Faut-il s'inquiéter de l'augmentation du DAS de l'iPhone 7 ?

Anthony Nelzin-Santos |

Plusieurs d’entre vous se sont inquiétés, dans les commentaires ou par e-mail, de la valeur du DAS de l’iPhone 7. Alors que l’iPhone 6s et l’iPhone 6s Plus affichaient un DAS de 0,87 W/kg et 0,93 W/kg, et que l’iPhone SE est mesuré à seulement 0,72 W/kg, l’iPhone 7 et l’iPhone 7 Plus sont donnés à 1,38 W/kg et 1,24 W/kg. Faisons un point sur le sujet.

Pourquoi le DAS de l’iPhone a-t-il augmenté ?

C’est une bonne question. Nous l’avons donc posée à Apple, mais la firme de Cupertino n’a pas souhaité nous répondre. Le nouvel arrangement des antennes n’y est sans doute pas étranger, mais il n’explique pas tout. Le DAS peut diminuer ou augmenter pour des raisons beaucoup moins évidentes : il est ainsi passé de 0,93 W/kg sur l’iPhone 6 à 0,87 W/kg sur l’iPhone 6s.

Ces deux téléphones sont très similaires, mais pas identiques : l’iPhone 6 possédait un modem Qualcomm MDM9625M LTE-A cat. 4 à 150 Mbit/s, alors que l’iPhone 6s embarque un modem Qualcomm MDM9635M LTE-A cat. 6 à 300 Mbit/s. Les modems et les émetteurs-récepteurs ont un impact limité mais direct sur le niveau d’émission, qui varie d’ailleurs selon le type de réseau ou les bandes utilisés. L’iPhone 7 en fournit un bon exemple.

Le modèle conçu pour les États-Unis et la Chine intègre un modem Qualcomm MDM9645M, tandis que le modèle « international » embarque un modem Intel XMM7360 (les deux prennent en charge la LTE-A cat. 12 à 450 Mbit/s, mais seule la puce Qualcomm est compatible avec les réseaux CDMA utilisés hors de l’Europe). Et le modèle sino-américain est donné à 1,37 W/kg, tandis que le modèle européen affiche cette fameuse valeur de 1,38 W/kg qui fait tant parler, 0,04 W/kg de plus que le modèle spécifique au Japon.

La carte-mère de l’iPhone 7, sur laquelle on trouve un modem Qualcomm ou Intel selon les modèles. Image CC BY-NC-SA iFixit5.
La carte-mère de l’iPhone 7, sur laquelle on trouve un modem Qualcomm ou Intel selon les modèles. Image CC BY-NC-SA iFixit.

Reste que les antennes forment la variable la plus importante de l’équation : leur position, leur conception, leur géométrie et bien d’autres aspects déterminent la manière dont l’iPhone se connecte au réseau. À ce titre, il est intéressant de constater que le rapport entre le petit et le grand iPhone s’est inversé : alors que l’iPhone 6s et l’iPhone 6s Plus affichaient un DAS de 0,87 W/kg et 0,93 W/kg, l’iPhone 7 et l’iPhone 7 Plus sont mesurés à 1,38 W/kg et 1,24 W/kg.

Mais au fait, c’est quoi, le DAS ?

Le « débit d’absorption spécifique » indique le taux auquel l’énergie d’un champ électromagnétique dans les radiofréquences est absorbée par les tissus humains, exprimé en watt par kilogrammes. Le DAS est notamment utilisé en médecine, pour mesurer l’exposition pendant un examen IRM par exemple, et en téléphonie, pour mesurer l’exposition pendant l’utilisation d’un téléphone portable.

Cette mesure diffère selon le type d’appareil et les normes employées. La plupart des pays anglo-saxons suivent les recommandations américaines, et mesurent l’exposition d’un gramme de tissu, alors que les pays européens mesurent sur dix grammes de tissu. En découlent deux normes, dont les mesures ne sont pas directement comparables :

  • la FCC et la plupart des régulateurs à travers le monde exigent que les téléphones possèdent un DAS inférieur à 1,6 W/kg ;
  • le CENELEC et les régulateurs européens exigent que les téléphones possèdent un DAS inférieur à 2 W/kg.

Ces mesures sont toutefois réalisées dans des conditions similaires : elles doivent simuler « les pires conditions d’utilisation dans toutes les bandes de fréquence » dans lesquelles l’appareil opère, pour citer les mots de la FCC. Seule la valeur la plus élevée, que l’appareil ne devrait jamais excéder en usage normal, est retenue.

Comment le DAS est-il mesuré ?

