Apple : « Nous ne ferons pas d'exception pour Epic »

Stéphane Moussie |

Apple ne pliera pas et est prête à mettre sa menace à exécution. Après avoir retiré Fortnite de l'App Store, Apple fermera le compte développeur d'Epic le 28 août si le studio ne se remet pas dans le droit chemin, confirme la Pomme dans un communiqué. Cette mesure radicale empêcherait Epic de continuer le développement de ses jeux sur les plateformes Apple et ferait en plus un gros dommage collatéral : le moteur Unreal Engine, utilisé par de nombreux studios tiers, ne pourrait plus être mis à jour.

Image tirée de la vidéo parodique d'Epic contre Apple

« Nous voulons vraiment conserver l'entreprise dans notre programme développeur ainsi que leurs apps sur le Store, assure Apple. Le problème qu'ont eux-mêmes créé Epic peut être facilement corrigé s'ils soumettent une mise à jour de leur app qui suit les règles qu'ils ont acceptées et qui s'appliquent à tous les développeurs [sauf à certains privilégiés, ndr]. »

La position d'Apple est on ne peut plus claire : « Nous ne ferons pas d'exception pour Epic parce que nous ne pensons pas qu'il est juste de faire passer leurs intérêts commerciaux avant nos règles qui protègent nos clients. » Cette déclaration a du piquant, Epic reprochant justement à Apple de faire passer ses propres intérêts commerciaux au détriment de ses utilisateurs.

D'après The Information, Epic a contacté au cours de ces dernières semaines plusieurs dirigeants de l'industrie afin de monter une coalition contre les pratiques commerciales d'Apple. Spotify, qui a déjà attaqué Apple en justice pour pratiques anticoncurrentielles, n'a pas souhaité former une alliance officielle, mais a tout de même fait part de son soutien à Epic, comme d'autres entreprises. Des interrogations sur le rôle exact prévu pour cette coalition ont poussé un studio de jeu vidéo à décliner la proposition d'Epic également.

Le communiqué d'Apple en intégralité :

L'App Store a été conçu pour être un endroit sûr et fiable pour les utilisateurs ainsi qu'une excellente opportunité commerciale pour tous les développeurs. Epic a été l'un des développeurs les plus populaires sur l'App Store, en bâtissant un business de plusieurs milliards de dollars touchant des millions de clients iOS à travers le monde. Nous voulons vraiment conserver l'entreprise dans notre programme développeur ainsi que leurs apps sur le Store. Le problème qu'ont eux-mêmes créé Epic peut être facilement corrigé s'ils soumettent une mise à jour de leur app qui suit les règles qu'ils ont acceptées et qui s'appliquent à tous les développeurs. Nous ne ferons pas d'exception pour Epic parce que nous ne pensons pas qu'il est juste de faire passer leurs intérêts commerciaux avant nos règles qui protègent nos clients.


avatar mapiolca | 

Ça risque de finir en Epic Fail cette histoire 😂

Édit : plus sérieusement je pense que les gens d’Epic n’ont pas compris que l’App Store n’est pas une galerie Marchande ou une place de marché, c’est une boutique comme une autre. Et quand on va dans une boutique, on paye au patron de cette boutique, et pas à la marque du t-shirt qu’on a acheté.
Après, je comprend la frustration des développeurs, mais marger un peu plus, ça ne leur épargnera pas tous les ennuis qui peuvent aller avec : piratage des bases de données, etc. Quand tu stockes les données bancaires d’utilisateur. Ton budget recherche de failles et sécurité augmente forcément en consequence.

avatar Hugualliaz | 

@mapiolca

Exactement, ça avait duré 6 mois avec Spotify sans MàJ mais ces derniers sont finalement revenus dans le rang dans la plus grande discrétion alors même qu’ils avaient juré de ne plus mettre l’app à jour jusqu’à que Apple plie

avatar Bounty23 | 

@mapiolca

Il ne faut pas exagérer, Epic aussi dispose de sa plateforme et ne prends pas 30% depuis une décennie non plus.

Si les taxes étaient plus basses on en serait pas là, surtout sur un système qui n’autorise pas d’installation en dehors de l’app store.

