Zerocam, un appareil photo avec zéro réglage, mais pas pour zéro euro

Nicolas Furno |

Zerocam (9,99 €) est une énième app qui permet de prendre des photos avec un iPhone, même si elle a un angle très original. Au lieu de viser les utilisateurs les plus avancés avec une myriade d’options, elle ambitionne de plaire aux utilisateurs qui cherchent la simplicité. Avec une approche assez extrême, puisqu’elle propose zéro réglage : son interface ultra minimaliste est composée d’un bouton pour prendre une photo et c’est absolument tout. Impossible d’ajuster la mise au point ou encore moins d’ajuster les paramètres de la photo, il n’y a volontairement rien de plus. Un widget est prévu pour lancer l’app depuis l’écran verrouillé.

L’interface de Zerocam va au-delà du minimalisme : on a un aperçu et un bouton (dont le nom change à chaque fois) pour prendre la photo, c’est absolument tout. Image iGeneration.

On peut quand même changer d’objectif, mais il faut pour cela quitter l’app et utiliser le menu contextuel associé à son icône depuis l’écran d’accueil ou alors par l’app Réglages. Une fois que Zerocam est lancée, il ne reste plus rien à régler, vous pouvez uniquement cadrer et prendre une photo. L’app est censée se charger de tout pour offrir le meilleur résultat, y compris pour choisir l’endroit où effectuer la mise au point. Sous le capot, l’image est d’abord prise en RAW puis convertie en JPEG selon un processus créé par les développeurs, de quoi éliminer les traitements imposés par Apple, en particulier le Smart HDR.

Le résultat final reste un JPEG comme ceux produits par l’app Appareil photo, même si les traitements sont spécifiques à Zerocam. Notons qu’il n’y a pas de géolocalisation des images et aucune option pour l’ajouter dans la version actuelle. Cette simplicité extrême a un coût, peut-être paradoxalement. On peut télécharger l’app gratuitement et prendre 12 photos par jour sans payer. Pour aller au-delà, il faudra passer par un achat in-app unique facturé 9,99 € pour le lancement, la moitié du prix que les développeurs espèrent demander à la fin. On échappe au moins à l’abonnement, même s’il va falloir convaincre les utilisateurs de payer pour si peu… ce n’est pas gagné.

Le menu contextuel pour changer d’objectif à gauche, l’écran qui s’affiche quand on a pris les 12 photos quotidiennes à droite. Image iGeneration.

Si vous cherchiez un Appareil photo simplifié, Zerocam nécessite iOS 16. Son interface n’est pas traduite en français, mais comme il n’y a pas d’interface, ce n’est pas gênant.

avatar myckmack | 

Avec mon iPhone 15, le menu contextuel ne me propose que 2x et 1x. Et, les Réglages (il y est écrit « Zoom(only iPhone PRO) ») proposent 0,5x, 1x, 2x et 3x, mais 0,5x et 3x sont, en fait, équivalents à 1x !

avatar padeca | 

Abonnement très cher

avatar jule6769 | 

@padeca

Achat unique pas un abo

avatar Oliviou | 

C’est l’usage principal des appareils photo des smartphones : point and shoot. La plupart des utilisateurs font exactement ce que cette app propose, mais avec l’app native de leur smartphone.
Comment cette boîte compte-t-elle convaincre quiconque de payer 10 balles pour… rien ?

avatar sebas_ | 

@Oliviou

C’est surtout les 12 photos par jour qui sont intéressantes. Ça force à ne pas trop prendre de photos.
Nous sommes nombreux (amateurs et pro) a essayer de réduire notre « dépendance » aux technologies. C’est tellement plus facile de prendre 120 photos que de n’en prendre que 12, le processus s’est inversé.

avatar Oliviou | 

@sebas_

Ah dans ce cas c’est gratuit, en plus !
Il faudra juste penser à désinstaller l’app native…

avatar occam | 

@sebas_

> "Nous sommes nombreux (amateurs et pro) a essayer de réduire notre « dépendance » aux technologies."

Une caméra argentique, un seul film par mois, 36 images maximum, voilà qui répondrait bien mieux à cette logique du rationnement volontaire.
À la clé, la possibilité de réduire le différentiel dF/dT à zéro, en ne chargeant pas de film du tout dans la caméra.
Zéro film, zéro images, zéro technodépendance.
Et même pas une app pour ça.
Juste une caméra vide que l’on trimbale prendre l’air.
Étape ultime, pas de caméra. Du tout.
Sevrage absolu.
Zen.