Les détails de la mesure du DAS varient selon la norme employée, mais le cadre général est le même partout. Le téléphone est d’abord configuré pour atteindre son plus haut niveau d’émission, puis placé dans une enceinte dédiée à la mesure des champs électromagnétiques. On y trouve des modèles standardisés de tête et de corps, remplis d’un gel « absorbant » les radiofréquences de la même manière que les tissus humains.

Le téléphone est placé dans diverses positions et à diverses distances des modèles, selon les spécifications des normes, et plusieurs mesures sont relevées à des points précis de la tête et du corps, là encore selon les spécifications des normes. Certaines mesures sont plus importantes que d’autres, car ce sont les deux mesures qui sont généralement communiquées au public :

  • celle réalisée contre la tête, qui simule une utilisation active, pendant un appel par exemple ;
  • et celle réalisée à 5 mm du corps, qui simule une utilisation plus passive, lorsque le téléphone est rangé dans une poche de veste par exemple.

Est-ce que cette mesure est fiable ?

Les mesures sont réputées fiables, mais il n’est pas certain qu’elles soient toujours représentatives. La mesure « près du corps » n’est sans doute pas aussi utile que serait une mesure « collée au corps », qui simulerait le rangement somme toute courant d’un téléphone dans une poche. Surtout, une « mesure du pire » n’est sans doute pas aussi utile que serait une moyenne d’exposition.

Les tests sont réalisés par les fabricants eux-mêmes, et sont rarement vérifiés par les autorités sanitaires. Même en partant du principe que les fabricants de téléphones sont plus honnêtes que les fabricants automobiles, l’opacité de la procédure pose problème, car elle occulte d’éventuels accidents statistiques et surtout empêche d’avoir une idée du niveau typique d’exposition lors d’une utilisation normale.

La valeur de 1,38 W/kg est donc purement indicative ?

Le DAS n’est rien d’autre qu’un indice. Il n’est pas inutile : il indique clairement que l’iPhone 7 peut émettre à une puissance bien plus élevée que ses concurrents et que la plupart de ses prédécesseurs. Mais il n’est pas l’alpha et l’oméga : il ne dit rien de l’avantage procuré par les antennes externes à reconfiguration dynamique employées par Apple, ou du bénéfice apporté par la détection de réseau assistée par Wi-Fi et GPS.

L’iPhone a toujours eu un DAS comparativement élevé, à l’inverse des smartphones de Samsung. Cette année toutefois, la palme revient à Huawei.

La FCC met d’ailleurs en garde contre la tendance à comparer les smartphones sous le seul biais du DAS, sans prendre en compte leurs spécifiés techniques et l’environnement dans lequel ils seront utilisés :

[…] les petites différences de DAS entre des modèles particuliers de téléphones ne sont pas un élément fiable pour comparer l’exposition des consommateurs aux radiofréquences, étant donné la variabilité de l’usage individuel.

L’endroit où vous utilisez votre téléphone, la manière dont vous le tenez, l’opérateur chez lequel il est connecté, et bien d'autres facteurs modifient considérablement votre niveau d’exposition. Le DAS ne rend pas compte de cette diversité des usages.

Donc l’augmentation du DAS de l’iPhone n’est pas vraiment grave ?

C’est… compliqué. Les effets des radiofréquences émises par les téléphones portables sont difficilement quantifiables : la littérature scientifique sur le sujet n’a pas d’avis arrêté, et les premières études épidémiologiques à long terme ne sont pas concluantes (et comment pourraient-elles l’être, alors que les normes cellulaires changent régulièrement, et que nous baignons dans les ondes radio à longueur d’année ?).

L’OMS résume la situation de manière laconique : « il n’a jamais été établi que le téléphone portable puisse être à l’origine d’un effet nocif pour la santé. » Mais tout le monde s’accordera pour dire qu’il vaut sans doute mieux limiter son exposition. L’« absence de certitude scientifique » ne doit pas empêcher le principe de précaution — au contraire, c’est sa principale motivation.

Mais alors, que faire ?

Le niveau d’exposition diminue en même temps que la distance à l’émetteur augmente : il vaut mieux ranger son iPhone dans son sac que dans sa poche. Le niveau d’émission est directement lié aux conditions de connexion : il diminue pendant un appel (puisque le téléphone est connecté au réseau), mais augmente sensiblement pendant un déplacement rapide (puisque le téléphone doit constamment changer de cellule).

Dans le train ou dans les zones mal couvertes, et évidemment la nuit, mieux vaut donc utiliser le mode avion. Évitez les étuis contenant des pièces métalliques, et dans l’absolu, vous devriez toujours utiliser votre casque pour…

…mais l’iPhone 7 n’a pas de prise jack !

