Éducation : l'iPad se fait piquer sa place par les Chromebook

Sabrina Fekih |

N'en déplaise à Phil Schiller, qui avait attaqué avec virulence les Chromebook en novembre, ces petits ordinateurs portables bon marché taillent des croupières à l'iPad depuis plusieurs années dans le secteur de l'éducation.

Le changement de direction de Fraser Speirs, un enseignant britannique qui a remplacé l'année dernière tous les iPad de ses élèves par des Chromebook, s'apparente à une leçon, voire un blâme, pour Apple. Ça l'est d'autant plus que Fraser s'était fait une spécialité des outils éducatifs de la Pomme, dont il partageait fréquemment l'expérience. Et celle-ci était de moins en moins bonne.

Image d'illustration Linux Journal (CC BY)

Fraser Speirs avait introduit l'iPad dès 2010 dans sa petite école, où chaque élève dispose de son propre appareil. En 2013, l'iPad de 1re génération était remplacé par l'iPad 4, lui-même remplacé par l'iPad Pro 9,7" en 2016. Mais trois ans plus tard, ce n'est pas une nouvelle tablette Apple que les écoliers ont entre les mains, mais des Chromebook.

Le professeur explique dans un long billet de blog publié l'été dernier que cette bascule a été motivée par plusieurs raisons. D'une part, pour des motivations économiques. Pour bénéficier de Chrome OS, une large gamme de modèles (Samsung, Acer, HP, etc.) est mise à disposition des établissements scolaires, et ce, à différents prix. Google impose uniquement des frais de gestion à hauteur de 30 $.

De plus, la suite d'outils G Suite et la plateforme Classroom sont fournis gratuitement aux étudiants. Une offre qui fait potentiellement pencher la balance quand on sait que plusieurs écoles américaines disposent d'un budget limité.

Par exemple, depuis qu'elles ont opté pour Google, les écoles de Chicago économisent environ 1,6 million de dollars par an en gestion des messageries électroniques. « Nous allons économiser 56% du budget actuel pour l'iPad et j'espère pouvoir utiliser cette somme pour proposer d'autres initiatives aux élèves », indique pour sa part Fraser Speirs.

« Quand, j'ai réalisé que je pouvais acheter 1,8 Chromebook neufs pour le coût d'une réparation d'iPad, j'ai commencé à réfléchir sérieusement à ce que nous devions faire », ajoute-t-il.

Mis à rude épreuve, les écrans des iPad s'endommagent rapidement, contrairement aux concurrents qui sont principalement sous forme de laptop avec claviers. Les chargeurs des iPad s'abîment aussi relativement vite et les réparations coûteuses s'enchainent. Remplacer un écran d'iPad hors garantie coûte plus de 300 €.

Ce n'est pas un hasard si Apple a doté en septembre l'iPad 7 du Smart Connector : il s'agit de faciliter autant que possible l'ajout d'un clavier — un périphérique jugé indispensable par de nombreuses écoles — à l'iPad.

Aussi, un fossé s'est creusé entre les deux géants en matière d'application. Fraser Speirs regrette qu'iTunes U soit visiblement mis de côté, alors que Google Classroom ne cesse de convaincre. Il est également plus simple pour les étudiants de stocker leurs documents, collaborer et envoyer des devoirs depuis leurs adresses Gmail. À en croire la société, aux États-Unis 30 millions d'écoliers utilisent les applications Gmail et Docs.

Les apps "En classe" et "Pour l'école" d'Apple.

Depuis la mise en place de son application « Pour l'école » la Pomme montre néanmoins sa volonté de revenir dans la compétition. La capacité de stockage d'iCloud a même été augmentée à 200 Go au lieu des 5 Go habituels pour l'offre destinée à l'enseignement.

Pour se faire une place sur ce marché, Google a multiplié les opérations séduction. Google offre des espaces de collaboration en ligne pour permettre aux professeurs d'échanger sur l'intégration de ses produits dans les programmes éducatifs. L'entreprise met aussi les professeurs à l'honneur via des certificats qui reconnaissent ceux « ayant recours aux technologies pour résoudre les grands défis de l'enseignement.»

