Pas de jailbreak pour l'Apple Card, ni d'achat de cryptomonnaies

Mickaël Bazoge |

À quelques encablures de son lancement officiel aux États-Unis (prévu en août comme l'a confirmé Tim Cook pendant les résultats du dernier trimestre), l'Apple Card se dévoile un peu plus… du moins ses conditions d'utilisation ! Goldman Sachs, le partenaire d'Apple dans cette nouvelle aventure, a mis en ligne le contrat qui liera le client à son offre de crédit.

Parmi les nombreuses informations du document, on apprend que Goldman Sachs interdit le jailbreak de l'iPhone1 : après la bidouille, l'hôte de l'Apple Card pourrait ne plus être éligible au service et se voir refuser d'utiliser la carte. Il ne sera pas non plus possible d'acheter des cryptomonnaies, et le crédit attaché à la carte ne permettra pas d'obtenir des jetons de casino et des billets de loterie.

Ces interdictions peuvent surprendre, mais elles sont communes à la plupart des banques américaines (et sans doute aussi de ce côté-ci de l'Atlantique). Plusieurs États américains ont inscrit ces mesures dans leurs législations, et cela découle finalement du bon sens : on n'achète pas à crédit (c'est à dire avec de l'argent qu'on ne possède pas) des actifs hautement spéculatifs ou de la loterie. Autre détail intéressant, à un identifiant Apple ne peut correspondre qu'une seule Apple Card.

Le système de récompenses en argent Daily Cash permettra d'obtenir 3% sur les achats réalisés chez Apple, 2% avec Apple Pay dans les commerces ou sur le web, et 1% si on utilise la carte physique. Le contrat précise que si une transaction combine deux des critères ci-dessus, comme un achat en Apple Store en utilisant Apple Pay, le taux de cashback appliqué sera le plus élevé des deux (3% dans l'exemple). Ça parait logique, mais ça va mieux en l'écrivant noir sur blanc.

En revanche, acheter des produits Apple auprès d'un vendeur tiers ne rapportera que 2% de Daily Cash. Pour le reste, la lecture rébarbative du document n'étonnera pas vraiment ceux qui se sont déjà frottés au système bancaire américain (lire : Apple Card : on fait le point sur la carte de crédit d'Apple).


  1. Ou de l'iPad, puisque manifestement il sera possible d'activer et d'utiliser une Apple Card depuis une tablette. Bloomberg rapporte qu'iOS 12.4 contient des références à une application de gestion de la carte pour l'iPad.  ↩


Source
Tags
avatar debione | 

@sgt.pepper

On nous avait dit il y quelques années au début des gps et du nombre de pas fait par jour par exemple que Jamais ce ne serait utiliser , ces données privées donc, pour par exemple lier les primes d’assurances à ce nombre de pas... Pas de bol, elles ont essayé... c’etait En aucun cas un sophisme de pente glissante...

Autre sophisme de pente glissante, si on n’avait dit qu’Apple sous dimensionnait ces batteries puis dans le dos des utilisateurs ferait des mises à jour pour brider les dit iphones...

Autre sophisme, si on avait prétendu qu’Apple était la même que Google ou Amazon concernant des oreilles humaines tierces qui écouteraient nos conversation que cela aurait été un sophisme de pente glissante....

Encore? Non, moi j’appelle cela la logique du pire, et si il y a du pognon à se faire derrière, même un seul dollar, alors Apple le fera... Apple se plie TOUJOURS au législation, TOUJOURS, T.Cokk prend toujours cette excuse pour faire les pires saloperies du moment qu’i, y a des dollars derrière.

avatar J'en_crois Pas_mes yeux | 

@ debione
"Apple se plie TOUJOURS au législation"
J'aimerais en être certain... Je l'espère.
Une entreprise n'est pas là pour discuter des lois mais les appliquer.