À force de le répéter, on va finir par le savoir ! Apple n’a pas d’autre choix que de fournir « un accessoire permettant de limiter l’exposition de la tête aux émissions radioélectriques lors des communications » (article L34–9 du Code des postes et des communications électroniques), autrement dit un micro-casque. L’iPhone 7 est ainsi fourni avec une paire d’écouteurs Earpods à prise Lightning.

Tableau DAS iPhone
L’iPhone a toujours eu un DAS comparativement élevé, mais l’iPhone 7 atteint des sommets qui n’avaient pas été vus depuis l’iPhone 3G.

Dans le même temps, Apple incite fortement ses clients à couper le cordon, or les écouteurs Bluetooth émettent eux-mêmes des radiofréquences. L’expérience montre que les niveaux sont très faibles, mais avec une montre connectée au poignet et un smartphone en bandoulière, les chiffres s’additionnent.

Même si le DAS de l’iPhone 7 était plus bas, le futur sans fil voulu par la firme de Cupertino pose des questions de santé publique. Il serait de bon ton qu’Apple communique sur le niveau d’émission des AirPods, comme elle le fait pour l’Apple Watch et même pour les Mac récents, ne serait-ce que pour rassurer les utilisateurs les plus sensibles à la question.


avatar supermars | 

@Liena :
"Das auto" : MAGNIFIQUE !

avatar Hideyasu | 

Je suis quand même étonné des différences alors que tout les téléphones ont plus ou moins les mêmes modem
Pas mal le DAS du Note 7 au passage :)

Enfin bref, on est plus à ca près pour les ondes, les antennes 4G en envoient constamment, ca doit être bien pire qu'un smartphone

avatar YAZombie | 

Ce n'est pas "pire". C'est aussi insignifiant.

avatar deltiox | 

Aucune inquiétude à avoir
Bon je vais me sécher les cheveux dans mon four micro ondes

avatar tylerdurden13 | 

Il faut également préciser qu'il y a peu de constructeur comme Apple à faire systématiquement la seconde mesure à 5mm du corps. Samsung par exemple a choisi de faire ses mesures à une distance de 15mm, ce qui réduit l'exposition et fausse la comparaison. Etrange que cela n'ai jamais été souligné lorsque l'on compare les DAS entre différents modèles.

avatar Trillot | 

Faut dire à-ça à Gaillard (voir au début du fil)
;-)

avatar Carbonized | 

Il faut plutôt s’inquiéter de la qualité de réception.
Il y a eu une récente étude danoise, et sur 37 smartphones, l'iPhone 6S arrivait 30ème.
http://www.dr.dk/nyheder/penge/kontant/saa-daarlig-er-den-nye-iphones-antenne

avatar Kensei68 | 

@Macuserman

Tu est mon idole de la journée.
Merci

avatar kaporal78 | 

@tylerdurden13
merci a toi.

avatar kaporal78 | 

"Il existe des différences de valeurs de niveau d'exposition, pour un même modèle, selon la mesure de DAS utilisée (norme européenne ou norme US). Ces différences seraient dans une certaine mesure logiques du fait de la spécificité de chacune des mesures DAS, mais aboutissent dans certains cas à des résultats qui peuvent paraître incohérents"

la différence entre le 6s et le 7 ne serait elle pas dû a cela: la valeur du DAS de l'iphone 7 est mesuré selon la norme US alors que le 6 ou 6s selon la norme européenne?

avatar raysar | 

C'est très mollassons comme article.

Un téléphone émet LE MINIMUM POSSIBLE A chaque instant. Un téléphone a beau avoir un DAS de 18W il n'émettra jamais cette puissance dans la réalité quelque soit sa position vis à vis d'une antenne.

En pratique, a distance égale avec une antenne relai, ils émettent quasi tous autant.
La différence est lié à la position de l'antenne... Et quand on le tient dans la main, on s'en branle de cette fameuse position.
Et en pratique ils émettent beaucoup plus de puissance quand on le tient en main pour surfer, qu'en mode téléphone...
Ceux qui ont un DAS plus élevé pourront capter plus loin si l'antenne relai est assez performante.

Quasiment 100% des français n'ont toujours pas compris ce que représente le DAS a cause de tous les journalistes qui n'expliquent rien.

Le DAS n'a AUCUN intérêt pour le grand public. Il est utile pour ceux qui téléphonent beaucoup et qui vivent à la campagne. Exactement ce que le client iphone 7 n'est pas.

