Android : le cas particulier de la Chine

Stéphane Moussie |

Dans un billet sur le site de Forbes, le consultant Benedict Evans livre une réflexion intéressante — même si pas inédite — sur l'explosion des ventes de smartphones Android en Chine et sur les conséquences de ce succès.

Lors du dernier trimestre, 40 à 50 millions de smartphones ont été vendus en Chine, soit deux fois plus qu'aux États-Unis. On comprend dès lors la place cruciale de ce marché. Le nombre de smartphones utilisés dans le pays est estimé à environ 180 millions d'unités au deuxième trimestre 2012. Les Nokia Series 60 étaient les plus utilisés jusqu'au début de l'année, avant de se faire dépasser par les terminaux Android qui connaissent une croissance impressionnante et dont on peut estimer qu'il circule environ 130 millions d'exemplaires maintenant. iOS de son côté croît toujours mais à un rythme nettement plus lent.

Dans le monde entier, ce sont 500 millions de smartphones Android qui ont été activés fin septembre (lire : Andy Rubin rappelle le succès d'Android). C'est donc en Chine que se trouve peu ou prou un quart de ce demi-milliard de terminaux.

La croissance soutenue d'Android sur le plus grand des marchés est-elle un carton plein pour Google ? Pas forcément. Bon nombre de ces smartphones qui se reposent sur Android n'embarquent en fait pas les services de Google, qui de facto ne touche aucun revenu. Ainsi, Baidu, marque très populaire en Chine qui s'arroge 75 % du marché de la recherche en ligne, développe son propre système d'exploitation mobile sur les bases d'Android en en retirant tout ce qui a trait à Google (lire : Baidu continue son incursion dans la téléphonie mobile). Une pratique aussi réalisée par Amazon avec ses Kindle Fire.


Smartphones équipés d'Aliyun

Pour les développeurs Android, la tâche est plus ardue pour s'adresser au marché chinois. Quand en occident Google Play permet de toucher une très large audience, le constat n'est pas le même dans l'Empire du milieu où il faut surtout composer avec des boutiques alternatives.

Mountain View a d'ailleurs conscience de cette situation qui ne lui est pas favorable. L'entreprise a récemment poussé Acer à ne pas commercialiser un smartphone sous Aliyun, un OS qui contient des composants d'Android mais qui vise à le concurrencer (lire : Google déclenche la guerre des Android). Les forks de l'OS de Google vont-ils finir par phagocyter le « vrai » Android ?


Tags
avatar Tyrael | 
Le projet Androïd à eu, dès l'annonce de l'iPhone, ce côté "mon dieu, comment faire pour que notre moteur de recherche et notre business modem soit présent aussi dans l'informatique mobile ?" Réponse un peu précipitée à l'iPhone pour adapter le très Blackberryesque Androïd beta en un OS tactile omniprésent en téléphonie. Que ça se soit fait sans trop de recul me paraît évident : et maintenant Google se retrouve à être l'initiateur d'une politique de la terre brûlée : plutôt me concurrencer moi-même que laisser le champs libre à Apple... On verra dans 3 ans quand Google affrontera baïdu sur son terrain si Apple était l'ennemi le plus dangereux...
avatar JonathanMds | 
Aaaaah les voila !! Bah le succès d'android est relatif alors! Ahahah !
avatar belcikowski | 
et oui la réalité à la sauce Google ...........
avatar powerjaja | 
Google a ouvert la boîte de Pandore avec cet Androïd faussement ouvert et faussement bon pour les consommateurs...
avatar Lou117 | 
Une grossière erreur s'est glissée dans l'article... Quand Google évoque les activations, ils ne comptent QUE les modèles Android officiels avec compte Google. Dès lors, soit il y a bien plus d'appareils android et dérivés que les 130 millions annoncés, soit ces 130 millions ne sont pas le quart des 500 millions d'android dans le monde. Dans les deux cas, Google est en difficulté en Chine, mais également il y a bien plus d'appareils android et compatibles que ceux comptés par Google.

CONNEXION UTILISATEUR