Palm : Rubinstein rassure ses troupes

Arnaud de la Grandière |

Les temps sont durs pour Palm, alors qu'on a appris hier que la société n'atteindrait pas ses objectifs (lire : Palm en deçà des objectifs de vente). Comme de bien entendu l'action s'est effondrée suite à l'annonce, s'échangeant actuellement à $6,53 (contre $17 en septembre dernier).

Alors qu'on murmure différents scénarios catastrophe, Jon Rubinstein, le patron de Palm, a pris sur lui d'envoyer un email à tous ses employés pour faire le point sur la situation. Il commence par rappeler que la société dispose de 500 millions de dollars de réserve, précisément faite pour affronter ce type de périodes. Il indique également avoir eu une réunion avec les cadres de Verizon, et que ces derniers se sont engagés à redoubler d'efforts pour mieux écouler les smartphones de Palm.

Il rappelle également le lancement de l'initiative nommée Project Jumpstart, lancée il y a trois semaines. Celle-ci consiste à former les commerciaux de Verizon par quelques 200 "ambassadeurs Palm", et a commencé à porter des fruits. Il indique également que la campagne publicitaire va prendre de l'ampleur afin de mieux faire connaître les produits de Palm auprès du grand public.

Rubinstein réaffirme sa confiance dans ses produits et son équipe, et pense que rien n'est encore joué. Une réunion interne avec tout le personnel aura lieu après l'annonce des résultats afin de répondre aux questionnements qui peuvent le traverser, d'ici là il enjoint chaque employé de se focaliser sur l'amélioration des ventes, l'amélioration de la qualité des produits, et la différenciation de "l'expérience Palm".

Justement, on attend incessamment une mise à jour de WebOS, version 1.4, qui apporte le support de Flash, et l'enregistrement de la vidéo.

