Échec et Glass, la fin de l'euphorie pour Google

Arnaud |

Tout part d'un simple oubli. Sergey Brin, cofondateur de Google, arrive sur le tapis rouge d'une énième soirée de la Silicon Valley, visage nu de toute Google Glass. "Je les ai laissées dans ma voiture" a-t-il simplement déclaré. Une situation loin d'être anodine puisqu'il est difficile de se souvenir la dernière fois que l'on a aperçu le cofondateur de Google sans ses lunettes connectées.

Sergey Brin au second "Annual Breakthrough Prize Awards" dans les bâtiments de la NASA à Mountain View, en Californie.

Cet oubli est lourd de sens, à une période où les Google Glass commencent à perdre de leur superbe. Entre une sortie de masse qui ne cesse d'être repoussée et des développeurs qui se détournent peu à peu des Glass pour se diriger vers d'autres plateformes comme l'Oculus Rift ou les montres connectées; l'avenir des lunettes de Google semble être incertain. Bien loin de l'euphorique lancement du programme explorateur, destiné à fournir des prototypes à quelques testeurs et développeurs, contre monnaie sonnante et trébuchante.

Le site Reuters a interrogé seize développeurs lancés sur des projets liés aux Glass et, sur ces seize, neuf ont arrêté ou abandonné leurs travaux. "S'il y avait 200 millions de Google Glass vendues, on aurait une perspective différente, mais pour l'instant, il n'y a simplement pas de marché", assène le PDG du studio de développement Little Guy Games. Il a mis en suspens le développement d'un jeu pour ces lunettes, laissant entrevoir une perte d'intérêt des développeurs pour la plateforme.

Cependant, les Glass continuent leur bonhomme de chemin dans quelques domaines. Par exemple aux États-Unis, dix-neuf hôpitaux utilisent les lunettes intelligentes lors d'opérations médicales et dans l'assistance aux patients, et Google espère bien faire passer ce chiffre à la centaine d'ici l'année prochaine. De grandes entreprises comme Boeing, Taco-Bell (une chaîne de fastfood américaine), ou même la SNCF sont en train de tester les Google Glass pour différentes applications.

Les premiers tests de Google Glass à la SNCF

Mais ces pistes d'utilisation sont à mille lieues des premières démonstrations de Google, qui voyait ses lunettes comme l'assistant personnel ultime. L'utilisation en entreprise pourrait offrir une bonne sortie de secours aux Glass, qui passeraient alors à côté de leur usage originel.

Google semble avouer un échec à demi mot. Après avoir supprimé le site web destiné aux développeurs d'applications Glass (sous prétexte de favoriser une communication plus directe), beaucoup se plaignent d'un manque de communication commerciale. Le temps des défilés de mode et des pages spéciales dans Vogue semble bien lointain.

Dans les équipes internes, l'ambiance ne semble pas être différente. Toujours selon Reuters, l'équipe qui conçoit les Glass aurait vu les principaux ingénieurs partir, au profit d'autres projets. Twitter a également claqué la porte, en supprimant purement et simplement son application des lunettes. Le manque de communication générale de Google autour de ses Glass — complètement absentes des annonces lors de la Google I/O de juin — donne l'impression aux développeurs, et même au grand public, que l'on ne sort pas du carcan de l'expérimentation à grande échelle.

Les Google Glass à l'honneur d'un défilé de mode en 2013

Ce manque d'intérêt pour le projet Glass peut aussi se vérifier très simplement sur les sites de revente. Il n'est en effet pas rare de croiser des paires de lunettes signées Google pour moins de la moitié du prix initial de 1500$. Les grandes entreprises misant sur les Glass bénéficieraient également d'importantes réductions sur le prix d'achat, de l'ordre de 50%. Si le prix de revente de ces lunettes peut paraître insignifiant, il est assez révélateur d'un manque d'intérêt du grand public pour l'objet, ou même du manque d'intérêt de nouveaux développeurs potentiels.

Si les Glass n'engagent pas énormément de perspectives positives pour l'avenir, qu'en est-il du reste du wearable computing ? Quelques mois après la sortie des premières montres sous Android Wear, on voit que ce genre de produits reste encore très anecdotique et flanqué d'une image très 'nerdy' qui les tient à l'écart du client lambda. Samsung s'est lancé il y a maintenant plus d'un an sur le marché des montres connectées, en sortant de nouvelles à tour de bras mais le produit n'a jamais vraiment décollé.