Tout le monde c’est moqué d’Epic quand ils ont voulu bousculer Steam, grand leader incontesté et pourtant ils ont bien fait bouger les choses à l’époque.

avatar fousfous | 

@Bounty23

C'est pas les 30% qui pose problème à Epic, eux ils voudraient à minima des tarifs dégressifs (histoire d'écraser plus facilement les petits) et avoir leur store avec des exclusivités pour tuer la concurrence.
C'est comme ça qu'ils bousculent steam, et c'est pas ce que j'appelle une concurrence saine qui profite au consommateur. Si encore ce genre d'exclusivité visant à exclure les concurrents étaient interdits.

avatar oomu | 

@fousfous

"C'est comme ça qu'ils bousculent steam, et c'est pas ce que j'appelle une concurrence saine qui profite au consommateur. Si encore ce genre d'exclusivité visant à exclure les concurrents étaient interdits."

en quoi cela ne profite pas au consommateur pour l'heure ?

Oui, EPIC s'achète sa place sur le marché, ça peut être choquant sur un plan éthique (où est le mérite ? ben dans l'immense succès de Fortnite et le travail sur Unreal pourrait on dire)

Mais cela profite aux consommateurs : jeux gratuits, offres promotionnelles, etc.

Qu'importe le moraliste Oomu et ses lunettes de ronchon, j'ai vu que des joueurs ravis d'obtenir plus de jeux cools.

ça profite au consommateur.

Nous verrons à terme si ça tue Gog, Steam, Windows Store (hahaha) et tout ce qui est bon Dans l'Univers.

avatar razerblade | 

@fousfous

Moi je suis consommateur. Je vois Epic offrir des jeux sympas. Je vois de bonnes promos. Je vois des jeux en exclus pas plus cher que s’il était ailleurs. J’ai du mal à voir le problème pour le consommateur pour moi. Surtout que Epic n’empêche jamais personne d’aller voir ce qu’il se passe sur Steam ou n’importe quel autre store. Ils s’imposent commercialement, mais ils enferment pas les joueurs dans leur boutique comme le fait Apple.

avatar fousfous | 

@razerblade

Justement Epic empêche d'aller voir ailleurs avec les exclusivités, si je veux acheter un jeu sur steam je peux pas à cause de l'exclusivité.
Si toutes les apps et tout les jeux étaient disponibles sur toutes les boutiques et que j'avais juste à choisir la boutique, pas de problèmes.
Mais dans le monde réel il faut jongler avec pleins de boutiques à cause du comportement anticoncurrentiel de certains, je ne vois pas en tant qu'utilisateur ce que je gagne.

avatar vince29 | 

Je ne sais pas. Qu'est-ce qu'il peut bien se passer dans une ville quand tu passes d'1 magasin (supermarché, ameublement, alimentaire...) à 2 ?

avatar pocketjpaul | 

@fousfous

Justement Epic empêche d'aller voir ailleurs avec les exclusivités
———

Ah oui parce que Apple t’empêche pas d’aller voir ailleurs pour acheter tes apps / jeux ? C’est pas bien quand c’est epic mais quand c’est Apple c’est ok ?

avatar rikki finefleur | 

toutes les plateformes ont des exclusivités dans le domaine du jeu..
Et en quoi est ce étonnant et dérangeant ?
il en est de même pour les plateformes de video

Cherche bloodborne ailleurs que sur sony tu trouveras pas.

avatar MartyNick | 

Quand une exclusivité est issu du travail de l'un de tes studios, il n'y a pas de sujet, mais quand il s'agit d'un valise de billets qui permet une exclusivité même temporaire, en générale la grogne monte. Il n'y a qu'à voir le prochain avengers sur console, Spiderman sera exclusif aux consoles Sony et bien la grogne monte !

avatar byte_order | 

@fousfous
> Justement Epic empêche d'aller voir ailleurs avec les exclusivités,
> si je veux acheter un jeu sur steam je peux pas à cause de l'exclusivité.
> Si toutes les apps et tout les jeux étaient disponibles sur toutes les boutiques
> et que j'avais juste à choisir la boutique, pas de problèmes.

Mais par contre qu'Apple ait 100% des apps iOS en exclusivité sur son AppStore et que vous ne pouviez pas choisir la boutique, là, par contre, pas de problème ?