Une stratégie qui paie, puisqu'en agrandissant son réseau d'enseignants partenaires, ceux-ci sont devenus les meilleurs communicants de la société. Dans des tweets et autres billets de blog, ils ne tarissent pas d'éloges sur les Chromebook en classe, invitant leurs confrères à suivre le mouvement.

En témoignent les chiffres. En 2016, les Chromebook représentaient 58 % des appareils mobiles expédiés dans les écoles primaires et secondaires aux États-Unis.

Image : New York Times

Du côté d'Apple, on vante aussi ses produits tant bien que mal. Pour Phil Schiller il faut des outils à la « fine pointe de la technologie » pour pallier le manque de motivation des étudiants. Comprenez des iPad et non pas des Chromebook.

Toutefois, les Chromebook semblent s'être trouvé une cible idéale. Facilement verrouillables à distance, ils sont préférés par le corps enseignant car il est plus simple d'en limiter l'accès à internet pendant les examens. Ce qui n'est pas le cas avec les iPad : les élèves ont su contourner le contrôle parental/restriction scolaire en quelques manipulations…

Reste à savoir si les prochaines générations d'iPad parviennent à inverser la tendance.


avatar fte | 

@debione

"parce que c'est technologique"

Stylo et papier, on est en pleine technologie ultra-moderne. Tu veux dire que ce n’est pas forcément bien du coup ?

J’ai regardé ce que tu cites. Ce que j’ai trouvé, ce sont des études montrant que la diversité est meilleure que l’unicité. Que papier et stylo est aussi péjorant que que clavier et écran.

Le mieux, c’est les deux, additionné d’autres médiums.

avatar fte | 

@fifounet

"Donc ?"

Rien. Échantillon non significatif, non généralisable.

Mais je suis heureux que ton fils ait trouvé une stratégie palliative et s’en sorte avec brillo. Adaptabilité humaine magnifique.

avatar Sindanárië | 

@debione

👍🏽

avatar Sindanárië | 

@8enoit

👍🏽

avatar matthew3321 | 

Et Microsoft dans tout ça?

avatar armandgz123 | 

@matthew3321

Trop cher, et Os bien plus compliqué.
Cependant, certains établissements font le choix de Windows. C’est notamment le cas de la région Occitanie en France qui offre des PC HP entrée de gamme. J’en ai un.
C’est bien mieux qu’un iPad, et iOS sont super.
Bonne batterie, bon clavier, trackpad correct, 128go, et la suite Office fonctionne à merveille.

avatar matthew3321 | 

@armandgz123

Je pensais qu’ils avaient sorti une version éducation (s ?) de Windows justement pour le par éducatif, il me semble qu’on trouve quand même des machines de bonne facture à des prix raisonnables.. après peut-être le coût d’administration est trop élevé 🤔

avatar armandgz123 | 

@matthew3321

Je crois qu’il s’agit uniquement d’une version qui n’autorise que les applications du store de Microsoft, mais ce n’est pas spécialement dédié à l’offre éducative.
Personnellement, je trouve que la version normale peut suffire, pour avoir observer les élèves, seulement une minorité ont du mal à s’en servir efficacement. Le cloud n’est pas installé de base sur Windows aussi, c’est dommage, car très peu de monde sait l’installer.
Et puis, ça les apprends à utiliser un OS très utilisé dans el monde de l’entreprise

avatar armandgz123 | 

@matthew3321

Je crois cependant que le coup reste supérieur.
Après vérification, l’ordinateur fournit en Occitanie peut aussi tourner sous chromeOS : c’est le HP ProBook x360 11 G1 EE.
Et il y a bien une version de Windows exprès : ProfessionalEducation, mais je ne vois pas la moindre différence avec une version Windows classique

avatar matthew3321 | 

@armandgz123

En effet ça fait quand même des limitations contraignantes si on se limite au store.. c’est l réflexion que je me fais actuellement Windows est utilisé par peut-être 90% (à doigt mouillé) des entreprises donc former les jeunes à des outils qui ne sont pas actuellement utilisés, je doute de l’investissement... après je manque peut-être de vision... quoique j’ai toujours en tête que l’avenir sera desOS dans le cloud et que les machines ne feront plus rien tourner en local ce qui permettra d’avoir accès partout sur différentes machines à sa session et ses documents...

