À quoi ressemblaient les smartphones avant l'iPhone de 2007 ?

Florian Innocente |

Le 9 janvier 2007, Steve Jobs dévoilait l’iPhone. La première étape d’une aventure qui allait transformer Apple et provoquer des cataclysmes chez les fabricants de mobiles et les éditeurs de logiciels et services. À l’approche de ce dixième anniversaire, cette Timeline revient sur les quelques mois qui ont entouré cet événement.

- Lire aussi : Que savait-on sur l’iPhone avant 2007 ?

À quoi ressemblaient les téléphones en vogue en 2006, alors que les rumeurs de l’arrivée d’Apple sur ce créneau se faisaient insistantes ? On pourrait citer des iPAQ de HP, le Sony Ericsson k750i, le BlackBerry Pearl, le Nokia 6680 ou le Motorola Razr encore populaire. Une recherche chez GSM Arena, en ciblant sur des téléphones démarrant à 300 $ (les deux premiers iPhone 4 et 8 Go coûteront bien plus : 500 $ et 600 $), montre un assortiment de modèles à peu près tous dotés d'un écran de bonne taille et d’un clavier.

Claviers

Qu’il soit fixe ou rétractable, secondé ou non par un stylet, le clavier demeure un élément incontournable dont peu de fabricants osent se défaire. C’est presque comme envisager de vendre une voiture sans volant. Certains pourtant s’en affranchissent, comme cet HTC P3300 lancé en septembre 2006.

Ces claviers physiques — dont les clients de BlackBerry s’amouracheront durant des années — seront taillés en pièces par Steve Jobs. Lorsqu’il compare son iPhone à la crème des smartphones du moment, c’est pour montrer qu’ils occupent la moitié de la surface utile du téléphone. C’est autant lorsqu’on affiche une page web ou, en mode paysage, pour profiter de ses photos et vidéos. Des claviers qu’il faut aussi décliner aux particularités de chaque marché visé.

Nokia 6680 avec un clavier inutile en mode paysage

Lorsqu’arrive le jour de présentation de l’iPhone, un journaliste se plaint à Jobs — qui lui a mis entre les mains ce clavier virtuel — qu’il fait des fautes à répétition en voulant taper un texte, et puis qu’il est trop petit. « Vos pouces vont apprendre », lui répond le patron d’Apple en souriant.

On mesure d’une autre manière le chemin parcouru depuis une dizaine d’années lorsqu’on se souvient de la méthode de saisie Graffiti popularisée par Palm. Cet alphabet de formes simplifiés pour toutes les lettres, chiffres ou symboles. Il fallait les dessiner un à un dans un sens bien précis, au stylet, sur une zone dédiée à la base du téléphone ou sur l’écran.

Même les actions essentielles des menus pouvaient être exécutées directement par une combinaison de trait et de lettre à dessiner. Une cousine plus évoluée de cette saisie graphique est réapparue cette année dans watchOS 3 avec la fonction Scribble.

Stylets

Les écrans tactiles de 2006 ne sont pas aussi sophistiqués, confortables ou agréables à l’œil qu’aujourd’hui, mais ils existent déjà sur nombre d’appareils. Le stylet reste néanmoins un accessoire prisé sinon obligatoire pour profiter de Windows Mobile PocketPC. Car l’interface utilisateur de cet OS est une transposition un peu trop fidèle de son aînée sur PC.

Cet HTC cité précédemment a un clavier virtuel et l’interface Windows de son système d’exploitation a besoin de béquilles pour marcher : le stylet ainsi qu’un “Roller”, nom d’un petit trackball intégré facilitant les déplacements de la flèche du curseur.

Lorsque ce téléphone sort en 2006, il ne reste plus que trois mois avant la première présentation publique de l’iPhone. Ces deux clips illustrent le gouffre qui allait s’ouvrir au beau milieu de l’industrie du mobile à partir de janvier 2007.

Comme le clavier, Steve Jobs jugea inutile d’avoir toujours un stylet pour de si petits écrans. On a dix doigts, c’est autant de stylets toujours à disposition. Il n’y a pas d’interaction possible plus naturelle que par ce biais.

Le marché lui a donné raison. Ce n’est que lorsque les smartphones ont commencé à s’agrandir pour devenir de petites tablettes que les stylets ont retrouvé leur place. En particulier chez Samsung avec le Galaxy Note et dans une moindre mesure, finalement, chez Apple. La prochaine étape, à en croire Google, Apple ou Microsoft est d’en faire encore moins avec les doigts et bien plus avec la voix.