Un bel exemple d'hypocrisie.

avatar klouk1 | 

@fousfous

Toutafé. Je pense que si Apple autorise les stores alternatifs, les gros éditeurs ne mettront plus leurs jeux sur l’AppStore pour ne pas payer les 30%. Ça obligera le consommateur d’avoir un compte sur chaque store. Pas terrible....

avatar byte_order | 

@klouk1

Ouais, un peu comme on ne trouve pas tout dans votre magasin préféré et des fois, si vous voulez réellement un produit en particulier, vous êtes contraint d'aller l'acheter dans l'un des magasins qui le propose, ce qui impose un changement de trajet etc.

Un vrai scandale.
Il ne devrait y avoir qu'un seul magasin unique imposé, comme ça toutes les marques et fournisseurs seraient contraint de vendre forcément dans votre magasin le plus proche de vous.

En gros, vous etes pour déplacer une contrainte qui n'a rien d'une obligation mais qui relève du choix (vous voulez un produit en particulier, vous choississez d'accepter d'aller le chercher là où il est disponible, ce n'est pas obliger de le vouloir si cette contrainte vous est insupportable, chercher un produit alternatif distribué dans votre magasin préféré !) en une obligation fait à *tous* les autres (*tous* les fournisseurs ne devraient pas avoir le choix de distribuer ailleurs que dans *votre* magasin préféré).

avatar klouk1 | 

@byte_order

Ce qui est sur c’est que ne suis pas prêt d’aller filer mes coordonnées bancaires à une douzaine d’éditeurs (j’ai des dizaines d’applications de MAO). Par ailleurs si toutes mes applications se retrouvent uniquement sur des stores tiers (ce qui risquerait fort bien d’arriver), le suivi des mises à jour (j’en ai plusieurs par semaine) risque d’être particulièrement lurdingue

avatar françois bayrou | 

Je ne comprends rien.
D'un côté tu trouves normal de Epic se fasse bannir de la boutique Apple, et de l'autre, tu leur reproches de ne pas être sur suffisamment de boutiques ?

avatar bonnepoire | 

Tu vois une entreprise faire du forcing pour imposer sa plateforme. Tu vois une entreprise détenue par les chinois faire des cadeaux pour devenir à leur tour incontournable. C’est une question de gros sous.

avatar jackhal | 

Tout à fait. Je recommande vivement à ceux qui commentent en prenant position pour un coté ou l'autre de regarder cette vidéo (en anglais) :

-https://www.youtube.com/watch?v=v96QyJczIi4
Résumé : une boite milliardaire attaque une boite milliardaire et veut impliquer les joueurs sous un angle moral. Qu'ils aillent tous se faire f*****.

Un petit rappel aussi (par le même type) de ce qu'est vraiment le modèle freemium - celui de Fortnite : une exploitation des comportements addictifs.
-https://www.youtube.com/watch?v=7S-DGTBZU14

avatar Ducletho | 

@jackhal

« Un petit rappel aussi (par le même type) de ce qu'est vraiment le modèle freemium - celui de Fortnight : une exploitation »

T’es marrant mais t’as rien dit quand Apple ne trouvait pas assez addictifs les jeux Apple Arcade.
Et Apple gagne beaucoup avec les achats in app;
Alors qui est le plus pourri ? La prostituee qui fait sa marge ou le maquereau qui vit sur son dos.
Si le freemium était si moche que ça, Apple pouvait décider de pas en vivre.

avatar jackhal | 

Tu n'as pas l'air d'avoir cherché à comprendre mon commentaire, ni regardé les vidéos. Je te mets le titre de la première : « Screw Apple, Screw Google, And Screw Epic Games ».

La seconde est un bon moyen de prendre conscience du gros problème du freemium et des mécaniques qu'il y a derrière (des loot boxes, notamment). Elle expose les principaux principes psychologiques exploités par le freemium (qu'on peut aussi retrouver ailleurs), et qui sont les personnes principalement visées par de nombreux jeux freemium : les personnes qui ont des problèmes d'addiction et qui dépenseront énormément (le "whaling").

