Avec l’App Store, l’iPhone a complètement chamboulé notre quotidien

Mickaël Bazoge |

Le premier iPhone a évidemment marqué son époque au fer rouge avec son design inédit et ses fonctions innovantes, en particulier son écran multi-touch. Mais ce n’est qu’une année plus tard, en 2008, que la mèche de la révolution mobile s’est véritablement consumée, avec le lancement de l’App Store et des outils de développement ouvrant des perspectives excitantes.

Il se raconte que Steve Jobs s’est fait tirer l’oreille pendant un bon moment avant qu’il accepte d’ouvrir son iPhone aux développeurs tiers. À l’origine, seules les webapps avaient droit de cité sur l’écran d’accueil du smartphone… Mais c’est bien l’App Store qui a définitivement installé l’iPhone dans les poches des utilisateurs du monde entier. Et bousculé de nombreux secteurs d’activité. Voici quelques exemples.

Le transport de personnes

En 2009, la toute jeune start-up UberCar commence à développer une application de mise en relation entre l’utilisateur et un chauffeur. Deux ans plus tard, la jeune pousse rebaptisée simplement Uber se lance à San Francisco, avec le succès que l’on sait. Le service de VTC (voiture de transport avec chauffeur), qui permet de connaitre immédiatement le prix de la course, s’est depuis implanté un peu partout dans le monde en multipliant les déclinaisons (UberEATS, UberPool…), et en générant au passage des clones concurrents.

Cliquer pour agrandir

Parti de pas grand chose, Uber est aujourd’hui la start-up la mieux valorisée au monde : suite aux tours de table successifs, l’entreprise pèserait en effet 70 milliards de dollars. Une croissance folle qui a récemment coûté son poste à Travis Kalanick, le cofondateur de la société : il serait à l’origine d’une culture d’entreprise assez malsaine, à base d’intimidation et de pratiques commerciales douteuses. Sans oublier les innombrables plaintes des taxis, les interdictions dans plusieurs villes…

Uber est entré si vite et si fort dans notre quotidien que l’entreprise est devenue un verbe. Un peu péjoratif même, puisque personne n’aime se faire « uberiser », c’est à dire subir une flexibilité maximum à l’instar des chauffeurs du service. Une de leurs revendications qui revient souvent sur le tapis, est d’ailleurs de devenir des employés de la société.

Cliquer pour agrandir

S’il semble aujourd’hui complètement intégré dans les habitudes de « commander » un Uber avec son iPhone — voire en demandant simplement à Siri —, ce service ne va donc pas encore de soi. La législation ne s’est pas adaptée à cette nouvelle réalité des usages, mais il est bon aussi de poser des garde-fous.

Le guidage GPS

Oui, il se vend encore aujourd’hui des boîtiers GPS. TomTom, un des spécialistes de ce secteur d’activité, continue d’en faire le commerce. Mais pour beaucoup d’automobilistes, c’est l’iPhone qui est devenu le compagnon de route au quotidien.

Les applications de guidage qui tirent partie du GPS de l’iPhone (le modèle de 2007 n’intégrant pas ce composant, il a fallu attendre le modèle 3G) se sont multipliées, provenant de… TomTom par exemple, mais aussi d’éditeurs purement logiciels comme Waze, Coyote, voire tout simplement de Google avec Maps.

Waze a présenté les radars avant de se contenter des zones de danger.

Là aussi, l’apparition de ces nouveaux outils et la constitution de communautés autour de ces services, a provoqué des heurts. C’est le cas notamment des avertisseurs de radars et de patrouilles au bord des routes. Ces apps ont dû retirer la signalisation des radars et se contenter d’afficher les zones de danger. Le ministère de l’Intérieur discute actuellement avec les éditeurs des applications afin de rendre « invisibles » les policiers durant les contrôles sensibles.

Dans ce domaine comme dans d’autres, les applications mobiles vont plus vite que la musique législative, dont le tempo est nécessairement plus lent que ces services qui veulent transformer radicalement les usages.

Les transports amoureux

L’iPhone et l’App Store ont totalement ringardisé l’activité discrète des services traditionnels de rencontres. On pense évidemment à Tinder, qui permet de sélectionner son prochain rencard en balayant les profils du bout du doigt… D’autres apps offrent des moyens moins radicaux pour rencontrer d’autres personnes, mais le principe est généralement le même : trouver l’âme sœur près de chez soi.

