C'est officiellement mort pour les apps tierces Twitter 🆕

Mickaël Bazoge |

Cette fois, c'est officiellement mort pour les clients tiers de Twitter, aussi bien les grands noms que les applications moins connues. L'accord que les développeurs doivent signer pour pouvoir exploiter l'API du réseau social contient un nouvel alinéa dans le paragraphe consacré aux restrictions d'usage, et il interdit expressément de « créer ou de tenter de créer un substitut ou un service ou un produit similaire aux applications [officielles] de Twitter ».

Ollie, la mascotte de Twitterific.

Autrement dit, Twitter vient de fermer la porte sans fleurs ni couronnes à tout un pan de son histoire qui lui a pourtant permis de bâtir son succès et de se construire en tant que plateforme et en tant que réseau social. Rappelons que le terme « tweet » a été inventé par Twitterific, et que sa mascotte, un oiseau bleu, est devenue celle de Twitter.

Twitter : les clients tiers en voie d

Twitter : les clients tiers en voie d'extinction

Twitter avait en fait fermé le robinet de son API il y a une semaine en laissant tout le monde dans l'expectative, aussi bien les développeurs que les utilisateurs des apps tierces. Mardi, Twitter donnait signe de vie en expliquant que ces applications avaient enfreint une « règle de longue date »… qui n'était pas inscrite dans le contrat le 8 janvier dernier.

Bref, toute cette histoire est triste pour Twitter, et triste pour ces applications qui ont également contribué à l'innovation en termes d'interface sur iOS. Tweetie a ainsi inventé le geste « pull to refresh » (Twitter a acheté Tweetie pour en faire son client officiel).

Juste avant la confirmation de Twitter, l'éditeur The Iconfactory a annoncé la mort dans l'âme la fin de Twitterific. L'app a été retirée de l'App Store iOS comme macOS. Les abonnements en cours seront annulés par Apple, mais les développeurs demandent aux utilisateurs de ne pas demander en plus de remboursement des abonnements échus auprès d'Apple : cela risque en effet de représenter un très lourd fardeau pour l'entreprise.

Mise à jour 20/01 — Cette fois c'est au tour de Tapbots d'annoncer l'inévitable, la fin de son application Tweebot 😥. L'app est toujours disponible sur l'App Store, mais elle ne devrait pas tarder à disparaitre elle aussi. L'avenir pour le petit studio, c'est Ivory, un client Mastodon bâtie sur les fondations de Tweetbot. Il n'est pas encore tout à fait prêt, les développeurs peaufinent la première version.

Ivory est distribué en bêta.

Tags
avatar R-APPLE-R | 

Bonjour merci au revoir 👋😏😈

avatar TrollMan06 | 

@R-APPLE-R

T’as pas école le kikoolol ? 🤡

avatar R-APPLE-R | 

@TrollMan06

T’as pas école le kikoolol ? 🤡

Non c’est journée cirque 🎪 aujourd’hui je viens vous voir il parait que vous êtes très bon en clown 🤡 😈

avatar s1n3d | 

A quoi sert l’API maintenant que personne ne va l’utiliser ?

avatar roccoyop | 

@s1n3d

Je me suis posé la même question. Peut-être à intégrer les fils sur un site web ?

avatar Malouin | 

@s1n3d

La nature a horreur du vide !

avatar Mickaël Bazoge | 
Ça peut être utilisé à des fins de recherche par exemple. J'imagine qu'il y a aussi des usages en milieu professionnel.
avatar Dwigt | 

C'est le contrat générique pour tous les types de développement. Twitter continue de donner accès à ses API à des boîtes qui veulent procéder à des recherches sophistiquées sur l'ensemble des tweets, par exemple quand un service marketing veut faire une enquête sur la fréquence des mentions dans les messages de gens de tel pays, de telle région, de telle tranche d'âge, etc. Cette activité appelée "data licensing" représente la deuxième source de CA derrière la pub. C'était un poste "data licensing and others" qui représentait 13 % de l'activité totale dans les derniers bilans publiés (et dans les "others", il y avait les revenus provenant des éditeurs tiers).