La toute première montre sous Android Wear commercialisée, la LG G Watch.

L'Apple Watch sera un bon indicateur du potentiel effectif de ce marché. Car si tout le monde la regarde avec intérêt aujourd'hui, personne ne sait vraiment si la montre d'Apple sera un réel succès. On peut compter sur la force de frappe d'Apple qui fera remonter le marché, quoi qu'il arrive. Mais de là à le transformer en profondeur, lui donner un réel intérêt commercial comme Apple l'a fait pour le marché des smartphones… pour tout cela, l'avenir est encore assez brumeux.

Si l'on regarde dans la branche du wearable qui se porte sur le visage, on peut aussi trouver l'Oculus Rift, ce casque de réalité virtuelle acheté par Facebook qui fait encore office d'attraction de foire plutôt que d'un véritable produit viable. Il a beau avoir été mis entre les mains de 100 000 développeurs, Mark Zuckerberg lui-même n'y voit un avenir que dans 10 à 15 ans et sous réserve d'en avoir vendu entre 50 et 100 millions d'unités.

L'Oculus Rift

Pour le moment, on voit que les entreprises informatiques veulent à tout prix lancer de nouveaux marchés, alors que le grand public ne répond pas présent, ou très rarement. Seul un public d'initiés semble être enthousiaste pendant les premiers temps, pour ensuite reléguer ces nouveautés au second plan. À l'heure où les smartphones règnent en maître sur l'industrie technologique, la question du succès du wearable se pose réellement.

On se souvient tous du Newton d'Apple. Le produit en lui-même était plus que prometteur, et en avance de plusieurs années sur le reste du marché. Et pourtant, il aura fallu attendre quelques années avant de le voir prendre son envol, et même dans ses beaux jours, il ne s'est jamais vraiment imposé comme un succès de son époque. Est-ce que les Google Glass sont victimes du même syndrome ? Et même le wearable en général ? Il est impossible de prédire le futur aujourd'hui, mais la nécessité d'un game changer comme pourrait l'être l'Apple Watch pourrait réellement donner son souffle à ce marché dans lequel les entreprises investissent tant.


avatar nono68200 | 

Le marché actuel à mon avis, se trouve plus dans les montres connectées, que dans les lunettes connectées. Les lunettes connectées, je ne dirais pas que c'est un échec total, mais c'est beaucoup trop tôt à mon avis pour en voir un quelconque intérêt. On a déjà du mal à voir l’intérêt d'une montre connectée, qui se démocratise et se vend beaucoup plus...

avatar jackhal | 

Personnellement je ne crois pas du tout à Glass pour les particuliers.
Par contre en entreprise, pour faire des inventaires par exemple, ça me semble très intéressant. En fait, pour toutes les tâches dont la partie informatique est basique (confirmer, donner un nombre, obtenir quelques infos...) et où l'usage des deux mains est requis ou plus pratique.
Et c'est là où les montres connectées sont franchement nulles : recouvertes par une manche, nécessitant les deux mains (une pour présenter le poignet et l'autre pour l'utiliser). Exception faite des tâches où tout peut être fait par commandes vocales, bien sûr, où le coté "wearable" simplifie la vie.

En clair il y a sûrement des domaines où Glass se révèlera redoutable d'efficacité. Mais ça sera sur d'autres marchés que les montres.

avatar joneskind | 

@jackhal :

Si la partie informatique est basique une IA aura vite fait de remplacer l'homme. D'ailleurs, pas besoin de lunettes pour faire un inventaire (cf les entrepôts automatisés d'Amazon).

Je crois plutôt que les Glass seront utiles là où la dextérité de l'Homme est irremplaçable, pour accompagner le geste.