Des designs sans retenue

L’iPhone a été l’occasion pour toute une industrie de se réinventer (dans la douleur) et de commencer la rédaction d’un tout nouveau chapitre de son histoire. Il y a éventuellement un domaine dans lequel on peut estimer avoir perdu un brin de quelque chose : celui du design.

Chaque fabricant a son style, mais qu’ils viennent de Samsung, Apple, Google, Huawei… tous les smartphones se sont standardisés autour d’une forme identique. Depuis quelques années, le smartphone est un parallélépipède, fin et léger, largement recouvert d’un écran (qui parfois déborde un peu, seule grosse originalité récente).

De tous les fabricants de l’ancienne époque, Nokia est peut-être celui qui a le plus joué avec les formes et les couleurs. Ce poster, qui retrace l’évolution des téléphones de la marque en est l’illustration éclatante.

De 2001 jusqu’à la seconde moitié de 2005 on a comme l’impression que chaque lubie des designers a été validée par la direction de Nokia et commercialisée. Un téléphone en forme de demi-lune (N-Gage) ? Avec un clavier aux touches disposée en cercle (3650) ? En forme de rouge à lèvres (7280) ? Banco, on lance !

Cliquer pour agrandir

Les dirigeants d’Apple aiment dire qu’ils ne valident qu’une infime partie des produits auxquels ils réfléchissent, Nokia donne le sentiment d’avoir procédé exactement à l’inverse. Comme si un fabricant automobile commercialisait tous les concepts-car qui sortent de ses bureaux d’étude. Comme si Nokia était à ce point sûr de sa domination qu’il s’est autorisé toutes ces fantaisies, tous les caprices, sans se soucier du risque qu’il y a à trop se disperser.

En comparaison, les téléphones d’aujourd’hui se sont considérablement assagis. Les efforts extérieurs portent sur les finitions, les matériaux et leurs traitements. À ce titre, certaines préoccupations d’aujourd’hui ressemblent à celles d’hier. Dans un test du Nokia 8800 Sirocco, avec écran couvert de cristal de saphir et une coque en métal de couleur noire laquée, le rédacteur trouvait que cela prenait décidément très vite les empreintes de doigts, au point qu’un petit chiffon était inclus (amis du Noir de jais…).

Bien sûr, la nostalgie ramène parfois les souvenirs sous un jour meilleur qu'ils n'étaient. Les excentricités de Nokia sont plaisantes à contempler aujourd’hui, mais on voit aussi leurs limites. À partir du moment où tout passe par l’écran, le tactile et le vocal, tout le matériel autour a vocation à s’affiner et s’effacer.

Les téléphones contorsionnistes

Nokia a fabriqué des appareils incroyables mais il serait dommage de ne pas citer Sony, et en particulier sa gamme Clié, interrompue en 2005. Certains de ses modèles représentent probablement l’apogée d’un cycle, juste avant que n’arrive l’iPhone aux lignes réduites à l’essentiel.

Une période où l’on semblait toucher aux limites de l’intégration des technologies existantes. Où un bond dans la miniaturisation des composants devenait nécessaire pour passer à l’étape suivante et rendre ces appareils plus maniables et légers.

Les premiers et les derniers Clié furent relativement sages dans leurs formes. Tout le contraire des PEG-NZ90 et PEG-NX73 capables de toutes les contorsions avec leurs écrans et leur module caméra. De véritables jouets, à l’allure de casse-têtes qu’il faut retourner dans tous les sens. Nokia eut aussi avec le N93 un smartphone empreint de ce petit côté robot “Transformers”, à la fois smartphone et caméra de poing.

Toutes ces excroissances, ces galbes, ces gros boutons qui tombent bien sous le doigt et ces articulations agiles ont disparu des smartphone modernes. Il n'y a que des PC mi-ordinateurs mi-tablettes qui ont repris à leur compte cette capacité à se plier et déplier dans tous les sens. Sans que l'on sache encore si ce sera là aussi une mode de quelques années. Que les téléphones soient revenus à plus de simplicité n'est pas une mauvaise chose, mais quel style tout de même avaient leur aînés !

avatar moua | 

N'oublions pas tout de même les contraintes techniques et de la disponibilité du matériel.

Les grands écrans capacitif en premier.