Le truc d'Apple et les jeux pas assez addictifs, je n'avais pas vu. C'est un peu différent quand même, au moins sur le plan financier : le but n'est pas de te faire acheter un max de trucs au sein des jeux (il n'y a pas d'achats in-app dans les jeux Apple Arcade, si je ne m'abuse ?).

Reste que le but semble clair : que tu restes sur iPhone. Un jeu exclusif auquel tu reviens tout le temps, c'est parfait pour que ton prochain téléphone soit encore un iPhone. C'est aussi jouer sur l'addiction, mais c'est un peu moins violent quand même : au moins, le budget est fixe.

C'est une technique qui est extrêmement répandue, en fait... toute plate-forme vidéo - y compris celle d'Apple, bien entendu - cherche à avoir des séries dont tu es accro et qui te feront rester abonné au fil des saisons. Ça reste moins dérangeant pour une série : à moins de regarder les épisodes en boucle, le temps que tu y consacres est fixe (quoique Netflix, par exemple, t'encourage à enchainer encore et encore des séries).

Alors qu'un jeu addictif, sans fin et toujours à portée de main, ça peut devenir un vrai problème pour certaines personnes.

avatar YetOneOtherGit | 

@jackhal

"La seconde est un bon moyen de prendre conscience du gros problème du freemium et des mécaniques qu'il y a derrière (des loot boxes, notamment). Elle expose les principaux principes psychologiques exploités par le freemium (qu'on peut aussi retrouver ailleurs), et qui sont les personnes principalement visées par de nombreux jeux freemium : les personnes qui ont des problèmes d'addiction et qui dépenseront énormément (le "whaling")."

Le free2play est l’aboutissement le plus affligeant qui soit de la puissance du marketing et de l’ingénierie sociale.

Le « temps de cerveau disponible » de TF1 semble véniel en comparaison.

C’est à la fois remarquable d’un point du vue technique de manipulation marketing et désespérant sur ce que cela véhicule comme valorisation des choses dans notre société.

avatar byte_order | 

@jackhal
> Alors qu'un jeu addictif, sans fin et toujours à portée de main,
> ça peut devenir un vrai problème pour certaines personnes.

L'alcool, la bouffe, le sport, le sexe etc, y'a tant de chose qui peut devenir addictif pour certaines personnes. C'est pas pour autant que c'est interdit d'en faire commerce.
A un moment, la responsabilité individuelle, ça existe, hein. Personne n'est forcé contre son gré de consommer trop d'alcool, de bouffe, de jeu, de sport, de sexe.
Et elle peut se faire aider pour sortir d'une addiction dès qu'elle le souhaite.

Ici, aucun parent n'est forcé de laisser ses enfants développer une addiction à Fortnite !
A eux d'exercer leur responsabilité. Je crois même que légalement ils en ont le devoir...

avatar fte | 

@jackhal

"Qu'ils aillent tous se faire f*****."

Je suis d’accord avec ça.

avatar YetOneOtherGit | 

@razerblade

"J’ai du mal à voir le problème pour le consommateur pour moi. "

On peut vendre son droit d’aînesse pour un plat de lentilles.

Peut-être voir un rien à moyen termes, non ?

avatar razerblade | 

@YetOneOtherGit

Il y a des exclusivités sur PlayStation, sur Xbox, sur Nintendo Switch, et très certainement sur iOS. Je ne vois pas en quoi ça poserais un problème pour Epic...

avatar YetOneOtherGit | 

@razerblade

"Il y a des exclusivités sur PlayStation, sur Xbox, sur Nintendo Switch, et très certainement sur iOS. Je ne vois pas en quoi ça poserais un problème pour Epic..."

Tu ne trompes pas de destinataire pour ton commentaire?

avatar oomu | 

@mapiolca

ce n'est pas une "boutique comme une autre".

c'est l'unique canal de distribution d'applications au près des consommateurs sur iPhone. (si on omet le cas très spécifique des apps "in house" pour entreprises, qui lui même interdit la distribution en masse)

-
il ne s'agit pas que de "marger", mais de maitriser ses coûts, contrôler l'édition, etc.

Par exemple, EPIC pourrait se proposer comme alternative à App Store (via un téléchargement d'un "epic store" sur ios) et avoir sa propre politique d'édition, curation et de partenariat avec l'industrie.

