Retour à trois opérateurs : qui passera à la casserole ?

Mickaël Bazoge |

Et si SFR allait se faire dévorer dans les prochains mois ? Actuellement, les quatre acteurs du marché français de la téléphonie ne peuvent pas discuter entre eux en raison de la réattribution des fréquences mobiles. Mais d’ici le début de l’année prochaine, ils pourront de nouveau tailler le bout de gras ensemble et de l’aveu même d’Orange, le dossier de la consolidation sera de nouveau sur la table.

Altice, la maison-mère de SFR, a essuyé une volée de bois vert en fin de semaine dernière à la Bourse : -11,8% jeudi, -12,5% vendredi. La raison de la déprime des boursicoteurs ? La baisse de l’ARPU, un indicateur surveillé comme le lait sur le feu par les investisseurs : derrière cet acronyme, se cache le revenu moyen par abonné.

Chez l’opérateur au carré rouge, l’ARPU est à la peine : 31,7 € par mois sur le fixe (-4,2 € par rapport au même trimestre 2017), et 22,4 € sur le mobile (-3,4 €). Cette baisse est le fruit des promotions en tout genre de ces derniers mois, qui ont permis à SFR de recruter 166 000 abonnés sur le fixe et 378 000 clients sur le mobile.

Patrick Drahi, le patron d’Altice, s’est réjoui de cette situation : « En France, nous avons regagné plus d'un million d'abonnés depuis le début de cette année, soit le nombre d'abonnés perdus durant les trois années précédentes ». Il n’empêche : les ventes d’Altice France, la structure qui chapeaute les activités tricolores du groupe (dont SFR), sont en recul de 6,3% à 3,44 milliards d’euros.

Le résultat d’exploitation avant intérêts et impôts (EBITDA) de la structure est de 1,3 milliard d’euros, ce qui là aussi représente une baisse sensible de 10,6%. Patrick Drahi se félicite des performances d’Altice Europe « supérieures à celles prévues dans son plan de redressement », avec une amélioration « réelle » au niveau du recrutement des abonnés et une « stabilisation de l’ARPU en séquentiel ».

Ces résultats ne font malgré tout pas le bonheur des investisseurs. Et ils pourraient bien mener à une consolidation du marché où SFR serait au centre de tous les intérêts. En juin, une énième tentative de rapprochement menée par Bouygues Telecom avait capoté.

Les gagnants et les perdants

En tout cas, Bouygues Telecom va toujours très bien. Le troisième trimestre a été bien orienté avec 199 000 nouveaux clients dans le mobile (425 000 depuis le début de l’année) et 71 000 abonnés fixe (162 000 clients sur les neuf premiers mois). Depuis janvier, l’opérateur a engrangé des ventes de 3,934 milliards d’euros (+6,5%) pour un bénéfice de 311 millions. Sur la même période, l’EBITDA se fixe à 931 millions (+15%).

Du côté de l’opérateur historique, tout va plutôt bien. Le chiffre d’affaires s’est établi à 10,3 milliards d’euros (+0,6%) au troisième trimestre et à 30,5 milliards depuis le début de l’année (+1,3%). Orange affiche un EBITDA de 3,68 milliards sur le trimestre (+3%) et de 9,67 milliards sur les neuf premiers mois (+3,2%). L’entreprise a renforcé son fichier clients de 82 000 abonnés sur le mobile, et de 157 000 abonnés dans la fibre.

Free Mobile paie toujours sa baisse de forme depuis le début de l’année. Les résultats de son troisième trimestre ont montré que le trublion continuait de perdre des abonnés : 14 000 dans le fixe, 90 000 dans le mobile, après en avoir laissé filer 200 000 au second trimestre. Le chiffre d’affaires de Free Mobile a atteint 538 millions d’euros (+0,2%), avec un ARPU en baisse à 32,1 €. Dans son ensemble, Iliad voit ses revenus progresser de 1,7%, à 1,23 milliard d’euros — merci l’activité italienne.