avatar YAZombie | 

"Le marché actuel à mon avis, se trouve plus dans les montres connectées"
Ça depend ce qu'on appelle "marché". Tel qu'elles sont conçues aujourd'hui, quel est l'intérêt des montres connectées au vu de l'équipement écrasant en smartphones dans les pays développés (les wearables sont des équipements de pays riches)? Aucun. Parce que les technologies qui pourraient en faire un véritable outil de suivi proactifs de la santé, par exemple, n'existent pas. Et ce n'est pas pour rien qu'elles n'existent pas: on ne sait pas ce qui définit un être humain en bonne santé (voir le projet Google à cet égard, j'ai oublié le nom).
On verra après la sortie de l'iWatch, mais pour moi le jugement est tombé (et il ne fallait pas être grand clerc pour le voir venir, depuis des mois): les montres connectées de la vague actuelle ne seront pas autre chose qu'une petite curiosité… qui pourrait bien en revanche faire remonter le marché de la montre à part entière. Face au côté gimmick inutile de ces appareils je ne serais pas étonné qu'on voit "les gens" s'intéresser à ce qui fait qu'une montre est sympa: le style, les matériaux, voire la beauté du geste technique - même si malheureusement Patek est devenu une marque vulgaire ;)

avatar John Maynard Keynes | 

@YAZombie

mais pour moi le jugement est tombé (et il ne fallait pas être grand clerc pour le voir venir, depuis des mois): les montres connectées de la vague actuelle ne seront pas autre chose qu'une petite curiosité…

Tiens madame Irma :-)

Toujours sidéré qu'on puisse balancer de tels jugements avec autant de morgue et d'aplomb !!!

avatar DarkSide | 

1000 millions d'unités ? Je pense plutôt 100 millions d'unités, non ?

avatar Arnaud | 
C'est corrigé !
avatar falemaster | 

Et pourtant les Google Glass étaient en une du figaro magazine du week end dernier spécial cadeaux luxe et high tech...

avatar yoyo3d | 

Mais quelle horreur que ce concept de Google Glass. Quel inconscient a envie de vivre dans une société où les citoyens portent sur eux un objet permettant de fliquer tout le monde, ou à tout moment on peut être surveillé, enregistré et pris en photo par n importe qui sans en avoir conscience. Je suis parfois terrifié par les projets de Google et leur absence totale de respect de la vie privée des gens.

Quand à l Apple Watch je prédis un succès d estime loin du succès des 1ers iphones. Qui a envie de porter une montre épaisse que l on doit recharger tous les jours??? Déjà que c est pénible de recharger tous les jours son smartphone.

avatar Frodon | 

Je suis assez d'accord avec toi pour l'Apple Watch, et les smartwatchs en général. Tant qu'elles n'auront pas une autonomie plus importante, je dirais au moins 1 semaine (et idéalement au moins 1 mois), elles auront qu'un succès d'estime à mon avis.

Par contre sur l'épaisseur, je ne te rejoins pas, elle n'est pas tellement plus épaisse qu'une montre pour homme classique.
En effet, elle fait très exactement 11,5mm d'epaisseur, contre par exemple 14mm pour un Festina F16628 ou encore 16mm pour une TAG Heuer Carrera Cal16 Chronograph 41.

Donc l'AppleWatch n'est pas plus épaisse que n'importe quel autre montre pour homme.

avatar bugman | 

@Frodon : Pour l’épaisseur (que je ne trouve pas non plus excessive), je ne pense pas qu'elle l'est par choix ou mimétisme. Il y a de grande chance que dans quelques années, si la technologie le permet, Apple affinera sa watch comme elle aime le faire pour le reste de ses produits.

avatar nono68200 | 

En effet pour l'épaisseur, cependant, comme des montres classiques existent avec cette épaisseur, on ne peut pas vraiment dire non plus que c'est un défaut de l'Apple Watch... Ils peuvent même mettre ca sur le tas du style...

avatar Frodon | 

D'autant que les smartwatch concurrentes ne sont pas particulièrement moins épaisses. La moto 360 fait 10,6mm d'épaisseur, et la LG Watch R elle fait 11,9mm.

avatar Ipader | 

@yoyo3d :
Bien d'accord avec toi.
Les Google glass sont à l'image de l'entreprise: intrusives sans respect de la vie privée.

Pour l'Apple Watch tant qu'elle ne tiendra pas au moins 3 jours, ça sera un bide.