Et la SNCF transportant les prisonniers vers les camps de concentration.
La SNCF, elle n'existe pas en tant que sujet moral libre de faire le bien ou le mal. Il existe des cheminots, des chefs de gare, des conducteurs de train qui se trouvent alors face à un choix moral, entrer en résistance ou collaborer. On n'a pas à demander à google, Facebook ou Apple d'être moral. On doit créer des lois qui les y obligent. Si les lois sont mal faites et qu'on arrive pas à les changer, les employés, les usagés, etc. de l'entreprise peut entrer en résistance.

Pour le reste tu accumules des hypothèses nombreuses trop nombreuses qu'il serait intéressant de vérifier/analyser. Mais tu les assènes comme des certitudes, des Vérités, ce qui est contreproductif pour comprendre et donc agir.

avatar J'en_crois Pas_mes yeux | 

@debione "Et le jour ou UN état américain interdira l’avortement (...) alors Apple interdira d’utiliser l’Apple card"
Tu mélanges deux questions différentes : la loi et la morale.
Une entreprise (Apple) a l'obligation de respecter la loi dans les pays (et les états) ou elle commerce. La Chine, la Russie, La France et même... le Texas.
Donc si un de ces pays interdit l'usage du crédit pour jouer à des jeux d'argent, Apple doit respecter la loi . Se souvenir qu'au poker comme au casino, les prêteurs d'argent étaient souvent de la Mafia.

Les entreprises (Apple) n'ont pas à être morales, elles doivent juste respecter la loi.
Une entreprise n'a pas de légitimité pour changer les lois d'un pays.
Je n'aime pas les lobbyistes, ce sont aux citoyens et à eux seuls de décider des lois.

avatar debione | 

@j’en crois pas mes yeux

Je ne mélange pas, il y a d’un côté la loi, et de l’autre la morale. Dans tous les cas, les entreprises comme les particuliers se doivent de respecter la loi. Mais dans tous les cas c’est un choix de vendre ou de ne pas vendre dans un endroit car cela rentre en collision avec sa philosophie.
Exemple type: debione refuse d’acheter tout ce qui est produit en Israël, pour des raisons de manquement aux droits humains. Résultat, je n’aurai jamais de soda stream, je refuse d’acheter certaines denrée même si j’en ai vraiment envie ( genre herbe aromatique ou autre).
On reprend avec Apple qui clame haut et fort, en fait son principal argument de marketing de la vie vie privee, du respect de pluralité tant de race que de religion ou d’opinion politique, mais qui dans le même temps, en s’astreignant à respecter l’ensemble des lois liberticides de la Chine, mets des serveurs iCloud sur le territoire chinois en partenariat avec une société d’etat, état qui rappelons le pratique l’internement en camps de concentration de ses opposants, juste parce qu’ils sont de religion musulmane et ne sont pas de la bonne ethnie, ou même pire ose parler d’un événement comme Tien an men...

Qu’apple Produise et vende en Chine OK, qu’ils respectent les lois OK, mais je n’en peux plus de leurs morales... Qu’ils se la coincent... Je préfère le voyou qui admet qu’il en est un, au pseudo vertueux qui ment, même si il est un peu meilleur.
Après en plus on parle pas de n’importe quelle banque, on parle de GS, les pires raclures du milieu bancaire... T.Cook n’airait Pas pu trouver pire partenaire bancaire... Qui se ressemble s’assemblent comme le dit le dicton....

avatar J'en_crois Pas_mes yeux | 

@ débione
"un choix de vendre ou de ne pas vendre dans un endroit car cela rentre en collision avec sa philosophie."
Non, non et non :-)
Choix : signifie soit "choisir l'option qui correspond à son intérêt maximum plutôt que celui d'un intérêt moindre (ok Apple). Il n'y a là aucun choix véritable.
Soit le choix est moral, choix entre "un bien et un mal" (Apple & Cie impossible)
Une entreprise ne peut faire des choix moraux, pas plus qu'une pierre ou un fusil.
Une entreprise ne peut pas non plus faire ou avoir une philosophie.
Une pierre ou un fusil ne sont pas des philosophes.
Je déteste quand les entreprises se prétendent philosophes ou morales. Je leur demande seulement de respecter la loi. Comme on fait des lois encadrant l'usage d'un fusil, les entreprises doivent aussi être bornées par les lois.

