Apple avait envisagé un iMessage multiplateforme

Stéphane Moussie |

Qu’est-ce qui retient certains utilisateurs sur iOS ? iMessage. La messagerie d’Apple est aussi pratique à utiliser que difficile à quitter, explique le Wall Street Journal. Sept ans après leur arrivée sur iOS 5, les bulles bleues qui passent par les serveurs d’Apple sont toujours largement supérieures aux bulles vertes, synonymes de SMS transitant via les opérateurs.

Les iMessages sont chiffrés de bout en bout, synchronisés, ont un statut de lecture, indiquent quand quelqu’un rédige un message, et plus globalement le système iMessage est plus avancé (discussions de groupe, apps iMessage…).

iMessage a été développé dès les débuts d’iOS parce qu’Apple voulait « que l’échange de messages ressemble plus à une conversation », déclare Scott Forstall, l’ancien responsable d’iOS qui s’est peu exprimé depuis son éviction d’Apple en 2012, au Wall Street Journal.

Seulement, si on décide de passer sur Android, non seulement on perd toutes ces fonctions pratiques (à moins de faire adopter à ses amis WhatsApp ou Messenger), mais en plus la transition peut se révéler douloureuse. Il faut penser à désactiver le service sur tous ses terminaux Apple, sans quoi on risque de ne pas recevoir une partie de ses messages sur Android (les messages de ses amis sur iPhone continuent d’être délivrés en tant qu’iMessages sur les appareils Apple où le service est activé, ils n’arrivent pas en tant que SMS sur Android).

Scott Forstall présentant iMessage en 2011.

Pourquoi ne pas avoir créé une messagerie multiplateforme ? « Nous avions approché les opérateurs pour leur demander d’ajouter des fonctionnalités à leurs systèmes de messagerie existants et pour supprimer les coûts supplémentaires des utilisateurs, révèle Scott Forstall. Pour diverses raisons — difficulté d’élargir les normes existantes, problématiques d’interopérabilité, désir des opérateurs de protéger une source significative de revenus —, ces explorations n’ont pas abouti. »

En somme, Apple a envisagé un iMessage multiplateforme, mais devant les complications que cela représentait, elle a préféré y aller seule. Aujourd’hui, d’un point de vue stratégique, autant la compatibilité d’Apple Music avec Android était nécessaire pour rattraper son retard sur Spotify, autant la Pomme a tout intérêt à garder iMessage en vase clos.

Google essaye maintenant de réaliser ce qu’Apple n’a pas voulu tenter. Le créateur d’Android collabore avec de nombreux opérateurs dans le monde entier pour pousser Rich Communication Services (RCS), un standard visant à remplacer les SMS et MMS par des messages enrichis transitant en 4G. C’est globalement l’équivalent ouvert des iMessages, mais sans chiffrement de bout en bout (lire : Avec Chat, Google espère avoir enfin une réponse à iMessage). Pour l’instant, Apple n’a pas fait part de son intention d’adopter RCS.


avatar webHAL1 | 

@Bigdidou
« Il est tout à fait hors de question que j’utilise une messagerie personnelle avec de la pub dedans. »

L’idée qu’il y ait bientôt de la publicité dans WhatsApp ne plaît pas non plus. Après, il faudra voir sous quelle forme cette publicité est présente. Il y a par exemple aussi des publicités lorsqu’on fait une recherche dans Google, et je trouve que ce n’est absolument pas gênant.
Mais surtout, le problème que je vois, c’est que WhatsApp est bien trop implanté pour qu’il soit facilement possible de s’en passer. C’est un peu comme avec Microsoft Word : si tu travail en vase clos, il est tout à fait possible utiliser Pages d’Apple. Par contre, du moment que tu collabores avec d’autres personnes, ça n’est tout simplement pas possible. Tu auras beau leur dire : "la solution la Pomme est meilleure que celle de Microsoft", le standard de fait c’est Office, donc les échanges de documents se feront en .docx. Même chose pour WhatsApp : les gens continueront à faire des groupes dans cet outil, et si tu veux en faire partie il faudra l’avoir.

avatar Bigdidou | 

@webHAL1

« Même chose pour WhatsApp : les gens continueront à faire des groupes dans cet outil, et si tu veux en faire partie il faudra l’avoir. »

