Abonnement : Apple et la presse, ça coince toujours

Christophe Laporte |

Si de rares magazines comme Le Point ont adopté le système d'abonnement proposé par Apple, il est loin de faire l'unanimité, bien au contraire. À une écrasante majorité, les directeurs de publication estiment que les conditions imposées par Apple leur sont défavorables. Le Syndicat de la presse magazine (SPM) a publié dans la semaine une lettre ouverte dans laquelle elle expose ses points de divergences avec Apple.

Souvent évoqué, le premier point est sans doute le plus compréhensible. Le SPM déplore la grille tarifaire d'Apple qui manque de souplesse. Le système de palier mis en place par la firme de Cupertino ne propose que trois tarifs dans la zone de prix d'un journal : 0,79, 1,29 ou 1,59 euro.

D'autre part, le SPM veut qu'Apple revienne sur l’interdiction de proposer un lien de l’appli vers les sites Web des éditeurs pour les abonnements. Selon le syndicat, cela appauvrit « l’expérience des clients et rend leur fidélisation plus ardue. »

En ce qui concerne la commission d'Apple, le chiffre de 30 % est « concevable » pour la SPM. Par contre, l'organisme estime qu’elle devrait être revue à la baisse lors du renouvellement d'un abonnement.

Mais comme pour le Financial Times (lire : Presse : le Financial Times exclut les abonnements Apple), il semble que le plus gros point de dissension concerne les données clients qu'Apple tient absolument à protéger. Apple propose à ses clients s’ils le désirent de transmettre leurs données personnelles à l'éditeur, mais elles se limitent au nom, à l'adresse email et au code postal. Difficile de faire du marketing direct avec si peu d'informations…

Le Syndicat de la presse magazine « rêve » d'un « accès simple et le plus complet possible à ces données clients » afin de nouer « un lien plus direct et personnalisé avec nos abonnés ».

Par conséquent, le SPM espère de tout coeur qu'Apple va revoir sa copie et proposer un système avec plus de souplesse. Rappelons que la société californienne a laissé jusqu’à fin juin à ses « partenaires » pour qu’ils se mettent en conformité avec ses nouvelles règles.

[Via : Libé]


