Retour sur l'accord Apple-Nokia

Arnaud de la Grandière |

En annonçant la fin du litige avec Apple (lire Accord à l'amiable entre Apple et Nokia, Nokia adopte le ton sobrement victorieux qui sied aux communiqués de partenariats stratégiques entre deux grandes sociétés :

« Nous sommes très satisfaits de voir Apple rejoindre le nombre croissant de licenciés de Nokia », a indiqué Stephen Elop, affichant un triomphe modeste.

L'accord met fin à plus d'un an et demi d'une bataille juridique amère et sans la moindre concession entre deux des plus grosses sociétés au monde de la téléphonie mobile. Le pugilat a sans aucun doute paru indigne de leur stature à bien des reprises.

Nokia est celle qui a lancé l'offensive, en accusant Apple de refuser de payer la licence sur ses brevets fondamentaux qu'elle a versés à la technologie GSM, au cœur de tout téléphone mobile. Mais la version d'Apple est venue apporter un éclairage bien différent : selon elle, ce sont les conditions extravagantes de Nokia qui l'ont poussée à se passer de sa licence, et qui lui ont fait préférer purement et simplement remettre en question la validité même des brevets de Nokia.

Selon elle, Nokia aurait exigé, outre le tarif « raisonnable » exigé en matière de standards (et observé pour tous les autres fabricants), un accord de licence croisé portant sur les brevets exclusifs de l'iPhone, ce à quoi Apple ne pouvait résolument consentir. Cette version paraît plausible : on imagine bien plus volontiers qu'Apple aurait refusé de partager ses technologies exclusives plutôt que de simplement se refuser à payer la licence des brevets portant sur le GSM, dont elle a largement les moyens financiers.

Le reste n'aura été qu'écritures juridiques, chaque société gonflant le poitrail en ajoutant autant de brevets prétendument violés par son opposante, et joignant moultes juridictions diverses et variées au dossier. Les victoires et les échecs, de forme jusqu'ici, ont été plus ou moins également réparties entre les belligérantes.

NokiaVsApple_11.03.31.100
La carte des procédures, cc Florian Mueller

Difficile de dire ce qui aura convaincu les sociétés de trouver un accord, entre les diverses victoires et l'évolution même du marché. Parmi les éléments qui ont pu jouer, la situation de plus en plus inquiétante sur le plan stratégique de Nokia, qui commence à sérieusement se faire sentir sur ses résultats (lire Nokia publie un avertissement sur ses résultats), et l'accord avec Microsoft.

Au delà du retrait de toutes les plaintes de part et d'autre, les termes de l'accord, comme le veulent la tradition et le maintien des apparences, resteront secrets.

On ignorera donc, qui d'Apple ou de Nokia, aura fini par céder sur la question cruciale des technologies de l'iPhone, si du moins la version d'Apple était avérée, ce qui serait le nœud gordien de l'affaire et déterminerait son vrai vainqueur : Nokia si Apple a concédé ses technologies, ou Apple si, comme elle affirme le vouloir depuis le début de l'affaire, elle s'est contentée de payer pour la licence des brevets du GSM.

Tags
avatar kornichon | 
Par définition, chacun a du trouver son compte, sinon il n'y aurait pas eu de signature. Ici, on peut juste dire que Nokia est en situation difficile, comme l'était Apple en 2000 (?) lors de l'accord avec Microsoft et que dans cette situation il vaut mieux réclamer moins mais obtenir plus vite quelque chose...
avatar Minileul | 
Enfin un article équilibré. Pas facile d'en trouver vu le sujet. Merci Arnauld.
avatar belcikowski | 
oui enfin un article équilibé , merci
avatar McRoger | 
Solder les contentieux, première étape pour une vente...
avatar sonyc | 
2 boites sauvées par microsft qui s'affrontent :-)
avatar RaZieL54 | 
Apple n'aurait jamais laché ses brevets sur l'iPhone et n'a plus qu'a payer quelques royalties comme tout autre constructeur, donc on est très loin des exigences de Nokia... Le vrai vainqueur c'est Microsoft, qui a besoin que la situation juridique de l'ex-Nokia s'assainisse rapidement, car le temps presse et les nombreux procés que se traine la nouvelle propriété de Microsoft sont un danger majeur pour la production de Windows Phone, et la situation est deja assez catastrophique comme ça pour Microsoft... Fait amusant, comme il est probable que les brevets en question soient déjà ou bientôt propriété de Microsoft, c'est Microsoft qui, cette fois, va de nouveau gagner plus d'argent avec l'iPhone qu'avec son WP7, comme c'est déja le cas avec Android :)
avatar ryanux | 
Strictement aucun intérêt. Pour se retrouver avec une flopée de dumbphones ?
avatar senegal | 
N'importequoi, Apple ne peux simplement pas acheter nokia car nokia pèse pour plus de 40Milliards de $ de valeur au rachat. Apple n'a pas cet argent en liquidité, à moins de vendre Apple pour racheter Nokia... Ce qui serait débile.
avatar belcikowski | 
il y en a qui parle sans avoir , bien sur qu'Apple pourrait acheter Nokia, mais bien sur aussi que cela n'a aucun intérêt ...............

CONNEXION UTILISATEUR