Chronologie des médias : vers une diffusion un peu plus rapide des films en VoD

Mickaël Bazoge |

La chronologie des médias permet de financer le cinéma en France ; sans cet outil, qui implique toute la filière (des salles de cinéma aux chaînes de télé), la production hexagonale serait tout simplement réduite à peau de chagrin. Mais voilà, dans un monde où le piratage se rit des délais et où Netflix recrute chaque mois des millions de nouveaux abonnés, cette chronologie des médias à la gestion complexe est devenue incompréhensible pour le commun des mortels.

Preuve en est l’acquisition par Netflix des droits de distribution de Divines, un film français que le monde entier a pu voir sur le service de sVOD, tout le monde… sauf les utilisateurs français ! Le film étant sorti en salles, il a dû emprunter le circuit classique et contraignant de la chronologie des médias. Même si à l’occasion d’un bug, Netflix a diffusé en France pendant quelques heures le métrage de Houda Benyamina !

Bref, il est temps de dépoussiérer cette bonne vieille chronologie. L’industrie en est consciente, mais les solutions communes ne sont pas encore au rendez-vous, chacun tirant la couverture à soi. Les Echos rapportent que le CNC (Centre national du cinéma) tente de réaliser une synthèse avec difficulté. La dernière proposition est la suivante : les salles de cinéma verraient leur fenêtre d’exploitation se réduire de quatre à trois mois ; le film serait ensuite disponible à l’achat en VoD puis, passé un mois supplémentaire, à l’achat et à la location pour toujours.

Cette notion de durée illimitée serait le changement le plus significatif pour le consommateur, la carrière des films étant ballottée au rythme des ouvertures et fermetures des fenêtres d’exploitation successives (lire encadré ci-dessous). Quant aux services de vidéo sur abonnement comme Netflix, leur fenêtre reste toujours très éloignée de la sortie en salles, mais le délai pourrait passer de 36 mois actuellement à 25 mois s’ils acceptent de verser leur écot à la création. Pas sûr que cela réduise le piratage, mais enfin ce serait déjà beaucoup plus intéressant pour l’abonné.

Cette proposition est encore loin de faire l’unanimité. Les exploitants de salles de cinéma ne sont pas particulièrement partants pour voir leur fenêtre d’exploitation se réduire au profit de la VoD concurrente. Les chaînes de télévision, et en particulier Canal+ le « soutier » du cinéma français, proposent de leur côté des fenêtres « coulissantes » modifiant le délai de diffusion sur les chaînes suivant leur financement des films. De quoi complexifier encore plus un système déjà indigeste…

Il reste donc encore beaucoup à discuter et à trancher entre le CNC et les différents acteurs de la filière. Il est vrai que l’équilibre de la chronologie des médias est particulièrement sensible et que modifier telle ou telle fenêtre peut peser lourdement sur un d’entre eux.

La chronologie des médias actuellement

La salle de cinéma est loin d’être le seul diffuseur d’un film. Un métrage a plusieurs vies et, selon les fenêtres d’exploitation, on le retrouvera successivement sur différents types de services en ligne.

  • 4 mois après sa sortie en salles : le film est proposé en VoD (achat, location) ;
  • 10 mois après sa sortie en salles : en cas d’accord, première diffusion sur les services de cinéma en ligne ;
  • 12 mois : le film est disponible sur les services de cinéma en ligne en première diffusion ;
  • 22 mois : en cas d’accord, deuxième diffusion sur les services de cinéma en ligne, et diffusion sur les services TV en clair et services payants ;
  • 24 mois : deuxième diffusion sur les services de cinéma en ligne ;
  • 30 mois : diffusion sur les services TV en clair et services payants (autres que ceux de cinéma) ;
  • 36 mois : diffusion en vidéo à la demande sur abonnement (Netflix, CanalPlay, etc.) ;
  • 48 mois : diffusion VoD à titre gratuit.
avatar jimi31 | 

