nombre de soumission de nouvelles applications : quoi qu’on en dise, avec la baisse du volume de vente d’iPhone, les indicateurs sont quand même tous mauvais en ce moment.

avatar debione | 

Oui, ou alors plus simplement on arrive à une maturité du marché. Essayer de vendre une énième appli qui fait ce que 1000 appli font déjà, c'est très risqué financièrement . Quand elles n'étaient que 10 la visibilité était plus grande, donc cela valait la peine d'essayer.

avatar byte_order | 

> les apps iOS qui s'adaptent à Android sont deux fois plus nombreuses
> que celles qui font le chemin inverse.
> Cela signifie que les développeurs lancent d'abord leurs applications sur iOS
> avant de s'intéresser à Android.

Oui. La question est pourquoi ils sont 2 fois plus dans ce sens que dans l'autre à décider de sortir *aussi* une version pour Android.

Je pense que le graphique montrant la part proportionnelle des apps bi-plateformes dans chaque écosystème logicielle montre bien, globalement (évidement, pour certaines niches d'apps c'est pas forcément valable) le poids de la PDM de l'un influence plus un sens que l'autre.

On n'a pas la part d'apps multiplateformes qui sont payantes vs celles gratuites.
Y'a beaucoup d'apps de services sur Internet qui sortent sur les 2 plateformes, parce que l'argent ne se fait pas sur l'app cliente, mais sur le service. Du coup, la plateforme cliente n'est pas en soit générateur de revenu, c'est son audience auprès du public visé qui compte plus.

avatar jerry75 | 

@byte_order

Peut-être aussi parce que si ça passe chez Apple ( plus strict ), ça passera forcément sur Android.
Donc autant attaquer directement le plus difficile pour ensuite être tranquille ...
enfin je présume !

Je ne suis pas développeur

CONNEXION UTILISATEUR