avatar Fid | 
"un accès plus simple et plus direct aux données clients"... Pour du marketing direct... La bonne blague
avatar Guillaumeg33 | 
Puré ! Là j'ai du mal à comprendre : quand je choisi d'acheter mes magazines chez le vendeur en bas de chez moi, je le fais (en ayant pas de réduction abonné) pour que la pub me foute une paix royale !!!! En plus je peux juger si le magazine en vaut la peine sans quoi je n'achète pas. Avant d'acheter numérique je voudrait bien avoir un système d'achat (ou pas) qui sanctionne le contenu … pourquoi pas (en allant plus loin) en permettant l'achat d'un ou de plusieurs articles sans prendre le magazine entier. Finalement avec toute ces histoires débile on oublie l'essentiel, j'en suis persuadé ! Je me souviens en rigolant, maintenant de mon budget d'une douzaine de magazine par mois. Depuis que JE SUIS PASSÉ au tout numérique, j'ai apris certainement une chose : à faire des économie au détriment de râleurs qui ne savent pas se remettrent en cause et évoluer avec leur temps. C'est la moindre des choses !
avatar Goundy | 
De tout coeur avec Apple sur ce coup: le marketing direct est une engeance, une véritable plaie, et accessoirement un désastre écologique (pour sa partie papier). Pour le reste, qu'ils s'arrangent entre eux, sont assez grands pour faire des maths et voir ce qui rapporte le plus.
avatar mto1 | 
@ Morgan 1er : +1 Vivement qu ils réglementent l utilisation des données personnelles, c est n importe quoi en ce moment.
avatar alexmab | 
Petit HS veuillez m'excuser MacG et fidèles lecteurs -> Appel au Niçois qui recherchent encore un iPad 2, il y en à l'Apple Store et la boutique Orange de Cap3000.
avatar Oh la belle Pomme | 
Comme Apple fait ce qu'elle veut sur ses stores, les directeurs de publication font se qu'ils veulent avec leurs magazines. A leurs places je ne chercherais même pas à comprendre et laisserait les tablettes de cette marque sans contenu. C'est aux lecteurs de choisir... un media sans contenu ou le contenu sur un autre media.
avatar snark | 
@bugman Et ils vont se concentrer sur quel autre produit que l'iPad ? Petit rigolo... J'imagine que tu penses aux andropads ? Le problème c'est que : 1) Y'a pas encore assez d'appareil de ce type qui ont été vendu 2) Les performances d'achat des personnes ciblées par ces tablettes "alternatives" ne seront clairement pas mirobolantes avant des années. L'AppStore en terme de performance de vente c'est juste hallucinant.
avatar Oh la belle Pomme | 
Ils n'ont pas attendu Apple pour vendre de la presse ("gros clown"), et on avance vers des alternatives.
avatar juju_nantes | 
Il y a aussi un problème qui est la TVA sur lequel Apple est pour moins évasif... Si c'est à Apple qu'on paye, la TVA sera à 19,6. Si c'est à l'éditeur, elle sera de 2,1. Et de surcroit, Apple est basée au Luxembourg... d'où une TVA intracommunautaire, mais à quel taux ? That is the question.
avatar steam | 
cette presse meurt de son immobilisme, quand vont ils réaliser que le numérique et internet sont passés par là ? C'est comme l'industrie du disque, incapable depuis deux décennies de changer leur pratiques. Lorgnez du coté du jeux vidéo et du cinéma, ils ont su s'adapter au défis d'aujourd'hui...
avatar Yo93 | 
Ils ont quand même le droit de pas être d'accord avec les conditions proposées par Apple. Je vois pas ce qui vous embête.
avatar Oh la belle Pomme | 
+1
avatar agerber | 
ipfix, je crois que l'ipad sera mort avant que la presse ne meurt .. Et elle en a vue la presse des révolutions. A ce titre, est ce apple qui fait l'info, ou des journalistes ? Et il parait qu'il faut les payer ces journalistes ! Oui monsieur, au même titre que les développeurs chez Apple , de dirigeant de store ou de CEO.. Ben oui les journalistes travaillent comme eux , étonnant non ? Est ce à un fabricant de télé , d'ipad, ou de je ne sais quel truc électronique d'imposer ses régles sur la presse ? Ce qui est sur c'est que si nous avions Apple à l'ere du début de la TV , il faudrait une télé par chaine... Voilà pourquoi l'accès a l'information doit être universelle et ne pas dépendre d'un fabricant d'électronique (dont le cycle de vie est ultra court qui plus est, et essaye de jouer les gros bras en montrant sa PDM, PDM qui reste très arbitraire dans le temps !. Ainsi en moins d'un an , un autre constructeur a pris deux fois la pdm de ce dernier ).. A l'heure de la raréfaction de la presse et donc de nos sources d'info, c'est bien la presse qu'il faut défendre, et non pas le marchand de bazar d'électronique que se soit Apple ou Goog.
avatar Oh la belle Pomme | 
Mon avis (a chaud) : un géant, Adobe, devrait peut être "se sortir les doigts du..." pour se lancer dans le hardware à son tour. Il a pas mal de "connaissances", pouvant l'aider dans cette tache (comme Pantone qui s'est déjà lancé dans cette aventure pour son propre domaine) ou des fabricants d'appareils photo. Bref, loin d'être des brêles concernant le matériel. Dans d'autres domaines, des professionnels du software, ayant moins de moyens financier, ont l'air de bien s'en sortir quand il faut sortir du matériel de qualité (Native Instrument par exemple). Adobe à quand une surprise de taille pour la presse ?