C'est la 1er fois qu'apple annonce un produit nouveau autant à l'avant.
C'est dire qu'ils ne sont pas sûr du succès.
En attendant ils brodent en disant c'est plus compliqué que l'iPhone etc... Pipo.

avatar nono68200 | 

Oui enfin bon, l'iPhone 1 a été annoncé 6 mois avant, l'iPad 1 aussi 6 mois avant, donc bon, en conclure que l'Apple Watch n'aura pas son succès juste avec cette raison, c'est faux.
Mais d'accord par contre sur l'autonomie, ce sera un bide au niveau utilisateur quotidien, les geeks eux la prendront, ce qui heureusement, assurera l'amélioration et le maintien du développement du produit, pour que l'utilisateur standard puisse en profiter plus tard.

avatar izoong | 

Vous êtes tous bien gentil... Quelqu'un pourrait-il me sortir un article qui ne soit pas une rumeur et donnant avec exactitude l'autonomie de la watch ?

avatar XiliX | 

@izoong

L'autonomie exacte ? effectivement on ne la connait pas, mais on sait qu'il faut la recharger tous les jours avec une utilisation "basique" de la montre. Dixit Tim Cook himself

avatar izoong | 

D'accord, en fait ce n'est pas ce qu'à dit Tim Cook mais souvent les articles vont à l'essentiel des propos sans prendre en compte les nuances. Ce qu'à dit Tim Cook :

"you're going to wind up charging it every day. Because you're going to use it so much,”

Ce qui peut se traduire par "Vous allez tans l'utiliser que vous serez amené à la charger chaque jour" Ce qui est finalement très différent de dire que la watch a une autonomie de 1 jour. En fait suivant les usages la watch aura une autonomie différente. Je comprends donc ça comme l'autonomie minimum de la watch sera d'un jour mais ce n'est pas l'autonomie moyenne.
Dixit Tim Cook himself.

avatar nono68200 | 

Ah oui ca change tout en effet. Ca veut dire 1journée en utilisation intensive, contrairement au basique.

avatar Ipader | 

@nono68200 :
Ne pas confondre rumeurs et annonce officielles d'Apple comme pour l'Apple Watch ;)
Même si pour l'iPhone et l'iPad leur commercialisation a été différée de l'annonce, on avait une idée plu
precise sur les spec que pour l'Apple Watch.

avatar Frodon | 

Google fait un peu les mêmes erreurs que l'Apple d'avant 1997, il se lance dans de nombreux projets sans trop réfléchir, et fait le tri à posteriori.

Mais à la différence de l'ancien Apple, ils ont les moyens de se lancer dans de nombreux projet et d'en abandonner un certain nombre après grâce aux revenus publicitaires (qui reste la très très large majorité de leur chiffre d'affaire). Même si au final c'est quand même du gaspillage de temps et d'argent.

Cela a cependant un inconvénient potentiel sur le long terme qui serait de donner une image d'entreprise qui sait pas trop où elle veut aller, et peut s'avérer très dangereux si un jour un concurrent sérieux débarque sur leur coeur de métier (moteur de recherche et régie publicitaire) et arrive à rafler une partie significative du marché.

avatar Narugi17 | 

Il est encore trop tôt pour ce marché. Comme dit Mark Zuckerberg ce secteur se développera mais dans une prochaine décennie.
Ce que, produit Google, n'est pas perdu loin de là. Il faudra ressortir ses travaux en modernisant le projet originel.

avatar ddrmysti | 

Cet échec n'est pas vraiment étonnant. Au moment de l'annonce, c'était intéressant car inédit, on imaginait plein d'usage, mais dans la pratique, on s'est vite rendu compte que ce n'était ni très ergonomique, ni très agréable à utilisé, et même très limité.

Pareil pour les montres, c'est pratique, ça apporte du confort d'utilisation, mais au delà de leur taille et de leur autonomie plus que réduite, je ne pense pas que beaucoup de monde soit prêt à mettre 500€ (pour le modèle d'apple watch en acier) pour un gadget juste pratique.

Du coup ça fait fantasmer pas mal de personnes, même des non geek, car ça nous donne l'impression d'être transporté dans la SF des années 80/90, le retour à la réalité est bien plus dur.

avatar izoong | 

Je ne suis pas d'accord avec toi. La watch va bien au delà du simple gadget électronique.

avatar Vetsa | 

Concernant les Google Glass on peut dire que pour le grand public c'est un échec dans la mesure où certaines enseignes l'ont boycottés dés sa gestation comment voulez-vous ensuite que le produit perce.

Même si pour le moment je ne crois pas que tout le monde soit d'accord pour se faire épier constamment. Y'a déjà des caméras dans les différentes agglomérations pour cela!!

