Ouvrir le menu principal

iGeneration

Recherche

Test du bracelet Nabu X de Razer

Sylvain Trinel

Sunday 30 August 2015 à 14:10 • 27

Accessoire

Razer, le fabricant de produits pour joueurs (claviers, casques, souris, et même ordinateurs !) a lancé cet été en France le Nabu X, un bracelet connecté, vendu sous la barre des 70 €.

Le Nabu X est en fait une version plus accessible financièrement du Nabu, un bracelet connecté disposant d’un écran, qui aura droit à une nouvelle version cet automne. La principale différence pour le Nabu X est cette absence de tout écran. À l’instar du Flex de Fitbit ou du Shine de Misift, il faut se contenter de petites diodes pour comprendre la notification que l’on reçoit.

On perd certes le côté « montre connectée », mais le Nabu X se veut davantage un compagnon pour sportifs. On a ainsi un bracelet connecté pur jus, et le résultat est plutôt convaincant à l’heure où l’on ne jure que par l’Apple Watch ou la concurrence, et il dispose en plus d'une confortable autonomie de 7 jours.

Un design confortable, mais pas sans reproches

Tout l’intérêt d’un bracelet connecté réside dans sa capacité à se faire oublier, alors même qu’il va être porté tout au long de la journée, voire de la nuit. Autant dire que le matériau utilisé est décisif. Razer a fait le choix d’un plastique mou, proche au toucher du fluoroélastomère des bracelets Sport de l’Apple Watch.

De fines lignes viennent perturber le design propret du bracelet, tout comme le logo du constructeur, et un cache situé au milieu permet d’y loger le capteur. Ce dernier, un petit module, peut s'ôter facilement du bracelet et pourrait être installé dans un bracelet de couleur différente mais il n'y a pas moyen d'en acheter d'autres séparément.

Si Razer a fait du bon travail avec quelque chose d’élégant, de léger et de confortable à la fois, il y a toutefois quelques défauts à noter. Rien de grave, mais ces fines lignes que l’on décèle en passant le doigt sur le bracelet ont tendance à attraper la poussière et à donner un aspect légèrement sale au bracelet. En fin de journée, on prend le réflexe de passer le doigt dessus pour nettoyer la poussière accumulée, c’est particulièrement visible sur le modèle noir, mais le blanc et même le vert ne doivent pas être mieux lotis.

À cela s’ajoute le logo Razer en bout de bracelet, qui, à force de frotter contre les surfaces, voit sa couleur se dégrader (sur le modèle noir, il vire au blanc, tandis que sur le blanc, le dorée du logo perd sa couleur). C’est certes de l’ordre du détail, mais c’est tout de même un peu dommage.

Pour attacher le Nabu X au poignet (il n’y a qu’une seule taille), le constructeur propose un système d’encoche qu’il faut clipser dans des trous en fonction de vos besoins. Inutile de serrer le bracelet, il n’y a aucun capteur de pulsation cardiaque, contrairement au Pulse de Withings, mais un accéléromètre qui gèrera l’essentiel des fonctionnalités. Attention cependant, durant la période de test, il m’est arrivé de perdre le bracelet, car il n’était pas suffisamment bien attaché. Il faut également préciser qu'il n'est pas étanche : vous pouvez vous doucher avec, ou faire la vaisselle, mais pas nager avec (il n'y a de toute façon aucun point de mesure pour la natation).

Un système de notification simple et clair

Exit l’écran donc, place à de petites diodes, trois pour être exact. Via l’application dédiée, on peut personnaliser la couleur d’une notification en fonction de sa nature. Trois options sont disponibles : Appel entrant, Alarmes et Notifications, auxquelles on peut associer les couleurs bleue, rouge ou verte.

On aurait aimé pouvoir séparer les alertes de messages reçus des autres notifications, ou encore gérer les applications, mais iOS ne le permet malheureusement pas : comme pour la Pebble Time, il faut passer par le centre de notifications dans les réglages et modifier en fonction des apps. On peut également gérer la vibration qu’envoie le bracelet selon trois paliers.

Dans mon cas, j’ai préféré la plus discrète qui est la plus adéquate/confortable si vous recevez beaucoup de notifications, mais qui n’empêche pas au Nabu X de servir de réveil. Car, de même qu'avec l’Apple Watch, on peut se réveiller avec le bracelet de Razer, et celui-ci est suffisamment puissant pour vous tirer de votre sommeil en douceur et le plus naturellement possible. Ça remplace assez efficacement la sonnerie du téléphone, surtout que l’on peut programmer le réveil du Nabu X indépendamment de celui d’iOS.

On y reviendra plus loin, mais pour voir où vous en êtes de vos objectifs quotidiens, il suffit de tapoter deux fois sur le bracelet, celui-ci affichera alors une ou plusieurs diodes de couleurs vertes vous indiquant en temps réel le pourcentage atteint. Lors d’un appel, on peut également stopper la vibration en secouant trois fois le poignet.

Deux applications bien pratiques

On trouve sur l’App Store deux applications officielles pour utiliser son Nabu X. La première est la plus importante puisqu’il s’agit du Nabu X Utility. Comme son nom l’indique, elle vous permet de gérer l’ensemble des fonctionnalités du bracelet. Après avoir créé votre compte vous permettant de transférer votre profil personnalisé d’un appareil à un autre, on peut accéder à l’indicateur de batterie, mais aussi modifier certaines options. Par exemple, lorsque vous tapez deux fois sur le bracelet, on peut connaître le pourcentage d’achèvement d’un objectif en particulier (pas, distance, calories, sommeil ou le niveau de la batterie).

