Fermer le menu

Dossier : tout comprendre sur le déploiement de la 4G

Luc-Aurélien | | 10:00 |  36

Le succès des smartphones a révolutionné notre façon d’être connecté au reste du monde. Cet objet est devenu un véritable centre névralgique, l’élément qui peut gérer toutes les composantes de notre vie. Une nouvelle technologie tout aussi spectaculaire est venue épauler cette chevauchée dans l’ère de l’internet : la 4G (LTE). Véritablement conçue pour l’usage internet, elle dépasse les soubresauts d’une technologie transitoire comme l’UMTS. Délai de latence minime, débits élevés, couverture stable à l’intérieur des bâtiments... On essaye, on goûte et l’on en redemande.

Photo Kārlis Dambrāns CC BY

On se souvient tous de l’annonce du déploiement de la 3G. À l’époque, on nous vendait le WAP ou l’envoi de vidéo par MMS — dans une qualité et une définition encore moins bonnes que les écrans tout pixélisés qui représentaient l’état de l’art ; après le noir & blanc, on ne pouvait pas en demander tant. Le passage à la 3G n’eut pas, cependant, une nature si révolutionnaire compte tenu des besoins que nous avions. C’est en fait lors de l’arrivée de la 3G sur l’iPhone de deuxième génération que nous avons pris conscience du réel gain apporté et de la nécessité d’une telle technologie.

Avec les usages mobiles qui se multiplient, les réseaux doivent assurer. La demande de l'usager est simple : le plaisir et le confort de navigation doivent être les mêmes qu'à la maison. Une exigence qui pousse les réseaux mobiles à évoluer constamment. Aujourd'hui, la 3G atteint ses limites. Cette technologie a fait son temps, la 3G est dépassée, vive la 4G !

Les cellules 3G ne supportent pas l’explosion du trafic internet de nos smartphones

Ce qui a changé depuis les grands jours de la 3G, c’est l’explosion du trafic internet de nos smartphones. Ce trafic qui se multiplie met à mal la qualité de service des infrastructures 3G dans la mesure où les capacités de celles-ci demeurent identiques ; une même cellule 3G doit supporter de plus en plus d’usagers, eux-mêmes consommant de plus en plus de données. Un cercle vicieux en quelque sorte.

Afin d’illustrer ce phénomène qui détériore notre expérience, rappelons simplement que les débits théoriques de la 3G, comme toute autre technologie d’ailleurs, sont à partager au sein d’une même cellule – c’est-à-dire la zone couverte par une antenne. Autrement dit, l’ensemble des usagers couverts par une cellule 3G Dual Carrier devront se partager un débit maximal de 42 Mbits/s, en dehors de toute considération individuelle ou ponctuelle — comme le positionnement dans la cellule ou le modèle de modem par exemple.

Publicité pour l'iPhone 3G.

Finalement, en heure de pointe, les débits que vous obtiendrez en 3G seront équivalents à ceux d’une box Wi-Fi en VDSL dont la zone de couverture contiendrait plusieurs centaines de personnes... Un rien limitant en effet. Donc, tout comme pour le Wi-Fi, il suffit d’augmenter les débits théoriques de l’émetteur afin que chaque usager puisse obtenir plus de débit.

L'intérêt de la 4G réside dans l'augmentation des débits théoriques de chaque antenne pour subvenir aux besoins de tous les usagers. La 4G actuelle permet de multiplier les débits par 3 environ, ce qui est assez significatif. L'autorité de régulation des communications électroniques et des postes (ARCEP) a mesuré un débit descendant moyen de 17,9 Mbits, contre 7,2 Mbit/s en 2G/3G.

À propos de ces réseaux 2G et 3G existants, la 4G ne vient pas les remplacer, elle s'y ajoute. Cela sous-entend que l'on mette à disposition des opérateurs des blocs de fréquences qui leur permettent de faire transiter le nouveau signal. L'attribution et l'acquisition de ces fréquences sont des enjeux majeurs pour les opérateurs.