La question pour Apple du "respect de la vie privée" n'est pas un choix philosophique ou moral. C'est un choix stratégique. Celui de son intérêt maximum. Dans toutes les analyses que l'on peut faire, Apple se doit de respecter les datas privées s'il veut faire encore plus d'argent pour les 20 ans avenirs. Si les lois ne les en empêchent pas (backdoor), c'est leur succès assuré.

avatar J'en_crois Pas_mes yeux | 

@ débione
C'est vrai que j'aurais plus tendance à faire confiance dans le président des USA et celui de Facebook, qu'en Mère Théresa.
Le premier nous raconte qu'il est un sal.op qui attrape les femmes par la ch.tte, et j'aurai tendance à le croire. Le second nous dit que les données privées c'est du passé, et que si l'on veut garder quelque chose privée : le mieux c'est de nous taire. J'aurai tendance à lui faire confiance.
Apple nous dit : ma stratégie c'est de protéger vos datas et pour cela on va collecter le minimum et les anonymiser autant que c'est possible.
Contrairement à Facebook, Google et le président des USA, on a aucune raison de le croire. Pourquoi serait-il moins pourri que les autres ? Et donc le monde entier, les informaticiens, les journalistes, les concurrents, vont les scruter, les ausculter, vérifier la véracité de leur affirmation.
Alors tous pourris ? ou, c'est bien l'intérêt d'Apple de "jouer le beau chevalier blanc" et c'est tellement son intérêt qu'il va l'incarner à la perfection ?

avatar debione | 

@j en crois pas mes yeux
Je ne suis pas tout à fait d'accord avec ce que vous dites.
Si on reprend Apple, quand Apple demande un salaire minimum ou le non emploi d'enfant sur les chaînes de montage, c'est quoi à part un choix moral ? Ben rien d'autre...
Quand une entreprise décidé de ne pas s'installer en Chine, parce que cela l'obligerait par exemple à travailler avec le gouvernement chinois, c'est quoi à part un choix moral ?
Une entreprise comme Apple pourrait tout à fait décider de dire: nous utiliseront notre matelas de cash pour tout miser sur une production en Inde, parce que l'Inde est une démocratie.

Bref, la philosophie rentre en plein dans le choix d'un sous traitant par exemple... Si je construis une maison je peux faire appel à des ouvrier polonais de localiser et sous payer, ou faire appel à des ouvrier de mon pays. Le choix du rendement maximum est aussi un choix philosophique...
Si je choisis une banque pour émettre une carte je peux choisir une banque éthique ou GS...
Ou alors je peux expressément dire, rien à foutre, ma philosophie c'est le pognon maximum.

avatar J'en_crois Pas_mes yeux | 

@ débione
Apple est un objet, comme une pierre, sa trajectoire est déterminée par des forces qui lui sont extérieur. Apple n'a pas de conscience, Apple n'a pas de libre arbitre. Apple est incapable de faire des choix et donc de faire le bien sou le mal.
Les êtres humains sont capables eux de choix moraux. Si par confusion on prête des valeurs morales aux entreprises, elles sont soit au pire de l'enfumage du marketing, soit au mieux la résultante des différentes libertés et valeurs morales des acteurs qui interagissent à l'intérieur et autour de l'entreprise.

Je ne sais pas débione, si tu souhaite que je continue ? ou si je perds notre temps ?

avatar fte | 

@debione

"Quand une entreprise décidé de ne pas s'installer en Chine, parce que cela l'obligerait par exemple à travailler avec le gouvernement chinois, c'est quoi à part un choix moral ?"

Un choix pragmatique. Ce n’est pas facile de travailler avec un gouvernement étranger, une culture très différente, une politique très différente, des lois très différentes, une langue très différente... ça demande des efforts considérables. Ça peut être très coûteux également.