avatar macfille | 
... et revoilà la vieille complainte, la presse se meurt, blablabla.... Il y a un contentieux précis entre les éditeurs et Apple, laissons les régler leurs petits problèmes. Mais cet acharnement contre les médias traditionnels (presse) sur iGé, ça commence à me gaver. Quand apparaît un événement important, sur quels sites/apps iPhone allez-vous pour en apprendre plus, et avoir des infos fiables?
avatar Caribours | 
Apple offre une façon unique à la presse de toucher un public qui ne lit pas ou peu la presse. C'est normal qu 'il y ait une commission. Rien n'empêche les journaux de proposer leurs abois sur leur site et de demander plein d'infos persos à leur lecteurs. Ou bien créer un site en html 5 qui s'adapte aux tablettes de toute marque et ils paient zéro commission. Mais bien sur ils veulent le beurre et l'argent du beurre. C'est bien plus difficile d'être attractif sur le web que sur l'app store d'Apple. Sur le web quasi contrainte d'être gratuit.
avatar Soseki | 
S'ils pouvaient, ces journaux nous demanderais de leur donner une autobiographie en 10 volumes. Histoire de nous balancer des mégatonnes de publicités.
avatar #[OmeR]_'666' | 
@ rikki finefleur "Et il parait qu'il faut les payer ces journalistes ! Oui monsieur, au même titre que les développeurs chez Apple" Apple ne propose pas de modèle gratuit. Justement l'avantage du modèle d'Apple est qu'il permet de vendre des contenus que les journaux eux-même ont mis à disposition gratuitement à une époque ou certains ont fait fleurir l'idée du tout gratuit (grâce à la pub). Les journaux se sont eux-mêmes mis dans une situation de précarité. Les géants de l'édition presse sont à peu près aussi rétrograde que ceux de la musique : les habitudes de lecteurs ont changées. Les gens sélectionne d'avantage par thème que par journal sauf si la nature du journal/magazine est particulière (charlie/canard) Il faut vendre à l'article dans une plateforme type iTunes qui fonctionne sur un mode de sélection : par sujet, par journaliste, par langue, par pays. L'article, taggé, est vendu entre 5 et 30 cts fonction de sa longueur. C'est le volume qui devient déterminant. Mais aussi un format de vente de ce type à un autre avantage : la carte cadeau 10/20/50 Euro que l'on peut offrir. Le modèle iTunes/Appstore à l'avantage d'avoir démontré qu'à prix correct, les gens tendent plus facilement à payer : on essaie de les plumer, ils contourneront les règles et copient. Quant au marketing direct : je ne comprends pas la déception des éditeurs. Quand je vais acheter un magazine au kiosque je n'ai pas l'obligation de fournir email, code postal etc. Que les éditeurs apprennent à vendre leur contenu avant de nous spamer. Enfin, les éditeurs ne sont pas d'accord avec la part prise de Apple, soit qu'il nous fassent un petit calcul des besoins logistique pour l'impression, la distribution, la gestion des retours, etc de leur support papier. Pas sûr que ça fasse seulement 30%.
avatar SuBWaReZ | 
@marvelous Il y a une différence: ici on parle des abonnements, pas des achats au numéro en kiosque. Or pour les abonnements: - les éditeurs disposent d'informations sur leurs abonnés: au moins leur adresse. - les éditeurs ne paient aucun intermédiaire, mis à part les frais postaux, donc 30% est énorme.
avatar Abudah237 | 
@ steph_a_paris : Les couts de distribution des quotidiens sont de plus de 30% du cout global en Europe, de près de 50% pour les magazines. Sans compter les couts d'impression qui s'y rajoutent.
avatar Abudah237 | 
Sachant que les recettes publicitaires des journaux sont a priori plus importantes que les recettes des ventes, donc dans le pire des cas, les 30% Apple font en fait moins de 15% sur les recettes (et je suis sympa), soit moins de deux fois le gain équivalent obtenu par les journeaux (sans compter les frais d'imprimerie).
avatar SuBWaReZ | 
@Mithrandir C'est surtout sur les informations personnelles que ça bloque. Mais il semble que ce soit plutôt moins de 20% Parce qu'ici : http://www.google.fr/url?sa=t&source=web&cd=20&ved=0CG4QFjAJOAo&url=http://www.ddm.gouv.fr/IMG/pdf/version_finale_7.pdf&rct=j&q=presse magazine cout abonnement&ei=qwGiTZreG5OxhQeBzJiOBQ&usg=AFQjCNEoFDXZgwW0e7lQH4TwPJdGx0Xmpw Le coût d'envoi d'un journal est typiquement de 0,25 euros et celui d'un magazine type L'Express ou L'Expansion de 0,36 euros. Et par exemple l'abonnement annuel à L'Express est à 95 euros pour 52 numéro .
avatar fornorst | 
Moi je suis d'accord avec Apple pour qu'ils ne donnent pas mes coordonnées.
avatar juju_nantes | 