La puissance d’un opérateur se compte en Hz

Les ressources spectrales sont limitées. Et comme toute ressource rare, il faut rationaliser l'utilisation du spectre afin que tout le monde puisse avoir accès aux fréquences dont il a besoin. L'attribution de nouvelles fréquences est toujours source d'enchères et les meilleures fréquences s'arrachent à prix fort. Le patrimoine de fréquences est donc le nerf de la guerre.

Pour un opérateur, deux points cardinaux déterminent le besoin de fréquences : la couverture et la capacité (nombre d'appels simultanés, débits de données, etc.). Afin de limiter le nombre de points relais à déployer, il faut que les antennes couvrent une grande partie de territoire. Mais, pour assurer une bonne qualité de service, il faut que chaque point relais ait la capacité de fournir un service au plus d'usagers possible. Donc, couverture et capacité sont complémentaires.

Tout comme la radio, l'internet mobile est une histoire de fréquences. Photo Francesco Paroni Sterbini CC BY-ND

La première chose à savoir est que plus les fréquences sont basses et plus la qualité de propagation est importante. Autrement dit, il y a une meilleure couverture géographique et une meilleure propagation à travers les murs et les obstacles. Ceci explique pourquoi les fréquences utilisées par les médias (radio ou TNT notamment) se trouvent en bas du spectre ; le nombre d'émetteurs nécessaires pour couvrir l'ensemble du territoire est alors bien moindre.

Malheureusement, il faut aussi prendre en compte le fait que la capacité d'une bande de fréquence, donc les débits maximaux théoriques, dépend directement de la largeur de cette bande. Plus la bande est large, c'est-à-dire plus le nombre de Hz est élevé, et plus les capacités de cette bande seront importantes. Or, les fréquences basses sont beaucoup moins disponibles que les fréquences hautes et offrent beaucoup moins de bande passante. C'est pourquoi les hautes fréquences seront privilégiées pour des usages nécessitant de gros débits.

Pour un réseau local comme le Wi-Fi, l'utilisation des hautes fréquences est particulièrement appropriée. Cela offre des débits très élevés et la couverture limitée n'est généralement pas un problème — il existe sinon des moyens pour augmenter la portée de son réseau Wi-Fi.

En revanche, pour un réseau mobile, la faible couverture des hautes fréquences est plus problématique. Pour pallier le problème, les opérateurs utilisent souvent deux bandes de fréquences pour une technologie donnée comme la 4G (LTE) : une bande dans les fréquences basses (pour la qualité de couverture) et une bande dans les fréquences hautes (pour offrir du très haut débit).

Un choix de bande de fréquence 4G

En France, trois bandes de fréquences permettent d’émettre de la 4G : 800, 1800 et 2600 MHz.

L'attribution des fréquences 800 et 2600 a donné lieu à des enchères. Les fréquences 1800 sont issues du refarming (réutilisation) d'anciennes fréquences 2G, au nom de la neutralité technologique (lire : 4G LTE : l'Arcep autorise Bouygues Telecom à utiliser les fréquences 1 800 MHz). Les 800 MHz sont d'anciennes fréquences de la TV analogique (dividende numérique), ce sont donc des fréquences basses. Les 2600 se situent au niveau des fréquences utilisées pour le Wi-Fi, ce sont des fréquences hautes.

Réparition des attributions de bandes de fréquences entre affectataires. Source ANFR. Cliquer pour agrandir

Au début du déploiement, il n'est pas rare de favoriser une fréquence plutôt qu'une autre en raison de moyens financiers limités notamment. La stratégie des opérateurs est donc intéressante à étudier ; ils doivent choisir entre une excellente couverture et d’excellents débits (fréquences basses vs fréquences hautes). Un choix pas très évident, qui doit aussi prendre en compte les obligations de déploiement fixées par l'ARCEP.

Les fréquences en or, en 800 MHz

Comme nous venons de le voir, les fréquences basses sont souvent les plus demandées. Elles permettent de bien couvrir une étendue géographique, que ce soit des km2 de campagne ou des milliers de m2 d’immeubles urbains. Ces fréquences sont nécessaires pour couvrir tous les petits recoins de France. Aujourd’hui, la technologie qui utilise le plus les fréquences basses est, paradoxalement, la technologie que nous n’aimons pas « capter » de nos jours : l'EDGE. Donc, en attendant le déploiement de l’UMTS 900 qui tarde encore dans les villes, l'EDGE est la seule technologie disponible (presque) partout.