Donc arrêtez de raconter de la merde, en général un DAS élevé est QUASIMENT EXCLUSIVEMENT lié à la position des antennes, un téléphone avec 3cm de longueur en plus aura sont antenne 3cm plus éloignée du crâne et sera donc mesuré beaucoup plus faiblement. C'est facile à regarder avec les téléphone samsung de même génération et même les 2 iphone 7 qui ont exactement la même puce et la même position d'antenne.

Le DAS c'est de la branlette afin de simplifier des choses beaucoup plus complexes. Et ne peu pas être abordé avec des gens qui ne savent même pas qu'un téléphone émet de façon TRES variable, avec des facteurs de bien plus de 100.

Il faut aussi comprendre qu'un téléphone qui émet beaucoup est un téléphone qui va se décharger plus rapidement de façon non négligeable. Et de toute façon les téléphones OBEISSENT aux antennes qui les entourent il n'émette que le nécessaire.

Il faut vrmnt que je fasse un gros article technique sur le sujet,il n'y a rien en francais

avatar LittleSushi | 

@raysar :
Le DAS n'a AUCUN intérêt pour le grand public. Il est utile pour ceux qui téléphonent beaucoup et qui vivent à la campagne. Exactement ce que le client iphone 7 n'est pas.

Des sources ??? A te lire, je n'aurai jamais du avoir d'iPhone donc vu que je téléphone beaucoup et que je vis à la campagne?!

avatar Smoky | 

Voilà pourquoi je fais bien de téléphoner de plus en plus en me servant de mon Apple Watch 2 qui au passage dispose d'un haut-parleur très correct (en environnement calme) et de 2 micros performants au point que mes interlocuteurs ne font pas la différence avec mon iPhone .

(désolé, je n'ai pas trouvé de mots vulgaires à utiliser, MOI)

avatar YAZombie | 

Aucune raison de penser que "tu fais bien", mais l'important c'est surtout que tu te fasses plaisir.

avatar raysar | 

Un téléphone avec un DAS élevé peut émettre moins à puissance max qu'un autre avec un DAS plus faible.
EN pratique c'est surtout lié aux technologie de communication qui ont besoin de beaucoup plus émettre pour augmenter leur débit de communication. C'est la raison pour laquelle les téléphone plus basique ont un DAS faible alors qu'ils captent aussi bien.

De plus vous vous pignolez sur l'émission d'une oreillette bluethooth.
Sauf qu'on est sur le l'ordre du milliwatt comparé à du watt sur une smartphone éloigné d'une antenne.

(Un wifi domestique c'est de l'ordre de 50mW)

Donc allez vous renseigner comme ABSOLUMENT TOUS LES journalistes tech francais qui racontent la même rengaine depuis des années (vous pouvez faire des recherche sur google il y en a des centaines qui racontent n'importe quoi) alors qu'il suffirait d'interviewer ou d'envoyer un mail à un ingé dans le domaine de la la r&d en télécom pour avoir toutes les précisions sur le sujet et d'avoir une confirmation que vous considèrerez comme fiable.

avatar Arcetnathon | 

@raysar :
Non les telephones "simples" ont egalement des DAS qui varient aux memes niveaux que les smartphones actuels.

Un Nokia 3310 c etait aux alentours de 1.0

avatar raysar | 

Oui tout à fait, dans ce cas c'est la position de l'antenne qui est tout en haut qui fait la différence, et il émet vraiment fort pour de la téléphonie pure.

On a aucun plan de rayonnement des téléphone et spécifications des puces de public, c'est très compliqué de les comparer.

avatar heret | 

branle par 2 fois et pignoler. Comptes-tu consulter pour ton priapisme ?

avatar LittleSushi | 

@raysar :
ingé dans le domaine de la la r

avatar Smoky | 

Ahhhh... la poésie !!!!

avatar pao2 | 

Il me semble que:
le DAS est mesuré à pleine puissance, ce qui n'est pas forcément le cas réel sauf si on est en limite de connexion, loin d'une antenne télécom par exemple. Donc il suffirait que le fabriquant diminue la puissance maximum, pour baisser le DAS, le téléphone aurait une jolie valeur, mais aurait toute les peines à se connecter à une antenne éloignée. Je préfère donc avoir un téléphone qui peut avoir un DAS élevé ET qui se connecte dans toutes les situations. Mais évidement, il y a des limites. Le mieux serait un téléphone parfais avec un DAS faible et qui se connecte sans jamais de soucis.
Le plus simple étant de ne pas non plus rester accrocher 24h sur 24 à son téléphone en communication.
Sinon il parait qu'il ne faut pas le mettre dans les poches, c'est trop près des coucougnettes, ni dans la poche de la chemise, c'est trop près du coeur. Et quand on demande ou il faut le mettre, la réponse est souvent: dans ton c*l :-)

avatar r e m y | 

@pao2
"..Et quand on demande ou il faut le mettre..."
c'est bien pour ça qu'un retour à des tailles d'écran plus raisonnables serait une bonne chose!