Oui et non.
Les gens, c’est aussi nous. Faut aussi apprendre à exercer ses choix et à les faire exercer quand c’est possible.
Mais ça l’est pas toujours c’est vrai.
Les gens qui veulent me joindre savent que WhatsApp, je réponds une fois sur trois, ils ont appris à utiliser autre chose. Au travail, j’ai la chance de pouvoir imposer comment on me joint. J’ai conscience que c’est loin d’être toujours possible, dès qu’on est dans une grosse boite. Après je vois qu’il existera des possibilités d’abonnements d’entreprise : c’est ce que je demanderas si on devait m’imposer Whatsapp (ce qui est très peu probable vu nos besoins de confidentialité)..

Qu’on accepte pour soi l’intrusion de la publicité dans sa correspondance privée est une chose pourquoi pas), mais c’est quelque chose qu’on ne m’imposera jamais.

avatar webHAL1 | 

@Bigdidou
« Les gens, c’est aussi nous. Faut aussi apprendre à exercer ses choix et à les faire exercer quand c’est possible.
Mais ça l’est pas toujours c’est vrai. »

Ah mais le choix tu l’auras :
1. Continuer à utiliser WhatsApp.
2. Ne plus l’utiliser et t’isoler.
3. Ne plus l’utiliser et convaincre ton entourage de passer à autre chose.

Personnellement, je ne suis pas très optimiste en ce qui concerne la troisième option. Mais ça dépendra probablement beaucoup à quel point la publicité est dérangeante dans les prochaines versions.

avatar Bigdidou | 

@webHAL1

« 2. Ne plus l’utiliser et t’isoler. »

Moui.
Personne n’a jamais refusé que je le joigne pas sms, et j’ai pas l’impression qu’on renonce à me joindre parce que que j’utilise peu (et bientôt plus) WhatsApp.
Question de génération, probablement. C’est pas à 50 ans qu’on fait ou défait sa vie sociale quand on est inséré, et certainement pas à cause d’une messagerie instantanée, faut pas pousser.
Par contre, la pub dans la vie intime, c’est sans moi. Question d’esthétique.
Aucune app avec de la pub, aucun service avec de la;pub sauf le moteur de recherche Google ou des choses très ponctuelles. Je suis abonné à tout ce que j’utilise.

avatar fte | 

@Bigdidou

"Personne n’a jamais refusé que je le joigne pas sms"

Ça m’arrive régulièrement. Et je le demande moi-même.

Comme j’utilise diverses SIM assez fréquemment, ni le téléphone ni le SMS ne sont fiables, SMS en particulier car les gens ne savent pas s’il est reçu ou lu mais pensent que. A tort. Mes parents, qui pourtant savent, m’ont engueulé en septembre dernier pour ne pas leur avoir répondu. J’étais en déplacement plusieurs semaines avec d’autres SIM...

Que des cas particuliers.

avatar webHAL1 | 

@Bigdidou
« Personne n’a jamais refusé que je le joigne pas sms, et j’ai pas l’impression qu’on renonce à me joindre parce que que j’utilise peu (et bientôt plus) WhatsApp. »

Là encore, ça n’est pas un souci en communicant avec une personne. Le problème va survenir lorsqu’un groupe doit être organisé (typiquement une réunion d’anciens d’une école). Je doute fortement que ça fonctionne si chacun y va de ses exigences (« je n’utilise pas WhatsApp, il y a de la pub ! », « pas question de faire ça par courriel, j’en reçois des centaines et je ne peux plus suivre ! », « Telegram ? Mais c’est russe, jamais je ne serai là-dessus ! », etc). Au bout d’un moment, ça sera la majorité qui l’emportera.

« Question de génération, probablement. C’est pas à 50 ans qu’on fait ou défait sa vie sociale quand on est inséré, et certainement pas à cause d’une messagerie instantanée, faut pas pousser. »

C’est sûr, on a jamais vu personne après 50 ans perdre tout ses amis ou, au contraire, intégrer un nouveau groupe social. Tout ce qu’on a à 50 ans, on le garde pour le reste de sa vie, plus de changement possible !