Mais ça, ça serait trop simple.

avatar sebas_ | 

@occam

Oh, je fais de l’analogique (N&B), bien que je ne développe pas encore.
J’ai un Polaroïd aussi, à 1€ la photo ça calme (surtout que je les offre, ça fais de bons souvenirs).
Pr contre je ne fais presque plus de photo à l’iPhone, bien que mon modèle (11) sorte de bonnes photos.
Je suis revenu dans ma phase d’adapter des vieux objo (Helios, Pentacon…) sur mon Canon, sa stimule la créativité aussi ;)

avatar occam | 

@sebas_

> "je fais de l’analogique (N&B), bien que je ne développe pas encore"

Ok, je vous ai taquiné, le moment est venu de vous encourager.

Je développe mes négatifs NB depuis un demi-siècle (punaise ! Mais j’étais petit gamin quand j’ai commencé…) et c’est une des rares choses devenues plus faciles et plus plaisantes en argentique.
Les émulsions qui ont survécu, et les quelques-unes qui ont été ressuscitées, sont à l’apogée de ce qui se faisait dans le domaine.
Les nouveaux révélateurs à base d’acide ascorbique (oui, vitamine C ! ) comme le Xtol de Kodak ou son clone XT-3 de chez Adox sont à la fois moins nocifs et plus dociles que les formules classiques à l’hydroquinone.

Pour développer, vous n’avez besoin que d’une cuve étanche, du révélateur, d’un peu d’acide acétique pour la solution de bain d’arrêt, et du fixateur. En plus, un cagibi obscur ou un sac en toile noire étanche pour enfiler le film sur le rouleau de la cuve, et c’est tout. Ah oui, un thermomètre à dix balles.
Pour les temps de développement, le nombre de rotations etc., vous trouverez tout sur le web, et il y a aussi des apps pour vous guider pas à pas.
Le développement des négatifs NB est rapide, facile, et ô combien ! gratifiant.

avatar ysengrain | 

9,99€ pour appuyer sur le déclencheur !!
L’éditeur, touche un pourcentage ?

avatar quinzero | 

Zerocam pour zéro fonction , il fallait y penser. Le rendre payant est encore plus ambitieux 😂

avatar jule6769 | 

Pour le coup c’est… trop minimaliste
Un peu comme les tesla sans commodo

avatar donatello | 

Oui, le rapport avec les commodos de Tesla est absolument frappant.

avatar LolYangccool | 

« Son interface n’est pas traduite en français, mais comme il n’y a pas d’interface, ce n’est pas gênant. »
C’est bête mais j’ai ris. 😂

avatar zoubi2 | 

@LolYangccool

> "C’est bête mais j’ai ris"

... de veau ? 😜 😘

avatar Fusion11 | 

Correction : "elle ambitionne de plaire aux utilisateurs qui ne savent plus quoi faire de leur argent" 😎

avatar cecile_aelita | 

Pourquoi pas mais j’avoue que bon… les réglages ne sont déjà pas nombreuses sur l´appli de base

avatar pariscanal | 

Sérieux 😂 y a des demeurés qui achètent ça

avatar Oracle | 

@pariscanal

Il se trouve même des médias pour en faire des articles.

Et des lecteurs pour en faire des commentaires.

avatar Floriendive | 

C'est étrange, je trouve les photos particulièrement réussi avec cette application !
J'ai comparé les photos de l'app et celle l'appareil photo natif, il y a une nette différence au niveau du rendu des couleurs et des contrastes..

avatar Furious Angel | 

Tu vois le Rabbit R1, tu te dis qu’on a atteint le sommet du scam, et eux ils débarquent.

avatar iPop | 

Une coquille dans l’article :
L’achat in-app stipule bien une réduction la première semaine, ce qui signifie que c’est un abonnement par semaine et donc n’est pas un achat en une fois.

avatar raleur | 

Quid de la qualité des photos ?

avatar Cindynamic | 

Merci d’avoir présenté cette app que je ne connaissais pas, et qui se révèle pratique pour les utilisateurs de VoiceOver. Avec l’appareil photo natif d’iOS, nous avons quelques infos de cadrage mais cela ne dépasse pas le nombre de personnes visibles et où elles se trouvent dans le cadre. Avec zerocam, il faut certes activer la reconnaissance d’écran, mais ensuite VoiceOver nous décrit tout ce qui apparaît dans le cadre: objets, animaux, humains, … C’est top!

CONNEXION UTILISATEUR