Via Engadget


avatar Mayorkam | 
Ben moi je ne trouve pas que cette tentative de rassurer soit rassurante justement.
avatar Porteli | 
Quelque périlleuse que puisse effectivement paraître la démarche d'une lettre ouverte au NY Times, il n'avait probablement pas le choix... Pour avoir regardé de près l'accord avec SFR - exclusivité au lancement des produits Palm pendant un certain nombre d'années, mise en valeur avec des coins Palm dans les boutiques, etc. - pour une disponibilité effective des produits, il m'est avis qu'ils n'en conservent pas moins une grande partie de leurs ambitions, la difficulté étant que le relais commercial ne semble pas à la hauteur de l'inventivité de leurs ingénieurs. Au surplus, et de mon point de vue, quelque probante que puisse se révéler la manipulation d'un Palm Pre, le choix d'un clavier physique peut conférer une image quelque peu vieillote à la marque - à tout le moins auprès du grand public -, ce alors que WebOS propose sans doute l'expérience utilisateur la plus satisfaisante de tous les OS mobiles.
avatar Mayorkam | 
@étoilesptentrionale:"Au surplus, et de mon point de vue, quelque probante que puisse se révéler la manipulation d'un Palm Pre, le choix d'un clavier physique peut conférer une image quelque peu vieillote à la marque - à tout le moins auprès du grand public -, ce alors que WebOS propose sans doute l'expérience utilisateur la plus satisfaisante de tous les OS mobiles." Le soucis ce n'est pas l'OS. Sur la dernière version du mobile, il y a encore des retours très négatifs portant sur des points essentiels comme la réactivité du tactile par exemple. En partant de chez Apple, Rubinstein a gardé tout son potentiel au niveau du soft mais la montée en charge sur le matériel ne suit pas. Ils n'ont vraiment plus beaucoup de temps. L'Iphone V4 va bientôt arriver, la synergie des devs autour de la triple plateforme iPhone/iPod touch/iPad va bientôt devenir un hymalaya pour Palm s'ils n'arrivent pas à faire mieux et à proposer très vite leurs mobiles à d'autres pays. Si dans 6 mois ils n'ont pas remonté la pente, ils ne reviendront pas et se feront sans doute racheter, si leurs technos intéresse quelqu'un.
avatar Slyoo | 
Excellente analyse de Shenmue que je partage intégralement. J'ajouterai que le choix d'un clavier physique est, mine de rien, le genre de petit ralentisseur industriel dont Palm aurait pu se passer. La lenteur de diffusion dans le monde est certainement très pénalisante.
avatar Iteck | 
500 millions de dollars, c est peanuts a l echelle de ce business. Comme dit sur ce site, le processeur de l ipad a coute en devellopement 1 milliard a Apple, et le gars il essaye de rassurer en en disant qu il a 500 millions pour faire tourner l ensemble d une societe, les salaires, la prod, les devellopements, c est risible. Et c est le plus inquientant, c est le manque de cash, quand une boite comme microsoft ou Aplle foire le lancement d un produit, c viable, soit, il peuvent remettre une couche de pognon pour essayer plus, soit ils peuvent arreter les frais et ils ont tjrs d autres choses pour vivre. Palm n est dans aucun de ces cas de figures, ils n ont pas a assez de pognon pour faire evoluer et faire durer un produit qui ne marche pas, et ils n ont plus vraiment d autre revenus si un jour ils doivent arreter ce produit. Notez aussi que sil action passe sous 5$, c est la cata, car beaucoup de fonds d investissement vendent automatiquement, ou n achetent jamais d actions a moins de 5$, donc un fois en dessous de 5, il n y a plus de tres gros poissons pour supporter le cours.
avatar Tiberius | 
Ca sent quand même le rachat par une grosse entreprise.. Est-ce que Microsoft viendra à la rescousse comme pour Apple en 97 ? Est-ce que Apple viendra à la rescousse pour sauver l'ami Rubinstein ? Ces deux-là n'ont aucun intérêt à investir dans Palm. Tous les acteurs majeurs du secteur ont déjà leurs propres technologies pour mobiles. Palm va donc certainement devoir se sauver elle-même. Je suis d'accord avec Etoile à propos du clavier physique. J'ai personnellement l'impression que le Pré est arrivé un peu trop tôt. Mon sentiment est que Palm a tout misé sur les applications web dès lors qu'ils ont vu qu'Apple faisait cela avec l'iPhone. Mais entre temps Apple a changé son fusils d'épaule en autorisant les applications natives. Et Apple a fait cela à juste titre, puisqu'elle a remarqué qu'il était beaucoup trop tôt pour passer au "tout web". Il est pourtant clair que l'avenir à moyen ou long terme est de se passer des applications natives au profit d'applications web qui ne nécessitent pas d'installation, qui sont mises à jour automatiquement, et qui limitent le piratage. Mais le monde n'est pas encore prêt, même sur les téléphones omni-connectés. Les technologies ne sont pas encore prêtes. Si le boom des applications web, du cloud computing et de la décentralisation intervient avant que Palm ne mette la clé sous la porte, alors ils ont une chance de décoller avec WebOS.
avatar gueurki | 
Ce serait tout de même dommage de perdre Palm, leur os est à la hauteur des concurrents, il a tout de l'os moderne pour smartphone.
avatar mikachu | 
Palm est une société habituée des achats/reventes. C'est ainsi que la marque survit depuis sa création, à l'époque où des bouts de son système avaient été vendu (de mémoire) à HP et à ... Apple, pour équiper le Newton. Palm reste trop connu et dispose d'un bon capital sympathie pour être abandonné d'un coup, à la suite d'un éventuel rachat. On risque plutôt de voir la capacité marketing de la société renforcée par son nouvel acquéreur, comme ce fut à l'époque où Palm appartenait à 3Com etc... Palm a toujours eu de très bons logiciels et de bons PDA, fiables et robustes, mais n'a jamais su investir correctement dans une stratégie commerciale à long terme sans l'aide d'une autre société. L'histoire n'est qu'un éternel recommencement !
avatar Marksanders | 
Palm a raté sa stratégie en refusant de le vendre nu et de le vendre en dehors des USA. Depuis, Android est sorti, WM 7 arrive et il est trop tard pour Palm. WebOS n'a pas de gros avantage par rapport à Android ou iPhone OS.

CONNEXION UTILISATEUR