Google Home : un Assistant domestique intelligent, mais pas très finaud

Mickaël Bazoge |

Après avoir envahi nos poches, la prochaine bataille des géants des services en ligne, c’est le foyer. Amazon a frappé fort et juste il y a deux ans avec Echo, premier haut parleur connecté à intégrer un assistant virtuel dopé à l’intelligence artificielle (Alexa). Devant le succès inattendu de ce produit, d’autres constructeurs sont partis à l’assaut de ce marché.

The VergeCliquer pour agrandir

Avant qu’Apple ne s’y attaque (il parait qu’on planche sur le sujet du côté de Cupertino), c’est Google qui dégaine avec Home. Ce haut parleur intelligent, qui ressemble à un diffuseur de parfum, était entre les mains ou plutôt dans les maisons des habituels testeurs américains. Les tests sont maintenant publiés et la première conclusion rapide qui s’impose, c’est que ce produit est encore bien loin d’avoir atteint son plein potentiel.

Un assistant limité

Cnet livre une liste des choses que l’on peut demander à Home : ajouter des choses à une liste d’épicerie, connaitre ses rendez-vous, créer une alarme, mettre une alarme sur pause, créer un minuteur, connaitre la météo et les conditions de circulation, lire les infos, obtenir la réponse à une question, réaliser une opération mathématique, commander un Uber, et obtenir un petit journal du jour après une sélection de contenus dans l’application mobile.

WiredCliquer pour agrandir

La liste des choses qu’on ne peut pas faire montre qu’il reste encore beaucoup de travail à accomplir. Wired écrit ainsi qu’il est impossible de créer et d’envoyer un e-mail, de créer un rendez-vous, de lancer un coup de fil, de lancer une recherche de photos (pour les consulter sur son smartphone). Au contraire d’Alexa, l’assistant d’Amazon, Google ne bénéficie pas d’un large écosystème de partenaires qui intègrent Home — du moins, pas encore.

Autre point noir relevé par The Verge, Home est mono-utilisateur. Il pioche dans le compte Google d’un seul utilisateur alors que par nature — après tout, le haut parleur est posé au milieu du salon ou d’une pièce — il doit pouvoir servir à toute la famille. Quand quelqu’un ajoute une tâche, celle-ci est intégrée dans la liste des tâches de l’unique propriétaire de l’appareil.

Contrairement à sa publicité (ci-dessus), Home n’est pas vraiment calibré pour un usage familial, chacun ayant son propre Assistant… mais Google est encore loin du compte. Le moteur de recherche en a conscience et travaille sur ce sujet qui est plus délicat qu’il n’y parait.

Home répond aux questions d’actualité de toutes sortes, en conservant un minimum de contexte. Mais son absence d’écran est un handicap quand l’Assistant intégré au haut parleur n’a pas la réponse ; sur le Pixel, comme sur iOS, il peut afficher une liste de résultats provenant d’internet. Rien de ça avec Home, en toute logique. L’appareil se contente d’émettre un son de dépit.

CnetCliquer pour agrandir

Comme Siri, qui se décline dans des versions pour iOS, macOS et Apple TV, l’Assistant de Google n’est pas le même selon l’appareil avec lequel on s’en sert. Actuellement, il y a "trois" Assistant : un pour le Pixel, un pour la messagerie Allo, le dernier pour Home donc. Ce n’est pas vraiment un problème puisque l’usage d’Assistant est différent d’un produit à un autre. Mais celui de Home est moins bien intégré au sein des services de Google pour le moment.

Un hub pour la domotique et le multimédia

Home se montre en revanche tout à fait compétent pour la gestion des objets domotiques. Actuellement, quatre plateformes sont prises en charge : Hue, Nest, SmartThings et IFTTT. De quoi gérer déjà beaucoup d’appareils connectés, des ampoules aux thermostats, et IFTTT apporte une ouverture vers des produits plus exotiques. Mais Alexa fait mieux, là encore grâce à l’ouverture d’Amazon.

Avec le temps, on peut penser que Home sera aussi complet que son principal rival. À ce stade, on ne peut que tirer des plans sur la comète, mais l’hypothétique assistant domestique d’Apple se contentera-t-il de la seule compatibilité HomeKit ?

Ars TechnicaCliquer pour agrandir

Le produit de Google donne toute satisfaction au niveau du multimédia : il est d’une part fourni avec 6 mois d’abonnement à YouTube Red pour écouter de la musique sans publicité, et d’autre part le haut parleur sait piocher dans les catalogues de Google Play Music, Spotify et Pandora. De quoi voir venir, et on peut ajouter qu’il est possible de diffuser du son sur Home depuis un smartphone ou son ordinateur.

L’appareil sait aussi communiquer avec un Chromecast branché à un téléviseur : pour le moment, Home se limite à la diffusion de vidéos YouTube mais à l’avenir, nul doute que d’autres services viendront s’y greffer.