Comme elle fait sur PC.

-
Le consommateur, l'utilisateur, l'acheteur de machines Apple n'a aucun intérêt à défendre Apple ou Epic. Le seul intérêt qu'à un achteur de produits Apple c'est d'avoir le choix et la concurrence en fournisseurs, distributeurs d'applications, et éditeurs et fournisseurs de logiciels et services.

Il n'y a aucune raison de défendre l'obligation de l'App Store ou que des éditeurs soient forcés d'utiliser _tous_ les services d'Apple ou zéro (paiement, distribution, etc).

-
La faille dans la tentative de EPIC de briser le verrou de l'App store c'est que l'app store est exactement le même modèle commercial de PSN (playstation network de Sony), Xbox Live (Microsoft) et Nintendo eShop (sur Switch) :

si on omet les médias physiques (qui sont sous obligation de licences par les constructeurs de console de toute façon), leur boutique sont aussi incontournables et permettent un contrôle éditorial et financier des éditeurs.

Mais Epic continue d'accepter cela sur les consoles.

Or non, c'est l'ensemble de ces pratiques qui devraient être torpillés dans l'intérêt des consommateurs.

-
"Après, je comprend la frustration des développeurs, mais marger un peu plus, ça ne leur épargnera pas tous les ennuis qui peuvent aller avec : piratage des bases de données, etc. Quand tu stockes les données bancaires d’utilisateur. Ton budget recherche de failles et sécurité augmente forcément en consequence."

Il n'y a pas qu'Apple qui pourrait fournir un tel service.

Débarrassé d'une telle obligation, il y a un univers de prestataire ou solution "en interne" possibles, au grès du souhait et investissement de l'industriel.

Pourquoi se refuser de telles possibilités ?

c'est absurde, sauf quand on est pris dans un rapport de force.

avatar foxot | 

@oomu

+10

avatar webHAL1 | 

@oomu

100% d'accord.

avatar MGA | 

@oomu

Vous allez un peu vite en besogne en affirmant que vos propositions vont dans l’intérêt du consommateur.
Pour le reste vos arguments peuvent être entendus, mais dans ce cas vous pourriez aller au bout de la démarche et souhaiter que le matériel soit livré nu de tout OS pour laisser le choix au client...
Pour ma part, je suis de ces consommateurs qui n’a pas envie de multiples possibilités de boutiques d’app, un consommateur qui ne veut pas se prendre la tête pour choisir d’aller chez Carrefour ou Leclerc... pour chercher l’exclusivité de l’un ou de l’autre ou bien passer des heures à économiser 3 sous.
L’iPhone a déjà bien perdu de sa simplicité d’utilisation avec la multiplicité des fonctions, pas envie de me retrouver avec une galerie marchande entière dans mon téléphone.

avatar YetOneOtherGit | 

@MGA

"Vous allez un peu vite en besogne en affirmant que vos propositions vont dans l’intérêt du consommateur. "

Yep.

Financièrement le constat n’a rien à gagner dans la bataille, le seul véritable enjeu étant la répartition du CA entre les store et les éditeurs.

Le seul éventuelle bénéfice serait pour quelques microcosmes l’accès à des types d’application actuellement interdit par Apple.

avatar byte_order | 

@YetOneOtherGit
> Financièrement le constat n’a rien à gagner dans la bataille

L'intérêt des consommateurs n'est pas forcément uniquement que économique.
La diversité des offres, même toutes au même prix, est également dans son intérêt par exemple : elle lui permet de réduire la captivité d'une clientèle par un acteur plus qu'un autre, ce qui souvent conduit à d'autres abus (une dégradation de la qualité par exemple, même si le prix ne change pas).

Le marché du forfait mobile en France est un bel exemple, les tarifs étant très similaires de nos jours, la différence se fait surtout sur la qualité, la clientèle pouvant basculer très facilement elle ne peut être considéré comme acquise durablement par aucun acteur, même pas l'historique.
Les cas de gens qui sont surtout dans une zone mal couverte par un acteur, quand bien même qu'il soit leader du marché, et qui passent du coup à la concurrence, à prix souvent identique, sont courants.

