Coronavirus : vers l'utilisation des données de géolocalisation des smartphones en France ?

Sabrina Fekih |

Les données de géolocalisation des smartphones européens seront-elles bientôt mises à profit dans la lutte contre le coronavirus ? C'est une possibilité qui semble se dessiner. Ce lundi, le commissaire européen Thierry Breton s'est entretenu avec plusieurs opérateurs télécoms à ce propos.

Il a demandé à Orange, Telecom Italia, Deutsche Telekom, Vodafone et d'autres de fournir des données anonymisées de géolocalisation de leurs clients. L'objectif est de récolter un maximum de données afin d'avoir une vision globale de la propagation du Covid-19 pour mieux la limiter. « Nous allons sélectionner un opérateur important par pays », a confirmé le commissaire européen à Politico, en insistant sur le fait que cette opération n'allait pas à l'encontre du RGPD.

En France, Orange réfléchit déjà avec l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm) à « comment les données [des opérateurs télécoms] peuvent être utiles pour gérer la propagation de l’épidémie ». L'une des questions soulevées est celle du stockage de ces données. « Cela demande des ajustements réglementaires et un accord de la CNIL. Il faudrait pouvoir garder des données sur une durée de temps longue, or actuellement nous devons les supprimer au bout d’un an », a reconnu Stéphane Richard, le PDG d’Orange, au Figaro.

« Le gouvernement pourrait parfaitement introduire une exception à la loi […] pour permettre un traitement approfondi des métadonnées en cas de crise sanitaire » explique Thibault Douville, spécialiste en droit, à BFMTV.

Hier, la mise en place du nouveau « Comité analyse recherche et expertise » (CARE) sur le coronavirus a relancé le débat sur la question. CARE doit en effet accompagner « la réflexion des autorités sur la doctrine et la capacité à réaliser des tests ainsi que sur l'opportunité de la mise en place d'une stratégie numérique d'identification des personnes ayant été au contact de personnes infectées », explique l'Elysée.

Interrogé à ce propos, le secrétaire d'Etat chargé du Numérique, Cédric O, indique que « des contacts sont en cours » avec de nombreux pays ayant « entrepris de développer des applications numériques destinées à combattre la propagation de l’épidémie ». Ceci dit, « aucune initiative plus avancée n’a à ce stade été prise par le gouvernement ». Même son de cloche du côté de la ministre de la Recherche, Frédérique Vidal. Celle-ci a démenti tout projet d’utilisation du numérique à des fins de surveillance, « on n’en est pas à ce stade-là », a-t-elle déclaré.

L'exploitation des informations de géolocalisation des smartphones de la population est une méthode d'ores et déjà adoptée dans différents pays. Les autorités taïwanaises analysent les signaux téléphoniques afin de s'assurer que les personnes en quarantaine ne quittent pas leur domicile. La Corée du Sud, la Chine ainsi qu'Israël ont également adopté des stratégies similaires. En Europe, la République tchèque est devenue le premier pays européen à annoncer son intention de déployer un outil de surveillance semblable pour lutter contre la pandémie de coronavirus.

avatar scanmb | 

@JokeyezFX

Oulaah !

avatar Brice21 | 

@Lemon19

Je propose que les gens qui sont contre partager leur localisation pour minimiser les contamination soit exclus des statistiques et en échange en cas d’infection, on ne les soigne pas non plus avec les moyens public. On attend vos votes.

avatar Lemon19 | 

@Brice21

Je vote pour, direct. Surtout que cette histoire de localisation n’est qu’une conversation de salon, très à la mode en ce moment. « Je veux toutes les applis mais j’aime bien dire que je tiens à mes libertés individuelles ». Il y a un moment où l’individualisme doit laisser place au collectif. C’est dur à entendre dans ce pays, très dur. Pourtant on pourrait sauver des vies, chez les patients et dans le corps médical. Pendant qu’on discute des méfaits de la géolocalisation, avec nos devices Apple dernier cri, des infirmières au SMIC, parfois mères de famille, risquent leur vie en ce moment pour nous. Des retraités, statistiquement plus exposés, reprennent leur boulot en hôpital.

avatar JokeyezFX | 

@Lemon19

Qu’est-ce que vous pouvez être binaire!
On peut penser différemment de vous et pour autant respecter le confinement, respecter les gestes barrières, bref, faire tout ce qui est en notre pouvoir pour contribuer à diminuer la propagation du virus.
Ce n’est pas pour autant qu’on doit vouloir partager notre géolocalisation.
Et on peut aussi refuser ce partage d’information tout en n’étant ni client Facebook ou de n’importe quel autre réseau social. Et quand bien même ça serait le cas, ça ne justifierait sûrement de laisser « crever » des gens comme moi en ne les soignant pas en cas de contamination.
Vous détenez la vérité absolue, et tout ceux qui ne pensent pas comme vous méritent de mourir selon vous. Heureusement que Macron ne raisonne pas comme vous.