The VergeCliquer pour agrandir

Enfin, la question de la confidentialité des données est centrale car après tout, on parle de Google. Home ne s’active qu’après une requête spécifique (« Hey Google », ou « OK Google ») ou en appuyant sur un bouton. Les données recueillies par l’appareil sont stockées sur les serveurs du moteur de recherche et elles peuvent être consultées sur la page Mon activité. À partir de là, il est possible de supprimer des éléments et modifier des paramètres.

Home pas encore à la maison

L’Assistant de Home n’est pas génial, mais il le sera peut-être un jour, écrit The Verge en conclusion de son test. Les journalistes américains ressortent un peu circonspects des quelques jours qu’ils ont pu passer avec cet appareil qui, pour le moment, n’en fait pas beaucoup plus qu’Alexa (voire moins). Alors que Google en sait beaucoup plus sur ses utilisateurs qu’Amazon.

Mais ce n’est qu’une question de temps pour que les services s’accumulent. Et Google a démontré sa volonté d’améliorer son Assistant. On attend maintenant de savoir ce qu’Apple a dans ses tuyaux pour installer Siri au cœur de la maison. Home sera disponible aux États-Unis le 4 novembre au prix de 129 $.


avatar  | 

On tend quand même de plus en plus vers un monde à la Wall-E avec tous ces assistants. Et que je t'assiste pour conduire, et que je t'assiste pour fermer les volets, et que je t'assiste pour t'essayer les fesses.

avatar oMc | 

@

Pour t'essayer les fesses ? Intéressant...

avatar Ze_misanthrope (non vérifié) | 

J'adore cette analyse... On lui reproche de ne pas savoir envoyer d'emails et d'être mono utilisateur....
Comment voulez qu'un système multi coloré puisse envoyer des e-mails sur chacun des comptes.
Ou c'est juste le plaisir de faire une revue de presse de tous les défauts relevés par les soirées américains et les mettre en avant?

avatar iPop | 

@

Non non, "t'essayer" les fesses c'est bien cela.

avatar  | 

Essuyer* ?

avatar guigus31 | 

@

Haha! ?

avatar r e m y | 

Pour essayer nos fesses, on n'a pas besoin de Google! Apple s'en charge très bien!!!

avatar stemou75 | 

@r e m y
Oui et, en plus, certains en re-demandent !!

avatar 513 | 

Pour rappel le Chromecast a été lancé il y a quelques années avec comme seules applications compatibles Youtube, Netflix et Play Films.

Maintenant c'est 30 millions d'appareils vendus, la technologie Cast intégrée dans les TV, haut-parleurs, amplis de nombreuses marques et des milliers d'applis compatibles.

C'est la même approche ici avec Home, l'appareil est déjà solide et va s'améliorer avec le temps, intégrer des services et appareils, etc.

avatar Giloup92 | 

Bref, attendons la V2 !

avatar 513 | 

Ou pas, la Chromecast V1 a bénéficié de toutes ces améliorations, la V2 a surtout apporté le wifi 5Ghz. Point de vue logiciel, c'est identique.

avatar Lestat1886 | 

"lancer une recherche de photos (pour les consulter sur son smartphone)."

??? Mais il y a deja Assistant dans les Pixels ou Siri dans les iPhone etc. Ca ne sert à rien de demander ça à Home!?

avatar NymphadoraTonks | 

Avec la puissance de Google tant financière que créative et intellectuelle, ils vont finir par aboutir à un assistant complet.
Personnellement, je ne suis pas une fan de tout cet assistanat.
Deja que la domotique m'ennuie et que j'aime trop le charme cosy, mais ce genre d'assistant est de trop pour moi.

avatar thehollylol | 

En tout cas, Google tente des choses et ils méritent d'être salués. Parce que du côté de la Pomme, ça roupille sévère à utiliser 500 personnes sur le développement de nouveaux emojis dont on se cogne. Grrr ! Je reste sen.

avatar thehollylol | 

*zen

avatar protos | 

J'espère qu'il sera rapidement disponible en France. J'ai hâte de pouvoir commander mes ampoules Philips Hue par la voix.

Aussi pouvoir demander l'état du traffic avant de partir au travail le matin ainsi que la météo pour la journée .

Et plein d'autres choses intéressantes.

Demandez donc à Siri "Qui est le président des Etats Unis ?"
Ce nul d'assistant de chez Apple ne sait même pas qui est le président des Etats Unis. Google Now lui sait répondre à cette simple question...

No comment !

avatar pat3 | 

@protos

"J'espère qu'il sera rapidement disponible en France. J'ai hâte de pouvoir commander mes ampoules Philips Hue par la voix."

Et d'avoir de la pub d'ampoules dans tes requêtes Google pendant une semaine. Le seul fait de savoir que c'est le master spy of the universe qui pilote cet engin me fait l'avoir en exécration.

"Aussi pouvoir demander l'état du traffic avant de partir au travail le matin ainsi que la météo pour la journée .
"

Ton iPhone te donne déjà ces réponses sans même que tu le lui demandes, il te suffit de lever l'écran vers tes yeux.

C'est bien de vouloir un nouveau truc quand on n'utilise déjà pas les fonctionnalités de l'ancien…

CONNEXION UTILISATEUR