Mettre aux enchères 30 MHz de fréquences basses (bande 800 MHz) pour la 4G a donc nécessairement suscité beaucoup d’intérêt et de convoitise — ce qui a rapporté gros à l’État. Trois opérateurs ont obtenu ces précieuses fréquences : SFR, Orange et Bouygues Telecom (10 MHz chacun). Leur nature « couvrante » a rendu les obligations de couverture de la population particulièrement ambitieuses : 98% de la population en 2024 et 99,6% en 2027 ; ce qui ne sera pas une mince affaire. Les derniers pourcentages sont extrêmement durs à obtenir ; il suffit de voir le nombre d’antennes 2G dans les fréquences basses (plus de 18000 rien que pour Orange).

Obligations de déploiement prévues par les licences des opérateurs 4G dans les bandes 800 MHz et 2,6 GHz.

Ces 10MHz de bande permettent d’atteindre des débits de l’ordre de 80Mbits/s, soit deux fois mieux que la H+ Dual Carrier.

Les fréquences hautes, en 2600 MHz

Aux caractéristiques opposées, les autres fréquences sujettes aux enchères (2600 MHz) n’ont pas rapporté autant. Elles proposent pourtant des débits jusqu’à deux fois supérieurs selon les bandes obtenues par les opérateurs. Leur faible portée rend néanmoins le déploiement beaucoup plus lent et contraignant. Autre désavantage, elles traversent mal les murs et les obstacles, ce qui fait que ces fréquences ne garantiront pas une connexion stable en intérieur.

Les quatre opérateurs ont obtenu ces fréquences hautes. SFR et Bouygues Telecom ont chacun obtenu 15 MHz, ce qui leur permet de proposer des débits de l’ordre de 115 Mbits/s. Orange et Free Mobile sont les mieux lotis, ils possèdent 20 MHz chacun, ce qui permet d’atteindre 150 Mbits/s.

Les obligations de couverture sont logiquement moins ambitieuses, ne dépassant pas 75% en 2023.

Les anciennes fréquences 2G, en 1800 MHz

Pour finir, une troisième bande peut être utilisée pour la 4G, ce sont les bandes 1800 MHz actuellement utilisées pour la 2G. Ce refarming des fréquences était initialement prévu pour 2016 au nom de la neutralité technologique. Néanmoins, les opérateurs peuvent, sur demande, le mettre en place dès à présent suite à un avis favorable de l’ARCEP.

Répartition de la bande des 1800 MHz. Source ARCEP.

Pour le moment, seul Bouygues Telecom est en capacité de le faire dans la mesure où il est le seul à posséder des Hz disponibles dans cette bande. En effet, réallouer des fréquences pour la 4G suppose l'abandon de cesdites fréquences pour la 2G, chose qui n'est pas possible pour les deux premiers opérateurs français dont une grande partie des clients voix utilise encore ce réseau 2G.

Le déroulement du déploiement

Chacun des opérateurs se trouve donc en possession d'un portefeuille de fréquences. Hors refarming cela donne : 30 MHz pour Orange, 25 MHz pour SFR et Bouygues Telecom et enfin 20 MHz pour Free Mobile. Une fois le portefeuille en main, il faut déployer un nouveau réseau d'antennes (ou remplacer l'existant) afin d'émettre dans ces fréquences. C'est ce déploiement qui est au cœur de la stratégie des opérateurs.

Sur un marché à forts coûts fixes, les dépenses d'investissements influent intrinsèquement sur la rentabilité du marché ; les dépenses d'infrastructures doivent donc être réfléchies. Investir massivement dans un réseau 4G ne garantit pas le recrutement massif de clients et pourrait mettre à mal la rentabilité de l'opérateur. On a bien vu, d'ailleurs, que l'avance de Bouygues Telecom sur la couverture ne lui a pas permis de recruter davantage que les autres.