Par ailleurs, si Elon Musk entend toujours faire de Twitter cette fameuse "X.app" où le "microblogging" ne serait plus qu'une activité annexe et sur laquelle s'adosseraient quantité de services tiers, notamment financiers, il aura fatalement besoin de donner accès aux API à des partenaires, donc un contrat sera toujours nécessaire.

avatar Mickaël Bazoge | 

@Dwigt

Merci pour les précisions 👍

avatar Paquito06 | 

@Dwigt

“Twitter continue de donner accès à ses API à des boîtes qui veulent procéder à des recherches sophistiquées sur l'ensemble des tweets, par exemple quand un service marketing veut faire une enquête sur la fréquence des mentions dans les messages de gens de tel pays, de telle région, de telle tranche d'âge, etc. Cette activité appelée "data licensing" représente la deuxième source de CA derrière la pub. C'était un poste "data licensing and others" qui représentait 13 % de l'activité totale dans les derniers bilans publiés (et dans les "others", il y avait les revenus provenant des éditeurs tiers).”

C’est le principal probleme lié a la fermeture des acces aux API 😌 Je connais qq boites a Wall St qui ont des modeles stochastiques qui ne vont plus tourner correctement a cause de cela (ca va de la simple reco a l’achat d’un stock a la ponderation de son portefeuille via certains ETF). Bah, encore une fois, il reste tiktok, snap, fb, insta. Dmg, bye Twitter.

avatar marenostrum | 

A intégrer dans d’autres applications les données mais pas faire la même chose.

avatar mapiolca | 

@s1n3d

Il y a aussi des services qui permettent de publier automatiquement du contenu, ceux-là peuvent toujours s’en servir je pense.

avatar s1n3d | 

@s1n3d

Merci à tous pour ces explications 👍

avatar Arnaud33 | 

A ce rythme là, les utilisateurs vont tous déserter le site . Je ne comprend pas la stratégie de musk

avatar shaba | 

@Arnaud33

Tu crois que les clients tiers représentent la majorité des utilisateurs ?

avatar Arnaud33 | 

@shaba

Non , moi j’utilisais twitterific que je trouvais plus sympa mais c’est la façon de faire. Dans mon entourage la plupart des utilisateurs de Twitter avait une apps tierce .

avatar Patrick_C | 

La question n'est pas tant est-ce que les applis tierce représente la majorité des accès mais aussi est-ce que c'est la majorité des gros utilisateurs. Il y avait déjà, avant le rachat par Musk, des inquiétudes internes de Twitter: les utilisateurs les plus intéressants (ceux qui en font venir d'autres, ceux donne du contenu) étaient en baisse et risquaient donc de mettre en péril le modèle. Si ces "PowerUser" continuent de baisser, il y a un risque non négligeable de perte de valeur encore plus rapide.
En gros, on a l'exemple de Truthsocial et de tous les autres réseaux bidons inventés pour concurrencer Twitter, ce n'est pas en réunissant des millions de gens limités intellectuellement que l'on arrive à attirer d'autres personnes. Ces réseaux restent limités à leur microcosmes. Twitter, malgré ses algorithmes de droite (c'est eux qui l'on constaté) a attiré des personnes de tout bord et de qualité (mais aussi du médiocre). C'est grâce à ces gens que le réseau peut avoir des abonnés.

Donc loin d'être anecdotique, cette histoire de client tiers peut juste être le pas en avant de trop alors que Twitter était déjà au bord du gouffre.

PS: à titre d'exemple, je n'utilise aucun client tiers, mais je ne suis pas PowerUser et je suis sans intérêt à suivre sur Twitter. Mais je regrette vraiment de n'avoir jamais trouvé d'outil correct pour suivre Twitter, je regrette mon MacSoup du siècle dernier.

avatar Dwigt | 

Musk n'a en fait pas vraiment de vision ou de stratégie, contrairement à ce qu'il laissait imaginer. Il improvise beaucoup, et comme il n'y a personne pour atténuer les répercussions de ses décisions (à la différence de ce qui se passe dans ses autres boîtes), ça se voit au grand jour.