Free et SFR pourraient-ils tenter de faire contre mauvaise fortune bon cœur et envisager un rapprochement entre deux éclopés ? Rien n’est plus impossible dans le secteur des télécoms !

avatar JLG01 | 

Or mis l’intérêt de la finance, à qui profitera la disparition d’un opérateur?
La concurrence reste bénéfique à l’utilisateur, même si elle ralenti le déploiement.

avatar marc_os | 

@JLG01
Sauf que « concurrence » = « guerre économique ».
Or aucune guerre n'est « bénéfique » à ce que je sache.

avatar philfamb | 

Concurrence = Emulation = Dépassement de soi ...

Ça dépend comment on regarde les choses ...

Mais pour certains comme Stéphane Richard

Concurrence = Baisse de marges = Baisse des rémunérations des actionnaires = Difficulté à faire augmenter son salaire de PDG

Pour Drahi, Concurrence = Baisse de l'Ebitda = Difficulté à convaincre les banques = Plus de difficultés à payer ses LBO

avatar MarcMame | 

@JLG01

"La concurrence reste bénéfique à l’utilisateur, même si elle ralenti le déploiement."
----------------
Le déploiement des infrastructures n'a jamais été aussi rapide à 4 opérateurs que lorsqu'ils n'étaient que 3.
Mais je sais qu'on aura beau le répéter, ça n'empêchera jamais certains de continuer d'affirmer le contraire.

avatar Teeto | 

Ça bénéficiera juste aux opérateurs qui pourront remonter les prix lentement mais sûrement... Ajd c’est la guerre des promos avec des clients qui switchent d’un opérateur à l’autre non stop pour avoir la meilleure promo. On est passé d’un extrême à un autre...

avatar frankm | 

Ou les opérateurs supprimeront leurs filiales low-cost et accueilleront les orphelins à "coût" de 50 € / mois 1 Go.

avatar onclebobby | 

Ceux qui avaient le forfait Virgin Mobile à 9,99/mois "à vie" en savent quelque chose...

avatar Rom 1 | 

@frankm

Il n’y a pas de filiales low-cost... Red fait partie intégrante de SFR et B&You c’est une gamme des offres Bouygues Telecom.
Et les abonnés ne sont pas prisonniers, c’est sans engagement. S’ils ont pu faire une portabilité pour ces forfaits, ils sauront en partir.

avatar Rom 1 | 

Pour qu’il y ait consolidation, il faut qu’il y ait un vendeur, or :

- Bouygues Telecom va très bien en recrutant à la pelle des clients, avec des niveaux de marges équivalentes à 2009 donc m’étonnerait qu’ils lâchent le principal moteur de croissance du groupe Bouygues ;

- SFR, malgré sa situation assez calamiteuse, et qui au passage n’a pas du tout récupéré l’ensemble des abonnés perdus (3,6 millions de clients en moins entre 2014 et 2018), a un actionnaire majoritaire qui ne souhaite pas vendre et s’inscrire durablement dans les télécoms/médias. Pourtant la dette est assez énorme et la machine crache de moins en moins de cash ;

- Free commence à boire la tasse en France, sa stratégie de faire couler un concurrent pour récupérer les miettes n’a toujours pas fonctionné et il fait face à la désaffection des usagers fixe et mobile à cause de la mauvaise qualité en moyenne de ses réseaux. À mon humble avis, la V7 n’apportera rien de révolutionnaire d’autant que les décodeurs TV sont obsolètes face aux Apple TV et autres Google TV. Mais Free a l’Italie, un bon relais de croissance même si, là aussi, il devrait y avoir un palier assez rapidement. Aura-t-il les capacités financières pour la 5G dans les deux pays et la fibre optique en France ? ;

- quant à Orange, j’en parle même pas. Ce mastodonte avec l’État actionnaire ne peut être vendu ;

La seule solution est de refaire le coup de Bouygues la dernière fois, vendre pour devenir actionnaire d’Orange. Martin et Patrick semblaient intéressés à l’idée, comme l’a fait Bolloré dans Vivendi. Mais un tel dossier est si complexe à mener à quatre avec des risques d’exécution énormes. Ça a échoué une fois, pas de raisons que ça finisse pareil...