Quand à la morale, elle est à géométrie variable. Nous ne détenons pas nécessairement la Vérité que je sache. Je ne fais pas confiance aux entreprises pour décider de la Morale.

avatar SyMich | 

Tout comme "loi" et "morale", "vérité" et "morale" sont 2 choses différentes.
Agir conformément à SA morale (a fortiori quand on clame haut et fort ses "valeurs morales"), ce n'est pas prétendre détenir la vérité.

avatar fte | 

@SyMich

"SA morale"

C’est juste. Je ne veux pas de la morale aléatoire d’une multinationale américaine.

avatar J'en_crois Pas_mes yeux | 

@ fte
"Je ne fais pas confiance aux entreprises pour décider de la Morale"
Bien d'accord :
C'est aux lois de former un carcan (un cadre législatif) qui oblige les entreprises à suivre les valeurs morales décidées par les citoyens. Ce n'est pas aux entreprises de nous imposer leurs "valeurs"

avatar mouahaha | 

"Ce n'est pas aux entreprises de nous imposer leurs "valeurs""

Pourtant c'est ce qu'il se passe tout les jours...

avatar J'en_crois Pas_mes yeux | 

@mouahaha
Elles ne nous imposent pas leurs valeurs. Non, elles n'en ont pas
Elles tentent de nous imposer leur valeur ? certainement : l'argent comme unique valeur existante

avatar J'en_crois Pas_mes yeux | 

@débione
Tu n'arrives pas à comprendre.
Tu ne fais pas la différence entre une personne (toi) douée de libre arbitre
et une entreprise, déterminée par ce qui la compose et l'environne.
En masquant les déterminations de l'entreprise et en la dotant de libre arbitre, tu t'empêches de comprendre les forces en jeu et conséquemment d'agir sur elles.

avatar SyMich | 

Les choix d'une entreprise sont effectués par les hommes et les femmes qui la dirige.
Quand Google a préféré ne pas être présent en Chine plutôt que de se plier aux exigences de l'Etat chinois (et aux lois locales), ce sont bien les dirigeants de Google qui ont fait ce choix.

avatar J'en_crois Pas_mes yeux | 

@ SyMich "Quand Google a préféré ne pas être présent en Chine plutôt que de se plier aux exigences de l'Etat chinois (et aux lois locales), ce sont bien les dirigeants de Google qui ont fait ce choix."
Oui
C'était un choix stratégique correspondant à l'intérêt de Google (hypothèse 1)
C'était un choix moral de quelques dirigeants détournant Google de ses objectifs au nom de leurs valeurs propres (hypothèse 2)
Google est par essence amorale. Ton exemple ne change rien cette réalité.
Tu confonds les acteurs (groupement de personnes) CEO, direction, employés, actionnaires, avec l'entreprise à qui tu donnes une réalité humaine.
Les acteurs ont des objectifs et stratégies (sans parler de leur hypothétique questionnement moral divergeant). L'entreprise est la résultante de ces forces contradictoires.

avatar SyMich | 

Ouh là ! Vous, vous êtes du genre à pratiquer des actes contre nature sur des drosophiles...

Peu importe les raisons du choix opéré par Google. Tout ce que j veux dire c'est que quelle que soit l'entreprise, ces choix sont TOUJOURS opérés par les hommes et les femmes qui la dirigent. Je ne connais aucune entreprise dotée de raison, apte à s'autodeterminer quant aux choix stratégiques à effectuer.

Curieusement de nous deux, vous êtes celui qui donne à une entreprise une réalité "humaine" notamment en accusant Google (entreprise désincarnée, incapable du moindre jugement) d'être amorale...

avatar J'en_crois Pas_mes yeux | 

@ SyMich
Merci pour ta défense des drosophiles. (respect?)
Oui, les entreprises sont par essence amorales.
Tu as l'air d'avoir bien des difficultés à comprendre ce que j'écris.
J'ai eu probablement eu tort d'entamer une réflexion sérieuse sur un sujet je te l'accorde difficile.