Il voulait racheter Twitter jusqu'au moment où il a changé d'avis et essayé d'invoquer des prétextes pour faire annuler l'opération. Quand on lui a expliqué que ça ne passerait pas en justice, il a préféré laisser entendre qu'il avait un super plan pour relancer Twitter.
Il arrive et sa première grande décision, celle qui est fatalement censée être un peu symbolique et emblématique de sa "marque", c'est l'abonnement à 20, pardon 8 $ par mois pour Twitter Blue, alors que ses interlocuteurs lui disent tous que ça va tourner au désastre. Ce qui a été le cas…
Il semble en fait avoir une sorte de grande idée, qui est de faire de Twitter une appli polymorphe, un peu comme WeChat en Chine, avec la base d'utilisateurs actuels qui fournirait un très bon vivier pour utiliser ensuite des services financiers et autres. C'est la "X.app", mais le nom rappelle qu'il ne fait que reprendre l'idée de la boîte qu'il avait fondée, X.com, qui a fusionné avec une autre et qui est devenue PayPal… quand les autres actionnaires, en désaccord avec sa stratégie, l'ont évincé en 2000 de son poste PDG pour mettre Peter Thiel à la place.
Bref, c'est une ambition un peu floue et fumeuse.
Tout le reste de ses actions, ça traduit plutôt un comportement velléitaire, impulsif et irréfléchi, avec la conviction que les problèmes proviennent de tout le monde sauf de lui.
À mon avis, Musk a dû découvrir que les clients tiers n'affichaient pas de pub, et que ça devait être une des causes des rentrées publicitaires réduites (plutôt que l'instabilité dont il est responsable et qui dérange les annonceurs), et donc il s'est lâché sur elles, comme si c'était un problème qu'il fallait régler dans l'heure. Rien de plus.

avatar cosmoboy34 | 

@Dwigt

Assez d’accord et il faut différencier vision et exécution. Si tant est qu’il ait une vision et si celle ci est réalisable ou en tous cas vendable. Seul l’avenir le dira et il est bien difficile de prévoir un tel personnage.

Mis à part ça niveau exécution c’est catastrophique. Quand bien même il aurait une vision claire de l’avenir de Twitter qui ne serait pas de trop tant le réseau est à l’agonie depuis des années, qu’est-ce qui l’empêchait de developer cet avenir en parallèle et en attendant de laisser vivre Twitter tel qu’il était.
Et le jour venu lancer le futur de Twitter

Contraint et forcé d’acheter Twitter malgré lui, il doit y avoir aussi des raisons économiques. Dégraisser le mammouth pour réduire la facture déjà lourde de l’achat. Pas la peine de rajouter des dettes de fonctionnement. Du moins c’était peut être l’idée de départ.

avatar pat3 | 

@cosmoboy34

"Quand bien même il aurait une vision claire de l’avenir de Twitter qui ne serait pas de trop tant le réseau est à l’agonie depuis des années"

Non, le réseau n’était pas à l’agonie du tout, encore moins depuis des années. Sa croissance était faible, mais ça n’en faisait pas du tout un réseau « à l’agonie ».
Ça reste le média social d’information le plus utilisé par les professionnels de l’information et le seul qui ait voix au chapitre comme source informationnelle.

C’est ça, entre autre, que Musk s’applique à ruiner.

avatar cosmoboy34 | 

@pat3

Ah bon ? 1,13 milliard de perte en 2020, j’appelle pas ça être en bonne santé. Ça aurait pas duré indéfiniment non plus

avatar pat3 | 

@cosmoboy34

Je veux bien que tu me dises d’où sortent ces chiffres.

avatar Patrick_C | 

Pour ajouter une pièce dans le bouzin, cette X.app arriverait dans un marché saturé de moyen de paiement et équivalents alors que Wechat arrivait dans un marché vierge en Chine. Son idée montre donc surtout un manque certain d'innovation dans ce domaine, il est resté comme vous l'indiquez à l'époque de ses débuts sans s'être mis à jour.

avatar marenostrum | 

Il sait mieux que toi ce qu’il fait. Il a des stats que nous on a pas. Il connaît la véritable force de ces apps tierces.

avatar MacDays | 

Je ne comprends vraiment pas la mansuétude dont bénéficie un mec comme Musk alors qu'il enchaîne depuis maintenant quelques mois des décisions clairement irréfléchies et contreproductives, nourrissant de ce fait un comportement général qui me semble être précisément la cause des ennuis actuels de Twitter, et probablement de ses ennuis futurs.