avatar jerry75 | 

@r e m y :
Ça dépend ... y'a des gourmands !

avatar heret | 

Et quand on demande ou il faut le mettre, la réponse est souvent: dans ton c*l

Faut-il activer le mode vibreur auparavant ?

avatar NestorK | 

Ben je comprends plus rien, Fousfous n'arrêtait pas de nous dire que c'était de la pure connerie ce DAS. Qui croire ?!?

avatar YAZombie | 

Fousfous et avec lui le consensus scientifique - qui n'est ici pas représenté par les autorités sanitaires coupables d'excès de zèle alors que les études sur lesquelles elles fondent leurs recommandations sont extrêmement sceptiques sur les conclusions négatives et reconnaissent des biais plus qu'importants.
Le reste c'est de la branlette (c'est l'autre sujet du jour apparemment).

avatar LittleSushi | 

@YAZombie :
Tu te souviens des pubs qui disaient que c'était bien de fumer, puis ensuite les industriels qui disaient que ça ne provoquait pas de maladie, jusqu'à ce que ...

Je dis ça, je dis rien

avatar YAZombie | 

@LittleSushi: le rapport entre des publicités et le consensus scientifique?
Je dis ça, je dis rien.

avatar LittleSushi | 

@YAZombie :
Avec de l'argent tu fais dire ce que tu veux à qui tu veux, et nous connaîtrons la vérité que bien trop tard

avatar YAZombie | 

Ah ben ça c'est sûr qu'avec ce genre d'arguments de Café du Commerce, on va aller loin. Accessoirement tu confonds "vérité" avec "ce que j'ai envie d'entendre, sans aucun fondement mais juste parce que j'y crois". Tu ne parles pas du tout de science mais de conviction, de croyance.

Et au fait, tu es qui, toi, pour mettre en question l'intégrité, la morale et l'honnêteté des centaines de chercheurs qui travaillent sur les effets des ondes non ionisantes sur la matière organiques, les épidémiologistes, les responsables de revues scientifiques, les représentants des autorités sanitaires du monde entier, et d'autres? Et tout ça est fondé sur quoi concrètement?

avatar jazz678 | 

@LittleSushi :
Le risque lié aux radiographies est autrement plus élèvé (rayons x ou rayons gamma) que les ondes radio. On ne parle pas de la même chose.
Le risque est lié à la zone radiographiée et à la durée de l'exposition. On est moins à risque de cancer quand on parle de radio de la mâchoire ou des extrémités par exemple

avatar LittleSushi | 

@jazz678 :
Je pense à mon pneumologue qui me fait une radio des poumons et sinus tous les ans pour un contrôle ... je me pose plus de question sur ce point que pour le das évidemment.

avatar ben58 | 

Pour un radiologue c'est pas futé de dire allez y aucun problème, va demander aux militaires qui sont exposés aux ondes électromagnétiques ce qu'ils en pensent.

avatar YAZombie | 

Tu peux préciser un peu de quoi tu parles? Des sources? Ou c'est encore des conversations de comptoirs de Café du Commerce?

avatar LittleSushi | 

@YAZombie :
Ce que je ne comprends dans ton discours, c'est que tu cites une étude sur l'innocuité de ce type d'onde, mais l'oms a décidé de classer ces ondes comme potentiellement cancérogènes à la vue des résultats obtenus de différentes études (avant 2011).
De là, je peux penser que ces ondes sont potentiellement dangereuses sans trop me tromper non? ou les membres de l'oms sont des abrutis qui se la touche et prennent des décisions qui vont à l'encontre économique de toute une industrie florissante?

Quand aux études scientifiques, souvent elle peuvent prêter à interprétations, ex :
Statistiquement, l'avion est le moyen de transport le plus sûr au monde, c'est un postulat admis par tout le monde et surtout par les compagnies aériennes.
Ces résultats sont obtenus en prenant pour base le nombre d'accidents par passagers et par km parcourus c'est un fait scientifique !
Maintenant, prenons le nombre de décollages par rapport au nombre d'accidents, et là, tout aussi scientifiquement la voiture devient le moyen de transport le plus sûr du monde!
Je n'ai pas la prétention de dire ce qui est vrai ou faux, mais je rappelle qu' à une époque la terre était scientifiquement plate, qu'elle etait le centre de l'univers, que la plus petite particule était l'atome ... et j'en passe.