Certes, les rencontres en ligne ont existé bien avant l’iPhone. Mais pouvoir consulter en mobilité et n’importe quand les profils de rencontres potentielles est devenu pour beaucoup de célibataires une deuxième nature ! C’est pourquoi il est un peu incongru de voir Tinder s’adapter à l’Apple TV, appareil sédentaire par excellence.

Les discussions

La révolution des applications mobiles a modifié notre rapport aux autres, que ce soit dans le domaine des rencontres comme on l’a vu plus haut, mais aussi dans les conversations que l’on peut avoir avec ses proches ou ses collègues. Les apps de messagerie instantanée — à commencer par Messages — ont déferlé, emportant sur leur passage les logiciels de discussion « de bureau ».

Skype est parvenu à survivre, mais le service n’est plus que l’ombre de lui même (il a perdu 300 millions d’utilisateurs de 2011 à 2016) et la dernière version se contente de coller à la roue des apps en vogue. L’app est pourtant apparue sur l’App Store au début de l’année 2009. Messenger, WhatsApp (tous deux propriété de Facebook), Snapchat, Line, Viber… Ce sont ces apps qui mènent le bal des conversations.

Snapchat, WhatsApp, Facebook Messenger — Cliquer pour agrandir

Quitte à inventer de nouvelles formes de communication. Le concept de Stories a été inauguré dans Snapchat, une idée reprise sans vergogne par Facebook et qui a aussi essaimé dans… Skype.

L’administratif

Il n’y a rien de plus facile que de payer son tiers provisionnel : il suffit de scanner le code QR de sa feuille d’impôt avec l’application Impots.gouv, et de valider le paiement. Connaitre les paiements versés par la Sécu des six derniers mois ? Consultez simplement l’app Ameli. Savoir le montant de la dernière alloc’ de la CAF ? Il existe une application pour cela.

Impots.gouv, Caf et Ameli — Cliquer pour agrandir

Les applications des différentes administrations ne sont pas nécessairement les plus belles ou les mieux pensées. Mais elles font ce qu’on leur demande et c’est bien ce qui compte… le tout depuis son iPhone. Il est terminé le temps où il fallait faire la queue des heures derrière un guichet impersonnel ou envoyer des chèques par la Poste.

Il reste encore beaucoup de travail pour une administration 100% numérique ; c’est d’ailleurs une des promesses d’Emmanuel Macron. Maintenant que le candidat d’En Marche est entré à l’Élysée — il n’a pas oublié de prendre avec lui ses deux iPhone — , il ne reste plus qu’à mettre des actes derrière les mots.

Les apps à tout faire

Ce ne sont là que quelques exemples des nombreux secteurs d’activité révolutionnés par les apps mobiles nées dans la foulée de l’ouverture de l’App Store. Avec l’ajout de nouvelles fonctionnalités liées à des composants de plus en plus puissants, Apple a bien l’intention de continuer à aiguiller les développeurs et à stimuler leur imagination. La réalité augmentée d’ARKit pourrait bien ouvrir de nouvelles possibilités

avatar concretebubbles | 

Quel chemin parcouru en si peu d'années! C'est assez fou quand on y pense.
Des choses qui nous semblent normales désormais et qui font notre quotidien.
Après, tout changement n'est pas bon à prendre. Uber que j'ai dû utiliser à 2 reprises pour essayer a beau être superbement pensé, je ne cautionne pas leur modèle et ai décidé de m'en passer.

avatar Abd Salam | 

Concernant Uber, ce n'est pas la législation qui ne s'est pas adaptée...

La réglementation est déjà prête !

Uber joue de facto pleinement le rôle de patron des chauffeurs, et si les autorités voulaient sévir, elles le pourraient !

Uber ne se contente pas seulement de jouer l'intermédiaire entre des chauffeurs indépendants et des clients...

Le problème n'est pas une question de droit, mais d'idéologie... il est à la mode de croire que l'État (c'est-à-dire nous...) reste à l'écart des entreprises ;

Le non-interventionnisme à outrance est le nouveau dogme.

Bref, pour en revenir au droit, Uber doit choisir d'agir en patron ou en intermédiaire ; les lois existent déjà.

avatar k43l | 

Bref, pour en revenir au droit, Uber doit choisir d'agir en patron ou en intermédiaire ; les lois existent déjà.

Mais UBER ne veut aucun de ces statut. Il veut juste être un service qui prend 30% sur chaque utilisateur et non sur les chauffeurs.

