App Store : le succès du modèle « freemium » se confirme

Anthony Nelzin-Santos |

Dans une présentation donnée à l'occasion de la conférence développeurs Verizon, la firme d'analyse Distimo a présenté un jeu de données (via) sur les boutiques d'applications, comme est l'habitude de le faire. Il permet notamment de mieux comprendre les différentes stratégies de monétisation d'une application sur l'App Store.

Distimo

Le prix moyen des applications iPhone est de 3,84 $, le prix moyen des applications iPad est de 5,26 $. L'App Store iPhone reste moins « cher » que l'App World de RIM, mais plus que l'Android Market de Google et le Windows Marketplace de Microsoft. « Accentuer la compétition fait baisser les prix », glisse Distimo : les applications les plus populaires valent moins cher que le reste, 1,47 $ en moyenne sur iPhone, 3,94 $ en moyenne sur iPad. Cette différence entre les deux appareils a toujours existé, mais globalement, les prix ont toujours tendance à baisser, de respectivement 21 et 27 % entre juillet 2010 et juillet 2011. Il faut dire que la croissance des téléchargements des 300 applications gratuites les plus populaires est près de cinq fois supérieure à celle des téléchargements du top 300 des applications payantes.

L'App World de RIM est toujours la boutique possédant la plus grande proportion d'applications payantes, 76 %. La plupart des boutiques suivent ce modèle : 66 % des applications iPad sont payantes, comme 60 % des applications iPhone et 54 % des applications WP7. Android est l'exception : 62 % des applications du Market sont gratuites. On connaît l'importance du financement par la publicité dans les applications Android, qui explique en partie ce renversement de la proportion.

Mais à en croire Distimo, le bon modèle serait le modèle freemium : application gratuite ou au coût modique, contenus supplémentaires payants. Si seules 4 % des applications iPhone utiliseraient le système d'achat in-app, elles représenteraient 72 % des revenus. C'est une confirmation d'une précédente étude de Distimo (lire : App Store : le succès du modèle Freemium), mais en juillet 2010, les achats in-app ne représentaient que 28 % des revenus. Ce sont désormais les applications payantes qui représentent cette part : 48 % des revenus viennent du modèle freemium pur (application gratuite), 24 % viennent des achats in-app dans les applications payantes.

Distimo

Rappelons qu'Android possède un système d'achat in-app depuis mars 2011 : 68 % des 25 applications les plus rentables dans la boutique de Google utilisent ce mécanisme.


avatar jaykew | 
C'est pas difficile d'affirmer que le modèle freemium est plus rentable que tous les autres. Car l'utilisateur qui veut profiter pleinement de son app est obligé de mettre plusieurs fois la main à la poche. La pilule passe mieux en plusieurs fois comme on dit. Modèle commercial à éviter car trop défavorable pour le consommateur.
avatar seolane88 | 
Les applications d'e-commerce font partie de ces applications que vous appelez Freemium. Elles n'ont rien à voir avec des applications dont on achèterait un module supplémentaire (comme de nouveaux niveaux dans un jeu). J'ai pris l'habitude de commander mes bouquins avec l'application Amazon, de passer mes enchères avec l'application eBay, etc. J'imagine qu'aux États-Unis, ce type d'applications est encore plus répandu. C'est probablement ce qui explique les chiffres étonnants de l'étude citée. Et ce n'est pas du tout au détriment du consommateur !
avatar winstonsmith | 
@labarique : Acheter sur eBay c'est absolument pas de l'achat in-app comme le définit Apple. Ça n'a rien à voir avec du freemium.
avatar seolane88 | 
A moins qu'il existe une distinction entre les différents types de in-App purchase, mais je nevois pas comment ils auraient les chiffres...
avatar winstonsmith | 
Les applis freemium, pardon mais pour moi c'est de la grosse m******... Avant quand on achetait un jeu, on le payait une fois et fallait avoir du talent pour le finir. Maintenant les jeux eux-même ne valent plus que quelques euros (cf les prix de l'AppStore) et pour finir le jeu faut avoir du talent OU dépenser de l'argent. Super.

CONNEXION UTILISATEUR