avatar YAZombie | 

Je n'ai pas cité d'étude sur l'innocuité de ce type d'onde parce que déjà, par définition, ça ne saurait exister. J'ai cité une étude, Interphone, portant sur la nocivité potentielle de ce type de rayonnements, dont les seuls et rares résultats “positifs” sur des cas extrêmes ont été très fortement remis en question par les scientifiques qui l'ont menée - qui donnent des raisons précises de leurs doutes.
Ce que je dis depuis le début, c'est qu'aucune étude n'a mis en évidence d'effet nocif des rayonnements électromagnétiques tels que ceux émis par nos appareils électroniques. C'est là le consensus scientifique à ce jour, encore confirmé il y a peu par l'étude australienne dont tu trouveras le lien dans un autre commentaire.

Ce n'est pas l'OMS qui a classé les ondes en question en "cancérogènes possibles" mais le CIRC.

Pour l'OMS leur site souligne qu'à ce jour, "il n’a jamais été établi que le téléphone portable puisse être à l’origine d’un effet nocif pour la santé" et que "les résultats des études portant sur des animaux montrent invariablement qu’il n’y a aucune augmentation du risque de cancer du fait d’une exposition prolongée aux champs de radiofréquences" (http://www.who.int/mediacentre/factsheets/fs193/fr/)

Pour le CIRC, classement 2B: t'es-tu demandé ce que ça veut dire? Je t'invite à vérifier sur la doc officielle ici: http://monographs.iarc.fr/ENG/Preamble/CurrentPreamble.pdf, et comme je suis gentil je te fais un résumé: des cas extrêmes ont vaguement donné l'impression que peut-être il pourrait y avoir une augmentation du risque de cancer. Je souligne volontairement tous les aspects montrant à quel point c'est ultra archi mega hypothétique, et tellement à la marge que c'est probablement insignifiant. (Pour ma marotte, c'est aussi le classement du Roundup…).

J'ai adoré "des décisions qui vont à l'encontre économique […] une industrie florissante": ben alors, je croyais que l'argent achetait tout?

avatar LittleSushi | 

@YAZombie :
Étude sur l'innocuité : autant pour moi

CIRC ou OMS : merci pour la précision, mais le résultat est donné pour potentiellement dangereux, même si cela reste faible. Le conseil est d'utiliser un kit, pour moi cela est une preuve suffisante même si ce n'est pas scientifique.

D'autant qu'il se dit, à tort ou à raison, peu importe, que si il y a effet les enfants sont les plus exposés.
Après il ne faut pas voir mon discours comme celui d'un Taliban, mais je suis dans l'informatique, et chef d'entreprise donc plutôt que de me prendre tout le temps du Wifi ben je câble, le wifi pour les mobiles et autres s'éteint pendant que je dors, le mode avion est de rigueur également sur la table de chevet. Et comme je téléphone de 2 à 5 heures par jour, c'est kit piéton filaire même si je préfère le Bluetooth ...

Mais pour rebondir sur l'addition des points wifi, si la puissance n'es ondes ne double pas, la multiplication des points étend le réseau et fait baigner constamment les gens dans un petit peu d'ondes.

Pour autant, je reste persuadé qu'avec l'augmentation des débits, nous verrons des effets dans les 30 ans, mais d'ici ce sont surtout mes 13 ans de tabagisme qui m'auront plombés, ou les ogm ou les pesticides voir même une Tesla en auto pilote équipée d'un note 15 explosif.

avatar LittleSushi | 

@LittleSushi :
Et en plus me suis pris Tchernobyl... aussi

avatar YAZombie | 

le résultat est donné pour potentiellement dangereux, même si faible
Tu sais ce qui est connu pour être dangereux, dans des cas extrêmes? L'eau - et je ne parle pas de noyade, mais bien d'absorption. L'oxygène. J'en passe…

Le conseil est d'utiliser un kit
Rien, absolument rien ne permet dans le texte de l'OMS d'appeler cela "un conseil". Il y a un constat, mais à aucun moment ils ne conseillent l'usage des kits.
Désolé, on parle de science, et les mots ont un sens, qui peut être dévoyé… comme tu le démontres ici.

cela est une preuve suffisante
Un conseil inexistant ne saurait être une preuve.