Mais légalement il doit s'assurer de certaines règle de sécurité ce qui l'empêche d'être ce seul service. Si en plus on rajoute la notation et le droit de refus d'être chauffeur UBER par rapport à celle ci, et clairement on rentre dans un lien subordonné.

Si un jour les voitures autonomes arrive, Taxi et VTC auront du soucis à se faire.

avatar LeGrosJeanLou | 

Ce qui est certain c'est que le smartphone a remplacé bon nombre d'objets physiques du quotidien.

Pour moi : La montre, le réveil, le bloc-notes, le calendrier, l'APN, la caméra, le téléphone fixe, la lampe torche, l'enregistreur, le baladeur, le multi-piste, la pédale multi-effet, le scanner, la radio, le GPS, la carte et boussole, et j'en oublie certainement !

avatar hirtrey | 

@LeGrosJeanLou

Papier toilette ?

avatar k43l | 

Parle un peu moins de manière général stp... Il remplace pour ceux qui ont des utilisations peu pousser, occasionnel, voir anecdotique.

Bloc notes, agenda surement pas. Pour ceux qui ont des notes occasionnel oui surement. Mais dés que tu dois gérer plusieurs notes et un agenda complet le smartphones devient soit :
trop petit,
pas pratique,
ingérable.

J'ai toujours mon mini mp3 et je suis même triste de constater malgré les baisses des ventes, ils se vendent toujours aussi cher. Le meilleur amis pour faire du sport.

Je remplacerai jamais une de mes montres pour un smartphone.

Et j'aimerai bien voir un clip même amateur tourner sur un smartphone.

Par compte GPS, carte et boussole ont littéralement disparu je confirme.

avatar LeGrosJeanLou | 

@k43l

"Pour moi"

Faut-il que je t'explique la signification de cette expression ou tu vas savoir te débrouiller tout seul pour la déchiffrer ?

Après c'est toi qui viens me donner des leçons de généralité alors que t'es le premier à généraliser sur ceux qui auraient une utilisation de ces outils ?

"Il remplace pour ceux qui auraient une utilisation peu pousser (y a une faute d'orthographe là), occasionnel (là aussi), voir (là encore) anecdotique."

Je ne prendrai pas plus de temps à détailler mon utilisation de mon smartphone - dont la taille d'écran me convient parfaitement pour une utilisation professionnelle des outils qu'il met à ma disposition. Ça sert à rien vu que t'es déjà persuadé de détenir la vérité absolue.

avatar pat3 | 

@k43l

"Et j'aimerai bien voir un clip même amateur tourner sur un smartphone."

https://www.rtbf.be/culture/cinema/detail_detours-le-court-metrage-de-mi...

avatar pat3 | 

@k43l

"Parle un peu moins de manière général stp... (…)
Bloc notes, agenda surement pas. Pour ceux qui ont des notes occasionnel oui surement"
Et c'est toi qui dépende de parler de manière un peu moins générale?

avatar pat3 | 

@LeGrosJeanLou

"Ce qui est certain c'est que le smartphone a remplacé bon nombre d'objets physiques du quotidien.

Pour moi : La montre, le réveil, le bloc-notes, le calendrier, l'APN, la caméra, le téléphone fixe, la lampe torche, l'enregistreur, le baladeur, le multi-piste, la pédale multi-effet, le scanner, la radio, le GPS, la carte et boussole, et j'en oublie certainement !"

J'ai toujours une montre, et le smartphone s'est synchronisé avec le calendrier de mon ordinateur, qui était déjà synchro avec mon Palm ;-)
Mais mon iPhone a remplacé l'iPod, le réveil, les cartes routières, les post-it, les carnets de notes, la carte du métro parisien (bon, j'utilisais déjà MetrO sur mon Palm), le caméscope, l'annuaire, l'album photo, la calculatrice, le dictionnaire … et je ne parle que de ce qui a été totalement remplacé. Il y a tout les remplacements partiels (APN, scanner, lampe torche, niveau de chantier, etc.).

Sans dec, c'est presque impossible de mesurer à quel point l'iPhone a changé les choses dans ma vie de tous les jours. Je trouve d'ailleurs que le slogan le plus juste de toutes les campagnes de pub Apple a été : y a une app pour ça.

avatar DrPiquouze | 

Oui,bien sûr,mais ça ne va pas encore aussi vite que ça ! Depuis bientôt un an que j'achète mon pain et mes croissants dans 3 ou 4 boulangeries différentes, je suis toujours le seul à le faire !

CONNEXION UTILISATEUR