Quand vous dites qu'aujourd'hui, on pourrait se passer des journalistes et des éditeurs, je pense que vous êtes un peu naïfs. Pourquoi acheter un journal, lit-on, puisque tout le monde sait ce qui se passe sur terre ? Oui mais justement, comment le sait-on ? Parce qu'il y a des journalistes justement. Si l'on s'en tenait aux vidéos prises par les sbires de Gbagbo ou par son opposant, on n'aurait aucune idée à peu près crédible, objective, de ce qui se passe en Côte d'Ivoire. Ça me parait important quand même d'avoir des informations crédibles, même si ça a un coût, assez faible d'ailleurs. Pour ce qui est des relations avec Apple : Apple veut garder son fichier client, et les éditeurs le leur. C'est tout. Personne n'a raison ou tort, et le comportement d'Apple n'est pas plus moral ou éthique que celui des éditeurs dans cette affaire.
avatar Abudah237 | 
Je ne suis pas certain que les infos qu'on a sur la côte d'Ivoire ou la Lybie soient si crédibles quje ça. Ceci d'ailleurs sans que je remette en question le caractère néfaste de Gbagbo ou Khadafi. Je me souviens en particulier que les quotidiens dits "sérieux" ont profondémment changé au moins 3 fois leur point de vue sur les rebelles Lybiens depuis le début de la guerre civile. Ca ne me dérange pas sur le principe, mais quand c'est dit à chaque fois sur le ton docte de la certitude, je commence à me méfier...
avatar chmgd | 
Il est probable qu'Apple s'ajuste. Certaines demandes sont raisonnables, me semble-t-il (âge, + de flexibilité $). Mais Apple ne lâchera pas sur l'accès aux infos et le 30%.
avatar Thomson33 | 
Pour ce qui est des informations données par les médias, je m'en méfie comme de la peste. J'ai plusieurs fois été témoin de scène que j'ai plu relire dans la presse, franchement ça fait peur, je me demandait si c'était vraiment le même sujet que l'on traitait. Dernier événement en date de cette semaine auquel j'ai participé m'a fait hurler de rire quand je les ai lu dans des journaux donc bon... Moi c'est les 30% d'apple et les 70% de ragots que je gagne :p
avatar agerber | 
Malheureusement certains ne connaissent pas la chance d'avoir de l'info (quelle soit bonne ou mauvaise là n'est pas le problème) , là ou des pays proches de chez nous s'acharnent à la bannir, à la réduire à néant, par la force si nécessaire en diffusant uniquement de la propagande gouvernementale.. Des pays ont récemment craqué grâce à l'ouverture de l'info justement.. Si vous la dénigrez sans arrêt, et bien aller donc vivre dans ses si beaux pays à la presse muselée.. Vous serez servi.... Ou comment ne pas connaitre sa chance et l'attrait d'une presse diversifiée..
avatar macfille | 
Qu'est-ce qu'il ne faut pas lire comme conneries quand même... Vous détestez les médias traditionnels, Le Monde, Le Figaro, Libé, etc..., OK. C'est votre droit. Mais arrêtez ce trip de la théorie du complot qui fait des médias de la propagande d'Etat, ça devient chiant à la longue. Vos discours: oui moi je suis internaute, je sais mieux que tout le monde, je détiens la vérité héhé, j'ai accès aux sites qui disent le vrai, j'ai même vu chez Morandini que... Pitoyable.
avatar jegolu | 
Presse et musique même trajectoire ? Croire que le support dématerialisé masquera la médiocrité du contenu est toujours d'actualité. Et croire que cela sauvera la presse je n'y crois pas. Le jour ou le whisky et le pata negra seront dématerialisés je crée un blog ! Bonne soirée.
avatar Oh la belle Pomme | 
Juste un truc : il n'y a pas de stockage des magazines, sur le store, il me semble.
avatar RaZieL54 | 
La bataille de pouvoir continue! Les éditeurs ne dénoncent plus le prélèvement des 30% d'Apple, reconnaissant la légitimité et qu'il n'implique pas de pertes de bénéfices. Cela démontre donc qu'il s'agissait bien d'un alibi tout a fait fallacieux! L'alibi tombé, l'objectif occulte apparaît de manière de plus en plus clair: les éditeurs veulent avoir accès aux données des clients afin de maintenir leur captivité, ce qu'Apple leurs refuse. Donc le problème que pose Apple à la branche édition de l'industrie du divertissement c'est la remise en cause de son hégémonie! Apple est en train de gagner la partie, comme elle l'a fait avec la branche musique de l'industrie du divertissement et comme elle est en train de le faire avec la branche video et la branche téléphonie. Les représentants n'en sont plus à menacer mais à espérer...
avatar macfille | 
@ abstract: je cite, «On te parle de faits, pauvre idolâtre. Je vais te dire babouin...» Puis: «Je ne perds plus mon temps avec ça». Je note. @rom54, je cite: «L'alibi tombé, l'objectif occulte apparaît de manière de plus en plus clair: les éditeurs veulent avoir accès aux données des clients afin de maintenir leur captivité, ce qu'Apple leurs refuse.» Tu as raison! Mais les éditeurs ont déjà des données sur leurs abonnés - pour les abonnements d'éditions papier de leurs journaux. Ils veulent juste (je les défend pas, hein, soyons clairs) la même chose sur les abos via iTunes. Mais il n'y a, si je comprends bien, aucune volonté cachée de la part des éditeurs. Ils veulent juste gérer leur fichier d'abonnés comme ils le faisaient naguère. Ils voient (avec un retard qui les rend un peu ridicules, admettons-le) qu'Apple a réussi à obtenir un nombre vertigineux d'infos sur ses clients (via iTunes). Ils veulent garder leur gestion locale de leurs abonnés. Franchement, en comparaison aux données qu'Apple récolte, cela me semble assez mineur...

CONNEXION UTILISATEUR