Au bout d'un moment, il n'y a pas de magie :

Non, Musk ne sait pas ce qu'il fait lorsqu'il débarque manu militari des compétences clés du bateau, avant d'aller les récupérer en catastrophe s'apercevant de sa bourde
Non, Musk ne sait pas ce qu'il fait en exigeant le prix d'un abonnement, puis non, un autre, puis non, peut-être pas, et puis peut-être que si
Non, Musk ne sait pas ce qu'il fait en communiquant à tort et à travers de manière impulsive et colérique aussi bien en interne que sur Twitter, aussi bien sur ses clients, que sur ses fournisseurs, salariés, sur l'état du monde, des dirigeants politiques ou que sais-je encore...
Non, Musk ne sait pas ce qu'il fait en gérant son personnel comme les derniers des moins que rien, allant jusqu'à en virer un via un simple tweet sans l'en informer au préalable
Non, Musk ne sait pas ce qu'il fait en débarquant du jour au lendemain sans aucun préavis ni aucun respect pour les développeurs, des applications tierces de son écosystème, alors qu'elles ont bcp joué dans le succès de la plateforme.

En fait, il y a quelque chose de beaucoup plus simple que de se dire qu'il existerait des statistiques magiques qui pourraient justifier un tel comportement délétère : Musk fait n'importe quoi, et comme il est le chef, personne ne peut le virer.

Alors OK, on a compris, il fait des jolies voitures avec des iPad dedans et qui ont un certain succès... Bon. De là à la défendre envers et contre tout alors que le mec est clairement en roue libre, je dois dire que ça me fascine. Je pense qu'en terne de Fanboyisme aigu, Jobs a désormais un digne successeur 😂

Après, ce que j'en dis..

avatar fte | 

@MacDays

"Alors OK, on a compris, il fait des jolies voitures avec des iPad dedans et qui ont un certain succès... Bon."

Et des fusées et des panneaux solaires sympa et des batteries domestiques… des fusées, quand même.

avatar Crash System | 

@fte

Sauf que dans ces cas là, il n’est pas tout seul à prendre les décisions donc il ralentit. Or Twitter ça lui appartient, donc il fait ce qu’il veut.

avatar MacDays | 

Les fusées, ah oui, y'a ça, aussi :

Comme le disait Jancovici : "Non, on n'ira pas sur Mars, quoi qu'en pensent Musk, et son fournisseur de coke".

avatar Patrick_C | 

Vous avez oubliez les petits trous sous terre qu'il essaye de faire.

avatar pocketalex | 

@MacDays

"des jolies voitures avec des iPad dedans et qui ont un certain succès... Bon"

bon quoi ?

tu as conscience qu'avec ce genre de commentaire tu te ridiculises ? C'est vraiment de la discussion de comptoir

avatar MacDays | 

Quand le sage montre la lune, l'imbécile regarde le doigt.

avatar Dwigt | 

Parmi les occasions récentes où Musk a illustré l'adage qu'il vaut mieux la fermer et passer pour un idiot que l'ouvrir et de confirmer qu'on en est un, il y a eu rien qu'en novembre :
- Twitter Blue, une idée qu'il a imposée à sa boîte alors que l'équipe trust and safety avait par exemple estimé que les risques de dérapage étaient au niveau le plus élevé. Et ça a été un fiasco qu'il a fallu retirer en catastrophe en moins de 48 heures.
- les accusations publiques contre Apple, le premier annonceur chez Twitter, qui aurait, par "wokisme", entrepris d'annuler son budget pour couler Twitter. Il s'est avéré qu'Apple avait simplement demandé à suspendre des publicités en son nom pendant quelques jours, suite à une tuerie qui faisait la une de l'actualité, une démarche courante chez les annonceurs en cas de mauvaise nouvelle.

Aux dernières nouvelles, Twitter Blue (version corrigée), qui devait au départ être proposé à 20 $ par mois, ne rencontre pas le succès attendu à 8, et il y a maintenant une grosse promo pour un abonnement d'un an.
Et c'est l'hémorragie chez les annonceurs qui se barrent à cause de l'instabilité qu'ils perçoivent chez Twitter et à laquelle ils ne veulent pas associer leur image (et non pour des raisons politiques, comme Musk le claironne). Avec là encore de fortes remises.