L'intérêt du tout avec des réseaux data mobile performants en second (3G)

avatar PierreBondurant | 

Le 6110, mon premier téléphone... c'était un bon tel. A l'époque c'est le réseau qui était le weakest link, quand tu marchais dans la rue en téléphonant, ca sautait une fois sur deux !

avatar CNNN | 

Non mais Apple n'a rien inventé du tout blablabla, le discours du haineux de base...

avatar arekusandoro | 

@CNNN :
C'est surtout les fanboys des deux côtés qui aiment se palucher sur ça....les gens normaux, qu'ils aiment Apple ou pas, s'en fiche complètement .

Depuis mon iPhone 3GS je n'ai plus jamais pris un autre téléphone, mais n'ayant ni 12 ans, ni étant actionnaire d'Apple, je me fiche de savoir qui a inventé quoi... mais bon un article bien fait qui va appeler tous les fanboys à cracher sur les autres qui n'ont encore rien dit...

avatar béber1 | 

Allons allons, les fanboys ne sont pas aussi puérils que ça.

...

Oah la vaAAache !, qu'est-ce qu'ils font vieillots kikoolol ces smartphones avant l'iPhone ! :mdr2:

avatar diegue | 

J'ai toujours regretté mon HP iPaq hw 6915 ! Au moins j'avais une quasi réplique de mon PC et de plus outlook était livré pour faciliter les synchronisations ! Et puis MS a commencé à se planter en ne livrant plus outlook. A force d'attendre des améliorations de windows phone j' ai été contraint de prendre un iPhone 4 et quelques mois après un MBA. J'avais beaucoup perdu en synchronisation, en explorateurs de fichiers, bref j'ai découvert "la mumuse" au lieu du travail ! Je peste toujours avec mon iPad pro de ne pas avoir un iOS à la hauteur. Dommage que Samsung ait abandonné son Note 12" !

avatar Discus71 | 

@diegue :
Lol un ios pas a la hauteur...la synchronisation des mails en exchange se fait très bien...

avatar iPop | 

@diegue :
Je peste toujours avec mon iPad pro de ne pas avoir un iOS à la hauteur.

Soit gentil, arrête de Troller ou au moins expliquez vos bisbilles.

avatar Bigdidou | 

@iPop :
Franchement, écrire qu'iOS n'est pas à la hauteur de l'iPad pro, et en particulier du grand modèle, on est très loin du troll. Pour l'avoir en main tous les jours, je peux dire que ce papier de Stéphane Moussie ici même résume assez bien le sentiment d'inachevé que donne iOS 10 sur cet iPad : https://www.igen.fr/ipad/2016/06/ipad-et-ios-10-un-rendez-vous-manque-96181.

avatar jazz678 | 

@Bigdidou :
Si Stéphane Moussie le dit c'est que ça doit être une vérité universelle

avatar macbook60 | 

@diegue :
Sa va sûrement arrivé ios pour Ipad

avatar Bigdidou | 

@macbook60 :
"Sa va sûrement arrivé ios pour Ipad"

C'est pas absurde comme idée, surtout depuis qu'Apple fait tous ces efforts pour nous persuader qu'un iPad peut remplacer totalement un portable classique chez le commun des mortels, avec un iOS 10 tout de même un peu faiblard pour ça (même s'il satisfait apparemment totalement certains utilisateurs).
J'adorerais que dans le hello again de jeudi prochain il y ait un iPad OS, mais j'y crois pas trop.

avatar awk | 

@Bigdidou :
Pas un iOS pour iPad juste un iOS dépassant ses limites sur tablettes

Ce n'est pas une tâche facile de le faire avec cohérence dans une approche globale, mais je crois en la capacité d'Apple de relever le défi sans tomber dans la trivialité des petits bricolages

avatar béber1 | 

awk
"Pas un iOS pour iPad juste un iOS dépassant ses limites sur tablettes
Ce n'est pas une tâche facile de le faire avec cohérence dans une approche globale "

Je ne vois pas très bien ce que tu veux dire, sauf pour ce qui concerne le critère de "cohérence" "dans une approche globale".

Depuis le début, c'est tout le challenge dévolu à Apple de faire évoluer son iOS et ses fonctionnalités, en allant de pair avec l'évolution de ses terminaux.
Un iPad "Pro" là pour l'occasion.

C'est-à-dire atteindre à des performances et des capacités matérielles capables de supporter des fonctions et donc des logiciels de productivité, tout en gardant ce qui fait la spécificité d'une tablette, c-à-d son utilisation tactile/multipoint toujours bien présente, voire prépondérante dans son utilisation générale.