Je ne suis pas d'accord pour appliquer cette règle à tous les films. Il faut protéger les salles de cinema et les distributeurs de films. Effectivement sur des films qui sortent sur peu de copies ou qui connaissent un nombre d'entrées limitées ou décevants, oui pourquoi pas.

avatar jimi31 | 

L'economie du cinema est trop fragile, les gens ne le savent pas et n'arrivent pas forcement à le comprendre car il faudrait mieux l'expliquer.

avatar warmac33 | 

1) avec toute cette législation et ce protectionnisme le cinéma français est très très productif, mais cela a-t-il vraiment un intérêt ? combien de films sortent chaque année dont tout le monde se fout et que presque personne ne voit ? ne faut-il pas revoir les priorités à l'heure où on demande aux français de faire des efforts notamment dans la santé ?
2) le monde culturel français est un monde très à part, parfois bien déconnecté des réalités et pas si fragile que ça vu les abus (avance sur recette, statut des intermittents par exemple...)
3) réussir à rassembler les méfaits du communisme et du capitalisme c'est très fort : le contribuable finance en proportion non négligeable les films (jusqu'à 60 %), et bouche les trous s'ils ne marchent pas ; en revanche s'ils marchent c'est jackpot pour les quelques apparatchiks concernés (cf les cachets de certains réalisateurs/acteurs, et la sécurisation des productions).
4) mais comment diantre font les autres pays pour sortir des films sans ce genre de lois ?
5) "il faut protéger les salles de cinéma" : et les taxis ? les agriculteurs l'ancienne ? les petits commerces ? les allumeurs de réverbères ?... on peut aussi décider de vivre avec son temps et laisser le monde évoluer sans vouloir toujours tout légiférer et taxer ! ON nous a bassinés à vouloir sauver l'industrie du "disque" il y a quelques années... Si les gens veulent aller au cinéma ils iront, si l'évolution des technologies (home cinéma, netflix, etc...) font qu'ils n'y vont plus, c'est que les salles de cinéma ont fait leur temps.

http://bfmbusiness.bfmtv.com/entreprise/financement-cinema-francais-veri...

Marre de payer des impôts pour des parvenus de toute sorte, le milieu du cinéma ne vaut pas mieux que celui des sénateurs et des députés.

avatar YAZombie | 

@warmac33: pour le 5/, un +1 massif

avatar Charlou64 | 

@warmac33
Merci, Warmac, c'est limpide et factuel.

Une grosse préférence pour :
"réussir à rassembler les méfaits du communisme et du capitalisme c'est très fort "

avatar warmac33 | 

;-)

avatar Timekeeper | 

Je ne comprend rien à l'encadré sur la chronologie des médias.
C'est quoi les "services de cinéma en ligne" ? Quelle différence SGDB la VOD ?

Et où est Canal + là dedans ? Je ne le vois nulle part.

avatar digitalscreen | 

d un cote c est pas les films francais que l on ve voir en vod !
si ils veulent proteger le cinema francais ok pour la chronologie des media sur les films francais , et non sur les films etrangers

avatar Lestat1886 | 

Aaah enfin! Cette période de location limité dans le temps n'avait aucun sens!!

avatar raphta | 

Comment essayer de forcer un destin... ca ne marche jamais.

Il y a beaucoup plus de d'argent a se faire en poussant tout le monde a avoir un abonement netflix avec un access immediat.
Les salles de cinema peuvent subsiter pour proposer une experience premium, en offrant un access illimité aux salles inclus dans l'abonement netflix.
La diffusion de films a la television, c'est du passé.

Anticiper le modele economique du futur, c'est ca la vision d'avenir. Se positionner pour etre le maillon fort, c'est etre visionnaire.
Défendre une chronologie des medias "ajustée", c'est vivre dans le passé.