Déploiement de la 4G au 1er juillet 2014. Source ANFR.
Évolution du nombre de supports (un support peut comporter plusieurs antennes) autorisés pour la 4G par opérateur depuis novembre 2012.

Le choix des fréquences déployées est important dans la mesure où cela aura un impact sur la qualité du réseau, mais aussi et surtout sur son coût. Certaines fréquences demanderont moins d'efforts d'investissement, d'autres apporteront plus de souplesse. Pour comprendre cela, il faut savoir que le matériel utilisé aujourd’hui par les opérateurs est dit multistandard, ou convergent. Au niveau de chaque relais, l'infrastructure est décomposée en plusieurs parties indépendantes qu'il est possible de mettre à niveau au fur et à mesure.

Pour simplifier, il y a la partie qui gère les différents protocoles (GSM, UMTS, LTE), une partie amplification de fréquences qui gère le signal dans une fréquence en particulier, puis il y a l'antenne. Pour émettre en 4G LTE dans une fréquence donnée, il faut donc la carte LTE, un ampli dans la fréquence souhaitée ainsi qu'une antenne supportant ladite bande. Le gros avantage, alors, est de ne pas avoir à dupliquer certains matériels pour supporter plusieurs bandes de fréquences. Ce matériel convergent donne naissance à différentes mises en place de la 4G propres à chaque opérateur.

Graphique tiré de la première étude de l'ARCEP sur la 4G.

Catégorie : 

36 Commentaires

avatar Cafeaulait 20/07/2014 - 10:05via iGeneration pour iOS

J'adore cette pub, magnifique

avatar Nonome77 20/07/2014 - 10:23via iGeneration pour iOS

Article très intéressant.

avatar Aganim 20/07/2014 - 10:25

Bonjour, je tiens à apporter plusieurs précisions:

Pour ajouter la 4G il ne suffit pas d'ajouter une carte ou un ampli... TOUS les sites passés en 4G sont ré organisés. Les équipements passent en feederless (suppression des coaxiaux qui acheminent les signaux de la baie au antennes) Le feeder supprimés sont remplacés par une paire de fibre optique et un câble 48V qui alimente le module d'amplification/Traitement du signal qui est ajouté au plus prés des antennes. Cette suppression de feeder permet en général de doubler la puissance d'émission (ou de gagner 3db pour être exact.).

Donc pour tous les sites passés en 4G les procédures sont longues et nécessites forcement un accord du bailleurs puisque en plus du remplacement de l'antenne on ajoute un module prés des antennes.

Concernant la vitesse d'upgrade du réseau par SFR face à orange. Pour chaque site de la moitié nord de la France passé en 4G SFR remplace la baie 2g pour être 100% en Nokia, opération plus couteuse également que simplement ajouter la 4G puisque tout le cœur de réseau est également remplacé.

Concernant free: "dès le départ Free Mobile a installé des antennes compatibles 2600 MHz."
C'est faux! Les fabriquant d'antennes n'arrivant pas à livrer tous les opérateurs, free c'est rabattu sur des antennes non compatibles LTE pour pas mal de site afin de pouvoir tenir les engagements de couverture.

Votre dossier bien que complet occulte complètement le nerf de la guerre des operateurs, la face cachée de l’iceberg.
Bien que la technologie LTE permette d’atteindre des débits astronomiques il faut que la baie soit raccordée au réseau avec un débit lui aussi astronomique. Le passage à la LTE impose donc au 3 operateurs historiques de gros travaux d’upgrade du réseau de faisceau Hertzien ainsi que la création de point de raccordement fibre optique sur les sites éligibles.

avatar Vouzemoi 20/07/2014 - 10:29

me suis arrêté de lire à partir de là :"C’est en fait lors de l’arrivée de la 3G sur l’iPhone de deuxième génération que nous avons pris conscience du réel gain apporté et de la nécessité d’une telle technologie."

