La fascinante histoire de l’iPod top secret

Mathieu Fouquet |

C’est un véritable scénario de film d’espionnage que David Shayer a récemment partagé sur Tidbits. Cet ingénieur logiciel — qui a travaillé pendant 18 ans chez Apple sur des projets tels que l’iPod, l’Apple Watch et Radar1 — a raconté comment, en 2005, le patron du logiciel de l’iPod2 était entré sans frapper dans son bureau pour lui confier un projet confidentiel : aider deux ingénieurs du ministère de l’Énergie américain à concevoir un iPod top secret.

Un iPod de cinquième génération. Image Apple.

Selon Shayer, ces ingénieurs ne travaillaient pas vraiment pour le ministère mais pour Bechtel, une entreprise de travaux publics employée par le ministère pour des projets de sécurité nationale. Quant au projet en lui-même (dont même le supérieur direct de Shayer ignorait l’existence), il consistait apparemment à ajouter de mystérieux capteurs à un iPod et à enregistrer discrètement les données générées par ces derniers sur le disque dur du petit baladeur. L’objectif était que cet iPod sur mesure ait l’air parfaitement banal tout en accomplissant sa mission.

Shayer explique qu’il a fourni aux ingénieurs de Bechtel les outils nécessaires pour démarrer leur mystérieux projet, en leur prêtant un DVD avec le code source d’iPod OS (écrit en C++) et en leur détaillant les outils dont ils auraient besoin pour compiler le système (dont des PC sous Windows (!) et un compilateur ARM). Une fois familiarisés avec le processus, les deux hommes se sont lancés seuls sur leur projet, ou presque : ils ont dû demander de l’aide pour dissimuler les données enregistrées par le baladeur espion. La solution retenue était ingénieuse : cacher les données sur une deuxième partition du disque de l’iPod et enfouir la fonction secrète dans un sous-menu au nom innocent. Même iTunes n’y verrait que du feu.

Au bout de quelques mois de travail, les ingénieurs ont fini par s’en aller avec leur iPod unique au monde. Bien que Shayer n’ait jamais pu voir le produit fini, il a sa petite hypothèse sur ce que le ministère de l’Énergie voulait créer. La réponse, selon lui ? Un dosimètre très discret qui devait permettre de détecter des traces de radioactivité dans les rues américaines sans toutefois affoler la presse ou le grand public. Il cite par exemple le cas d’une bombe artisanale ou d'une cargaison d’uranium dérobée par des terroristes. Évidemment, c’est impossible à vérifier, à l’instar du projet dans son ensemble :

Seules quatre personnes chez Apple étaient au courant de ce projet secret. Moi, le patron du logiciel de l’iPod, le vice-président de la division iPod, et le senior vice president du matériel. Aucun d’entre nous ne travaille encore chez Apple. Il n’y a aucune trace écrite de ce projet. Nous communiquions uniquement en personne.

Quelques dosimètres de poche sur Amazon, eux aussi très discrets de par leur taille et leur apparence. Pour ce prix, ils pourraient tout de même jouer de la musique.

Petit détail amusant, pour finir : Apple étant Apple, même un projet secret soutenu par le gouvernement américain ne dispensait pas les deux ingénieurs de la fameuse culture du secret de la firme californienne. Par exemple, il n’était pas question de se connecter à l’intranet d’Apple, et encore moins d’accéder directement au serveur contenant le code source de l’iPod. Au début du projet, les deux hommes ne pouvaient même pas entrer dans le bâtiment où ils travaillaient… faute d’avoir un badge pour ouvrir la porte.


  1. Le système de suivi des bugs d’Apple.  ↩︎

  2. C’est-à-dire le patron du patron de Shayer.  ↩︎


Source
Image d’accroche Dave & Lorelle (CC BY-NC 2.0)
Tags
#ipod
avatar fousfous | 

L'intérêt d'un appareil discret pour mesurer la radioactivité c'est aussi de ne pas ébruiter une fuite de matériel radioactif dans la nature, que ça vienne du civil ou des militaires.

avatar falemaster | 

Mais du coup, si Apple collabore avec l’administration US sur des projets de renseignement... en quoi Apple est elle differente de Tiktok ?

avatar fousfous | 

@falemaster

Il ne s'agit pas d'espionner les utilisateurs la, juste de modifier un iPod pour s'en servir de compteur Geiger furtif.

avatar iPop | 

Je sais pas vous mais moi j’ai lu Slayer 🤪
Et en plus sa parle d’ingénieur et d’énergie ...manque plus que les démons.

avatar f3nr1l | 

@iPop

C’est marrant, je suis en train de lire ton com tout en écoutant « Évier Métal », une parodie d’Iron Maiden, par Ultra Vomit.

https://music.apple.com/fr/album/evier-metal/1221554847?i=1221555346

avatar marenostrum | 

tout ce qu'on peut imaginer est réel disait Einstein. bref même les martiens.

avatar raoolito | 

louche tout cela. UIn ipod comme cela aurait du sens, mais pourquoi un seul ?
Seule option que j’imagine : 2005, c’est la course à l’atome en Iran. Donc cet iPod devait aller chez quelqu’un passant dans les locaux secrets iraniens.

avatar albandf | 

@raoolito

J'y ai pensé aussi.
Car si c'est uniquement pour ne pas affoler les passants dans la rue, pourquoi vouloir aussi cacher les données sur une autre partition ?

avatar iBorg | 

@raoolito

C’est ce que j’a immédiatement pense aussi. Un tel effort de camouflage pour opérer aux États-Unis...

avatar IceWizard | 

@raoolito

« UIn ipod comme cela aurait du sens, mais pourquoi un seul ?
Seule option que j’imagine : 2005, c’est la course à l’atome en Iran. Donc cet iPod devait aller chez quelqu’un passant dans les locaux secrets iraniens. »

Pourquoi un seul ? Une fois le prototype réalisé (matériel et logiciel), rien n’empêche les barbouzes de modifier d’autres iPod sur le même modèle, et d’envoyer des gens faire du tourisme en Irak, Iran, Corée du Nord, Chine, etc .. peut-être même en Corée du Sud, vu les tensions actuelles.

Ce bricolage est trop sophistiqué pour que les douaniers le repère facilement.

D’un autre coté il n’est pas impossible qu’à la suite de cette révélation, les iPods et autres baladeurs numériques soient carrément interdis dans certains pays « sensibles ».

avatar TheRV | 

Pour détecter la radioactivité il va de soi que cet iPad devait se voir greffer un module additionnel, la modif était d’après l’article que sur le logiciel système

avatar mmmathieu | 

@TheRV

Il est aussi question d’un « capteur » additionnel cacher dans l’iPod ...

avatar misterbrown | 

J’ai le dosimètre
Radex 1503 Il me semble. Acheté en 2011, je vous laisse deviner pourquoi.

avatar MarcMame | 

Du coup si on avait un iPod qui crépitait, ce n’était pas une panne ? 😊

avatar tbr | 

Un bonheur pour complotiste cet iPod, si l'équipe qui l'a conçu est allée jusqu'au bout de son objectif, ce que l'on ne saura jamais.
Bref, suivant !

CONNEXION UTILISATEUR