3DMark teste les nouveaux appareils iOS en 64 bits

Nicolas Furno |

3DMark [1.2.0 – US – Gratuit – iPhone/iPad – 179 Mo – Futuremark Oy] est un outil de bench chargé de mesurer la puissance de multiples appareils et notamment ceux d’Apple. Avec cette nouvelle version, les tests ont été mis à jour en version 64 bits, de quoi, en théorie du moins, obtenir des résultats plus intéressants pour les iPhone 5s, iPad Air et iPad mini Retina.

En pratique, nous n’avons pas vraiment noté de différences. Un iPhone 5s est trop puissant pour obtenir des résultats intéressants sur les deux tiers des résultats et le test le plus exigeant donne toujours d’aussi bons scores. Bref, 3DMark est toujours assez peu intéressant pour les produits Apple les plus puissants, mais on peut espérer que les tests deviendront plus exigeants avec le temps.

En attendant, cette nouvelle version retire des résultats communs tous les appareils qui trichent et gonflent artificiellement leurs scores (lire : Benchmarks faussés : 3DMark retire certains terminaux concernés).


avatar kuban | 
@arthurprchy : Un benchmark n'est qu'un outil pour détecter les morceau de code a optimiser. C'est assez bizarre déjà de s'en servir pour comparer des environnements différents. En effet, voici un cas d'utilisation qui va vous faire comprendre l'arnaque intellectuelle derrière les "benchmark de qui qui a la plus gros kiki" : 1 - un logiciel est développé sous Windows. Il traite des images en grand nombre. 2 - l'éditeur écrit un benchmark pour analyser pourquoi le logiciel est 40% plus lent sous AMD que sous Intel. Son but est de connaître dans le logiciel les 5% de code qui vont plus vite sous Intel pour analyser / optimiser. 3 - l'éditeur fait face à la concurrence. Il regarde pour "aller plus vite" les 5% de code les plus utilisés. Il porte les efforts d'optimisations sur ces 5%. 4 - l'éditeur décide de porter son application sous Mac OS X. Il se sert du benchmark comme dans le cas 2, mais cette fois aussi pour choisir entre différentes API et autres briques logicielles pour remplacer celles n'existant que sous windows. Entre temps, les gens se servent de ce benchmark pour en déduire que Intel >> AMD. Et que Apple c'est lent. Exemple concret : L'éditeur décide d'utiliser pleinement Altivec vu le gain de performance de son logiciel sur G4. Les gens changent d'opinion, le PPC est passé d'un escargot à la tuerie ultime dans l'esprit des gens. Bref.
avatar Billytyper2 | 
@UnVraiType Ta description correspond plus à de l'optimisation logicielle, ce qui n'a rien à voir avec "un logiciel de benchmark". Les 4 étapes citées sont des étapes utilisées par les développeurs pour optimiser le logiciel quelque soit l'environnement. Prenons l'exemple justement du logiciel "3DMarks". C'est un logiciel développé pour différent environnement (processeur, OS...etc). Le but de ce logiciel est de pouvoir comparer la performance d'une même opération sur différentes plateformes. Il est donc important que pour une même opération de calcul, l'opération soit optimisée pour chaque environnement. De cette manière, en fontion du résultat, on peut déduire que tel processeur et plus performant qu'un autre. Ou tel OS est plus performant qu'un autre. Pourque le résultat soit la plus proche possible de ce que l'on peut obtenir en tant que utilisateur final, il est fortement conseillé d'utiliser les API proposées. Car de toute façon tous les logiciels qui seront développés pour l'OS et le matériel donné, seront obligés de passer par ces API. Et donc selon le résultat obtenu, on peut déduire que tel appareil est plus performant qu'un tel appareil. Même si l'OS est différent, même si le processeur est différent, même si la puce graphique est différent. Par exemple s'il faut mettre 1 minute sur un iPhone 5, 45 sec sur un 5C et 10 sec sur un 5S pour calculer factoriel(1000000). On peut déduire que le 5S est plus performant qu'un 5C ou un 5. Idem donc si la même application, pour le même calcul prend 15 sec sur un S4, on peut déduire que que le S4 est moins puissant que le 5S, mais plus puissant que le 5C ou le 5. Mais il faut que le logiciel soit systématiquement mis à jour en fonction des nouvelles technologies. C'est donc le cas ici avec l'implémentation des nouveaux codes 64bits. C'est pour ça on appelle un logiciel de "benchmark"...
avatar eipem | 
@bibi81 "J'attends avec impatience les explications du pourquoi ce n'est pas mieux en 64 bits alors que certains n'arrêtent pas de dire que le passage en 64 est censé apporter de meilleures performances..." Il n'y a aucune raison de constater de grosses améliorations MOYENNES sur le 64 Bits. On a dit et répété que le 64Bits était utile sur CERTAINES opérations (filtre photo, video, crypto etc). Donc il faudrait un bench spécifique pour chaque type d'opération. Mais c'est sans doute trop compliqué à synthétiser pour un simplet comme toi.
avatar Cratès | 
@bibi81 Aucun intérêt ... J'aimerais bien que tu m'explique pourquoi ça n'a aucun intérêt ? Je ne veux pas de discours marketing mais quelque chose de bien technique.
avatar Cratès | 
Pour moi un Benchmark pour lequel on a pas accès au code source n'a aucun intérêt. L'optimisation logiciel d'un Benchmark n'est absolument pas garanti. Même si 3DMark a un savoir faire sur PC, rien ne garanti qu'ils sont au point sur iOS ou Android.

CONNEXION UTILISATEUR