Et après tout, pourquoi repasser à trois opérateurs ? Ce n’est pas un chiffre magique, à part pour les analystes financiers bien sûr. On nous a emmerdés pendant des années pour passer à quatre et maintenant il faudrait repasser à trois.
Faut arrêter avec ce sujet qui concentre l’attention, pendant ce temps-là, on ne parle plus de la fibre optique et de l’aménagement du territoire.

avatar Raph0658 | 

@Rom 1

Le principal moteur du groupe Bouygues, c’est surtout le BTP (Bouygues Construction et Colas), Bouygues Telecom est tout petit.

avatar Rom 1 | 

@Raph0658

En termes de croissance financière, c’est bien Bouygues Telecom la machine à cash du groupe comme ça l’a très souvent été. C’est du revenu régulier contrairement à la construction qui a des saisonnalités et qui cause des décalages de trésorerie. La construction ça rapporte peu même si ça fait un gros chiffre d’affaires.

Bouygues Telecom représente près de 40% du résultat opérationnel courant du groupe sur les neuf premiers mois de l’année. Les télécoms, c’est une industrie où les coûts fixes sont énormes, il faut donc réaliser des grosses marges, suffisantes à la fois pour couvrir tous les investissements et rémunérer les actionnaires.

avatar charlie105 | 

@Rom 1

Oh tu sais, l’état actionnaire d’une entreprise rentable ne garantit pas qu’elle ne soit pas vendu un jour!

avatar Rom 1 | 

@charlie105

Oui bien sûr, je n’ai pas été assez précis, je voulais dire qu’il n’était pas dans les plans de l’État de se séparer d’Orange à court ou moyen terme.

avatar showmehowtolive | 

@Rom 1

SFR est clairement vendeur. Leur stratégie depuis un moment c’est d’engranger les abonnés avec des abonnements quasi gratuits pour augmenter leurs nombres d’abonnés pour se revendre.

avatar raf30 | 

@showmehowtolive

D’accord avec ton analyse. SFR veut vendre mais ne le dit pas. C’est d’ailleurs ironique de proposer des abonnements en promo à vie....

avatar JohnS2B | 

Il est temps de s’abonner à des offres « à vie ».

avatar alastorne | 

@JohnS2B

À vie ça vaut tant que l’opérateur est vivant 😅 A bon entendeur....

avatar etio6 | 

@JohnS2B

👍

avatar onclebobby | 

@ JohnS2B
Virgin Mobile était aussi supposé être à 9,99 euros/mois à vie...jusqu'à ce que SFR dise "migrez chez nous, barrez-vous ou perdez votre numéro".

avatar Rom 1 | 

@onclebobby

Comparaison hasardeuse. Virgin Mobile n’était pas un opérateur de réseau mais un Full-MVNO, ce qui n’a rien à voir. Virgin Mobile s’est fait racheté. B&You ne peut pas se faire racheter vu que c’est la gamme sans engagement de Bouygues Telecom, et non un opérateur à part entière ou une entité séparée. Red c’est différent, ils font vivre la marque en parallèle.

Et quand bien même ces forfaits augmenteraient (ce qui arrivera un jour, je ne crois pas au concept à vie non plus), ils sont sans engagement, l’abonné pourra aller voir ailleurs et il aura profité durant quelques années d’un tarif bas avec un réseau de qualité. Ce sera tout bénef donc l’abonné ne risque rien.

L’énervement de certains contre ces offres montrent que ces deux opérateurs ont touché un point sensible.
Ceux qui critiquent la rentabilité de ces forfaits sont les mêmes qui défendaient celui à 0€/2€ de Free. Mais comme ce n’est pas Iliad qui a lancé cette offensive, il faut critiquer. Comme quoi la roue tourne. 🙃

avatar leber726 | 

@Rom 1

Il y a des gens énervés contre les offres promotionnelles à vie ? Ceux qui critiquent ces forfaits sont forcément les mêmes que ceux qui défendaient le forfait 0/2€ de Free ?