« Aucune app avec de la pub, aucun service avec de la pub sauf le moteur de recherche Google ou des choses très ponctuelles. Je suis abonné à tout ce que j’utilise. »

Ah ? Donc "sauf le moteur de recherche Google ou des choses très ponctuelles". Et pourquoi donc ces exceptions, dont apparemment WhatsApp ne pourra pas faire partie ?

avatar Bigdidou | 

@webHAL1

« C’est sûr, on a jamais vu personne après 50 ans perdre tout ses amis ou, au contraire, intégrer un nouveau groupe social. Tout ce qu’on a à 50 ans, on le garde pour le reste de sa vie, plus de changement possible ! »

Tu penses sincèrement perdre tes amis faute d’un système de messagerie ?
Des amis qui m’imposent la pub pour leur parler, je m ‘en passe, d’autant plus facilement que j’ai pas ça dans mon entourage.
Je dis pas que tout le monde doit faire pareil, mais c’est faisable si c’est important.
On peut vivre sans Facebook et ses extensions, oui, oui.

« Le problème va survenir lorsqu’un groupe doit être organisé (typiquement une réunion d’anciens d’une école »
On est complètement hors champs du sms et de la messagerie instantanée pour le coup.
Ça rejoint la problématique de tous les groupes Facebook & co, où, faute d’abonnement payant possible, il faut subir la pub.
C’est généralement sans moi, sauf obligation telle que tu la décris, et pour les trucs (les valeurs) plus importants que mon désir (et ma valeur) de ne pas subir la pub. Par exemple, quand ça concerne les enfants.

avatar fte | 

@Bigdidou

"Tu penses sincèrement perdre tes amis faute d’un système de messagerie ?"

Peut-être pas à ce point. Et je n’ai pas 50 ans.

Mais certains de mes amis sont très Facebook. Ils ont beaucoup plus de contacts et d’informations de groupe que je n’en ai, j’évite Facebook autant que possible, et les rencontres ou soirées de groupe ont cette drôle d’impression de décalage où il y a des infos que tout le monde connait et que je devrais aussi connaître mais que je ne connais pas et de louper des trucs et machins dans les conversations... phrase bien trop longue. Passons. Et de manquer des rencontres parce que l’info est passée sur FB et que personne n’a pensé relayer ailleurs.

Perdre des amis ? Naaaa. Décalages et infos loupées ? Totalement.

Mais pour ce cas précis, j’assume et persiste. (Pour l’instant.)

avatar Bigdidou | 

@fte

Ceci,étant, ici aussi, on est totalement hors champs du sms.

avatar fte | 

@Bigdidou

Certes.

Mais tu as posé la question. J’ai répondu. ;)

avatar webHAL1 | 

@Bigdidou
« Tu penses sincèrement perdre tes amis faute d’un système de messagerie ? »

Pourquoi dramatiser ? Il ne s’agit pas de "perdre ses amis", simplement de se couper d’une partie de ce qu’organisent certains cercles sociaux, lorsque ça passe par exemple via un groupe WhatsApp.

« Des amis qui m’imposent la pub pour leur parler, je m ‘en passe, d’autant plus facilement que j’ai pas ça dans mon entourage. »

Oui, bien sûr, on peut avoir ce genre d’attitude. Et dire aux gens « tous vos trucs modernes et vos Internet, je m’en fiche. Si vous voulez me contacter, vous venez sonner à ma porte ! ». Sans doute que les gens importants le feront. Probablement que d’autres laisseront tomber.

« On peut vivre sans Facebook et ses extensions, oui, oui. »

On peut tout à fait, oui. Et on peut aussi faire preuve d’un peu de flexibilité et, lorsque quelqu’un nous dit « j’organise un truc via Facebook, c’est OK pour toi te vite te créer un compte ? », faire un pas vers la personne plutôt que lui imposer notre mode de vie.

« On est complètement hors champs du sms et de la messagerie instantanée pour le coup. »

Euhhh, je ne comprends pas ce que tu veux dire. Au contraire, d’après ce que je vois c’est typiquement le genre de situation où les gens utilisent WhatsApp. Même au sein d’une famille, ce n’est pas rare que ça soit employé. Au sein de la famille de mon copain (des personnes entre 27 et 65 ans), c’est ce qu’ils font par exemple.