avatar armandgz123 | 

@matthew3321

Effectivement, c’est important. Cependant, si on sait se servir d’Excel, on sait se servir de Google Sheets et Numbers.
Pareil pour Words, Google Documents et Pages (même si la solution d’Apple a une utilisation un peu plus particulière).
Donc, je pense que la question va de moins en moins se poser

avatar Max4me | 

je vous invite a vous renseigner sur ce que fait Apple avec l'iPad pour l'éducation. certes c'est loin d'être parfait (oulah oui...) mais d'un point de vu gestion de flotte on est pas sur des Chromebook qui s'apparente a un model et une vision de l'informatique qui a en partie fait son temps...

avatar xfrown13 | 

On a + de 2000 iPad pour des Elementaire et pas plus de 1 ou 2 iPad cassé par an... Et les câbles s'abîment toujours à cause des enseignants qui ne font pas attention... je suis clairement pas d'accord avec cet article

avatar Max4me | 

je gére 450 Devices et même constat. Bien protégé un iPad est largement a la hauteur des élèves et les chargeurs et câble son considéré comme des "consommables" qui a cause de leurs usage beaucoup plus intensif vieillissent vite...

avatar Insomnia | 

@xfrown13

Ne pas faire une généralité de ton cas . Ah moins de faire bien attention en utilisation normal les câbles de Apple ne tiennent pas .
Reste que l’utilisation des iPad dans les écoles n’est pas très fonctionnel, car majoritairement les profs de sont pas formés et au final certains abandonne l’idée de l’utiliser

avatar Max4me | 

Pour en avoir testé une palette aucun chargeur Lightning (ou autre d'ailleurs...) ne tiens le coup d'un usage intensif scolaire... mais ça fait partie du jeu.

avatar frankm | 

@Insomnia

Bah on pourrait croire que l’article fait une généralité du cas de Fraser. Ils ne font que rapporter leurs expériences en école. Pour eux c’est satisfaisant

avatar byte_order | 

@frankm

Les chiffres de vente rapportés sont eux une généralité plus large que le seul cas de l'école de ce Mr Fraser.

avatar xfrown13 | 

@Insomnia

Comme dit plus bas, l'article fait d'un cas une généralité, et puis je ne fais que donner mon expérience :)
Ensuite, nous donnons une journée de formation aux enseignants, mais cela est sûrement pas fait partout.
Mais pour revenir aux iPad, et même plus généralement aux produits Apple, les seuls qui permettent à une petite équipe de technicien de gérer convenablement un très grand parc d'appareils. Très peu de panne, de bug & tous les problèmes que l'on retrouve chez Windows. :)

avatar agrippa | 

@xfrown13

En Normandie y a 2 journées de formations pour les iPad. La première, obligatoire pour tous, est destinée à ceux qui ne connaissent pas l’univers IOS. Donc on s’y emmerde ferme quand on connaît, mais la formation a le mérite d être bien faire.
Ensuite, aux professeurs de trouver des utilisations intéressantes et de dégager une réelle plus value de l’utilisation des iPad. Dans mon cas (histoire géo), j ai deux séances avec lesquelles l’iPad apporte un vrai plus ; pour les autres cours de l année, je n’ai pas trouvé grand chose. On est quand même très limité par l absence de clavier et les complications pour récupérer les travaux des élèves (ENT mal conçu, aucune ergonomie)

avatar xfrown13 | 

@agrippa

Nous fournissons pas de matériel directement aux élèves mais un genre de pack (avec MacBook, accessoire et tt) par ecole. Et généralement les claviers sont très peu utilisés... Les usages ne sont pas les mêmes normal

avatar iPop | 

@agrippa

Il n’y a pas à s’embêter, il suffit de travailler dans un même dossier.

avatar raoolito | 

@agrippa

beaucoup de travail est nécessaire sur soi-meme et sa manière d'enseigner pour faire évoluer sa pédagogie avec les technologies. Exemple: il n'y a pas si longtemps j'etais dans une école qui venait d'installer les projecteurs (whoooaaa) dans plusieurs salles. Sur une vingtaine de prof, un an apres meme pas la moitié en profitait, alors que le panel d'utilisation est infini.
Chercher à repenser ses cours chaque année est quelque chose que ne font pas un bon tiers d'enseignant, alors repenser en y intégrant toute technologie possible, c'est encore pire...