Des conditions permettant une libre concurrence effective n'ont pas que des objectifs purement financiers, la richesse de l'offre, la diversité, les différences de qualité, la captivité ou pas en sont d'autres qui comptent aussi.

Y'a pas qu'une vue par le prisme de l'argent...

avatar YetOneOtherGit | 

@byte_order

"La diversité des offres, même toutes au même prix, est également dans son intérêt par exemple : elle lui permet de réduire la captivité d'une clientèle par un acteur plus qu'un autre, ce qui souvent conduit à d'autres abus (une dégradation de la qualité par exemple, même si le prix ne change pas)."

sur ce point je suis en accord et je l’ai mis en avant sur d’autres contributions 👍

avatar YetOneOtherGit | 

@byte_order

"Y'a pas qu'une vue par le prisme de l'argent..."

Bien évidemment, je réagissais au : « le consommateur va y gagner la concurrence va faire baisser les prix »

Ce qui dans ce contexte est très discutable, l’éventuelle mise en concurrence affectant la par B2B du business c-à-d le taux de commission et les acteurs n’ayant aucun intérêt à répercuter cette baisse sur le prix client.

Pour le reste je n’ai pas vraiment de religion sur ce débat :
- Je comprends parfaitement ton point de vue, sa cohérence et sa tenue intellectuelle.
- Je suis en partie dubitatif sur le décalage entre la théorie et la pratique étant avec l’âge devenu peut-être un peu trop sceptique sur la portée concrète de ce type de nobles combats

En tout cas bravo pour défendre ta position sans choir dans l’outrance, les arguments spécieux, la caricature... 🙏👍👏

avatar vince29 | 

Et bien n'y allez pas.
Tu as sans doute 150 apps d'installées ; ce serait quoi le problème d'avoir une app (store) supplémentaire

avatar MGA | 

@vince29

Je n’ai pas 150 app d’installées.
Le problème serait d’être « obligé » de chercher sur quel Store aller.
Le problème serait d’être obligé d’avoir des comptes dans d’autres Store dont personne n’indique aujourd’hui la fiabilité en matière de sécurisation des données.
Le problème c’est de perdre en simplicité pour que untel ou untel se fasse plus d’argent.
Je suis prêt à payer pour de la simplicité, c’est ce que nous faisons en payant 30% ou 15% à Apple, car c’est bien le consommateur qui paye.

avatar pocketjpaul | 

@MGA

Je suis prêt à payer pour de la simplicité, c’est ce que nous faisons en payant 30% ou 15% à Apple, car c’est bien le consommateur qui paye.
——

C’est faux : la marge de 30% n’est indiquée nulle part sur la facture émise par l’App Store c’est donc bien le développeur qui paie. Vous me rétorquerez qu’au final c’est du pareil au même pour votre porte monnaie mais ce n’est pas de vous dont il est question. De plus l’essentiel des utilisateurs de l’App Store ne sont pas sur iGen et ne savent pas qu’Apple se fait 30%.

Ce dont il est question c’est du tarif que les développeurs doivent eux même choisir sans avoir d’ailleurs le droit d’en justifier le montant. Ce qui donne des situations où, pour tata Jeanine qui ne connaît pas cette taxe:
- Spotify coûte 30% plus cher qu’Apple Music -> conclusion : Apple Music est moins cher
- Spotify coûte 30% plus cher sur iOS que sur leur site web -> conclusion: ils essaient de m’avoir parce que j’ai acheté un iPhone.

avatar YetOneOtherGit | 

@pocketjpaul

"cette taxe"

ce n’est pas une taxe 🙄

pourquoi tomber dans l’outrance et la caricature quand on défend une position ?

avatar Brice21 | 

@pocketjpaul

"- Spotify coûte 30% plus cher qu’Apple Music -> conclusion : Apple Music est moins cher”

Faux : ils sont tous les deux au même prix. Tu peux vérifier.

“- Spotify coûte 30% plus cher sur iOS que sur leur site web -> conclusion: ils essaient de m’avoir parce que j’ai acheté un iPhone."

Faux : il est obligatoire de s’abonner via le site de Spotify, au même prix qu’Apple Music. Tu peux vérifier en ouvrant au moins une fois Spotify...

