iBookstore : l'offre du Département de la Justice pour restaurer la concurrence

Florian Innocente |

Le Département de la Justice américaine a publié les termes d'une proposition d'accord qui pourrait clore l'affaire des tarifs pratiqués sur l'iBoosktore et des accords négociés entre Apple et les éditeurs. Ces solutions sont proposées par le gouvernement, avec le soutien de 33 procureurs généraux et la juge Cote qui dirige le procès devra décider de leur adoption.

Les éditeurs pour leur part ont déjà signé un arrangement avec le gouvernement et plusieurs États. Apple avait refusé. Elle a récemment été déclarée coupable d'entente illégale sur les prix et elle a fait appel aussitôt, réfutant tout agissement coupable.

Apple, selon les termes proposés, doit rompre les contrats signés avec les cinq éditeurs pointés du doigt et s'abstenir pendant cinq ans de tout nouvel accord qui lui éviterait de se retrouver en concurrence sur les prix. Il lui serait interdit aussi de négocier des accords avec des fournisseurs d'autres types de contenus que les livres et qui auraient pour conséquence de faire monter les prix.

Afin de « remettre à zéro » les compteurs de la concurrence tels qu'ils étaient avant cette affaire, le DOJ va plus loin et propose qu'Apple autorise Amazon et Barnes & Noble - les principaux librairies américains - à insérer des liens dans leurs applications iOS, vers leurs propres boutiques.

Ceci afin que les clients puissent comparer les prix entre ces plateformes et l'iBookstore (où Apple prélève ses 30% sur chaque vente). Cette disposition, qui va certainement hérisser Apple, serait mise en place pendant deux ans. Une clause signée entre les éditeurs et Apple prévoyait en effet que les autres plateformes ne pouvaient proposer des livres moins chers que sur l'iBookstore sauf à ce que celui-ci en profite aussi.

Le DOJ souhaite également qu'un superviseur externe, mais payé par Apple, soit désigné pour servir de relai avec un représentant du gouvernement spécialisé dans la lutte antitrust, afin de veiller à la bonne application de cet accord s'il venait à être signé. Il faut ajouter à cela une amende que d'aucuns ont évalué à un peu moins de 500 millions de dollars (les éditeurs ont déjà payé collectivement 166 millions).