"L'amoralité est un trait de la nature : la chimie, la géologie ou la biologie n'identifient pas de moralité dans les composés chimiques, les pierres, ou les plantes.
L'amoralité ne doit pas être confondue avec l'immoralité, qualifiant un être faisant ou pensant à quelque chose qu'il pense consciemment être mal"

avatar SyMich | 

Oups autant pour moi... vous avez écrit "amorale" et j'ai compris "immorale"

Désolée.
Du coup ma réponse précédente est sans objet

avatar debione | 

@jen crois pas mes yeux
Apple n'est rien, ce n'est pas une personne. Par contre ceux qui dirigent Apple sont humains, et eux décident de la philosophie de l'entreprise.

Sinon, pourquoi existerait il des fairphone ? Pourquoi certaine entreprises pratiquent elles le commerce équitable et d'autre pas ? Vous êtes dans la philosophie que quand Apple fait une magouille financière c'est à Apple de payer. Je suis dans celle que quand Apple fait une magouille c'est aux auteurs humains de se retrouver devant les tribunaux, comme dans le cas de Nissan.
Si demain Apple décidé de devenir vertueuse ce sera une décision humaine, Apple ne réfléchit pas, n'as pas d'âme, n'est que le fruit d'humain qui eux ont une philosophie.
Personne n'est obliger de produire en Chine, de vendre en Chine. C'est une décision humaine.

Et je rêve de ce jour ou ce seront les auteurs humains qui seront condamner et pas les personnes morales. Si t. Cook pouvait être tenu responsable des dérivés dapple, ces dérivés n'arrivera isn't simplement quai jamais.
Comme pour les banquiers, que l'on revois après les pires magouilles dans d'autres erabkissements bancaires, car c'est seulement la personne morale qui a été condamnée... Alors que l'erreur à été commise par des humains.

Comme SychMich le décrit d'ailleurs...

avatar byte_order | 

@debione
> Si on reprend Apple, quand Apple demande un salaire minimum ou le non emploi
> d'enfant sur les chaînes de montage, c'est quoi à part un choix moral ?

Une gestion de son image de marque.

Apple ne l'a fait qu'à partir du moment où la réalité des conditions de fabrication de ses iphones en Chine a commencé à être médiatisée, et donc à avoir un impact potentiel sur son image de marque, et donc un risque sur ses profits.

C'est pas un choix moral. C'est un choix économique.
Si elle avait estimé pouvoir gagner encore plus en pariant sur l'épuisement rapide de cette médiatisation ou carrément en affichant ouvertement une attitude d'outrance "ouais, et encore, ils sont déjà trop âges ces gosses et trop bien payés", elle aurait fait un choix différent.

Le choix est économique, parce que l'actionnariat est ultra-majoritairement intéressé que dans le profit. Si Apple était une association caritative, la situation serait différente.

Ce qui compte c'est ce que veulent ceux qui possèdent l'entreprise, point.
S'ils ne veulent pas majoritairement "changer le monde" mais juste faire du profit, y'a pas de choix qui se fonderont sur une position morale, juste des choix de recherche de profits.

avatar J'en_crois Pas_mes yeux | 

@byte_order
Et bien puisque mon (notre) intérêt moral allait de pair avec l'intérêt financier d'Apple réjouissons nous. D'autant plus que sur cette question Apple a été encore précurseur et d'autres multinationales ont été obligé de l'imiter.
Malheureusement cecas de figure (où l'intérêt des multinationales correspond à notre intérêt moral) est trop rare. C'est là ou des lois morales doivent obliger les multinationales à servir l'intérêt des citoyens. Par exemple, c'est à l'Europe de décider des lois qui rendent impossible l'évasion fiscal légal (double sandwich irlandais/Pays-Bas. Nous n'avons pas à attendre de leur" bonne volonté" un changement.

avatar Xander | 

@gillesb14

Il ne s’agit pas pas techniquement de “ton“ avec une carte de crédit...c’est l’argent de la banque qui t’es avancé et que tu t’engages à rembourser.