La seule chose que ta tata Jeanine pourrait remarquer est que pour s’abonner à Apple Music, il suffit d’un clic sur son iPhone, alors que pour Spotify il faut aller sur leur site.

Spotify pourrait offrir la même expérience en payant une commission à Apple, mais ils ont refusé.

PS avant d’affirmer un truc, il vaut mieux vérifier avant.

avatar pechtoc | 

@MGA

Je pense pas qu'Epic ait un intérêt de retirer ses Apps du store, certains n'utilisent que l'AppStore car plus simple, une rentrée d'argent est une rentrée d'argent. Par contre ils peuvent proposer les Apps meilleur marché sur leur store, pour mettre en avant les 10% de frais au lieu de 30%, ce qui suffirait à mettre en avant leur store et faire bouger les choses. Ce serait la réaction la plus intelligente d'Epic. Ou alors, pour les Apps tierce, ils proposent le même prix en mettant en avant que 90% du montant va au développeur, et non 70%, mais c'est nettement moins vendeur pour l'acheteur qui ne regarde que le prix.

avatar JOHN³ | 

@MGA

De toute façon le problème ne se pose pas : l’iPhone et son OS n’est pas un bien commun mais la propriété d’Apple. Et cela, même si le smartphone est devenu un outil nécessaire.

Je comprend et défend en quelque sorte la proposition d’Epic, mais elle n’est pas recevable. Je pense que Apple est dans son bon droit.

avatar YetOneOtherGit | 

@JOHN³

"Je pense que Apple est dans son bon droit."

Très difficile à trancher, c’est le sens même des lois anti-trust qui est questionné ici.

Un monopole de contrôle d’accès à un marché minoritaire est-il une pratique anti-concurrentiel ?

La question est une question ouverte et aucun spécialiste du droit US ne semble avoir une position tranchée.

De même en Europe d’ailleurs.

A titre personnel les deux approches ont leurs avantages et leurs inconvénients, il me semble de plus qu’il y a beaucoup de fantasmes de la part des consommateurs quant au bénéfice qu’ils pourraient tirer d’une éventuelle redistribution des cartes.

Nous sommes sur une bataille entre majors pour des enjeux financiers, pas dans un grand soir de justice sociale 🤑

avatar BordelInside | 

@YetOneOtherGit
"La question est une question ouverte et aucun spécialiste du droit US ne semble avoir une position tranchée."

C'est parce que les spécialistes du droit US ne connaissent pas macg et ses commentateurs experts jamais en mal d'une position bien tranchée, eux.

avatar YetOneOtherGit | 

@BordelInside

"C'est parce que les spécialistes du droit US ne connaissent pas macg et ses commentateurs experts jamais en mal d'une position bien tranchée, eux."

Ici le droit c’est juste une question de feeling 😃

Ils n’ont même pas conscience que cette vision du droit et la porte ouverte à l’arbitraire.

avatar Brice21 | 

@YetOneOtherGit

"Un monopole de contrôle d’accès à un marché minoritaire est-il une pratique anti-concurrentiel ?"

Le question elle est vite répondue. Si c’était le cas des concurrents pourraient aussi vendre des vBucks dans Fortnite, PlayStation mettre le PSN sur Xbox, Steam se lancerait sur la PlayStation, Google aurait une version de Stadia sur la Nintendo Switch et tout le monde serait ruiné.

(Ce sont les revenu des ventes exclusives qui finance le développement des plateformes, à l’exception d’Android et Windows)

Heureusement ce n’est pas le sujet. C’est pas demain que Carrefour va pouvoir vendre ses produits chez Leclercq. On marcherait sur la tête.

avatar YetOneOtherGit | 

@Brice21

"Le question elle est vite répondue"

Tu as de la chance quasiment tous les experts des lois anti-trust se casse les dents dessus 🤓

avatar byte_order | 

@YetOneOtherGit
> Très difficile à trancher, c’est le sens même des lois anti-trust qui est questionné ici.

Oui.

> Un monopole de contrôle d’accès à un marché minoritaire
> est-il une pratique anti-concurrentiel ?

Euh, il manque le terme 'abus' dans cette question, sinon la réponse est connue.
Un monopole, même exclusif, ne constitue pas en soit une pratique anti-concurrentiel. C'est l'abus de ce monopole qui pose problème.