Quant à l’affirmation "ça n’est pas la même chose que d’en voir surgir au milieu d’une conversation" pour l’instant on ne sait absolument pas si la publicité "surgira au milieu d’une conversation". Donc bon...

avatar Bigdidou | 

@webHAL1

« Au contraire, d’après ce que je vois c’est typiquement le genre de situation où les gens utilisent WhatsApp. « 

Ben oui.
C’est pas du tout le boulot du sms, pour le coup.

avatar Bigdidou | 

@webHAL1

« On peut tout à fait, oui. Et on peut aussi faire preuve d’un peu de flexibilité et, lorsque quelqu’un nous dit « j’organise un truc via Facebook, c’est OK pour toi te vite te créer un compte ? », faire un pas vers la personne plutôt que lui imposer notre mode de vie. »

Alors ça, c’est un truc qui me dépasse complètement.
S’engager dans un truc aussi intrusif que Facebook pour participer « à un truc vite fait », non, vraiment sans moi.

« Et dire aux gens « tous vos trucs modernes et vos Internet, je m’en fiche. Si vous voulez me contacter, vous venez sonner à ma porte ! ». Sans doute que les gens importants le feront. Probablement que d’autres laisseront tomber. »

Et c’est moi qui dramatise ? ;)
Il ne s’agit pas d’aller contre la modernité, mais contre l’intrusion et la laideur.
Heureusement que la modernité n’implique pas nécessairement ça.

Encore une fois, je me fiche que des gens soient,pas dérangés par la pub dans leur intimité, c’est vraiment leur problème.
Mais je les laisserais jamais faire que cette pub m’atteigne moi dans cette intimité. C’est pas négociable et c’est parfaitement respectable.

avatar webHAL1 | 

@Bigdidou
« C’est pas du tout le boulot du sms, pour le coup. »

Ah oui, tout à fait.

« S’engager dans un truc aussi intrusif que Facebook pour participer « à un truc vite fait », non, vraiment sans moi. »

Euhhh... rien ne t’oblige à partager l’intégralité de ta vie sur Facebook, hein !? Tu peux tout à fait y être sans dévoiler quoi que ce soit (ce qui est d’ailleurs grosso modo ce que je fais).

« Et c’est moi qui dramatise ? ;) »

Eh bien... attends, il faut que je réfléchisse...

« Il ne s’agit pas d’aller contre la modernité, mais contre l’intrusion et la laideur. »

Ah oui, c’est bien toi ! ;-)

avatar Bigdidou | 

@webHAL1

« Euhhh... rien ne t’oblige à partager l’intégralité de ta vie sur Facebook »

Je ne sais pas.
J’ignore totalement ce qui est publique, ce qui ne l’est pas.
Comment ce que tu écris dans un groupe l’est ou je l’est pas, comment tu gardes le contrôle ou pas de ce que tu as écrit.
Je trouve ça très confus, et donc très dangereux.
Il m’est déjà arrivé, par exemple, d’être menacé physiquement ou même de mort par des patients paranoïaques (des vrais, qui passent à l’acte). Je n’ose imaginer que ces gens aient accès au moindre petit bout de ma vie privée ou intime, même du fait d’une erreur de manipulation de de ma part.
C’est un exemple parmi bien d’autre de ce qui me tient à l’écart de ce genre de trucs FaceBook & co.

Ça pose le problème plus général de notre identité numérique, du peu de contrôle qu’on en a, du droit à l’oubli qui reste très difficile à exercer.
La googlelisation ramène parfois des trucs qu’on avait oublié, pas forcément terribles, mais qui font pas très sérieux (on était moins prudents au début du net...).

avatar webHAL1 | 

@Bigdidou
« Comment ce que tu écris dans un groupe l’est ou je l’est pas, comment tu gardes le contrôle ou pas de ce que tu as écrit.
Je trouve ça très confus, et donc très dangereux. »

J’avais cru comprendre que tu n’étais pas sur Facebook. Apparemment tu y es quand même et tu n’es pas convaincu par la séparation entre les données privées et publiques. Personnellement je trouve ça clair, mais il est évident qu’il faut s’intéresser un peu à ce qui est possible et ne pas faire n’importe quoi.

