L'application d'alerte attentat SAIP sous le feu des critiques

Mickaël Bazoge |

L'application d’alerte et d’information des populations, alias SAIP, est très loin de remplir sa mission. L'app mobile, lancée en juin 2016 par le ministère de l’Intérieur juste avant l’Euro de football, est censée alerter l’utilisateur d’une crise majeure ou d’un événement au caractère particulièrement exceptionnel. Cette app, développée en quelques mois seulement, n’est pas parvenue à démontrer son utilité.

Lors de l’attentat de Nice, le 14 juillet 2016, l’application a envoyé les notifications pratiquement trois heures après les événements. Un retard dommageable pour une app dont l’intérêt est justement de prévenir les populations très rapidement. Une « faille technique » a été à l’origine de ce bug (lire : Nice : explications sur le fiasco de l'app SAIP). Le ministère de l’Intérieur annonçait pourtant la diffusion des messages d’alerte sous les quinze minutes et moins.

Rebelote début février, suite à l’attaque d’un groupe de militaires au musée du Louvre. Dans ce cas, mieux valait suivre le compte Twitter de la place Beauvau, mis à jour en quasi temps réel. Les autorités ont ici expliqué que l’absence de notification d’alerte avait été volontaire. Et puis il y a également eu de fausses alertes, comme le 17 septembre dernier suite à la suspicion d’un attentat dans une église.

L’utilité et la pertinence de SAIP sont donc interrogées. Un rapport d’information sénatorial, qui sera publié aujourd’hui mais dont Le Monde a obtenu copie, est particulièrement sévère pour cette application. Jean-Pierre Vogel, le sénateur (LR) qui a planché sur le sujet, pointe du doigt une efficacité toute relative de cette app, ainsi que des défaillances qui nuisent à sa fiabilité et à son ergonomie. Il est vrai que SAIP a été développée très rapidement (le projet a été lancé en janvier 2016, dans la foulée des attentats de novembre 2015).

Autre sujet d’inquiétude, l’application n’a pas atteint la masse critique suffisante pour alerter convenablement un maximum d’habitants sur une zone de danger. Ce seuil est fixé à 5 millions d’utilisateurs, actuellement SAIP n’en compte que 900 000. Sur le fond, le sénateur de la Sarthe critique le « choix stratégique » du développement de l’app. Pour lui, SAIP est un « non-sens » au vu des enjeux, et quand il y aura un nouvel attentat, « il sera trop tard pour s’en préoccuper ».

Parmi les pistes proposées par le rapport pour sortir l’app de l’ornière, on trouve une demande d’évaluation de l’application qui devrait être menée d’ici la fin 2019 (une évaluation est bien prévue par le ministère, qui n’a pas précisé de date). Surtout, le sénateur déplore que les autorités n’aient pas voulu mettre en place un système d’alerte par SMS comme il en existe en Allemagne, en Espagne ou en Chine avec une technologie de Diffusion cellulaire.

Ce système permet d’envoyer un même message à tous les abonnés à l’intérieur d’une zone géographique ; pour en bénéficier, il faut s’inscrire (ou pas selon les technologies employées), ce qui n’est pas pire que de télécharger une application. Évidemment, il reste le problème de la prise en charge des coûts d’un tel système, qui pourrait échoir à l’État, aux opérateurs, ou aux deux.


Tags
#SAIP
avatar gwen | 

Perso, je l'avais installé, puis, à la suite de Nice, je l'avais retiré de mon iPhone. Inutile.

avatar r e m y | 

La diffusion de SMS sur tous les mobiles connectés à un même émetteur (n'importe quel vieux coucou pas smart du tout est suffisant), et de façon prioritaire sur tous les autres SMS, peut être faite sans aucune inscription préalable...
Incompréhensible que ça n'ait pas été la solution retenue dès l'origine.

avatar warmac33 | 

+1

Encore un gaspillage de fonds publics pour payer des gens qui ont fait un travail de merde, et pour une commission d'évaluation inutile qui en arrive à la conclusion qu'on savait déjà tous...

avatar Gilles2811 | 

@r e m y

Tout à fait d’accord

avatar pim | 

@gwen, r e m y, warmac33 et Gilles2811 :

J'aurais pas dit mieux. En France on veut tout faire différent des autres sans en avoir les moyens.

avatar soucolline | 

Pour le coup Twitter est beaucoup plus rapide

avatar John McClane | 

@soucolline

Non. Tout le monde n'a pas de compte twitter, n'a pas activé les notifications, et ne suit pas le compte du ministère de l'intérieur.

Les SMS sont la meilleure solution.

avatar soucolline | 

Je parlais pas forcément de follow le compte ministère de l'interieur mais de suivre les trends. Après oui ça nécessite d'avoir un compte twitter et de savoir trier le vrai du faux.