à tort ou à raison, peu importe
Peu importe? PEU IMPORTE??? Tu ne te rends même pas compte à quel point cette phrase est inquiétante…

il ne faut pas voir mon discours comme celui d'un Taliban
Je ne doute pas que tu te comportes autrement vis-à-vis des Autres… mais tu as un point commun avec ces gens: l'irrationalité. Et d'ailleurs…

Pour autant, je reste persuadé qu'avec l'augmentation des débits, nous verrons des effets dans les 30 ans
… tu en fais ici une démonstration éclatante, puisqu'il est noté à peu près partout que l'augmentation des débits a été concomitante d'une baisse extrêmement sensible des émissions de rayonnements électromagnétiques…

mes 13 ans de tabagisme qui m'auront plombés
Dont on connaissait pourtant très bien les risques! Elle est bonne celle-là!

ou les ogm
Dont rien ne permet - même pas en termes de cadre théorique, comme pour les rayonnements électromagnétiques - de penser qu'ils puissent être nocifs, même de loin. En tout cas pas plus que le reste des produits issus de l'agriculture.

ou les pesticides
Dans le détail, c'est à voir, mais enfin un élément potentiellement soutenu par la science!

voire une Tesla en auto-pilote équipée d'un note 15 explosif
Jusqu'ici tu cours moins de risques dans ce contexte qu'avec un quidam au volant…

avatar LittleSushi | 

@YAZombie :
Donc essayons de résumer sur ce qu'il est possible de faire sans risques d'après les études scientifiques validées (il n'y a pas d'ironie) :
Téléphoner tant que l'on veut avec ou sans kit, Bluetooth ou non, collé à l'oreille ou pas.
Utiliser un wifi 5 GHz autant que l'on veut en préférant au 2,4 ghz qui est lui aussi inoffensif.
Manger des produits génétiquement modifiés tant que l'on veut.
Préférer les ogm aux produits traités avec pesticide car moins traités.

C'est bien résumé ?

Merci en tout cas d'avoir pris le temps d'apporter des éléments à la discussion.

avatar YAZombie | 

Globalement c'est ça, avec quelques corrections.

Téléphoner tant que l'on veut: c'est là où on peut choisir d'estimer qu'il y a un doute extrêmement mineur - une fois de plus les scientifiques eux-mêmes ayant très fortement mis en question leurs résultats sur ce point. Si on veut vraiment croire en quelque chose que ces scientifiques eux-mêmes n'ont pas cru - un risque en cas d'usage extrême du téléphone portable - on peut limiter son usage à moins de 5h par jour! On parle d'utilisation continue, et au même endroit… je serais curieux de savoir qui remplit ces conditions plus qu'extrêmes… et/ou utiliser un kit.
C'est là aussi où je rappelle que l'eau est toxique aussi dans des cas extrêmes (absorption d'environ 6l). On ne peut diriger son comportement sur la base de cas extrêmes qui ne nous concernent même pas de loin…

Préférer les ogm aux produits traités avec pesticide car moins traités
Je me demande d'où ça sort ça? Je n'ai jamais dit ça. Les OGM sont pour la plupart conçus pour mieux résister aux intrants (herbicides), ou aux parasites (pyrale). Ça ne veut pas dire qu'ils sont moins traités. La seule chose que j'ai dite c'est qu'ils ne posaient aucun risque, et j'ajouterai, ni pour la santé, ni pour l'environnement. C'est le consensus scientifique, dans les mêmes proportions que le réchauffement climatique d'origine humaine (n'en déplaise à cet imbécile de Sarkozy).
Sur les intrants eux-mêmes, on ne saurait généraliser. Mais pour le plus médiatisé, le Roundup, c'est très clair: pas le moindre risque de nocivité identifié pour les consommateurs. Les agriculteurs? Peut-être, dans des cas extrêmes…

avatar LittleSushi | 

@YAZombie :
Globalement regarde ça et tu comprendras que j'aimerai avoir des réponses concrètes plutôt que des doutes et des questions :

http://future.arte.tv/fr/regime-chocolat-le-mensonge-des-etudes-alimentaires

Quoiqu'il en soit les ondes électromagnétiques font toujours naîtrez des débats animés qu'il est difficile de mener sur un forum et serait plus constructifs autour d'un café.

avatar YAZombie | 

Regarde ça
Non. Non non non, et non! Tu confonds marketing et journalisme grand public (également connus, pour les sujets science comme: de la merde) avec études scientifiques.
Une étude scientifique valide respecte beaucoup de règles. Les garants de ces règles sont les publications scientifiques à comité de lecture et, partiellement, celles commanditées par les pouvoir publics, tout simplement parce qu'elles sont systématiquement soumises à la critique de la communauté scientifique. Une étude non publiée dans une telle revue doit faire l'objet du plus grand scepticisme. Ce qu'on lit dans les journaux généralistes est presque toujours faux et demande vérification - on trouve beaucoup de sources sur internet, il faut se méfier mais on finit par repérer et écarter celles qui sont, aussi, de la merde (par exemple, si le site a les mots "nature" ou 'santé" dans son nom, il y a de grosses chances que ce soit de la merde).