avatar Bigdidou | 

@webHAL1

« J’avais cru comprendre que tu n’étais pas sur Facebook. « 

J’y suis passé pour avoir accès à un groupe pour le tenir au courant lors du premier voyage luinguistique de ma fille, il y a quelques années. Un mois, c’était trop long pour faire l’impasse ;). J’ai clôturé ensuite.
J’ai eu beaucoup de mal à comprendre ce qui,était public ou pas, qui avait accès, les interactions entre mon compte et le groupe.
J’étais constamment relancé par mail et pour m’intéresser à divers trucs, FaceBook me conseillait des tas « d’amis » : des gens de mon carnet d’adresse, mais aussi beaucoup de gens que j’avais connus, des collègues et des tas d’autres gens que j’ai croisés professionnellement, d’anciens camarades de classe, et même des patients (j’ai un peu paniqué, là). Un truc de fou, diabolique.
Mais pour être efficace et persistent, ça l’est, c’est sur.
J’ai naturellement clôturé le compte au retour de ma fille (opération très ardue, et FaceBook en garde manifestement ombrage puis qu’on ne peut pas rouvrir ensuite, manifestement : l’adresse est définitivement grillée).

avatar webHAL1 | 

@Bigdidou
« Un truc de fou, diabolique. »

C’est clair que c’est bien fichu. ^_^

avatar byte_order | 

@Bigdidou
>> Le problème va survenir lorsqu’un groupe doit être organisé (typiquement une réunion
>> d’anciens d’une école »

Ou simplement avec ses enfants, qui eux organisent déjà leurs groupes sur des messageries instantanées parce que le SMS ne supporte justement pas le concept de groupe.

> Ça rejoint la problématique de tous les groupes Facebook & co, où, faute
> d’abonnement payant possible, il faut subir la pub.

Y'a des messageries instantanées qui n'ont pas de pub sans devoir payer.
Par ailleurs, la fragmentation actuelle va fatalement pousser les gens à soit choisir une qui est nettement plus interopérable que les autres soit une qui dispose de passerelles avec les autres.
Le succès de l'email est dû à ce que le protocole est ouvert, apportant la garantie que peu importe le client et les serveurs, cela marche dès lors que vous avez l'identifiant de la personne à contacter.

Pour les messageries instantanées, le besoin est le même, et fatalement la fragmentation va faire son oeuvre en exposant les limites des protocoles propriétaires pour un besoin qui est, lui, effectivement universel.

avatar Bigdidou | 

@webHAL1

« Ah ? Donc "sauf le moteur de recherche Google ou des choses très ponctuelles". Et pourquoi donc ces exceptions, dont apparemment WhatsApp ne pourra pas faire partie ? »

C’est une bonne question. J’imagine que chercher une information et être pollué par la pub en retour, sur le plan de l’intrusion dans la vie intime (il y a pour moi une distinction entre l’intime et le privé), ça n’est pas la même chose que d’en voir surgir au milieu d’une conversation.

J’imagine aussi qu’on accepte plus la pub sur le net, espace public, que dans des apps, espace privé.

Encore une fois, libre aux gens d’accepter la pub partout, libre à moi (et, de ce je constate, à mes proches) de refuser cette pollution et cette intrusion. C’est un des rares luxes que j’ai les moyens de m’offrir, je vais pas me priver.

avatar marc_os | 

@vlsf1
Que t'apportent Messenger ou WhatsApp de plus que les SMS dans ton usage à toi ?

avatar vlsf1 | 

@marc_os

Une certitude que la personne a reçu le message, uns instantanéité (indispensable dans une discussion), des photos/vidéos visionnables (la compression des sms rend des photos avec du texte littéralement impossible à lire), la possibilité de voir si la personne a vu le message.

C’est un peu comme comparer une discussion en face an face avec une discussion par courier en fait.

avatar r e m y | 

Aujourd'hui c'est ApplePay cash qu'ils auraient intérêt à rendre multiplateforme ou pour le moins interoperable.