Je suppose que tout le reste de l'article est du même acabit. La 3G grace à l'iphone. Fallait oser

avatar iBoy84 20/07/2014 - 10:32via iGeneration pour iOS

@Vouzemoi :

Bah tu aurai du lire jusqu'à la fin car ils n'ont plus parlé de l'iPhone après

avatar negaca 20/07/2014 - 10:35via iGeneration pour iOS

@Vouzemoi :
Je dois dire qu'avant l'iPhone, la 3G sur mon sony ericsson w880i (excellent téléphone au passage), c'était vraiment pas sexy !
Lent, capricieux, pas beau. Ce n'était pas user-friendly, et surtout sur un petit écran c'était pas terrible.
J'imagine que ça devait être un peu mieux sur les PDA.

Donc oui, l'iPhone fut en 2007 la rupture technologique à l'origine de l'escalade technologique des réseaux.
D'ailleurs avant les opérateurs ronronnaient tranquillement en nous arnaquant notoirement (réseaux pas top pour des prix exorbitant).

avatar Link1993 21/07/2014 - 00:33via iGeneration pour iOS

@negaca :
Te confirme. Opera sur windows mobile marchait bien. Un peu lent par moment et navigation pas type top (fallait utiliser le stylet pour faire défiler les barre sur le coté, et pas de zoom rapide) mais sinon ça marchait très bien. De même pour les mails, très rapide ^^

avatar Stéphane Moussie 20/07/2014 - 10:42

@Vouzemoi : vous supposez mal. Et s'arrêter au deuxième paragraphe d'un article de plus de 25 000 signes, fallait oser.

avatar DarKOrange 20/07/2014 - 10:38via iGeneration pour iPad

"À propos de ces réseaux 2G et 3G existants, la 4G ne vient pas les remplacer, elle s'y ajoute."
Ce n'est pas tout à fait exact, exemple Bouygues qui a recyclé sa bande des 1800Mhz en 4G

avatar sebMacNewGen 20/07/2014 - 10:46via iGeneration pour iOS

C'est un bon article, très intéressant!
Merci!

avatar Darth Philou 20/07/2014 - 11:00via iGeneration pour iPad

Merci pour cet article instructif.
Merci @aganim pour les compléments.

@cafeaulait et @elll expliquez où est la pub : les 4 opérateurs sont cités sans discrimination et de façon factuelle.

@vouzemoi vous faisiez quoi en 3G avant l'arrivée de l'iPhone ? Au mieux du Wap et des MMS. Wahou, génial !

avatar Philactere 20/07/2014 - 11:11via iGeneration pour iOS

@Darth Philou :
Des mails probablement.
Mais il est vrais qu'à part ça le wap c'était plus qu'anecdotique tellement c'était inutilisable.

avatar Vanton 20/07/2014 - 14:09via iGeneration pour iOS

@Darth Philou :
Non mais attends l'article dit pas du bien de Free, ça va pas la tête nan ? :-)

avatar Darth Philou 20/07/2014 - 14:16via iGeneration pour iOS

@Vanton :
Et oui. Il y en a certains pour qui la vérité des faits est difficile à accepter. ;-)

Ceci dit, je pense qu'on sous estime chez Free la couverture wifi due aux freebox et peut-être aussi aux femtocells. Par exemple, j'ai un ami équipé chez Free mobile et je suis toujours surpris de voir qu'il est très souvent en wifi.

avatar Vanton 20/07/2014 - 14:42via iGeneration pour iOS

@Darth Philou :
Disons que ça ne compte pas aux yeux de l'arcep.

Mais c'est vrai qu'en zone urbaine il y a beaucoup de hotspot Free et qu'il est intéressant de pouvoir s'y connecter si la connexion data n'est pas bonne. Il faut savoir, d'ailleurs, que SFR avait testé le service bien avant son lancement par Free. Je ne sais pas où ça en est pour SFR aujourd'hui.