Interdire d’utiliser un crédit pour des jeux d’argent ou qqch d’ultra spéculatif comme les cryptomonnaies ça ne me semble pas vraiment une atteinte au liberté.

avatar kinon | 

@gillesb14
Certes mais il ne faut pas confondre. Ce sont des cartes de crédit. Donc il est logique que le prêteur n'accepte pas que l'utilisateur de la carte utilise un crédit (donc de l'argent dont il n'a pas éventuellement le premier centime), pour l'engager dans des jeux d'argent et donc faire prendre un risque important à l'organisme prêteur.
Rien à voir avec une carte de paiement avec laquelle on paie avec son argent et avec un plafond plus limité

avatar House M.D. | 

@kinon

Merci de remettre un peu de logique dans la tête de certains…

avatar JLG01 | 

J’adore la morale élastique des 🇺🇸.
Les Casinos sont une institution d’utilité publique puisqu’il font vivre les communautés de natifs, mais les ligues de vertus font que les carte de crédit n’y sont pas autorisés.

avatar Brice21 | 

@JLG01

En effet. Tu peux risquer l’argent que tu as mais pas celui que tu n’as pas (carte de CRÉDIT). Je ne vois pas le problème moral ?

avatar J'en_crois Pas_mes yeux | 

@ JLG01
Et l'alcool et le tabac qui sont interdits de vente aux enfants ! même s'ils ont de l'argent pour payer cash. Vous vous rendez compte ? C'est une honte. Quand chez Apple ils font travailler ces mêmes enfants dans des mines de sel. J'adore leur morale qui joue de l'élastique.

avatar quentinf33 | 

@J'en_crois Pas_mes yeux

« Quand chez Apple ils font travailler ces mêmes enfants dans des mines de sel. »
Avez-vous une source de ce que vous avancez ?
Non parce que la dernière fois qu’Apple a appris que des enfants étaient exploités sur des mines de cobalt, ils ont communiqué à ce sujet et rompu les contrats immédiatement. C’est la société qui fait le plus attention à ça apparemment...

avatar f3nr1l | 

Je me trompe peut être, mais je pense que c'était de l'ironie, du second degré.

avatar quentinf33 | 

@f3nr1l

Haha je sais pas je suis tellement fatigué, j’ai pas dû saisir 😅

avatar Ali Baba | 

@quentinf33

Indice : il parle de mines de _sel_.

avatar J'en_crois Pas_mes yeux | 

@quentinf33 "je suis tellement fatigué, j’ai pas dû saisir"
pas de problème, et Désolé, je ne tentais pas de t'enduire d'erreurs,
mais à démontrer par l'absurde le non sens des affirmations de @JLG01

avatar J'en_crois Pas_mes yeux | 

@f3nr1
Et oui, je ne suis pas partisan de la vente d'alcool et de tabac aux mineurs
;-)

avatar byte_order | 

@quentinf33

> Non parce que la dernière fois qu’Apple a appris que des enfants étaient exploités sur
> des mines de cobalt, ils ont communiqué à ce sujet et rompu les contrats
> immédiatement.
> C’est la société qui fait le plus attention à ça apparemment...

L'*une* des sociétés.
Si c'était *la* société qui faisait le plus attention à ce genre de truc, elle n'aurait jamais eu à la découvrir *après* la signature du contrat.
Y'a sûrement tout plein d'autres entreprises qui surveillent ça très bien tout autant, mais aucune ne bénéficie de la sur-médiatisation d'Apple.

Cette même sur-médiatisation qui *oblige* Apple a surveiller ça de près, parce que 'limpact sur son image de marque en est d'autant plus lourd dans le cas contraire.

avatar J'en_crois Pas_mes yeux | 

@byte_order Encore une fois, quand le résultat est positif, je me réjouis. Je souhaite seulement des lois plus contraignantes pour que les sociétés moins médiatisées arrêtent aussi l'usage du "minerai de sang" etc.

avatar byte_order | 

@J'en_crois Pas_mes yeux

Le moteur de ce résultat c'est d'abord et avant tout la médiatisation de ces situations.
Le reste, ce n'est que la conséquence. Cela nuit à l'image de marque, donc la marque réagit, du coup on s'intéresse à d'autres marques similaires, qui réagissent à leur tour pour limiter les dégâts sur leur image, etc.

