BlackBerry signe un retour aux sources avec le Z3 et le Q20

Stéphane Moussie |

BlackBerry, qui voit s'envoler ses parts de marché et d'importants contrats depuis plusieurs années, est toujours debout. Le constructeur canadien a fait acte de présence au MWC en annonçant deux nouveaux terminaux.

Le BlackBerry Z3 est un smartphone entièrement tactile qui cible exclusivement l'Indonésie, l'un des derniers marchés où la marque est encore forte. Ce sera un appareil BlackBerry 10 d'entrée de gamme vendu sous les 200 $. Encore récemment, le fabricant a sorti un smartphone équipé BlackBerry 7 car son nouveau système était trop exigeant techniquement pour tourner sur un appareil bon marché. Le Z3 marquera peut-être la fin des terminaux BB7.

L'autre nouveauté, c'est le BlackBerry Q20 qui profitera a priori d'un rayonnement plus large, mais seulement au second semestre. Il n'y a pas encore d'images de ce modèle, mais le constructeur promet un retour aux sources avec un clavier physique complet ainsi qu'un bon vieux trackpad « pour permettre une navigation rapide et efficace à une main ». Le Q20 aura aussi un écran tactile de 3,5".

Foxconn, qui fabrique ces deux smartphones, a apporté son soutien à BlackBerry en déclarant qu'il avait « 100 % confiance » en lui. John Chen, le PDG par intérim à la suite du départ de Thorsten Heins, a insisté sur le recadrage de l'entreprise sur les clients professionnels. Il a expliqué que 30 % des entreprises n'avaient pas encore cédé à la mode du BYOD (les employés utilisent leur appareil personnel pour le travail) et imposaient à leurs employés quel matériel utiliser. « Nous voulons nous concentrer sur ces 30 %... mais nous ne voulons pas perdre le reste du marché », a-t-il déclaré.


avatar Tyrael | 
Ouais et sur les 30% d'entreprises qui n'ont pas cédé aux sirènes du BYOD, combien imposent justement des appareils autres que Blackberry à leurs employés ? Non seulement Apple a une sacré longueur d'avance sur Android sur les déploiements à grande échelle de mobiles et d'apps exclusives à des grands comptes mais quasiment tout ce qui faisait l'intérêt de Blackberry a disparu pour se retrouver chez ses concurrents : fiabilité du matériel, sécurité des communications, pérennité de la marque et de ses solutions. D'un point de vue et technique et corporate, il n'y a juste plus aucune raison d'investir dans du Blackberry, sauf marchés de niche (combinés sans camera) et investir dans du iOS permet en outre de mettre en œuvre très facilement des flottes mixtes de smartphones et de tablettes, gérées avec les mêmes outils. À ma connaissance, aucune industrie n'irait s'emmerder avec une Playbook… et, a fortiori, mixer de l'iPad avec du Blackberry…

CONNEXION UTILISATEUR