Le streaming est la principale source de revenus de l'industrie musicale US

Mickaël Bazoge |

C’est Apple qui reverse le plus de royalties aux maisons de disques : plus de 12 $ les 1 000 streams, contre 6 $ environ pour Spotify, et des clopinettes pour YouTube. La RIAA (l’association qui regroupe la quasi-totalité de l’industrie du disque aux États-Unis) a donné ces chiffres qui participent à faire d’Apple Music et de Spotify des contributeurs financiers très importants du marché de la musique.

Cliquer pour agrandir

L’an dernier, les ventes de musique aux États-Unis ont augmenté de 11,4%, pour atteindre 7,7 milliards de dollars. C’est la croissance la plus importante depuis 1998, à une époque où l’industrie vendait six fois plus de CD qu’aujourd’hui. Le streaming a représenté plus de la moitié (51%) des revenus générés en 2016 : une première.

Certes, le chiffre d’affaires combiné des majors et des labels ne pèse plus que la moitié de ce qu’il était en 1999. Mais l’industrie a fini par comprendre qu’il était dans son intérêt de pousser à la consommation des services de streaming. 23 millions d’auditeurs américains paient un abonnement premium à un de ces services, contribuant à hauteur de 2,5 milliards de dollars à la bonne fortune des maisons de disques et de leurs artistes. Les abonnés dépensent en moyenne 120 $ par an, plus que les dépenses annuelles en CD d’un consommateur.

Cliquer pour agrandir

Il faut néanmoins pousser l’effort de guerre pour continuer à compenser le recul des ventes de morceaux et d’albums. Les achats sur l’iTunes Store ont baissé de 20% l’an dernier, un pourcentage équivalent pour les CD. Et il y a ces auditeurs gratuits qu’il faut faire basculer dans le monde du payant pour qu’ils rapportent plus, bien que les écoutes gratuites sur Spotify et YouTube aient rapporté 469 millions de dollars en 2016.

Tags
avatar Mac13 | 

Alors les artistes musicaux vont trinquer

avatar Paquito06 | 

"Mais l’industrie a fini par comprendre qu’il était dans son intérêt de pousser à la consommation des services de streaming."
A mettre en rapport avec les forfaits telephoniques actuels. Ca va de paire. On aurait ete beaux avec du Spotify et du Apple Music, en Edge et en data limitee. La 4G et la data illimitee aident beaucoup, seul le service est à proposer. On n'entendra plus jamais le "l'album est en rupture de stock" et on ne verra plus de longues files devant les discaires.

avatar AhRiMaN | 

En fait on ne verra bientôt plus de disquaires non plus.

avatar dragonofmercy | 

"C’est Apple qui reverse le plus de royalties aux maisons de disques"
On s'en fout de ce que les maisons de disques (les plus grands arnaqueurs de la planète) touchent, ce qui compte c'est ce que les artistes touchent !

avatar Lubi974 | 

Bon bah c'est parti pour encore plus d'exclu Apple Music si je comprends bien.

avatar spece92 | 

Qu'importe l'article ça râle à 80% pensez aux anxiolytiques les gars 😂

avatar ckermo80Dqy | 

@spece92

"Qu'importe l'article ça râle à 80% pensez aux anxiolytiques les gars 😂"

Ça râle parce que nous on comprend l'article et qu'on sait lire entre les lignes. Les sommes te semblent peut-être mirobolantes mais il faut les comparer avec ce que rapportaient la vente d'un CD et voir, en effet, ce qui entre dans la poche de l'artiste. Des micro clopinettes. Parce que c'est qui sur la pochette et devant le micro ? Le label ? Apple ?

avatar gwen | 

Et bien, ce n'est pas mon argent. Encore hier, j'ai du acheter un CD car ce que je cherchais n'était pas disponible sur iTunes, même à l'achat.
C'était la BO du film : Court, Lola, court.

De même pour le film, non dispo à la vente.

Franchement il y a du progrès à faire car c'est loin d'être un petit film inconnu.

avatar jackhal | 

Voyant que tu avais mal orthographié le titre, j'ai cherché et je l'ai trouvé en quelques secondes... mais sur le store canadien. Ça sent le blocage à cause des droits et c'est pénible, mais (si c'est bien ça) Apple n'y peut rien.

avatar gwen | 

@jackhal

En effet. Mauvaise orthographe. Désolé.

Cours, Lola, Cours.

N'ayant plus de crédit sur mon compte canadien, je n'ai même pas cherché la bas. Mais je suis sur qu'il doit aussi être dispo en Allemagne (c'est un film allemand).

La c'est Lola rennt le titre original.

C'est pénible d'être en Europe et de ne pas pouvoir profiter au moins d'une boutique européenne.

avatar jerry75 | 

Oui mais un truc me gêne moi dans cette nouvelle façons de consommer.
Tu es captif car tu ne possède rien. Toutes tes playlists disparaissent si tu arrêtes de payer. Je suis vieux jeu, j'aime encore posséder.
Parce qu'au final, tout l'argent dépensé partira en fumé, même si tu en aura profité le temps de l'abonnement.
Pas mon truc cette nouvelle façons de voir les choses.

Sauf pour les films peut-être.
Tout tend vers ce système d'abonnement et je trouve ça moche.
Sans compter que du coup cela sabre le marché de l'occasion et fait disparaître tous les petits disquaires ou même les grand à termes. On ne pourra plus parler et échanger avec des vendeurs passionnés, entre autre ....

avatar jojo5757 | 

@jerry75

Exactement. Je ne "loue" pas mes logiciels ni ma musique ni mes films. J'aime bien les avoir, même si je n'écoute pas tout, même si je suis obligé de faire des back-up. Louer c'est ne rien posséder, exactement ce que tu dis, le jour où tu ne payes plus tu n'as plus rien

avatar k43l | 

LE plus gros problème est que l'on nous donne plus le choix...

Acheter de la musique pour moi c'est acheter un album physique. Or de plus en plus se contente de sortir un album digital et pousse tout les sites de streaming pour écouter leur projet.
Forcément que le streaming prend de plus en plus de place.

CONNEXION UTILISATEUR