avatar Lemon19 | 

@Trixie

Merci ! C’est visiblement la seule réaction sensée de la soirée 👍🏻

avatar ckermo80Dqy | 

@Lemon19

👍🏻👍🏻👍🏻👍🏻

avatar Seb42 | 

@Trixie

👍👍

avatar Nonome77 | 

@Trixie

Tellement vrai. Mais personne ne veut l’entendre hélas. Syndrome franco français.

avatar Rodney Jerkins | 

Sincèrement je vire mon iPhone et j’achèterai un vieux portable dépourvu de toute fonction de geocalisation sauf celui d’appeler

avatar Rodney Jerkins | 

@Rodney Jerkins

Dernier point je n’ai pas de compte Facebook, au cas ou on viendrait me parler de défécations

avatar scanmb | 

@Rodney Jerkins

Ni d’audi etron ?

avatar turismo | 

@Rodney Jerkins
En l’occurence, l’article parle de smartphone, mais un téléphone standard est tout aussi facilement localisable et localisé. En fonction des antennes relais sur lesquelles ton téléphone se connecte ta position précise peut être trouvée, de même que tes déplacements. A partir de là, par déduction il est possible de connaitre tes horaires de travail/de vie, tes moyens de locomotion et autre...

avatar MarcMame | 

@Rodney Jerkins

"Sincèrement je vire mon iPhone et j’achèterai un vieux portable dépourvu de toute fonction de geocalisation sauf celui d’appeler"

Ca n’existe pas.
Tout téléphone permet la géolocalisation par triangulation.
Même un téléphone fixe permet de te géolocaliser.

avatar Lemon19 | 

@Rodney Jerkins

Parfait, n’oubliez pas un brouilleur pour supprimer la triangulation.

avatar gwen | 

@Rodney Jerkins

Du moment que vous avez un téléphone portable on peut vous localiser par les antennes relais utilisée. Vivez sans téléphone, sans carte de paiement et éviter les caméras en villes. là peut être que personne ne pourras un jour vous pister.

avatar bugman | 

@Rodney Jerkins

Ton vieux Nokia se connecte aussi aux antennes GSM. Mais dans quel but, au fait ? Sortir ?

avatar mouahahaha | 

Euh... Ca va être encore pire, tout le traffic de ton téléphone sera à porté de regard et interceptable par n'importe qui...

avatar Brice21 | 

@Rodney Jerkins

Manque de bol, la géolocalisation se fait par triangulation de ta connection a trois celltowers du réseau GSM. Donc même avec ton StarTac des années 1990 on savait te localiser à 50m près. J’ai bossé avec cette API pour Proximus en Belgique avant l’an 2000.

avatar Trixie | 

Et pour précision, depuis 2015 le gouvernement via les services de renseignement intérieur a déjà accès aux donnés opérateurs. Et ce n’est que pour la DGSI. La DGSE possède son propre service «  frenchechelon «  ( il n’existe pas de tête officiel ) et la DRM du service «  émeraude « . Donc tout un tas de panoplie beaucoup plus sophistiqué que la simple localisation opérateur. Si ils en parlent ouvertement c’est que par définition l’usage est déjà en place via un autre biais.

avatar Sorabji | 

Un article (long) écrit par le développeur de Pinboard fait un point précis sur la question:
https://idlewords.com/2020/03/we_need_a_massive_surveillance_program.htm
Il est faveur de cette pratique. Pour ma part, au vu des gouvernants que nous avons, je suis totalement contre.

avatar fondoeil | 

C’est anonymisé, mais c’est fait pour savoir qui a été en contact avec un patient porteur du virus ?!
Il y a là une nuance que je saisis mal...

Le potentiel d’une telle façon de procéder est idéal pour un gouvernement : rien de mieux pour identifier les participants à une manifestation ou un rassemblement politique. Tout ça, sans l’accord du pouvoir judiciaire...