avatar agrippa | 

@raoolito

Bonjour,
Nous sommes tout à fait d accord, il faut repenser ses cours et la manière d interagir avec les élèves. Ça prend du temps, il faut y réfléchir, expérimenter, essayer de profiter des opportunités offertes. Ce que j ai dit précédemment n est que mon point de vue et ma maigre expérience. Par exemple avec un jeu comme LGV on peut faire comprendre aux élèves les enjeux de l aménagement du territoire, les différentes échelles, les différents acteurs. En 1h de cours on peut aller bien plus loin qu en 2h00 avec des textes et des cartes.
L iPad est parfois un bon outil, mais il est aussi très frustrant. Dans l’univers scolaire, la clé usb (oui ! Même si à titre perso j en utilise quasi plus) et le clavier sont très utiles.
Le bon vieux texte, la feuille, le stylo ont ma préférence. Les élèves sont déjà, à mon avis, très, trop, exposés aux écrans. Pas besoin d en rajouter.
Désolé pour ce message mal écrit, j’ai peu de temps.

avatar byte_order | 

C'est assez paradoxal qu'une entreprise qui a construit son image sur le concept "c'est à la machine de s'adapter à vous, pas l'inverse" soit, 35 ans plus tard, devenue une entreprise qui vend des produits qui, désormais, pour exploiter de manière efficace la machine, impose aux utilisateurs de devoir changer leurs façons de faire, voire même leurs besoins, en bref de s'adapter à la machine...

La réalité, c'est que l'offre d'Apple repose sur la vente de matériel à forte marge déjà conçu pour du grand public aux besoins différents, pas de répondre d'abord et en premier lieu aux besoins spécifiques du monde de l'éducation : un coût raisonnable, une endurance faite pour des dizaines d'utilisateurs successifs pas réputés pour faire particulièrement gaffe au matériel, surtout quand c'est pas vraiment le leur, une versatilité des usages possibles où l'ultramobilité n'est pas l'alpha et l'oméga et un écosystème où la concurrence a lieu sans briser l'interopéralité, maintenant l'écosystème non seulement en vie mais également bon marché.

Même les surfaces de Microsoft semblent mieux se positionner (et là c'est pas la différence de prix à l'achat ni la fragilité qui doit faire la différence...)

Mais la courbe des ventes par OS dans le secteur de l'éducation doit mentir, car ce type de courbe n'est acceptée par la communauté des fans d'Apple que quand c'est Apple la marque qui grimpe...

avatar oomu | 

"Chercher à repenser ses cours chaque année est quelque chose que ne font pas un bon tiers d'enseignant, alors repenser en y intégrant toute technologie possible, c'est encore pire..."

Recréer des supports de cours, exercices etc, est un travail qui n'est pas payé ni valorisé. Les enseignants le font parce qu'ils n'ont pas le choix (on les a jeté dans l'arène)

mais une fois qu'ils ont quelque chose qui marche, viable, qui répond aux attentes des étudiants et des programmes, ils ne vont pas tout refaire. Y ales cours à préparer, les réunions avec les parents, la paperasse, les devoir à corriger etc.

-
il est absurde de croire qu'une génération entière d'enseignant va se réinventer tout ce qu'il construit au fil des ans parce qu'il y a le "dernier outil informatique du moment" qui arrive.

Plus d'une fois ça n'a pas été pérenne.

-
Mooc, wifi, tableau intelligent etc demandent des formations et un suivi. Un jeune enseignant va accepter cela comme le seul Monde Qu'il a Jamais Connu et en tant que nouveau prof il va tout construire sur ses nouveaux outils

Mais gageons qu'une fois avec 20 ans de carrière il aura autre chose à foutre que de tout réinventer ses cours en Hologramme A Anti-Matière de 2040.

"beaucoup de travail est nécessaire sur soi-meme"

Tant que les geeks se contentent de se plaindre de la nature humaine plutôt que de travailler avec elle, le geek ne devrait pas s'étonner que les usages ne changent pas. Seul le Geek a un amour pour les machines qui font BIP.