La grosse enquête publiée par The Verge il y a quelques jours confirme par ailleurs d'autres énormes boulettes de Musk, qui est en plein mode "Nous sachons" avec Twitter.

https://www.theverge.com/23551060/elon-musk-twitter-takeover-layoffs-workplace-salute-emoji

Tesla et SpaceX sont certes à l'origine de quelques belles réussites technologiques, mais ce que l'on voit avec Twitter confirme de plus en plus qu'elles ont été obtenues malgré Musk que grâce à lui, même s'il s'en attribue presque tout le mérite. L'aura dont il bénéficie n'est qu'une illusion, dans laquelle, hélas, un bataillon de fans se projette.

avatar fte | 

@Dwigt

"L'aura dont il bénéficie n'est qu'une illusion, dans laquelle, hélas, un bataillon de fans se projette."

Avoir de la chance une fois, c’est de la chance. Avoir de la chance deux fois, c’est une chance improbable. Avoir de la chance trois fois, il y a peu de chance que ce soit de la chance.

avatar Patrick_C | 

Justement, si on devait dire qu'il a eu de la chance, je le dirais uniquement sur SpaceX.

Sur Tesla, contrairement à ce qu'il dit (et qu'il a fait entériné par jugement), il n'est pas le fondateur et les bases du succès était là avant son arrivé. Il a surtout eu le bagou pour faire arriver de l'argent en quantité importante qui ont permis de digérer les grosses erreurs faites et prévues: allez lire quelques articles de Linette Lopez sur Tesla et vous aurez un aperçu des erreurs que l'industrie avait prévu, que Musk n'a pas voulu croire et qu'il a digéré/camouflé grâce à l'argent arrivé en masse.
Sur PayPal, on se rappellera simplement qu'il s'est fait virer de sa boite.
Sur ses petits trous sous terre et ses déplacements rapides, on va censurer mais là aussi c'est un échec.

Donc avant tous, Musk est un gars qui a bien réussi une chose (SpaceX) et qui a donné l'impression à d'autre qu'il était un génie dont il ne fallait pas louper la prochaine saillie d'où l'arrivée de financements larges. Certains vont s'en mordre les doigts bientôt. J'espère que les banques qui lui ont prêté pour Twitter ont de solides garanties.

avatar pocketalex | 

@Patrick_C

"Sur Tesla, contrairement à ce qu'il dit (et qu'il a fait entériné par jugement), il n'est pas le fondateur et les bases du succès était là avant son arrivé. Il a surtout eu le bagou pour faire arriver de l'argent en quantité importante qui ont permis de digérer les grosses erreurs faites et prévues: allez lire quelques articles de Linette Lopez sur Tesla et vous aurez un aperçu des erreurs que l'industrie avait prévu, que Musk n'a pas voulu croire et qu'il a digéré/camouflé grâce à l'argent arrivé en masse."

j'ai copié ça, mais c'est tout le commentaire qu'il fallait citer tellement c'est pathétique

vraiment, mais vraiment, le discours du beauf sur son canapé qui se permet de juger les entrepreneurs, ramenant leur parcours à "oui bon ... hein"

T'es vraiment la France qui gagne toi

"Sur PayPal, on se rappellera simplement qu'il s'est fait virer de sa boite."

Sur Apple ... ben Steve Jobs il s'est fait virer de sa boite. Un tocard ce jobs ... il a rien inventé, juste maltraité les ingénieurs. Et l'iPhone ... aucune chance de succès. En plus il a pas de clavier.
Ah ça se vend ? les macs ? les iphones, tout ça ? Ben c'est simple, c'est des cons qui achètent ça. Des débiles qui ont rien compris.