Il y a une cohérence entre la grandeur des écrans et les possibilités logicielles.
Plus les espaces sont grands, plus les interfaces peuvent être plus riches, complètes et sophistiquées, et peuvent fournir plus de fonctionnalités en travail de production.
C'est pour cela que pour moi un iPad "Pro" commence avec un écran 13" minimum, et surtout avec un iOS et des logiciels développés en conséquence.

avatar awk | 

@béber1

"Je ne vois pas très bien ce que tu veux dire"

C'est normal, je le dits assez mal ;-)

De mon point de vue, dépasser les actuels limites du multitouch ne passe pas par un simple ajout de quelques fonctionnalité.

Il y a un vrai coup de rein conceptuel à donner, coup de rein dont je ne vois évidement pas les contours, n'ayant pas la prétention de m'en croire capable.

Pour caricaturer : j'attend presque une approche post-multitouch, un élargissement puissant du paradigme.

avatar macinoe | 

"Il y a un vrai coup de rein conceptuel à donner, coup de rein dont je ne vois évidement pas les contours, n'ayant pas la prétention de m'en croire capable. Pour caricaturer : j'attend presque une approche post-multitouch, un élargissement puissant du paradigme."

Tu me régales..

avatar awk | 

@macinoe :
Et c'est pourtant bien un des défis identifié du temps... mais bon fais toi plaisir

Heureusement pour nous certains prennent ces défis au sérieux et y investissent leur intelligence et leur créativité

Avec des gars comme toi nous en serions encore a se contenter de bricolages qui vont la blague :-(

avatar béber1 | 

@awk

Une tablette-vitre, avec RA et interface holographique 3D?
Des iGlass siéraient mieux pour ce genre d'approche, nan ?

De mon point de vue, le potentiel -réellement- multitouch de l'iPad n'a pas été assez exploité.
On pourrait faire des rotations penchées d'images sur Photoshop pendant un travail avec 2 doigts pivotants (pendant que l'autre main utilise le stylet pour l'outil pinceau, par ex), le pincer-dezoomer avec les gestes actuels, tap long pour les menus contextuels, etc.
Les gestures pourraient s'appliquer aux modélisations 3D, au samplages en MAO, etc.

Il y'a tout un travail sur les possibilités d'interactions multipoint qui n'a pas été assez exploré.
Et pour cela, il ne suffirait pas de brûler les étapes, de changer de paradigme maintenant ou sous peu.
Il suffirait de développer l'existant pour voir déjà ses potentialités.

C'est ma vision d'un -vrai- iPad Pro,
qui de fait devrait être bien plus grand en taille, et qui serait cet explorateur d'interactions multitouch plus ambitieuses.

avatar awk | 

@béber1 :
Yep

Nous n'en sommes qu'au début du post-wimp le champ des possibles a explorer est vaste

avatar iPop | 

@béber1 :
Il y'a tout un travail sur les possibilités d'interactions multipoint qui n'a pas été assez exploré.
Et pour cela, il ne suffirait pas de brûler les étapes, de changer de paradigme maintenant ou sous peu. Il suffirait de développer l'existant pour voir déjà ses potentialités.

Oui il suffirait mais comme je le disais plus haut, les éditeurs sont frileux sur la question.
Changer les choses ne suffisent pas. Windows qui était l'eldorado du Software n'a pu remplir pendant longtemps sont store d'application.

avatar béber1 | 

iPop
"les éditeurs sont frileux sur la question."

Euphémisme.
Mais force est de reconnaitre qu' Apple n'a pas su ou volontairement voulu créer de dynamique autour de son iPad.
Et c'est sans doute propre à la méthode héritée de Steve Jobs, qui est qu'Apple pose une base avec une petite amorce, et c'est aux éditeurs de faire tout le boulot "de remplissage" derrière. ("notre produit est suffisamment bon comme ça, à vous d'en explorer les possibilités")

Or l'iPad est un appareil expérimental (nouvelles interactions H-M par le tactile multi-point) qui demande à être appuyé, encouragé pour créer des dynamiques,
car ce n'est pas Google et ses tablettes Android qui vont le faire, hélas.
ChromeBook étant le vrai horizon pour l'instant

avatar awk | 

@béber1 :
On n'oublis souvent que le marché du logiciel dit "PRO" n'est plus l'eldorado qu'il fût pour les éditeurs

Sur les PC la dynamique est loin d'être impressionnante et le potentiel ROI d'offres pensée pour les tablettes n'est pas évident.

La lecture des compte d'exploitation des majors du secteur en surprendrait plus d'un.