C’est aussi grâce à cette app qu’on paramètrera les notifications, ou le mode Ne pas Déranger (qui est indépendant de celui de l’iPhone), ainsi que l’alarme et le mode Sommeil. Dans ce dernier, on peut gérer manuellement le suivi, en l’activant seul au moment où vous allez dormir, mais vous pouvez aussi laisser l’application le gérer automatiquement en lui donnant des horaires durant lesquelles elle peut commencer à voir si vous bougez ou non. Dès que l’accéléromètre du bracelet ne sentira plus de mouvements, le mode Sommeil s’enclenchera sans votre aide, et une fois l’heure de fin du sommeil dépassée, ce sont là encore vos mouvements qui stipuleront à ce mode de se désactiver.

On trouve également des « paramètres sociaux ». Purement anecdotiques, ils permettent d’interagir avec des possesseurs de Nabu X. Lorsque vous serrez la main à un utilisateur, vous pouvez échanger vos coordonnées (réseaux sociaux, numéro de téléphone...) automatiquement. Mais il faut cependant que l’application soit lancée et placée au premier plan, ce qui limite considérablement son intérêt (si tant est qu’il y en ait un à la base…). Toujours dans l’utilitaire, on trouve d’autres rubriques, et notamment un « marketplace » qui recense les applications officielles et tierces reliées au Nabu X. On peut aussi lier le bracelet à des services tiers comme Map My Fitness et mettre à jour le firmware.

La seconde application officielle se nomme Nabu Fitness. Comme son nom l’indique, elle permet de visualiser des données liées à la santé. Dès le départ, grâce à votre compte Razer, vous devez gérer manuellement les objectifs. Il faut donner une base : n’hésitez pas à vous fier à l’application Santé d’iOS pour la définir convenablement. Une fois que c’est fait, il n’y a plus qu’à laisser le bracelet faire le travail.

Il n’est pas obligatoire d’avoir le bracelet constamment relié en Bluetooth avec l’iPhone. Si pendant une après-midi vous ne pouvez pas prendre votre smartphone, ce n’est pas grave : le Nabu X gardera en mémoire ce que vous avez fait jusqu’à ce qu’il se resynchronise automatiquement avec l’iPhone ainsi retrouvé. Une fois que vous avez rempli un de vos objectifs et en fonction de votre paramétrage, grâce aux deux tapotements sur le bracelet, les diodes s’illumineront pour vous « féliciter ». L’application en elle-même est très simple, peut-être trop sans doute. Quand on clique sur un des objectifs en cours (ou réussi), un graphique s’affiche pour vous montrer à quel moment dans la journée vous avez été le plus actif. On peut aussi personnaliser l’affichage (jour, semaine, mois, année…), mais il n’y a pas plus de conseils que cela.

Dans le cas du suivi du sommeil, on peut voir le nombre d’heures/minutes durant lequel on a été en « sommeil léger » ou « profond ». Le graphique manque un peu de clarté, mais on peut toutefois avoir un bon indicateur de notre qualité de sommeil. Il faut savoir se prendre en main : si vous n’atteignez pas vos objectifs, le Nabu X ne vous en voudra pas, contrairement à une Apple Watch qui vous oblige par exemple à vous lever.

L'app ayant été régulièrement mise à jour, notamment pour corriger des problèmes de stabilité, on peut espérer y trouver à terme un système de succès calqué sur l'utilitaire Activité d’Apple. Il faut également savoir que l'app nécessite une connexion internet pour fonctionner. Notez enfin que Razer croise les données avec l’app Santé pour le calcul des pas, assurant une excellente gestion de la fonction podomètre de l’application.

Une autre application existe — celle-ci n’est pas développée par Razer, mais par un développeur indépendant : il s’agit de Home. Elle apporte un panneau qui peut s’activer dans le centre de notifications et qui prend en compte les données de l’application Nabu Fitness en affichant votre pourcentage d’objectifs atteints et les différentes informations de suivi de santé (sommeil, distance, pas et calories). Seul problème : il faut que l’application tourne en arrière-plan. Si iOS décide de la mettre en pause, il faudra de nouveau l’ouvrir pour mettre à jour les données.

En conclusion

Il ne manquerait qu’un peu plus de fun dans les applications pour ajouter un défi aux objectifs que l’on s’impose. En l’état, le bracelet connecté de Razer pourra donc très bien s’adapter à des utilisateurs sportifs comme aux joggeurs du dimanche, ou aux personnes marchant plus que faisant du sport. Il faut simplement penser à relever ou abaisser manuellement vos objectifs en fonction de ce que vous prévoyez dans votre journée. Si le Nabu X ne remplace évidemment pas le geste de sortir son iPhone (faute d’écran), même dans le cas d’un appel, on a cependant tendance à laisser son smartphone sur vibreur durant une bonne partie de la journée, puisque les notifications restent actives sur le bracelet, et se désactivent une fois le mode Ne Pas Déranger mis en marche.

Le Nabu X est en tout cas un bracelet connecté qui fait très bien ce pourquoi il est prévu. Au-delà de quelques désagréments on ne peut plus tolérables, il propose l’essentiel de ce que l’on attend d’un bracelet connecté, en plus d’assurer un bon suivi du sommeil, des pas et de la distance parcourue. Reste à voir si l’intérêt d’un tel objet est encore d’actualité en 2015, mais c’est un autre débat.

Note : depuis l'écriture de ce test, Razer a annoncé une refonte des applications autour de ses bracelets qui arrivera cet automne avec notamment des succès et une nouvelle interface. Si cela est nécessaire, nous proposerons une mise à jour de cet article.

Rejoignez le Club iGen

Soutenez le travail d'une rédaction indépendante.

Rejoignez la plus grande communauté Apple francophone !

S'abonner