avatar Patrick_C | 

@pocketalex

@pocketalex
Bravo pour l’argumentation : j’ai cité les sources, vous pouvez aller lire Linette Lopez qui étrangement a été censurée sur Twitter bien plus longtemps que ses collègues…
Des gens comme vous, il y en avait plein aussi pour expliquer qu’elizabeth Holmes avait toujours raison. Il y a une vrai différence entre la vision S Jobs et E Musk et vous ne la voyez pas. Quand S Jobs s’est fait viré d’Apple, il a fait Next qui a vivoté pendant des années, on ne peut pas dire que cela a été un succès.

avatar MacDays | 

Ttsssss, allons allons, Pocketalex, c'est un pro, un vrai de vrai.
Il a forcément raison

Et les pros comme lui et comme Musk, sous prétexte qu'ils sont des "pros", ont bien entendu le droit de traiter les gens comme des moins que rien, sans qu'on soit autorisés à leur faire le moindre reproche pour leur comportement délétère.

Son commentaire ci-dessous signifie : oui, il a construit des bagnoles à succès, donc il a le droit de se comporter comme tel avec tout le monde. C'est limpide, comme raisonnement.

Pocketalex, il sait, lui. Il a créé une boite. C'est le pote d'Elon. Ils construisent des belles bagnoles ou des trucs graphiques, ils sont donc au-dessus de toi. Il savent ces gens-là.

Ils savent.

(Comme disait l'autre, c'est à ça qu'on les reconnait d'ailleurs).

avatar Patrick_C | 

@MacDays

Oui, mais voilà, on internet nobody’s knows you are a dog… ce monsieur ne sait pas ce que je peux faire, est-ce que je n’aurai pas monté ma boîte etc. Et en effet, son argumentaire rassemble un max d’arguments d’autorité. Et c’est là où les articles de Linette Lopez dérangent.

avatar pocketalex | 

@Patrick_C

Disons que j'évite simplement de traiter tel un débile fini un type comme Elon Musk

C'est tout, ne cherchez pas d'autre message

Après, je peux comprendre que mon commentaire ne vous plaise pas

avatar Patrick_C | 

@pocketalex

Cela tombe bien, je ne le traite pas de débile, je dis juste qu’on le voit un peu trop beau au point de dire qu’il a raison même quand il fait n’importe quoi sur Twitter. Quelques villes attendent encore ses foreuses géniales qui divisaient par 10 le coût.

avatar MGA | 

@Patrick_C

« Sur Tesla, contrairement à ce qu'il dit (et qu'il a fait entériné par jugement), il n'est pas le fondateur et les bases du succès était là avant son arrivé. »
C’est faux. Aucune base du succès n’était posée, Tesla n’était pas capable de produire le moindre véhicule.
Le succès de Tesla vient de la capacité industrielle, les usines, de sa capacité à produire vite et pas cher, grâce à des procédés innovants. Le succès vient également des investissements dans le réseau de charge.
Tesla c’est avant tout une réussite industrielle. Musk n’est pas seul dans la réussite de tesla mais les fondateurs n’y sont absolument pour rien.

avatar Patrick_C | 

@MGA

Les fondateurs pour rien? Ils ont choisi de faire des voitures électriques au moment où tout le monde se retirait, ils ont visé le haut de gamme là où les précédents industriels avaient échoué en passant par le bas de gamme, ils ont conçu la première version de véhicule

Pour des gens qui n’ont rien fait, ils ont été un peu agités. J’aimerai n’avoir fait que la moitié de ce qu’ils ont fait.

avatar MGA | 

@Patrick_C

Il y a tout de même une grande différence entre électrifier une Lotus Elise, (qui a été lancée au moment de la prise de pouvoir musclée d’E.Musk en 2008) et le Tesla d’aujourd’hui (un grand industriel).
Évidemment l’équipe de départ a fait sa part de travail et l’a bien fait. Et entre 2008 et 2012, il s’est vendu pas loin de 2500 Lotus électrifiées par Tesla, mais tout restait à faire lors de l’arrivée d’E.Musk.
Les ingénieurs ont fait un travail exceptionnel entre 2010 (reprise de l’usine de Fremont) et 2012 (sortie de la première S de l’usine), avec une vision industrielle très long terme. C’est cette réussite qui a forgée la réussite de Tesla.