image : MobyLives


avatar kitetrip | 
Et Hop Apple, Pan sur les doigts !!!
avatar Abudah237 | 
@Francis Kuntz : C'est un peu n'importe quoi, Amazon est en position ultra dominante sur les livres...
avatar PachaColbert | 
@Francis Kuntz Absolument.
avatar aldayo | 
outch, ca fait mal...
avatar ElGringo13 | 
@remids : Ah bon tu trouves ?
avatar houpix | 
Je ne sais pas combien Amazon dépense en lobbying mais c'est visiblement très efficace (Apple aurait intérêt à se montrer plus avenant avec DC)...le DoJ qui parle de "restaurer la concurrence" alors qu'Amazon doit représenter 80% du marché des ebooks, ce n'est plus de la fumisterie à ce niveau c'est de l'art. Par contre si cela se fait, je salue la décision forçant Apple à ne pas prélever leur 30% sur les vente de contenu sous iOS. Ok c'est leur plateforme m'enfin c'est quand même scandaleux d'oser exiger 30% à Rdio ou Dropbox (et pire encore au Club MacG) pour qqn qui s'abonnerait à leur service sur iPhone/iPad....non seulement Apple n'a pas vraiment besoin de cet argent mais en plus c'est une limitation au développement de leur écosystème (car si le choix font le choix d'iOS pour l'expérience qu'apporte Apple...il le font aussi pour les acteurs se trouvant dessus).
avatar ElGringo13 | 
@Soseki : 'Par contre si cela se fait, je salue la décision forçant Apple à ne pas prélever leur 30% sur les vente de contenu sous iOS.' Ben amazon prends 30% si tu vends ton livre moins de 9€90 ou moins 20% par rapport a la version papier et te prends plus si tu vends plus cher. Donc on fais quoi alors. Et sur amazon y a t'il des liens qui te renvois sur l iTunes stores pour acheter ta musique?
avatar houpix | 
Amazon prend sa commission à l'auteur/éditeur...c'est totalement différent. Et certes Amazon ne propose pas des liens vers l'iBookStore....mais Amazon laisse l'accès au PlayStore sur ses Kindle Fire ; c'est Apple qui refuse d'être présent sur les autre plateformes. Apple possède à un avantage énormissime sur son OS...ses applications/services sont mis en avant de façon incroyable & à mon sens cela devrait s'arrêter à cet atout, ensuite libre concurrence. Si j'achète un abonnement Dropbox ou Rdio sur mon Mac, 100% de la somme leur est versé...si je fais la même chose sur mon iPhone/iPad Apple exige 30% c'est totalement abusé et injustifié vu qu'ils n'utilisent même pas les infrastructures d'Apple. Qu'Apple prenne sa marge sur les apps et sur son store ok (genre magazines voulant utiliser newstand) mais sur les services des autres sous prétexte qu'ils sont utilisés sous iOS c'est honteux (d'autant plus que c'est pas le cas - heureusement - sur Mac).
avatar candidemac | 
@iOShit4Noob "Organiser un monopole" Non.
avatar houpix | 
@iOShit4Noob ...non mais faut arrêter le crack, comment Apple aurait pu organiser un monopole alors qu'ils doivent représenter tout juste 10% du marché de l'ebook ? Et si Apple est seul condamné, c'est qu'il sont les seuls à avoir voulu aller au procès....les éditeurs bien content du deal qu'il avait conclu avec Apple s'étant couchés sans broncher en acceptant de payer une amende. Apple n'est pas sans reproche et si cette affaire permet l'arriver du Kindle Store sur l'AppStore ce serait une bonne chose....mais au delà de ça, la décision rendu par le DoJ est absolument fumeuse. Loin de renforcer la concurrence, elle ne v'a que renforcer le monopole - lui très concret - d'Amazon sur le secteur.
avatar candidemac | 
@Soseki "@iOShit4Noob ...non mais faut arrêter le crack" Oui.
avatar davmacgeneration | 
Y a plus k faire un procès à Jack Lang, car c'est bien lui qui a commencé a refuser au gentil con-sommateur d'acheter ses livres à Carrefour à prix réduit. Amazon vaillant défenseur du droit du consommateur.
avatar davmacgeneration | 
@iOShit4Noob Apple n'est en vérité que la petite main du vaste conspiration organisée par un pays étranger ennemi et communiste (la France) Le dénommé Jack Lang après avoir décrété des lois liberticides contraires au Saintes Lois du Marché, par l'intermédiaire d'Apple a tenté de contaminer les Amériques. Apple par son comportement s'est comporté en ennemi intérieur et a conspiré pour mettre à mal les lois du marché. La condamnation était alors inéluctable, Il est bien normal que les mangeurs d'escargots qui lisent MacG ne comprennent rien au fondement (fondamental) de ce procès