Si vous intégrez la refonte des outils/supports/exercices comme une mission annuelle de l'éducation nationale/école avec des gens payés pour cela et la valorisation du temps passé dessus, alors les enseignants seront bien + volontaires et avec du temps de travail pour le faire.

avatar raoolito | 

@oomu

On est prof ou on gagne de l’argent, moi j’ai choisi: j’ai quitté le corps enseignant car je gagnais plus en dehors, sinon j’y serais et je mettrais à jour chaque année mes cours suivant le matériel, le nombre d’etudiants etc...
Etonnament notre maitresse d’ecole primaire ici dns le petit village revois ses cours chaque année, comme quoi (et ne fait pas greve, c une perte de temps pédagogique dit-elle)

avatar Dimemas | 

ton expérience est loin d'être si répandue mon pauvre...
C'est comme si tu me disait que mon assureur me fait un contrat via un iPad et que c'est un super outil de travail qui n'a jamais de souci ...

Wahooo

En attendant, l'intégration du mac dans une entreprise c'est cata, et les derniers produits sont loin d'être sans problèmes.

avatar Dark Phantom | 

Apple pourrait refaire un MacBook blanc en plastique : un Apple book arm pour pas cher
A eux de voir

avatar Insomnia | 

@Dark Phantom

Un mac pas cher 😵c’est Apple le pas cher ça n’existe pas chez eux....même pour l’école.

avatar jcp25 | 

@Insomnia

Tout à fait.
Aujourd'hui, Apple c'est le fric et la frime.
Les slofies plutôt que l'école !
Mais bon cela leur passera !

avatar raoolito | 

@jcp25

faux: les slofies se font beaucoup à l'ecole :D

avatar huexley | 

Des points qui ne sont pas abordés concernant la gestion des données, Google signe un accord specifique avec les ecoles pour ne pas exploiter les données des élèves / profs.

Les outils de Google d'administration sont a des années de ce que propose Apple qui à la ramasse totale sont si on paye des solutions de mdm type Jamf.

Enfin dans les ecoles aux US ils se montent de nombreux clubs d'étudiants qui reparent les ordis cassés / en panne, font des upgrades, chose impossible avec le matériel Apple.

avatar occam | 

@huexley

Bonne remarque.

avatar gratosax | 

Au risque d’attirer les foudre, est ce les écoles publiques ne devraient pas mettre en avant le monde du libre ? Google, clairement, même s’il y a un accord e non utilisation des données reste Google et les jeunes seront formatés à l’usage et donc alimenterons le phénomène. Apple (même si je préfère leurs outils) reste dans la tête des gens un monde aux outils chères, et c’est aussi formater des usages que de les proposer dans l’éducation. Le libre même s’il n’est pas parfait lui ne cherche pas à alimenter les ressources d’une boîte en particulier. Libre après au étudiants de choisir leur eco-systeme à la maison et dan sœur vie futur.
Ok les suites libres ne sont peut être pas à la hauteur des géants, mais si il faut compter sur les outils pour relancer la motivation des étudiants c’est qu’il y a un souci ailleurs non ?

avatar pim | 

@gratosax

Un véritable Linux est au dessus de Chrome OS. Libre Office en particulier se compare très avantageusement avec Google Docs et compagnie.

avatar gratosax | 

@pim

Je suis content de lire ça, donc je le dis un peu plus fort maintenant, à quand le libre dans l’éducation ? (Ah oui quand les lobby auront désertés)....

avatar fredsoo | 

@gratosax

Le Raspberry Pi sous Raspbian , certes en France ça doit rester anecdotique, mais en Angleterre ou ailleurs avec ses multiples connexions, se fait un petite place.moins de 60€ l’unité.
En ce qui me concerne un RPi4 remplace un iMac de manière avantageuse à la maison.

avatar gratosax | 

@fredsoo

Ah oui ? L’Angleterre, je ne savais pas. C’est encourageant.

avatar pim | 

@fredsoo

Le raspberry Pi est effectivement totalement bluffant. Brut de sortie de sa boîte, avec sa carte SD et sans aucun radiateur sur les puces, il est immédiatement productif, avec n’importe quel écran, clavier et souris. C’est le concept du Mac mini, mais pour 35 € au lieu de 799 €.