Après... Les hotspot Free ne donnaient pas des résultats excellents au début, bien au contraire ! Je ne sais pas ce qu'il en est aujourd'hui.

avatar Froozen 21/07/2014 - 13:56

@Vanton
Oui SFR s'était fait couper l'herbe sous les pieds par Free pour avoir lancé l'EAP Sim avant eux, mais je ne sais toujours pas si ils l'ont réellement lancé ou non...
Je te confirme que chez Free c'était assez erratique au début où ça a été lancé, maintenant je trouve que ça marche très bien. Même en voiture quand je conduis en ville le plus souvent mon iPhone est connecté en wifi free !

avatar nayals 20/07/2014 - 11:11via iGeneration pour iOS

"l’ensemble des usagers couverts par une cellule 3G Dual Carrier devront se partager un débit maximal de 42 Mbits/s"

Hein ? Vous voulez dire que sur une même antenne de ce type, seules 6 personnes peuvent atteindre simultanément un débit de 7 Mbit/s ? (42 / 7 = 6)

Étrange...

avatar auretjer 20/07/2014 - 11:32via iGeneration pour iOS

@nayals :
En fait c'est comme pour un réseau wifi, exemple bête mais quand plusieurs utilisateurs sont connectés a un même réseau, le débit est moins bon, la bande passante est partagée, mais pas d'une manière aussi réductrice que vous l'avez écrit,

avatar Bruno de Malaisie 20/07/2014 - 12:02via iGeneration pour iPad

@noooty

C'était pas le nez auquel je pensais.

avatar noooty 20/07/2014 - 14:04via iGeneration pour iOS

@Bruno de Malaisie :
Je sais, c'était juste pour ne pas le rabaisser... :))

avatar G-Star 20/07/2014 - 12:51via iGeneration pour iPad

@Aganim

Sais-tu combien de temps est-il nécessaire pour installer et mettre en route une antenne LTE ?

avatar Aganim 20/07/2014 - 13:53

Cela depend des travaux necessaires. Chez sfr il faut environ 2 jours de travaux pour un site une fois l'ingenieurie realisé.
Pour free certain sites sont upgradables en quelques heures. D'autres en plusieurs mois.
L'ajout de la 4g necessite tout un tas de prè requis qui allonge le temps de mise en oeuvre et allourdissent la factures. ( antennes existantes, arrivèes transsmission, cellules voisines, rè organisation du site, autorisation adminstrative ect...)

avatar steinway 20/07/2014 - 13:22via iGeneration pour iOS

Superbe article, merci

Je sais que je suis complètement hors sujet mais la 4G avec 10 ou 16 gigas de fair use c'est pas encore ça. (ils veulent pas nous faire lacher les box à la maison...) Quelqu'un aurait-il un semblant d'idée du coût réel moyen du giga de data pour un opérateur ? (en dehors du fait qu'on soit en 4G ou pas)

avatar Xav852 20/07/2014 - 17:29

Merci pour l'article!

@steinway
Bonne question, les 2go supplémentaires sont aux alentours de 5€ chez les 3.
Je suis d'accord que plus de data coute plus cher car le réseau est plus sollicité, mais ces 2go coutent ils vraiment 5€?

Quelques temps en arrière on aurait plutôt dit : "ces 2h d'appel supplémentaires coutent ils vraiment 5€?"
Finalement, on a vu que ça ne leur coutait rien puisqu'avec l'arrivée de Free, tout le monde à mis l'illimité dès 10€ ...

avatar Superboy58 20/07/2014 - 14:29

Dossier très interessant. Pour avoir switché régulièrement entre B&You, Sosh et Free au cours des 2 dernières années je dois dire que Sosh est bien supérieur au niveau des débits (3G ou 4G) en revanche Bouygues est meilleur sur la zone de couverture (même des villes plutôt petites sont couvertes en 4G).
Je suis par contre très déçu des débits 3G de Free. En 4G c'est un peu mieux. A voir avec le temps.

avatar Delta4 20/07/2014 - 16:12

"La demande de l'usager est simple : le plaisir et le confort de navigation doivent être les mêmes qu'à la maison"
C'est une plaisanterie ? A la maison, comme beaucoup, avec 1 ou 1,5 Mb/s ?
Savez-vous que pour une grande partie des abonnés adsl, on ne dépasse pas ce débit ?
alors le plaisir et le confort .... on ne connait pas

avatar Bigdidou 20/07/2014 - 17:54via iGeneration pour iPad

@Cafeaulait

Ben, c'est plutôt intéressant, comme synthèse.
Tu peux préciser pour la pub ? Je suis passé à côté, je voudrais pas la manquer bêtement.