Autant ApplePay peut rester spécifique à l'iPhone et l'applewatch, autant le paiement entre amis devrait pouvoir se faire sans se préoccuper du modèle de smartphone et de la banque du destinataire d'un paiement. Et en sens inverse, on devrait pouvoir recevoir directement un paiement d'un ami n'ayant pas l'iPhone et la banque qui va bien pour ça...

avatar cham | 

Vivement les systèmes propriétaires pour les emails... ou plutôt : dommage que ces messageries ne soient pas interopérables :-/

avatar Minas_Tirith | 

Je trouve qu’iMessage évolue peu depuis sa création (ou alors pas dans le bon sens avec un ruban d’applis inutiles...). Autant à l’époque je l’ai utilisé car je ne me servais pas de WhatsApp et que mes amis avaient des iPhone, autant maintenant je me sers de WhatsApp et principalement de Telegram, cette messagerie est juste à des années lumières d’iMessage en terme de fonctionnalités (et multiplateformes lui...).

avatar MerkoRiko | 

Vous oubliez les possibilités d'envoyer des sms, via iPad et surtout les macs...priceless !!!

avatar byte_order | 

@MerkoRiko
Une fonctionnalité également dispo sur Android, mais via les multiples Apps le permettant, de AirDroid, PushBullet, Join ou même celle de Microsoft.

Cela n'a rien d'une exclusivité d'Apple, la nuance étant que cela n'est pas lié à l'usage de la messagerie du fabricant du smartphone.

avatar Ast2001 | 

Pas besoin de truc en plus. Android Messages sur le web est la solution standard Google et ne nécessite pas d'appli supplémentaire.

avatar byte_order | 

@Ast2001
Oui, mais cette solution est récente. Je soulignais que c'était déjà possible depuis longtemps, ce n'est pas parce que ce n'était pas intégré de base dans tout android comme iMessages peut l'être dans tout iOS et macOS que c'est une capacité exclusive (priceless, c.a.d justifiant n'importe quel prix demandé, du coup) aux plateformes d'Apple.

avatar jaymcfly | 

@MerkoRiko

L’app whatsapp pour Mac est bien foutue ! (Je rebondis sur la discussion générale sur le multiplateforme)

avatar MerkoRiko | 

@jaymcfly

J'avais essayé, il y a quelques temps, je n'avais pas été convaincu & de plus, c'était l'époque où il y avait des soucis de sécurité sur cette partie là, donc...
Ce qui me ferait revenir dessus, c'est qu'elle soit multi-numéros (ai 3 lignes mobiles 1 FR & 2 internationales...)...ce que font Message...& FaceTime

avatar Hōjō Tokyo | 

C’est la multiplication des offres de messageries qui rend la connection difficile à chaque fois que je rencontre une nouvelle personne. À Berlin c’est What’s app. En France c’est messenger. À Tokyo c’est Wechat...

avatar heero | 

@Hōjō Tokyo

Heee non Wechat c’est les chinois ? au Japon c’est Line (qui au passage est bien plus évolué qu’iMessage)

avatar byte_order | 

Toutafé.

Mais cette situation nourrie le besoin d'une plateforme fédératrice.
Ce qui aide à booster l'intérêt d'une telle plateforme et donc le développement de projet comme matrix.org qui cherche justement à répondre à cette problématique.

avatar Hōjō Tokyo | 

@byte_order

Avec les parents c’est encore plus simple : le SMS.

avatar Crunchy_mouss | 

Ils ont tout intérêt à le garder.
Mais iMessage manque cruellement de fonctionnalités...
Par exemple les citations, les messages audios de bonne qualités ou l’envoi d’un message qui se met en pause jusqu’à la réception du réseau...

avatar byte_order | 

> ... le système iMessage est plus avancé (discussions de groupe, apps iMessage…).

Plus avancé... que ?
Etrange formulation, qui laisse penser qu'il n'a pas de concurrence, et qu'aucune solution concurrente n'est aussi avancée que iMessage.

Alors que c'est fortement débattable.

avatar byte_order | 

Par ailleurs, l'explication donnée par Forstall est foireuse. Nul besoin de l'accord des opérateurs pour rendre un système de messagerie instantanée sur Internet multiplateforme, comme le prouve celles qui le sont vraiment (WhatApps, Telegram, GroupMe, Signal, Messenger, etc...).

Il se sert de l'excuse du coût des SMS pour justifier pourquoi Apple n'a jamais rendu public son protocole de messagerie iMessages, un protocole qui passe sur le réseau Data et non pas par le système SMS et qui ne dépend donc en aucun cas de la coopération des opérateurs.

Apple a choisi de garder son protocole fermé parce que 1) c'est dans son ADN et 2) pendant les premières années de l'iPhone iMessages était effectivement sans concurrence et donc un argument vendeur, permettant de capter et de garder captif - comme souligné dans l'article - les utilisateurs.