En se donnant un peu plus de mal, avec un boîtier et un disque externe, il peut effectivement remplacer un iMac 4K, pour le quart du prix (300 € avec l’écran et le SSD !), et sans la lenteur du disque dur de l’iMac ! Juste bluffant, je ne vois pas d’autre mot.

C’est d’ailleurs à se demander pourquoi on continue à acheter des PC sous Windows dans l’éducation. Rien que pour la consommation d’énergie ça vaudrait le coup de les remplacer par des Raspberry (chargeur de 10 watt, quand les PC ont en général une alim de 80 watt).

avatar occam | 

@pim

OUAAAAAAAIS !!!

(Se calme.)

Oui.
C’est ce que je dis aussi, depuis pas mal de temps.
Il n’y a qu’à voir l’évolution des gamins qu’on laisse faire, avec juste ce qu’il faut d’aide, sur Raspi, et de ceux que l’on « éduque », sur iPad, PC, Chromebook ou tout autre « prêt-à-bourrer ».

Sur un Q&A récent, à l’occasion de son 60e anniversaire, Stephen Wolfram nous disait que l’une des choses dont il était le plus fier était d’avoir mis gratuitement Mathematica sur chaque Raspberry Pi. Si un gamin sur 100, même un sur 1000, s’y lançait à la découverte des mathématiques et de la programmation conceptuelle, c’était déjà énorme comme impact, à l’échelle de la distribution.

avatar pat3 | 

@occam

"Il n’y a qu’à voir l’évolution des gamins qu’on laisse faire, avec juste ce qu’il faut d’aide, sur Raspi, et de ceux que l’on « éduque », sur iPad, PC, Chromebook ou tout autre « prêt-à-bourrer »."

Justement: donne nous à voir.

avatar fredsoo | 

@pat3

Le raspberry a avant tout été développé par des chercheurs pour le monde de l’éducation. Pas par des boites donc l’objectif est de récupérer un max de fric ou de données ou les deux. La philosophie n’est pas la même.

avatar iPop | 

@pim

Si on prenait toujours les bonnes décisions, on ne serait pas dans le merdier d’aujourd’hui.

avatar fredsoo | 

Le RPi4 n’est certes pas comparable en terme de puissance avec un Mac, mais pour un usage classique d’une famille normale, il est largement suffisant.
J’ai rajouté un SSD usb3 un T5 de Go pour le mien, sui le rendent encore plus reactif qu’avec la carte SD.
Et question bidouilles, un vrai plaisir. Tu peux mettre les mains dans le cambouis sans limite. Je l’ai depuis août, que du bonheur 😃

avatar occam | 

@pim

"Un véritable Linux est au dessus de Chrome OS."

Effectivement.
En plus, il est possible de « dévoyer » nombre de modèles de Chromebook — nombre croissant, à ce que je vois — en leur installant une distro Linux dessus.
Ça en fait des machines tout à fait passables pour apprendre. Apprendre, au lieu d’enseigner. Car c’est bien de cela qu’il s’agit.

avatar Glop0606 | 

@gratosax

Vous avez tout à fait raison et je me pose la même question depuis de nombreuses années. En Europe, tous les élèves devraient être éduqués sur du libre. Quand on y pense avec nos impôts nous formons nos enfants à être les futurs consommateurs! Fou! Dans le cas présent l’iPad n’a jamais été pour moi un bon outil. Trop de compromis.

avatar gratosax | 

@Glop0606

Tout à fait d’accord.
L’iPad est très bon dans certains domaines mais ne remplace pas un ordinateur.

Pour le libre, j’essaie de transmettre cette culture à mon travail mais c’est compliqué

avatar fredsoo | 

@gratosax

Mes filles sont en ifas (aide soignante) a l’une ont lui imposait Office. Il a fallu qu’elle se fache en disant qu’elle avait un ordi sous Linux et qu’elle utiliserait Libre Office.

avatar gratosax | 

@fredsoo

Cela illustre le problème de mentalité dans le monde du travail. Je travail pour une collectivité et j’avais installer libre office et Mozilla Thunderbird pour une collègue qui a fnalment demandé à installer la suite office... car formé à l’école dessus... et pas de souhait de se reformer...
On formate !

Pages

CONNEXION UTILISATEUR