Hmm hmm, à 1h08 du matin il est temps d'aller se coucher.

avatar Rom 1 | 

@leber726

Oui un certain « onclebobby » et il suffit d’aller voir les commentaires haineux des internautes sur un certain site communautaire...

avatar onclebobby | 

@Rom 1
Il ne s'agissait pas d'une comparaison mais d'un fait montrant les pratiques de SFR. Donc méfiance du "à vie".

avatar Rom 1 | 

@onclebobby

Les abonnés sont assez grands, s’ils ont fait des portabilités pour cette offre, ils sauront en partir.

avatar Isla | 

La 5g sera l’occasion parfaite pour remonter en flèche les prix. Les opérateurs ne rateront pas l’occasion de nous vendre la 5g avec des forfaits bien chers.

avatar Nebukad | 

@Isla

Sauf si FREE sera encore là. Ils ont inclus la 4G à leur forfait dès la mise en route de leurs antennes, forçant de fait les concurrents à être moins gourmands.

avatar Rom 1 | 

@Nebukad

Merci de ne pas réécrire l’histoire. Bouygues Telecom avait inclus la 4G sans surcoût dans ses offres en octobre 2013 au lancement du réseau, puis en décembre 2013 pour B&You, toujours sans surcoût.

-> https://www.lesnumeriques.com/mobilite/b-you-4g-disponible-demain-sans-s...

avatar vince29 | 

oui sans surcoût mais à 60 euros pour 16go pour Bouygues contre 20 euros et 20 go pour Free.

avatar Rom 1 | 

@vince29

C’est clair qu’il y a une différence de prix mais déjà dans le forfait 16 Go de Bouygues, y a un smartphone subventionné, ça explique en partie le tarif plus élevé.
Mais il y a surtout la couverture 4G : 700 sites au 3 décembre 2013 pour Free (uniquement 2 600 MHz donc couverture plus faible) contre plus de 6 000 sites pour Bouygues à la même date (principalement 1 800 MHz mais aussi de 2 600 et 800).

Alors forcément, on ne valorise pas un réseau 4G de la même manière quand il a 63% de couverture de la population que lorsqu’il n’en a que quelques pour-cents.
A quoi ça sert d’avoir 20 Go si la probabilité de les utiliser en 4G est si faible ? Visiblement certains sont prêts à payer plus pour avoir une meilleure qualité.

D’ailleurs ces derniers trimestres, ils sont nombreux à avoir fait le choix de quitter Free qui n’a même plus l’argument du prix pour séduire. Les offres à 10€ étant passées par là.
Certes, elles ne comprennent « que » 30 ou 40 Go de data et pas d’illimité mais quand on sait que la consommation moyenne mensuelle des Français tourne autour de 6 Go, avec 30 Go on est large.

Mieux vaut-il 30 Go à 10 € sur un réseau de qualité ou 100 Go/illimité à 15,99€/19,99€ sur le moins bon réseau de France avec une itinérance problématique (étude Arcep) ? Chacun ses choix.

avatar onclebobby | 

@Rom 1
N'oubliez pas que les détraqueurs attendaient de Free de faire en 2 ans ce que les autres n'ont pas fait en 15 ans.

avatar Rom 1 | 

@onclebobby

Ce n’est pas pertinent de comparer les époques. Le mobile n’avait pas la même importance dans les années 90-2000 que dans les années 2010. Il est donc normal que le déploiement ne soit pas allé à la même vitesse. Maintenant, c’est sûr on ne déploie pas un réseau en deux ans.

avatar DG33 | 

@Rom 1

Tu as raison, les Robin sont arrivés après coup, c’est sans doute eux qui facilitent l’implantation d’antennes ?

avatar Rom 1 | 

@DG33

Faut arrêter avec les Robins, ça concerne quelques centaines de sites sur des dizaines de milliers. Et sur environ 70% du territoire, les opérateurs partagent les mêmes pylônes.

avatar onclebobby | 

@ Nebukad
Ne vous inquiétez pas, Free est très loin d'être dans une position de proie ;)

avatar alan1bangkok | 

qui passera a la casserole ?
le consommateur bien sûr !

avatar jojo5757 | 

Que ces voleurs de sfr coulent. Et Drahi avec. Mais je suis sûr que lui s'en sortira hélas.