avatar Pax | 
@Manueel Excellent. J'ai bien
avatar davmacgeneration | 
@iOShit4Noob "Alors sois gentil et épargne moi le couplet Apple est sans défense et voulait rendre service en contrant Amazon." Il faut toujours éviter de prétendre connaître les intentions, (même si mon coté pessimiste...) par contre je peux affirmer qu'Apple (en dehors de ses intentions) a rendu service aux écrivains, aux éditeurs et au lecteurs. Comme le prix unique du livre a été une aide précieuse à la diversité des livres et à contre balancé le pouvoirs destructeur (de la diversité) des grande surface, la politique proposée par Apple était bien de l'intérêt de la qualité & diversité de la production littéraire.
avatar davmacgeneration | 
@robrob Bien sur que c'était l'intérêt des éditeurs/auteurs, et pourquoi autrement auraient-ils refusé le projet Amazon pour adopter celui d'apple ? Si tu ne comprends pas l'intérêt du prix unique du livre demande à Jack de t'expliquer. Il le fera mieux que moi ;-)
avatar Ben97233 | 
Apple aurait voulu rendre service, au consommateur et à la diversité... Non mais allô ! Dans la famille "conneries du jour", je voudrais le king. Ben vi, Apple a utilisé tout son poids pour imposer au marché des prix plancher à la hausse, gages d'une rente abondante.
avatar davmacgeneration | 
@Crist'o "Apple aurait voulu rendre service..." Dans la famille "conneries du jour" Crist'o tu concours pour le premier prix. Tes intentions, les intentions d'Apple, etc. sont des mystères, Je n'ai jamais parlé des "intention" d'Apple. J'ai parlé des résultats. Oui Apple avec le prix unique du livre a rendu service non pas au con-sommateur mais aux lecteurs et à la diversité de la littérature. Ca te pose un problème Je crois que tu devrais t'allonger dans le divan et nous raconter toutes les misères de ton enfance qui aujourd'hui te pousse à insulter une personne qui écrit : ***le prix du livre rend service à l'édition.*** Oublie Apple si ca te fait faire un gros caca nerveux, lis juste "le prix du livre rend service à l'édition" Ca va mieux à présent ? :-)
avatar Ben97233 | 
N'a pas tué la concurrence qui aura également profité de l'aubaine... mais pas selon ses armes habituelles, telles que le discount ou une politique Achats hyper agressive qui lèse surtout le producteur du bien ou service.
avatar Ben97233 | 
Au final, aura bien floué le consommateur contraint à acheter à prix fort, sans la moindre chance de trouver mieux ailleurs.
avatar Ben97233 | 
Bref, sur ce coup Apple est un gros filou sans vergogne et n'a ici que ce qu'elle mérite. Allez, on nettoie les lunettes et on regarde le monde tel qu'il est. Hop !
avatar ElGringo13 | 
Allez demain je veux des point Leclerc dans les carrefours avec des bornes qui te font acheter la même chose mais dans son magasin en arguant un prix plus bas sur le prix du lait qu il payerons une misère le producteur pour pouvoir casser les prix. Vous inquiète pas je connais le chemin --> exit
avatar davmacgeneration | 
@veroguijo "Oui, c'est de la pratique anti-concurrentielle." Oui le prix unique du livre est une pratique anti-concurencielle Oui et alors ? les Dieux du Marché devraient sortir de l'Olympe pour jeter Jack Lang & Apple en Enfer ?
avatar davmacgeneration | 
@Freephone "tu préfère défendre Apple" Dans votre haine d'Apple, vous ne savez plus lire (elle vous aveugle) J'en ai rien à faire d'Apple. Ce que je défends c'est Jack Lang. (et par la même occasion le prix unique du livre)
avatar Ben97233 | 
Tu confonds tout, Manueel. Le prix unique du livre voulu par le politique, comprendre, le régulateur, EST vertueux, en ce sens où il met sur un même pied le PETIT, considéré à raison par le législateur comme un gage de pluralité et de qualité... et le GROS, considéré, à tort et à raison, par le législateur comme un risque pour l'une et l'autre. Le prix unique du livre négocié à la hausse par celui qui en fait commerce est une belle duperie qui prend prétexte de servir et d'enrichir l'offre pour la renchérir et dissimule (mal) la seule envie d'en croquer. C'est ce que la justice vient de mettre à jour, démonter et démontrer. Intérêt général, d'une main. Intérêts particuliers, de l'autre. On pense ce que l'on veut du politique mais je préfère le voir entreprendre la régulation plutôt que de la voir confiée à des commerçants peu scrupuleux.