Les lois, les contraintes, les changements viennent *après* la médiatisation.
Et ce que je dis, c'est que parmi les marques qui n'ont pas eu d'exposition médiatique sur ce type de problèmes, y'a 2 groupes :
- celles qui cachent efficacement la situation, jusqu'au jour où...
- celles qui n'ont rien à caché et on fait correctement le boulot en amont, et ne s'en serve pas particulièrement comme outil marketing

Selon moi, ce deuxième groupe, qui existe bel et bien, est le plus méritant.
Mais comme il n'attire pas de médiatisation, on en parle pas.
A la place, on parle de ceux qui on été pris en flagrant délit d'écart ou a minima de lacune dans leur contrôle, mais comme ils réagissent vite sous la pression du bad buzz, on en retient ensuite qu'ils sont les "meilleurs" désormais.

Le meilleur, pour moi, c'est celui qui fait le moins de faute, pas celui qui désormais en fait nettement moins qu'avant. Le prisme médiatique déforme la perception des gens.

avatar Mrleblanc101 | 

@JLG01

Bien sur que non, utiliser de l'argent "prêter" pour "peut être" faire des gain est beaucoup trop spéculatif pour l'organisme qui prête cette argent (la compagnie de crédit). Elle ne voudrait pas que tu déclare faillite et ne la rembourse jamais

avatar byte_order | 

@Mrleblanc101

Ironiquement, les banques préteuses font souvent plus de 50% de leurs profits en spéculant, justement, à court et très court terme avec de l'argent qu'elles n'ont pourtant pas mais dont elles ne remboursent que les intérêts.
Et quand elles doivent déclarer faillite, elles ne remboursent jamais et ce sont les Etats - et donc tout le monde, qui assument les conséquences.

Comme quoi, le concept de risque est très variable, selon qui au final devra assumer les conséquences.

avatar J'en_crois Pas_mes yeux | 

@byte_order
Oui
Après l'accident des subprims, l'état (nous) avons remboursé. Des lois pour empêcher le renouvellement de ce scandal ont été votés. Puis supprimé (si je ne me trompe) par le gouvernement suivant.

avatar Gandulf | 

Au casino, on peut toujours utiliser sa carte de Débit, qui prélève directement sur la compte bancaire. Pas sur le crédit que prête votre banque. C'est assez normal en fait.

avatar Dalhen | 

En France avec une Amex on ne peut pas faire de paris sportifs en ligne par exemple

avatar LeSedna | 

Acheter une crypto chez golden sachs, quelle ironie et manque de logique ça serait :P

avatar fte | 

L’Apple Card ne permettra pas de payer pour :

- des cryptomonnaies, jusqu’à ce que GS ou Apple lancent la leur évidemment
- des produits réservés aux plus de 18 ans
- des services réservés aux plus de 18 ans
- des boissons alcoolisées
- des légumes non bio
- des téléphones Android
- des matériels PC compatibles hackintosh
- des abonnements directs sans passer par l’App Store

...

avatar anonx | 

@fte

Par contre une M16 rose pour ta gosse de 6 ans aucun problème 😉

American idiot 🤪

avatar jul01010111 | 

Des possibilités de jailbreak iPhone maintenant ? J’aurais vraiment besoin d’un seul tweak mais impossible de trouver un jailbreak fiable

avatar marenostrum | 

ceux qui trouvent les failles (qui sert pour le jailbreak), les vendent maintenant à certaines sociétés qui de leur part le vendent aux organismes (états, agences de sécurité ou d'espionnage, etc). y a plus d'intérêt pour les particuliers.

j'ai vu une annonce sur Instagram que n'importe quel iPhone était débloqué. ça coutait 190€ de débloquer le XS. moins pour les autres.

avatar quentinf33 | 

@marenostrum

Ou ils les revendent à Apple tout simplement. Le bug bounty pour iOS coûte des dizaines de milliers de dollars, voire plusieurs centaines selon la gravité de la faille.

avatar mouahaha | 

Et la revente à des états se chiffre en millions de dollars. Revendre à apple sa intéressent pas grand monde.

Pages

CONNEXION UTILISATEUR