avatar Stéphane Moussie 20/07/2014 - 21:53via iGeneration pour iOS

@Bigdidou : je pense qu'il parle de la pub de l'iPhone 3GS intégré à l'article.

avatar sveireman 20/07/2014 - 19:14via iGeneration pour iPad

Article très intéressant.

avatar Rom 1 20/07/2014 - 19:50via iGeneration pour iOS

Article intéressant. On peut ajouter que même si Bouygues Telecom a utilisé le refarming de fréquence, il a tout de même intégralement changé le matos là où la 4G est actuellement présente. Tout simplement parce que le réseau avait été construit par Nortel, équipementier qui n'existe plus. Aujourd'hui tout a été remplacé par du matériel multi-bandes 2G/3G/4G Ericsson pour une partie de la France et Huawei pour l'autre.

avatar Link1993 21/07/2014 - 00:35via iGeneration pour iOS

On oublie les pubs pour les appels Visio en 3g avec tous les portables qui arrivaient avec une camera frontale, et SFR qui nous faisait des pubs sur un voilier ! ;)

avatar Xav852 21/07/2014 - 01:55

SFR ce sont des pros de la pub.
Ils ont quand même fait une campagne de pub sur la 4G alors que le service n'était pas lancé et où les protagonistes étaient hors de France (New York je crois).

Quoique BTel n'est pas mieux avec son acteur qui utilise la 4G au milieu des montagnes.

Bon, Orange vantaient son site internet pour savoir qui avait la meilleure 4G. Bizarre, un site Orange, financé par Orange vantant les qualités du réseau Orange.

Finalement Free fait miroiter 20go de data 4G mais oublie de préciser qu'il faut d'abord réussir a capter une des rares antennes.

La pub, la pub ...

avatar Tribal 21/07/2014 - 03:30via iGeneration pour iOS

Merci pour cet article :)

avatar Dimitri64500 21/07/2014 - 03:32via iGeneration pour iOS

Merci pour cet article, espérons que l'iPhone 6 soit compatible 4g :)
D'ailleurs, il y aura une 4g ? (genre connecté à 3 bandes en même temps ? :p)

avatar Arthur95 21/07/2014 - 08:46via iGeneration pour iOS

Article très bien écrit qui résume bien la situation. Merci à vous pour ce travail !

avatar Insorior 21/07/2014 - 16:14

Très beau dossier, merci !

Attention cependant "plus la bande est large, c'est-a-dire plus les fréquences sont hautes, plus le débit est élevé", je ne suis pas tout à fait d'accord.

Quelques précisions techniques maintenant.

Pour ceux qui liront ce commentaire, la fréquence désigne le temps d'intervalle entre deux symboles successifs dans la transmission d'un signal. Donc en effet, si lorsque la fréquence est élevée, les symboles sont transmis plus rapidement. Cependant, la largeur de bande n'est pas impliquée pour une augmentation de débit. Le simple fait d'utiliser des fréquences élevées décuple la vitesse de transmission.

Pour ceux qui se demandent en quoi la fréquence influe la pénétration dans les bâtiments et la portée, pensez à une musique. La musique est un signal en fréquences. Les basses fréquences correspondent aux graves (la tonalité d'un téléphone est un signal de 440Hz) et les hautes fréquences les aigues ou ultrasons par exemple. Quand on est à l'extérieur d'une boite de nuit, qu'est-ce qu'on entend le plus ? Les graves n'est-ce pas ? Ce n'est qu'un exemple démontrant la robustesse des basses fréquences face aux perturbations extérieures (ici le bruit).

Pour ce qui est de la portée c'est un peu la même chose. Plus la fréquence est élevée, plus les symboles se succèdent vite et plus le temps qu'a le signal pour passer d'une valeur à l'autre est court. Du coup, on compense en atténuant l'écart entre deux valeurs. Du coup, les différents symboles étant de plus en plus proches les uns des autres et courts dans le temps, ce qui les rend plus sensible aux perturbations extérieures : bâtiments, interférences électro magnétiques.....

En espérant vous avoir aidé à y voir plus clair !

Connexion utilisateur