Ce n'est pas pour rien qu'Adobe a initié avec succès une transition vers un modèle par abonnement et que tant d'autres suivent.

C'est aujourd'hui assez difficile de faire du bon business avec des offres "Digital Media Création" pour les éditeur même quand ils sont en situation de quasi monopole

Un autre exemple la branche Entertainment/CG d'Autodesk est loin d'être une machine à cash malgré sa situation quasi monopolistique.

Les ressources et les moyens mis en oeuvre pour faire avancé les offres sont aujourd'hui assez réduit.

avatar iPop | 

@Bigdidou :
Dans la plupart des métiers on consulte, gère , supervise, note.
Consulter des plans, des archives, etc, coordonner des actions, mettre à jour des fichiers (notes, photo) sur des serveurs pour de grand groupes de production.
Dessiner, etc...
L'iPad est un os et un appareil complet.
Mais oui il a certainement limite (pour l'instant) mais surpasse de loin celle d'un ordinateur classique.
Qui n'a aucun capteur, n'est pas mobile, etc...

avatar Bigdidou | 

@iPop :
Qui dit le contraire ? Je l'utilise à tout ça tous les jours l'iPad Pro.
Il était juste question d'iOS 10 qui reste très perfectible et même assez décevant sur certains aspects où il exploite très mal certaines capacités de l'iPad Pro (notamment liées à la taille de l'écran et l'espace de travail sous utilisé).
Bon, c'est pas le sujet du fil, de toute façon.

avatar djgreg13 | 

N93 téléphone de fou à l'epoque

avatar NEWIPHONE76 | 

Très bel article !
Merci pour la nostalgie Nokia :-)

avatar malcolmZ07 | 

Le Nokia n93 coûtait 700€ et le P900 et P800 de sony ericson coûtaient plus de 800€ donc ... l'iPhone ne coûtait pas si chère que ça à mes yeux.
Il fallait voir aussi l'autonomie ridicule lorsque tu utilises le navigateur Internet...

avatar malcolmZ07 | 

Si vous avez envie de rire plutôt , c'est regarder à quoi ressemblait Android avant que l'iPhone sorte en 2007.
Ils avaient l'air fière en plus les gars de Google ...
https://youtu.be/1FJHYqE0RDg

avatar Bruno de Malaisie | 

"Today,  is going to change the phone industry"
Ce que Steve Jobs avait dit lors de sa présentation.

avatar thierry37 | 

Les bons souvenirs de mes Palm et autres Pocket OS. Avec l'écriture graffiti. Ça allait plus vite que le Clavier T9. :-)

Et ma femme qui était sur gros Nokia Communicator qui s'ouvrait dans la longueur.
Faudra que je montre ça à les enfants un jour. Ils le croiront pas.

avatar XiliX | 

J'avais droit aux différents versions d'iPaq et Palm Treo. Sans oublier les durcis Psion

avatar Bigdidou | 

@XiliX :
"Sans oublier les durcis Psion"
Ah, oui les Psion.... Ils m'ont surtout laissé le souvenir d'une très faible autonomie.

avatar Florian Innocente | 

@Bigdidou

Ah les Psion oui, ils m'étaient complètement sortis de la tête.

avatar Mr.White | 

H.S. : Pourquoi on a pas eu un seul article comparatif sur les Assistants comem dans cette vidéo qui est parlante https://www.youtube.com/watch?v=JFiu5rfnhzo

Siri a été largué par Google Assistant. Les investissements massifs de Google dans le Machine Learning et l'Intelligence artificielle font la différence.

avatar Fego007 | 

Je ne connaissais pas la gamme Clie. Je trouve ça très avant gardiste pour cet époque . Je me souviens plus des nokia et es HP pas des Sony .

avatar Vanton | 

Ah Nokia... J'ai été un fan absolu de cette marque entre 2002 et... 2007 ? ? Allez soyons honnêtes, 2008 ou 2009.
Le forum que je fréquentais quotidiennement à l'époque est à l'abandon et inaccessible aujourd'hui... Pourtant il était très actif? Toujours en effervescence à l'époque. Triste tout ça ! Y avait tellement de folie chez Nokia ! Des téléphones aux designs plus tarabiscotés les uns que les autres ! Le 7200 avec ses coques interchangeables en tissu, le 7280 de votre article, sans clavier et au look exceptionnel, le 7600 non moins exceptionnel avec sa forme de feuille, le 7370 avec son clavier rotatif, le 8910 avec son châssis coulissant qui permettait de décrocher d'une façon magnifique... Et même les 3100 qui brillaient dans le noir, les 3200 avec leur coque transparente permettant d'afficher dessous des photos, le 3220 et sa coque optionnelle permettant grâce à des LED d'écrire dans l'espace en le secouant... Plein de tentatives, de designs plus contraignants les uns que les autres parfois... C'est vrai que ça partait dans tous les sens mais c'était jouissif de voir autant d'expérimentations !

