Grace est la première app de contrôle parental construite sur l’API d’Apple

Nicolas Furno |

Grace est une app destinée aux parents qui veulent contrôler plus finement les appareils mobiles Apple de leurs enfants. Elle s’installe sur l’iPhone ou iPad des parents ainsi que sur celui des enfants et elle verrouille une partie des fonctions d’iOS et bloque certaines apps ou sites web selon les paramètres définis par les parents. Autant de fonctions qu’Apple propose nativement avec Temps d’écran, mais Grace va plus loin en offrant notamment de définir des plannings précis et un meilleur contrôle distant de ces fonctions.

L’interface de Grace, affichée ici depuis l’iPhone du parent, avec le planning des blocages à droite.

C’est aussi loin d’être la première app sur ce segment, mais Grace a un avantage de poids : elle ne repose pas sur un profil de configuration MDM qui n’est pas prévu pour cet usage et qui pose de nombreux problèmes de confidentialité. Au point qu’Apple avait fini courant 2019 par supprimer les apps qui reposaient sur ce principe, avant de lancer avec iOS 15 une nouvelle API qui permet de remplacer cette ancienne méthode.

Suppression des apps de contrôle parental : Apple formalise sa version des faits

Suppression des apps de contrôle parental : Apple formalise sa version des faits

iOS 15 : les apps tierces pourront tirer parti de Temps d

iOS 15 : les apps tierces pourront tirer parti de Temps d'écran

Un an plus tard, on ne peut pas dire que l’API a rencontré un succès fou et d’ailleurs, Grace semble bel et bien être la première app à l’exploiter. Peut-être parce qu’elle n’était pas au point jusque-là ? Quoi qu’il en soit, cette app permet de comprendre son fonctionnement. L’API fournie par Apple repose sur une mécanique similaire à celle de Temps d’écran et il est nécessaire de configurer l’appareil de l’enfant dans le cadre d’un partage familial iCloud. Malgré tout, le processus de configuration implique étrangement de se connecter sur l’iPhone ou iPad de l’enfant avec le compte iCloud du parent.

Configuration de Grace sur l’iPhone de l’enfant, un processus qui passe par la saisie des identifiants iCloud du parent via une interface conçue par Apple.

On voit bien que c’est l’API fournie par Apple qui prend la main pour cette phase, mais il n’y a bizarrement aucune solution pour la simplifier. Même si les appareils sont côte à côte, il faudra saisir votre identifiant Apple, mail et mot de passe, pour finaliser le contrôle parental avec Grace. Ceci fait, l’app reprend la main et demande de scanner un code QR généré par l’appareil de l’enfant avec l’appareil de l’adulte. Ce dernier doit encore définir un code à quatre chiffres qui verrouillera les paramètres et il pourra alors définir les restrictions. En théorie, ces restrictions peuvent être modifiées depuis l’iPhone ou iPad du parent ; en pratique, ce n’est pas systématiquement le cas.

Il semble qu’un bug dans l’API limite pour le moment ce qu’il est possible de faire à distance. À défaut, vous devrez utiliser l’appareil de l’enfant pour modifier les réglages, notamment pour les apps autorisées et celles qui sont bloquées. Le blocage de sites web n’est pas prêt, mais pour le coup, c’est une fonction que les développeurs de Grace devront ajouter. Comme ils sont aussi développeurs de 1Blocker, ils ont une bonne expertise dans ce domaine et devraient fournir des listes de blocages complètes.

Les paramètres de blocage configurés depuis l’iPhone du parent, même si tous ne sont pas accessibles par ce biais, notamment pas les blocages d’apps à droite.

Grace est gratuite au téléchargement, mais l’app demande un paiement pour débloquer ses fonctions les plus intéressantes dont le planning personnalisé et le blocage des apps et sites web. Trois formules sont proposées : un achat in-app unique à 40 € ou deux abonnements, un à 4,49 € par mois et l’autre à 22,99 € par an. Des essais gratuits d’une et deux semaines sont associés aux formules d’abonnement.

En contrepartie, les développeurs mettent en avant le fonctionnement respectueux des données personnelles : ils n’ont pas accès aux statistiques d’utilisation des appareils contrôlés par les parents et tout est synchronisé via iCloud sans serveurs tiers. Une fois les paramètres définis, Grace fonctionne exclusivement en local sur l’appareil des enfants, à nouveau sans sortir aucune donnée vers des serveurs. Par ailleurs, il n’y a pas de limite sur le nombre d’appareils contrôlés, vous pourrez utiliser Grace sur tous les iPhone et iPad de vos enfants.

L’app indique aux enfants ce que les parents peuvent et ne peuvent pas voir et contrôler (gauche). À droite, les offres Grace+, indispensables pour accéder à toutes ses fonctions.