avatar romainB84 | 

@jojo5757

Mouais... j’étais chez orange jusquen fixe en 2014 et je payais 41€/mois pour de la fibre 200Mo/50Mo... je suis passé chez RED avec le même forfait pour 15€...
Donc pour le coup... les voleurs sont plutôt habillé en orange quen rouge 😉

avatar onclebobby | 

Les premiers qui déchanteront seront bien les consommateurs qui ont ces offres "à vie". Vous n'aurez plus le choix qu'entre 2 opérateurs pour prendre le moins cher. Rappelez-vous Virgin Mobile...

avatar minounet | 

Nebukad
Ils ont quoi en proportion de 4G free
Je crois qu’ils sont loin derrière orange et bouygues, mais c’est sûrement pas de leurs faute, sûrement celles d’oranges et bouygues
Comme d’hab quoi
Et la fibre, ils en sont où free ?
Encore de la faute d’orange ?
Bah oui, si on veut un réseau, cela se paye, et c’est pas avec des forfaits à 0€ ou 2€ que ça peux marcher.

avatar MystR | 

@minounet

Ça tombe bien pour fm, ils se réjouissent d’avoir perdu des abonnés à 0€/2€ 🤪

avatar marenostrum | 

normalement c'est Bouygues qui disparaitra. les autres ont de grosses banques derrière.

avatar DG33 | 

@marenostrum

Certains banquiers d’Altice se réjouiraient de voir arriver un autre opérateur et une consolidation, garants d’une augmentation des prix et d’une diminution des investissements, donc garants du paiement de la dette, plutôt que de s’assoir (ou presque) sur leurs créances en cas de faillite.

avatar minounet | 

Faut qu’ils les retirent alors lors offrent à 0 ou 2€
En faite, les offres à 0 ou 2€ sont juste y la pour appâter les gens pour les faire passer ensuite à 16€ ou 20€
Mais cela n’a pas marché
Si je dois payer 19€, je préfère pachet chez choches

avatar DG33 | 

@minounet

Aujourd’hui tu passes facilement dun forfait de 0/2€ à un forfait de 8/9€ tout en restant chez Free, non ? Et même en venant d’une VP à 1 ou 2€ il me semble.
Tu ne quittes Free que si tu es trop souvent en itinérance.

avatar corben | 

Altice est archi endetté. Le groupe a grossi par endettement sans que les acquisitions ne viennent renflouer le groupe.
Il y a fort à parier que des 4 opérateurs, le plus fragile et donc le plus susceptible de disparaître c’est SFR

De toute façon à lui seul SFR cumule plus de 50% des plaintes clients

avatar tbr | 

laiSsons FaiRe...

avatar nicky_rabbit | 

Il serait bien de comparer ce qui est comparable. Si les CA et marges de SFR et BT sont bien sur la France (mobile + internet), ceux donnés pour Orange sont pour le Monde (du coup il passe d’un éléphant à un mammouth), ceux donnés pour Free sont sur la France (mobile seulement).

avatar almana | 

@nicky_rabbit

Il me semble que pour free c’est France et Italie ;)

avatar onclebobby | 

" rapprochement entre deux éclopés " : êtes-vous sûr de maîtriser votre sujet Mr Bazoge? Iliad est l'entreprise la moins endettée des 4, elle a également l'EBITDA parmi le plus important, Free est très loin d'être dans la situation de SFR qui s'est endettée (droits du foot, exclusivité des chaînes Discovery...) en pensant qu'investir massivement dans les contenus au lieu de son réseau fera venir plus d'abonnés (tout le contraire s'est produit, avec ses augmentations et manoeuvres pernicieuses quant aux modifications de CGV). Iliad est l'entreprise qui a la meilleure situation financière, a le pourcentage d'investissement comparativement à ses revenus le plus élevé. Alors parler d'Iliad comme un éclopé, désolé mais approfondissez votre savoir avant d'être certain des mots que vous tapez.

avatar DG33 | 

@onclebobby

Ça fait tellement plaisir aux trolls de penser et répandre le contraire...
Et surtout 51% dans les mains/poches de XN (qui n’attend peut être que la baisse du cours pour se racheter et renforcer à bon compte ?) donc imprenable.
Alors qu’Altice (ou ce qu’il pourrait en rester) appartient plutôt aux banques...

Pages

CONNEXION UTILISATEUR