SMS bien plus pratique pour les personnes qui ne savent pas forcément utiliser twitter bien sur :)

avatar Smartiiez | 

@soucolline
"pour les personnes qui ne savent pas forcément utiliser twitter".. donc si je n'ai pas de compte Twitter, c'est parce que je suis trop débile pour savoir m'en servir ?! Bravo, ? Merci du compliment.

avatar soucolline | 

@Smartiiez

J'ai jamais dit ça ?

avatar shaba | 

@John McClane

Les SMS sont en effet la meilleure solution mais sur twitter tu as les alertes d'événement comme sur Facebook, pas besoin de suivre un compte particulier.

avatar r e m y | 

@shaba

En cas de gros probleme dans une zone, le réseau 4G sera totalement saturé. Le système des SMS prioritaires permet de s'affranchir de cette surcharge.

avatar françois bayrou | 

Je n'ai de compte ni sur Twitter, ni sur FB.
Le SMS est la bonne solution.
De toutes façons il n'est pas sain de passer par des réseaux "sociaux" privés, aussi répandus soient ils, pour véhiculer ce genre de messages

avatar occam | 

@françois bayrou

"il n'est pas sain de passer par des réseaux "sociaux" privés, aussi répandus soient ils"

Sain ou pas, ce ne serait surtout pas équitable.
Une alerte d'attentat est un service public, qui de par son principe devrait pouvoir atteindre tous les citoyens (en partant du postulat que la technologie de réception puisse être universelle, ubiquitaire et à la portée de chacun) SANS interférence possible du détenteur d'un canal de communication.
Les messages SMS répondent à ce critère ; fesse-book et le piaf cyanosé qui fait couac, non.

avatar Palfie | 

@occam

En plus l'application SAIP n'est disponible que pour iOS et Android...

avatar bigwiz | 

Je l'avais installé et désinstallé dans les jours qui ont suivi vu comment l'application fonctionne pas du tout !
Via Twitter et les comptes officielles de la police et gendarmerie on était au courant avant l'alerte de cette application !
Pourquoi ne pas utiliser l'alerte par Sms comme dans d'autre pays ??

avatar marc_os | 

En plus question "masse critique", j'ai dû constater que iOS 8 était requis. Donc pas pour moi ni pour tout ceux limites à un iOS inférieur...

avatar reborn | 

Le soucis c'est que tous se passe très vite dans les premières minutes. Ces minutes ou l'on ne sait pas ce qui se passe justement, attentat ou pas ?

Une fois que l'on sait grâce à l'application c'est déjà bien trop tard.

avatar tsarsmirnoff | 

À mon avis ça sent le copinage pour la création de l'application...
Mais comme d'habitude, quand l'état de mêle de quelque chose, ça foire...

avatar Seb42 | 

@tsarsmirnoff

Mais que la critique est facile toujours à pleurnicher a s’en prendre a l’Etat.
Vous ne semblez pas mesurer la chance que vous avez et la difficulté de gérer une masse de gens aussi différents.

avatar House M.D. | 

@Seb42

Non, là en l’occurence il a raison, une majorité d’experts avaient prévenus de la non efficacité de ce type de système, sans même penser à la logique de réflexion voulant qu’on se coupe de toute personne n’ayant pas de smartphone ou de réseau correct en data. C’était du bon sens, et l’Etat a fait n’importe quoi.

avatar r e m y | 

Et maintenant ils envisagent sérieusement de rénover nos vieilles sirènes pour des alertes sonores... ?‍♂️

avatar moua | 

Expérience quand j'étais au Japon il y a quelques années, avec une sim data dans mon Iphone en mode silencieux :

Quelques secondes après la détection d'un tremblement de terre à plusieurs centaines de km j'ai reçu un message d'alerte avec son strident.
De quoi se mettre à l'abris avant l'onde de choc.

Le cell broadcast existe depuis plus de quinze ans dans certains pays, permet d'alerter tous les mobiles d'un coup sans occuper la moindre capacité du reseau (juste l'équivalent d'1 Sms par antenne... pour TOUS les mobiles connectés).

Il n'y a RIEN de plus efficace et c'est localisé.

Par ailleurs il y a une dizaine d'années le cell broadcast était testé à Paris, pour diffuser des bons plans par une entreprise commerciale (c'était plus un test), sur inscription sur le téléphone pourquoi ne pas suivre cet exemple éprouvé ?

avatar occam | 

@moua

Bien d'accord.
https://xkcd.com/723/

avatar pim | 

@ moua :

Impressionnant. Même un enfant de cinq ans est capable de comprendre que ce système est hautement pertinent et préférable au développement d'une app ayant coûté 400 k€.

Et j'imagine qu'ils continuent à dépenser de l'argent dans un serveur qui se charge de relayer les alertes, ça aussi c'est facile à faire pour 50 € par an et ils doivent y passer des sommes astronomiques.

Ça rappel les portails de l'écotaxe à je ne sais plus combien de millions d'Euros pièce, abandonnés en cours de route... Gabegie à tous les niveaux.

avatar dk53 | 

Faites attention avec des articles comme ça : c'est qu'en plus d'être incompétents, ils sont teigneux.

https://www.nextinpact.com/news/104093-application-saip-quand-avocat-deveryware-nous-adresse-mise-en-demeure.htm

avatar Vaudan | 

Il me semble qu'en Belgique on a un système de SMS en "push" sans inscription préalable

avatar powergeek | 

Coût du seul développement : 400 000€ selon MacGé du 21/7/16

avatar flagos | 

Le problème du SMS, c'est qu'on ne peut pas avoir des notifications silencieuses comme le fait l'appli SAIP.

Quand on pense par exemple au gars qui était planque dans un des meubles de l'imprimerie ou s’était réfugié les freres kouachi, un SMS aurait pu tout simplement le condamner.

avatar r e m y | 

@flagos

Tout comme un appel de sa belle-mère, ou le SMS de son opérateur téléphonique lui faisant savoir que sa facture est disponible...

avatar marenostrum | 

ça sert à rien parce que le terroriste ne peut pas tuer toute la ville, et on ne peut pas savoir d'avance sur l'attaque (l'endroit, l'heure, etc). donc l'alerte sera de tout façon toujours en retard (de quelques minutes à quelques heures quelle importance ?)

CONNEXION UTILISATEUR