Quant aux exemples pris pour justifier le principe : ils laissent songeur... La Chine : une grande démocratie, bien connue pour son respect des libertés individuelles... Taïwan qui s’en sert pour de la surveillance individuelle... Et, en Israël, c’est le même système qui traque les malades et les terroristes, d’après CNN...

avatar jo_hayo | 

1) On est loin du niveau de surveillance de surveillance chinois, faut pas être parano.
2) De toute façon, un juge peut décider d'obtenir vos relevés téléphoniques si besoin est…
3) Celui qui veut être incognito de nos jours n'a qu'à aller vivre dans une forêt, et encore. Pas de téléphone, pas de carte de crédit etc.
4) Il vaut mieux utiliser la technologie pour savoir quel coin est risqué que de rien savoir.

avatar Lemon19 | 

@jo_hayo

👍🏻

avatar debione | 

@jo hayo
1) tout système de surveillance de masse a un début. La Chine ayant juste quelques années d’avance
2)un juge peut obtenir ces infos, mais il ne le fera que si il soupçonne d’un délit. Ici, de base on soupçonne tout le monde
3)vivre en gardant un certain anonymat, c’est possible, même en utilisant des smartphones et des cartes de crédits. Ce n’est qu’une question de lois. Là vous retournez la chose en disant qu’il est possible actuellement de tout savoir de nous. Oui, et justement, le législateur est là pour nous protéger normalement, sauf si le but est vraiment le fichage de tous, en tout point et en tout moment.
4)quand l’appareil même est risqué parce que l’on voulait plus de sécurité, ça rend caduque le fait de savoir l’utiliser. Prenez un iPhone et essayez de l’utiliser « out of thé box » sans passer par Les serveur Apple. Vous pouvez pas? Ben non, Apple vous pistera comme des porcs, et si la législation le demande se fera un plaisir de révéler toutes les données récoltées... La Chine est un excellent exemple...

avatar BLM | 

@jo_hayo
«1) On est loin du niveau de surveillance chinois»
C’est pas une raison pour commencer. Mettre la main ds 1 engrenage, c’est y laisser le bras.

«2) De toute façon, un juge»
Un juge… c’est ce qui fait toute la différence.
« peut décider d’obtenir vos relevés téléphoniques»
VOS. Voilà une autre différence, et elle n’est pas mince ! Elle cible UN individu, pour des raisons clairement identifiées.

«4) Il vaut mieux utiliser la technologie»
Ça dépend qui utilise, et pour quelle finalité.

« pour savoir quel coin est risqué»
Ça dépend de ce qu’on appelle risqué. Une telle surveillane / télésurveillance de rassemblement à partir des traces de bornage téléphonique que nous laissons, peut servir à détecter des manifestants… dont nous savons tous que ce n’est qu’un ramassis de bolcheviques malfaisants.

avatar sangoku | 

@MACG : svp ne laissez pas sous-entendre que les opérateurs peuvent utiliser la localisation GPS de leurs clients, c’est factuellement faux. Les opérateurs n’ont aucun moyen d’obtenir la position GPS d’un client. Il s’agit d’une triangulation peu précise (surtout en ville) du signal radio émis pas le téléphone. Faire cet amalgame ajoute de la psychose dont nous n’avons pas besoin.
De plus un opérateur doit pouvoir faire cette triangulation sur les clients des autres opérateurs sans toutefois connaître leur identité mais c’est suffisant pour des statistiques de masse et anonymes comme celles dont il est ici question.

avatar DareMac | 

Tant qu'à moi, c'est ce qu'on appelle un abus de pouvoir. Ces infos n'ont rien à voir avec la pandémie.

avatar Sindanárië | 

C’est peut être pour mieux nous livrer nos courses, des Blu-ray pour pas trop occuper la bande passante, et apporter le petit déjeuner le matin !

Tout de suite vous pensez à mal !
Enfin voyons 😬

avatar DamienLT | 

@Sindanárië
Ne pas oublier mes futurs Hiroshima Armchair couleur noyer 🤣😂😋

avatar Osei Tutu | 

Logique de ce forum :
- Apple annonce n'utiliser que des données anonymisées mais qui peuvent contenir nom, numéro de téléphone,etc et faire des profils regroupant plusieurs clients. Réaction : merci Apple de respecter notre vie privée !
- un gouvernement RÉFLÉCHIT à vouloir utiliser des données anonymisées pour établir une carte d'une épidémie. Réaction : le gouvernement veut violer nos libertés et ne nous dit pas tout !
Curieux de trouver une cohérence dans ces réactions !

avatar Lemon19 | 

@Osei Tutu
Bien résumé

avatar debione | 

J’ai aussi du mal à comprendre... Ça doit être religieux...
Tu as oublié soumises à Patriot act dans le cas de la protection des données...

avatar anonx | 

Personne pour dire « théorie du complot »

C’est amusant, 🐑 en plus☺️

avatar CGe0h | 

Finalement... le Jailbreak est peut être une belle solution et être source de bienveillantes solutions techniques pour le respect de nos vies privées ... passé cette pandémie.

avatar fransik | 

Une option pour un confinement obligatoire qui me semble plutôt intéressante, via geofencing, et apparemment sans partage des données de l’utilisateur tant qu’il reste dans le périmètre déterminé:
https://qz.com/1822215/hong-kong-uses-tracking-wristbands-for-coronaviru...

Pages

CONNEXION UTILISATEUR