On est en train de revoir Apple face a blackbarry 10 an apres...
il y aura malheureusement toujours des dirigants sans vision.

avatar jerry75 | 

Mais pourquoi établir une chronologie des médias sur des
Films étrangers ? Bon de toutes façons les gens s'en foutent complètement.
C'est indigeste et mal perçu.
Bon apres entre le streaming et le téléchargement de torrent de toutes façons, ceux qui ne souhaitent pas attendre n'attendent plus depuis longtemps.
Du toutes façons le système va s'écrouler. C'est archaïque et ne peut pas tenir face à une nouvelle habitude de consommation. Les nouvelles générations regardent de moins en moins la Telé. Aujourd'hui on regarde ce qu'on veut quand on veut ! Et tant mieux !!!
Ce vieux système poussiéreux est ridicule et se tire une balle dans le pied.

avatar ifranz67 | 

Qu on protège le cinéma français ça me va ! Mais on veut pouvoir accéder au ciné d autre pays (USA,U.K., etc) sans avoir à attendre 36 mois sur Netflix !! Sinon le piratage continuera et ça sera de leur faute au CNC !

avatar Gigaflop | 

Et dans les autres pays (Suisse, Belgique, Allemagne, USA, Brésil, ex.), ça fonctionne comment ?

avatar mssinkro | 

@Gigaflop

Je serais curieux de savoir aussi

avatar Macmania | 

Ah, ah, ah... 🤑🤑🤑🤑 😱

avatar skizoboy | 

L'idée d'un cinéma français me plaît, et par extension la nécessité de le défendre me paraît évidente. Ça c'est la théorie.
En pratique maintenant, 99% de la production cinématographique de ces 40 dernières années me fait vomir, et tout ce qui peut foutre en l'air le ramassis d'apparatchiks propagandistes sans talent qui nous sert cette soupe, est bon à prendre.

avatar reborn | 

De quelle création ils parlent ? De la prochaine comédie de C.Clavier ?

🙉

avatar warmac33 | 

oh oui, vivement les visiteurs 4 ! (ironie...)

avatar alex198710 | 

Je trouve que la chronologie des médias actuelle ou même avec cette révision n'enrayera en rien le piratage...
Je ne comprend pas leur problème, je vais au cinéma voir un film pour la même raison que d'autres personnes vont au théâtre ou à un concert. Dans tous les cas rien ne t'empêche de pirater un film ou une musique mais cela ne remplacera jamais l'ambiance ou les sensations que te procures un concert en live ou une avant première au cinéma ou être au premier rang au théâtre.
Proposer un film uniquement au cinéma pendant 3 mois ok mais après cela devrait être disponible partout peu importe le "canal" (vod, canal+ ou canal play mais aussi Netflix et autres services similaires).
Ce sont toutes des plateformes payantes au final, seul le prix diffère et les prestations offertes.
Je sais pas pour vous mais un service pour accéder à tous les films sortis il y a plus de 3 mois, quitte à payer entre 10 et 20€/mois, je ne verrai plus de raison de télécharger illégalement un film.
Cela fait plusieurs années que je n'ai pas acheté de Blu-ray je l'avoue alors qu'avec un système comme ça je débourserai entre 120 et 240€ par an, multiplié par le nombre de personnes qui piratent des films, au final ce serai ultra rentable pour eux...

avatar yorick | 

Pour sauver les salles de cinéma, il faudrait peut être écouter les utilisateurs non ?
Les gens ne vont pas au cinéma car les prix sont excessif .10 euros une place....
On y va pas car certaine salles sont inconfortable (siège trop proche....).
Et souvent les salles sont sal (sans jeux de mots).

Le streaming marche (même payant) car le mode de consommation a évolué.
On ne regarde plus un films par semaine, mais un films par jours (film ou série)

Certaine personne aime aussi posséder (collectionner) les bons films au format physique. Avant c'était les cassette vidéo, maintenant les blu-ray .Surtout quand le boitier est beau.

CONNEXION UTILISATEUR