Petit complément : en vérifiant les réussites de Martin Eberhard on voit bien que le gars est une pointure mais pas un « industriel ».

avatar Patrick_C | 

@MGA

justement, c’est en lisant les articles de Linette Lopez que l’on voit l’industrialisation de tesla a été loin d’un long fleuve tranquille et que c’est sur ce domaine que Musk a semble-t-il eu une influence négative en ne prenant pas en compte les obstacles annoncés.

avatar MGA | 

@Patrick_C

En effet la phase d’industrialisation a laissé fuiter pas mal de tensions et de difficultés. Comment pouvait-il en être autrement ? Vu l’ambition démesurée du projet, l’attente immense des premiers acheteurs et les ricanements des observateurs bien intentionnés c’est presque un miracle d’avoir réussi.

A lire les articles et écouter les observateurs qui descendent E.Musk, il serait un frein et sa gestion du développement serait contre-productive. Mais comment ce gars soit disant parasite arrive-t-il à réussir (et pas seulement Tesla…) ?
Je crois que ce gars complètement atypique et certainement très difficile à vivre est aussi très bon, visionnaire et tellement engagé dans ce qu’il fait qu’il arrive à déplacer des montagnes. Un gars comme ça galvanise forcément autant les fans que les critiques. Je trouve « rafraîchissant » qu’un « fou » (au sens « pas fabriqué dans le même moule ») puisse encore construire la réussite d’une boîte comme Tesla.

Finalement, jusque là, Tesla a surtout bénéficié de l’inertie et des difficultés des constructeurs « historiques », bientôt tout le monde va jouer à armes égales et ce sera beaucoup plus difficile.

avatar Patrick_C | 

@MGA

On est d’accord sur la conclusion: jusqu’à présent, il avait peu de concurrence sur son marché, les errements étaient tolérables mais plus maintenant que les gros sont réveillés et que les chinois débarquent. D’autant qu’il n’a pas une maîtrise de la batterie comme Apple en a sur ses puces.
Cela souligne en creux que SpaceX, avec de mega subventions NASA, à lui réussi sur un marché avec des acteurs bien installés.

avatar MGA | 

@Patrick_C

Vous oubliez que Tesla maîtrise ses moteurs, ses systèmes informatiques embarqués, sa technologie de chargeurs, sans compter qu’elle travaille énormément sur les batteries (mêmes si les spécialistes sont nettement meilleurs en production). Tesla innove également en production (moins de pièces à assembler) en plateforme (batterie structurelle) en remplois des batteries en fin de vie…
En matière de ventes Tesla va être rattrapée et dépassée mais en matière d’efficacité et de rentabilité, ce sera beaucoup plus long.

Et sur le sujet de l’article le problème Twitter est un micro problème sans véritable enjeu, que Twitter survive ou non n’a aucune importance.
D’une façon générale, les app qui se basent sur les API propriétaires n’ont aucune garantie de survie. Ça a existé, c’était déjà un manque à gagner pour Twitter avant, ça n’existe plus, c’est le cours des choses.

avatar cybercooll | 

@Arnaud33

Ça ne va strictement rien changer.
D’ailleurs rien n’a changé malgré tous les remous depuis le rachat.

avatar 0MiguelAnge0 | 

@Arnaud33

La même que Jobs en revenant chez Apple en supprimer les licenses de MacOS!!

avatar Dwigt | 

@0MiguelAnge0

Pour le coup, les clones phagocytaient une vraie part notable du CA d’Apple (la où on doit être à moins de 1 % des rentrées publicitaires avec Twitter), Apple était au bord de la faillite pour des raisons autres que le comportement lunatique du PDG de l’époque, il y a eu un préavis de plusieurs mois permettant d’écouler les stocks et aussi des mesures de compensation financière.
D’après ce que je viens de vérifier sur Wikipedia, le programme de clones a duré deux ans, Jobs a tenté tout d’abord de le renégocier à son arrivée mais se serait heurté à des fins de non recevoir, la fin du programme a consisté concrètement à ne pas accorder de licence MacOS 8 et Apple a par exemple dépensé 100 millions pour racheter les actifs de Power Computing.
Il y a eu aussi du mauvais sang avec Motorola, mais même là Jobs n’a pas voulu commettre un coup en douce, voire en traître, du style de ceux que Musk affectionne.

Pages

CONNEXION UTILISATEUR