Le dernier Nokia que j'ai voulu acheter c'était le magnifique 7900 Prism... Entièrement noir, avec une coque en métal à motifs de triangles et un clavier dont le rétroéclairage pouvait changer de couleur... Mais l'iPhone était arrivé et j'ai laissé tomber. Je ne l'ai finalement acheté que bien plus tard, par nostalgie, quand il était déjà totalement passé de mode. Mais je n'ai jamais eu le bonheur de l'utiliser en tel principal.

https://vimeo.com/3158552

Sinon l'article oublie un peu le LG Prada... Un tel tout tactile au design d'iPhone 4 qui était sorti juste avant l'iPhone !

https://en.m.wikipedia.org/wiki/LG_Prada

avatar Florian Innocente | 

@Vanton

Sacrée mémoire des numéros des Nokia !

Ah oui le Prada.

avatar stemou75 | 

@innocente :
Oui l'article "oublie" ça. MDR

https://youtu.be/SqHWQTqRoe8

avatar Vanton | 

@innocente

Je me suis aidé de votre frise... ? J'avais oublié une bonne partie des noms. À part quelques modèles très spécifiques comme mon 7210 adoré ou le 7900 que j'ai acheté y a un an ou deux, le reste était devenu plus flou. C'est souvent facile de retrouver le premier chiffre... Les 3xxx sont des modèles d'entrée de gamme, les 5xxx des modèles dédiés au sport ou à la musique, les 6xxx des tels plus business, les 7xxx la collection fashion et les 8xxx les modèles premium. Mais les autres chiffres... ? C'est déjà plus dur !

avatar Grahamcoxon | 

J avais l artemis , version opérateur orange. Que de souvenirs !

avatar malcolmZ07 | 

@Mr.White

google est moins robotique qu'avant et il fait des blagues comme siri ... Google reconnait mieux les phrases, mais il n'y a pas vraiment un grand gap entre les deux... La solution de microsoft semble quand même plus performante que les deux (cortana)

avatar stemou75 | 

Ha mince ça me rappelle des souvenirs cet article nostalgique. J'ai eu un Sony Clié, un Nokia 8800 etc...
En fait avec en plus un iPod et un petit Canon, je faisais à peu près la même chose avec 4 appareils qu'avec un seul smartphone aujourd'hui ;-D

avatar kman | 

Oui, j'ai eu un ou deux clié, qui étaient assez excellents en termes d'écran et d'ergonomie. Même les appareils photos, pour l'époque, étaient "pas trop mal". Un PDA phone aussi, de HP/Compaq, gros mais pas trop mal, dommage que l'ergonomie Windows était ce qu'elle était ...

avatar 667 _ | 

Ben c'était mieux avant l'arrivée de l'iPhone.
On avait du choix et plusieurs OS différents.

Maintenant on a droit qu'a Android ou iOS.

BlackBerry 10 ou Windows phone sont rayés a cause des médias et des opérateurs corrompus depuis des années par Apple et Samsung.

Avant c'était mieux.

avatar melaure | 

J'ai adoré mes Sony (t68i, K750 ...) avant l'iPhone !

Je retournerais chez eux après l'iPhone ;)

avatar Le docteur | 

Ne pas oublier que Palm avait eu des problèmes de licence avec Graffiti et que la version 2 était beaucoup moins efficace.

avatar Ginger bread | 

En tt cas Apple etait bien contente de voir comment etaient conçu tous ces beaux modeles de Nokia.

avatar occam | 

Superbe timeline. Merci, Florian !

Juste un truc : « On a dix doigts », ça, c'est vous qui le dites. Samsung croit qu'on en a douze, et qu'ils repoussent quant on nous les grille.
(Piqûre de rappel, kick 'em while they're down...)

avatar odemeusy | 

J'aimais beaucoup mon SonyEricsson P800.
Je n'étais pas Nokia du tout!
Je suis tout de même venu à Apple en passant par Palm et BlackBerry.
C'est aussi à cela qu'on se rend compte de l'âge qu'on prend...

avatar Cclleemm | 

Très belle article Florian !

Pages

CONNEXION UTILISATEUR