Microsoft réfléchirait à supprimer les licences de ses OS mobiles

Florian Innocente |

Rendre Windows Phone et Windows RT gratuits pour mieux s'attirer les faveurs des fabricants, c'est une piste sérieusement étudiée par Microsoft. Dans les bruits de couloir rapportés par The Verge, Terry Myerson, le responsable des OS de Microsoft, envisage cette option pour ses partenaires, afin de se donner de nouvelles chances de lutter face à Android sur les téléphones et tablettes.

Par l'acquisition prochaine de Nokia, Microsoft va fermer le robinet des revenus perçus jusque-là pour Windows Phone, sachant que le finlandais vend l'essentiel des terminaux avec cet OS. Quant à Windows RT, les fabricants lui préfèrent Windows 8 ou Android. S'il devait effacer les coûts de licences de ces deux OS mobiles, Microsoft chercherait à les compenser en poussant certains des utilisateurs vers les formules payantes de Skype, Office ou SkyDrive. Sans oublier la publicité au travers de Bing intégré aux applications.

Si cette stratégie est adoptée, elle pourrait être appliquée dans le cadre des mises à jour surnommées “Threshold" destinées à rapprocher en 2015 certains éléments techniques des différents Windows.


avatar Florian1293 | 
Ah tiens, voilà une idée intéressante. Microsoft changerait de modèle économique, en misant sur les services conjoints, plutôt une sur l'OS? Je ne suis pas spécialiste de tout ça (loin de là) mais j'aimerais bien lire une analyse la dessus
avatar cadou | 
@Nicolas Maintenant qu'ils ont des usines pour fabriquer des smartphones et des tablettes, ils peuvent faire comme Apple.
avatar arthurquillot | 
Rendre Windows Phone gratuit, pourquoi pas. Mais Windows RT? Je n'y crois pas une seule seconde. On ne tord pas le cou de la poule aux œufs d'or. Si l'industrie PC se met à adopter en masse les processeurs ARM pour ne plus avoir à payer la licence Windows, ça peut faire très mal!
avatar Homer Simpson | 
A une époque, Microsoft rendait Internet Explorer gratuit, tuant du même coup Netscape, et pourrissant la vie d'au moins une génération de développeurs web… et c'est pas fini.

CONNEXION UTILISATEUR