Plus le fallback en SMS devient minoritaire (et c'est fatal que cela le devienne), plus la non-interopérabilité des services "avancés" (mais aucun n'est si exclusif que ça, et surtout tous reposent sur l'usage en mode Data et non pas en mode SMS) de iMessage souligne son cloisonnement aux seuls contacts ayant eux aussi un terminal Apple.

Ce qui est à l'encontre du besoin même, qui est de pouvoir communiquer de manière riche avec n'importe qui, pas de pouvoir communiquer de manière riche uniquement avec ceux qui sont des clients Apple eux aussi.

avatar Stéphane Moussie | 

@byte_order

Plus avancé sur les SMS/MMS. La comparaison au début de l’article est entre les deux.

avatar byte_order | 

@Stéphane Moussie
Merci pour la précision.

avatar romainB84 | 

sans dire de faire une version mobile pour Android et windows (meme si ca serait le top !!), mais c'est vrai que juste une solution web integré a icloud pour pouvoir envoyer des imessage depuis un PC serait sacrement pratique

avatar Hoppy | 

Pour ma part, beaucoup iMessage et très peu WhatsApp. Je préfère largement telegram mais je n’ai pas actualisé afin d’avoir l’application disponible sur mon Apple Watch.

avatar eastsider | 

Surtout le gros fort de imessage est la multitude de format supporté et ceux depuis un bail(pdf, mp3, gif animés etc..) et la non compression des photos et video.

avatar dexter | 

Quand on y pense, il suffirait de proposer un client email révolutionnaire qui présente les mails comme des conversations WhatsApp.

On garde l’interopérabilité et l’ouverture des mails et tous les gadgets des messageries instantanées.

Le comble c’est qu’on croule sous les nouveaux clients mail ces dernières années, mais ne proposent rien de révolutionnaire à part siphonner dans leur cloud les mails échangés. Pas de chiffrement PGP, pas d’approche messagerie instantanée. Dommage.

avatar Jicenet | 

@dexter

Une appli qui présente les mails comme des SMS/iMessages...

Ca existe et ca s’appelle MailTime ;-)

avatar dexter | 

@Jicenet

Oui pour la présentation c’est tout à fait ça ! Mais quand on regarde la politique de confidentialité, il y a bien une collecte de données et une agrégation (anonymisée, certes).
https://mailtime.com/policy.html

Plus personne ne développe de client mail qui se contente d’afficher et d’interagir localement avec les mails du serveur de messagerie sans envoyer les données sur un serveur tiers ?

avatar Ast2001 | 

Le seul ennuui de Whatsapp est de ne pas avoir d'appli pour iPad. Pour le reste, je ne vois pas un seul avantage à iMessage.

avatar Tigrou25 | 

Perso, ce n'est absolument pas iMessage qui me retient sur iOS. Je me sers de WhatsApp et pas du tout de iMessage en dehors des SMS. Je ne vois même pas en quoi iMessage retiendrait des gens sur iOS, tellement c'est moins intéressant que WhatsApp, telegram ect. Ce qui me retient déjà plus sur iOS c'est FaceTime, j'habite à l'étranger et FaceTime est infaillible là où Skype ou même WhatsApp ne fonctionnent pas toujours.

avatar ric_anto_ | 

@Tigrou25

J’avoue que je ne comprends pas non plus le début de l’article. C’est la position de Forstall ou de l’auteur de l’article chez MacG ?
Clairement une messagerie qui n’est utilisée que par une (petite) portion de les contacts n’a absolument aucun intérêt et n’est pas, du tout, ce qui me retient sur iOS. Je me sers beauuuuuuuucoup plus de Messenger ou WhatsApp. Voire des SMS avec ma famille, pas adaptée à ces plateformes ni propriétaire d’iPhone.
Même avec des amis ou collègues sous iPhone, on se sert plus de Messenger ou WhatsApp voire Telegram...

avatar anonx | 

J’adore ??

Ça gueule et évite à tout prix les trucs google pour protéger ses données personnelles mais par contre tout le monde utilise whatsapp et messenger.

Bref changez pas les gars ??

Pages

CONNEXION UTILISATEUR