Grace en est encore à ses débuts, j’ai noté quelques bugs pendant mes essais (l’iPhone contrôlé était entièrement bloqué par erreur à un moment, il a fallu le redémarrer) et l’interface uniquement en anglais pourrait être un problème pour les bambins pas bilingues. Néanmoins, c’est une bien meilleure solution que les contrôles parentaux gérés par un profil et c’est une bonne option pour tous ceux qui trouvent Temps d’écran insuffisant ou pénible à configurer.

L’app nécessite iOS 15.4 au minimum pour être installée.


avatar Duo92 | 

La solution d’Apple n’est pas d’un robustesse à toute épreuve. Certains jeux (Clash of Clan,…) vont au delà du temps accordé et très largement.

avatar Darkgam3rz | 

Et aussi…… en passant par message mon gamin fait ce qu’il veut le temps qu’il veut 😂😂😂

Du coup ben j’ai carrément supprimé l’iPhone quand il arrive au domicile 😂

avatar R-APPLE-R | 

@Darkgam3rz

Dictateur !😝 de Grace rendez lui sont iPhone 😈

avatar Tetaroide Bleu | 

@Darkgam3rz

J'ai déjà lu plusieurs fois cette astuce de passer par message, mais concrètement comment on fait ?
Je précise que j'ai passé l'âge d'être un enfant qui veut autre passé le contrôle parental, c'est juste de la curiosité.

avatar Darkgam3rz | 

Apparement un pote lui envoie un lien, par exemple une vidéo et hop sur YouTube… et ça échappe au contrôle parental, même en bannissant l’adresse YouTube.com 😂

Pour les jeux, je n’ai jamais testé mais je crois que c’est un lien App Store 😂😂😂

Ils sont malin ces gosses 😂😂

Tu coup vieille technique de papa : portable dans la corbeille prévu à cet effet le soir en rentrant du collège 🤷🏻‍♂️

avatar Tetaroide Bleu | 

@Darkgam3rz

Pour les jeux, il suffit apparemment de désinstaller l'app puis de la réinstaller depuis l'historique d'achat, pour annuler le blocage.

avatar Darkgam3rz | 

@Tetaroide Bleu

Ah ok, merci pour l’info… après comme c’est son portable donc un peu comme son jardin secret je ne vais pas voir les messages. Mais en tout cas en plus du contrôle parental pas de réseaux sociaux.

avatar iHac 45 | 

@Darkgam3rz

Je fais comme vous.

avatar Vaenoxis | 

Merci pour cette article !

avatar Leadlike | 

Je n’ai jamais été satisfait de la solution d’Apple. Peut être qu’ils feront mieux et trouvons grâce aux yeux de la pomme. Ça sent le rachat rapide.

avatar r e m y | 

Je n'ai jamais compris pourquoi Apple refusait aux apps de contrôle parental de passer par un profil MDM.
Je ne vois rien de choquant ou problématique à ce que des parents puissent gérer les iPhones et iPad de leurs enfants comme un gestionnaire en entreprise gère la flotte d'iPhones des salariés !
Où voit-on des problèmes de confidentialité entre des parents et leurs enfants qui n'existeraient pas entre un employeur et ses salariés ? 😳

avatar Lu Canneberges | 

@r e m y

> « Où voit-on des problèmes de confidentialité entre des parents et leurs enfants qui n'existeraient pas entre un employeur et ses salariés ? 😳 »

Euh ben peut-être parce que justement il y a d’énormes problèmes de confidentialité si l’appareil contrôlé a un usage personnel ?! Pour les salariés on parle uniquement d’un usage professionnel donc sans aucune donnée confidentielle ou usage personnel. Si l’appareil est pro ET perso, il ne doit surtout pas relever d’un MDM mais tout simplement d’une politique BYD en principe beaucoup plus légère et respectueuse de la vie privée…

À l’inverse pour les enfants il y a toutes leurs données personnelles qui ne concernent pas forcément les parents (quoi que ceux-ci veuillent en penser, on ne traite pas un ou une jeune de 16 ans comme un prisonnier ou un bébé, dois-je rappeler la quantité de parents dangereux pour leurs enfants, par exemple au hasard dans le cadre de l’orientation sexuelle ou de la sexualité tout court - oui au contrôle extensif à 8 ans, non à 16 ans ; ce qui n’empêche évidemment pas de restreindre les réseaux sociaux par exemple !).

Un plan MDM n’est absolument pas fait pour ça, et c’est donner un contrôle total et risqué sans qu’on sache exactement ce que l’entreprise en fasse…

Bref, normal d’y mettre le holà !

CONNEXION UTILISATEUR