Le reportage que tu cites le dit pourtant bien lui-même: "Prendre une étude de piètre qualité, voire carrément indéfendable sur un plan scientifique". Désolé, une étude de ce type ne sera pas publiée dans Nature, Science ou PLoS, et si elle l'est, ça ne durera pas longtemps avant qu'elle soit démontée… Il ne s'agit pas de lire ces sites directement, mais d'avoir l'esprit critique: des titres extraordinaires, à propos d'études supposées avoir trouvé "la" solution ou "la" réponse, ça fait immédiatement tinter la sonnette d'alarme. Et là, on peut aller à la source…

j'aimerais avoir des réponses concrètes
C'est faux. Tu veux des réponses qui te confortent. Les réponses valides, tu les as sur le site de l'OMS.

les ondes électromagnétiques font toujours naître des débats animés
Non non, moi c'est l'irrationalité (homéopathie, astrologie, antivaccins… imbécillités quoi), pas les ondes.

autour d'un café
Ce serait difficile parce que j'habite très loin, sinon… Mais… c'est pas cancérigène ça? ;)

avatar Morad Belkadi | 

Une mise au point qui est la bienvenue. Merci Macg. Sinon il existe toujours des patchs efficaces pour réduire l'exposition aux ondes

avatar pao2 | 

Oui. Emballer son iPhone dans du papier d'aluminium. Le DAS tombe immédiatement à zéro. Zéro onde et donc plus aucune communication possible.
Par contre, on peut emballer la tête dans la papier d'aluminium, ça marche nickel, mais on a l'air bête :-) :-)
Les trucs, pour les ondes, à coller sur les téléphones, c'est du placébo! Voir ça aggrave le DAS. Si ça absorbe une partie des ondes, la portée du téléphone va diminuer, donc le téléphone va augmenter la puissance pour compenser, résultat: C'est pire!

(par exemple ici: http://nosenfants.fr/2014/03/11/telephone-portable-inutile-dacheter-des-patchs-anti-ondes-2/)

avatar Powerdom | 

le p'tit symbole pour le note 7.. excellent

avatar bbtom007 | 

Pas de risques faut le dire vite mais David Banner s'est pris une sacrée dose de DAS et il était pas content

avatar YAZombie | 

Bruce Banner. Et c'était plutôt des rayons gamma, donc des rayonnements ionisants. Ça oui, ça rend vert! :)

avatar DouceProp | 

Article intéressant ! Il faudrait reprendre l'iPhone 3G pour avoir le DAS le plus faible.

J'avais vu un reportage sur France 2, il y a des années, avec une interview du Dr George Carlo qui avait travaillé sur la dangerosité des ondes émises par les téléphones portables et les téléphones sans fil pour la maison (Qui se sert encore de son téléphone fixe ?). Son travail avait été commandé par des grands noms de la téléphonie de l'époque : Nokia, etc. Il avait effectivement trouvé que les ondes n'étaient pas sympa avec nos cerveaux, les fabricants de téléphones décidèrent de ne plus travailler avec lui. Il a décidé d'en parler dans la presse, de prévenir les gens des dangers des portables, et on lui a brûlé sa maison. Le truc qu'il conseillait dans le reportage c'est d'utiliser son kit main libre pour téléphoner et d'éloigner le plus souvent possible son téléphone de son cerveau mais aussi d'éviter de le mettre dans sa poche car les ondes peuvent endommager des tas de cellules à proximité.
Après, chacun pense ce qu'il veut, je ne suis pas adepte des délires complotistes, mais il y a tellement d'argent en jeu avec les téléphones portab'...

avatar YAZombie | 

"chacun pense ce qu'il veut"
Chacun peut penser ce qu'il veut, mais en termes de sciences il y a ceux qui ont raison et ceux qui ont tort. Personne n'a jamais démontré d'effets négatifs des rayonnements électromagnétiques des appareils que nous utilisons tous les jours, et le consensus scientifique est à leur innocuité. Après on peut penser le contraire, mais dans ce cas il faut aussi remettre en question tous les consensus scientifiques.
Quant aux sottises (parce que c'est un discours sot qui revient bien trop souvent pour ne pas être appelé pour ce qu'il est) sur l'argent: et alors? Depuis quand ça empêche les scientifiques de travailler? Depuis quand on se permet de remettre en cause l'éthique de toute une profession simplement parce qu'elle arrive à des conclusions qui déplaisent à des gens qui, eux, n'apportent jamais la moindre preuve? Démagogie pure et simple.

Pages

CONNEXION UTILISATEUR