avatar davmacgeneration | 
@Crist'o Pas sur d'avoir compris la démonstration.... Quand c'est le gouvernement français c'est bien quand c'est Apple, c'est mal? Ce dont je suis sur, c'est qu'au résultat, dans les deux cas, le prix unique, c'est un ballon d'oxygène pour les éditeurs. Parce que la logique de la vente à perte des hyper marché comme celle d'Amazon sont destructrice pour les éditeurs. La culture n'est pas une marchandise.
avatar Tibimac | 
"C'est un peu n'importe quoi, Amazon est en position ultra dominante sur les livres..." Et patati,et patata... La faute à qui ? Les e-Book d'Amazon sont liisibles sur toutes les plateformes, y compris OS X. Les iBook d'Apple uniquement sur les iDevices d'Apple, et même pas sur Snow Leopard, un comble. Alors si Amazon est en position dominante, franchement, Apple l'a bien cherché.
avatar Tyrael | 
@Bigdidou Tu le fais exprès ? Amazon avait le quasi monopole des ebooks bien avant l'arrivée de l'iBook store et bien avant d'être dispo sur d'autres plateformes que le Kindle. Apple a choisi d'attaquer ce monopole de fait en s'appuyant sur son écosystème iDevices + ITunes/App Store. La situation initiale (Amazon qui ne domine pas complètement la vente dématérialisée de livres) aurait été différente, rien ne nous dit qu'Apple n'aurait pas offert un service multiplateformes comme iTunes... (Même si c'est douteux) Dans tous les cas ce n'est pas parce qu'iBooks Store est uniquement sur appareils Apple qu'Amazon domine : la situation est bien antérieure.
avatar ElGringo13 | 
@Bigdidou : 'Alors si Amazon est en position dominante, franchement, Apple l'a bien cherché' Donc du coup pourquoi punir Apple pour empêcher la concurrence si c est pas eux le leader du domaine ?
avatar Tyrael | 
D'un côté, c'est normal qu'Apple se fasse taper sur les doigts. D'un autre côté, 2 ans ou 5 ans d'un tel système concurrentiel imposé à Apple, c'est un boulevard offert à Amazon qui n'en avait — vraiment pas — besoin. Et le système d'agence fait forcément monter les prix vu que c'est les éditeurs qui décident du prix : maintenant, vaut il mieux des livres plus chers maintenant mais une industrie culturelle en bonne santé, ou une industrie culturelle otage d'Amazon, avec des prix artificiellement bas, le temps qu'Amazon consolide son monopole, quelles qu'en soient à terme les conséquence sur les prix ? Honnêtement, une simple amende conséquente et dissuasive suffisait dans le cas présent : l'obligation d'ouvrir l'AppStore aux achats in-app sans les 30% pour ces seuls distributeurs en dit long sur le travail de lobbying d'Amazon (Barnes & Noble n'étant là que comme alibi)... Dans tous les cas, la décision du DoJ ne sert le consommateur qu'à court terme et, pour le coup, fausse effectivement la concurrence sur le long terme. En plus, la suppression du 30% sur les achats in-app ouvre un emboîté de Pandore juridique pour les mécontents et valide, de fait, le système de Google Play (le distributeur qui paye ses infrastructures avec de la pub plutôt qu'avec un pourcentage des ventes), visiblement bien plus sympathique pour les autorités US. Dans le contexte actuel, on s'étonne à peine que ces dernières préfèrent un système qui se rentabilise autour de l'exploitation des meta données personnelles...
avatar PachaColbert | 
En interdisant aux éditeurs de pouvoir vendre des livres moins cher sur une autre plate forme, Apple a imposé un accord anti concurrentiel. C'est cela qui est sanctionné. Et c'est une bonne chose. Apple est indéfendable dans ce procès. Et j'espère que les pratiques d'Apple sur son Store seront un jour épluchées de plus près et condamnées. Il est inadmissible de laisser Apple ponctionner 30% sur des services que cette entreprise ne rend pas, uniquement parce que ce service a été acquis via un abonnement passé au travers d'une application de l'app store. Cette remise en ordre dans le secteur va être indispensable et ne saurait tarder.

CONNEXION UTILISATEUR