La question me semble donc plus de savoir si ce type d'abus (ici interdire la libre concurrence sur les moyens de paiement in-app et des stores de jeux vidéos au profit de celui du monopole) est tolérable *quand* le marché est minoritaire.

Ou alors, en relisant cela, c'est juste ma façon cynique de la formuler...

Par ailleurs, si sur le marché mondial Apple est minoritaire, attention à ne pas oublier que sur certains marchés, au sens juridictionnel du terme, y compris à "domicile", sa part de marché est loin d'être si minoritaire que cela.

avatar YetOneOtherGit | 

@byte_order

", il manque le terme 'abus' dans cette question"

yep 👍 🙏

avatar Bigdidou | 

@byte_order
@YetOneOtherGit
"Euh, il manque le terme 'abus' dans cette question"
"Yep"

Sur le plan du sens commun, je ne suis pas d'accord.
Un monopole est un monopole. Je ne vois pas très bien comment on peut en abuser ou ne pas en abuser puisqu'il n'y a pas de concurrents possibles. C'est pour cela qu'en principe les monopoles sont des délégations de service publique.
Je pense qu'il est maladroit de parler de monopole ici, mais à l'inverse, je n'ai pas d'autre proposition.
Personne n'a jamais pu vraiment m'expliquer comment qualifier exactement ces situations pseudo-monopolistique, c'est à dire le contrôle total d'un segment de marché mais dont l'entreprise qui le détient est à l'origine de ce marché.
C'est super compliqué pour quelqu'un qui n'est pas de la partie et cherche juste à comprendre ce qui se passe.

"Un monopole, même exclusif"
C'est pléonasme ;)

Du coup, question à vous deux : est-ce qu'Apple a le droit de traiter différemment ses propres services et application que que ce qu'elle exige des tiers ?
En terme de respect des règles de développement ?
En termes financiers : doit-elle jongler pour que les 30% de commission apparaissent sur une ligne comptable pour l'iTunesStore par exemple ?

Faudrait vraiment une news qui synthétise l'état du droit à ce sujet.

avatar byte_order | 

@Bigdidou

> Sur le plan du sens commun, je ne suis pas d'accord.
> Un monopole est un monopole.

Oui, vous avez raison. J'aurai du parler de position dominante voir absolue.

> Je ne vois pas très bien comment on peut en abuser ou ne pas en abuser
> puisqu'il n'y a pas de concurrents possibles.

Euh, pas forcement.
Un acteur peut être en position de monopole *parce* qu'il n'y a encore aucune offre concurrente qui n'a tenter d'émerger, tout simplement.
L'abus, lui, commence quand l'acteur en situation de monopole agit pour empêcher l'émergence de cette offre concurrente.

Je ne sais pas, disons que je suis le seul artisan au monde qui produit du miel de... fleurs de tomates (c'est pour l'exemple !) Je suis de facto en situation de monopole. Que j'en soit à l'origine de ce nouveau marché ne change pas la qualification, c'est bien un monopole : je suis le seul producteur sur ce marché, c'est aussi simple que ça.

Si je ne fais rien pour empêcher d'autres de se mettre à proposer également du miel de fleurs de tomate, y'a pas d'abus, par contre.

> "Un monopole, même exclusif"
> C'est pléonasme ;)

Clair. J'aurais du écrire "une position dominante ou même absolue". Désolé.

> est-ce qu'Apple a le droit de traiter différemment ses propres services et
> application que que ce qu'elle exige des tiers ? En terme de respect
> des règles de développement ?

Dès lors que cela crée une distorsion de la concurrence entre ses propres services et applications et ceux des tiers, je pense que non, que cela caractérise justement un abus de position dominante. D'autant qu'elle est contrôleur d'accès exclusif pour atteindre le consommateur, qui ne lui appartient nullement.

Ici, on joue souvent entre le marché des apps iOS et le marché des smartphones, jongleant entre les deux pour dire qu'Apple n'étant pas en position dominante sur le marché des smartphones, y'a pas d'abus sur les autres marchés où elle est présente. Je n'adhère pas à cette logique.

Pages

CONNEXION UTILISATEUR