Tout en sachant que c'est Google qui les commercialise, forcément que les données collectées seront utilisées à bonne escient.

Par contre pour d'autres domaines comme le médical je pense que ces lunettes pourront avoir une grande utilité comme exposée dans l'article.

avatar Yyyes | 

Ce qui m'étonne le plus est le nombre de personne sur ce forum qui disaient penser que ce truc avait une chance d'être produit (et porté) en masse et refusaient d'y voir un nième projet d'innovationwashing de la part de Google.
De là à dire que le geek a une tendance autistique...

avatar Antiphon | 

Je suis tout à fait favorable à l'usage des Google Glasses en situation professionnelle. Comme le dit l'article : dans le milieu hospitalier, pour des agents de la SNCF, etc. Par contre, s'affubler d'un tel appareil au quotidien, non merci ! Déjà, esthétiquement, je trouve ça horrible. En plus, je n'ai aucune envie que Big Brother made in Mountain View m'impose des messages publicitaires contextuels au quotidien ! Je dois garder mon autonomie et la maîtrise de la technologie. Déjà que Cupertino n'est pas toujours irréprochable dans ce domaine…

avatar Mme Michu | 

Antiphon "Je suis tout à fait favorable à l'usage des Google Glasses ... pour des agents de la SNCF"

Je suis tout à fait opposé à ce que des agents d'une entreprise privée utilisent des Google Glass sans l'autorisation de chacun des usagers. Pour ce qui est des agents du service public, je sera plus difficile de s'y opposer :-(

avatar trolloloI | 

Mme Michu
"Je suis tout à fait opposé à ce que des agents d'une entreprise privée utilisent des Google Glass sans l'autorisation de chacun des usagers."

Pourtant leurs caméras te filmes sans que tu leur est donné la moindre autorisation... L'avantage c'est que tu peux dire à l'humain de regarder de l'autre côté eu lieu de te fixer, contrairement à la caméra en hauteur.

avatar marcpafr | 

Pourquoi parler d'échec ? Qui vous a dit que Google voulait absolument commercialiser ces Glass.
Google n'est pas un fabricant de matériel, son business c'est le service rien d'autre, la quasi-totalité de ses revenus proviennent de sa plate-forme publicitaire : Google AdWords.

Google se veut un laboratoire :
Google X, comme tout laboratoire il teste et invente des nouveaux systèmes : voitures sans chauffeur, accès à internet avec des ballons, Google Glass, robots ...

Google Y, réfléchit sur des idées futuristes, aéroport plus efficace, nouveau modèle de ville, sécurité biométrique et géolocalisation au centimètre près...

avatar nono68200 | 

Et bien ils ont quand même vendu une version bêta à n'importe qui la demandait... Donc ils avaient quand même un but de commercialisation au fond, non ? Surtout qu'ils ont chercher à les faire autoriser dans les cinémas, voitures, etc il me semble, donc juste pour des idées, c'est du temps perdu inutilement, non ?

avatar marcpafr | 

Non, ça permet de réduire les couts de développement et la recherche n'est jamais du temps de perdu.

Goggle n'a rien demandé, ce sont les cinémas et les administrations qui on été frileuses jusqu'a en interdire l'utilisation dans certains cas.

Croyez-vous que Goggle va fabriquer des voitures ?
C'est de la recherche et elle sera utile un jour ou l'autre dans des domaines différents de l'idée originale.

avatar izoong | 

Google avait pour réelle ambition de faire un produit de rupture qui créerait un nouveau marché. Google a tenté d'imposer un nouvel usage basé sur un modèle économique qu'on connait bien, le captage d'info et le profilage de ses utilisateurs au très grand détriment de leur vie privée. Mais bizarrement le public dans sa grande majorité semble avoir une opinion négative sur le concept même des réactions parfois très épidermique à son encontre sur les usages et dérives possible du produit à une grande échelle; ce qui est un précédent unique dans l'industrie si je ne me trompe. C'est là l'échec de Google.
Contrairement à d'autres produits qui ne rencontre parfois que de l'indifférence que mérites des gadgets sans usages réelles, ces lunettes ont générées tout un courant de Anti dans la communauté geek même à propos d'usages bien concrets. Pas étonnant Dans ces conditions que Google jète l'éponge.

avatar marcpafr | 

Je répète : Google n'est pas un fabricant de matériel, son business c'est le service rien d'autre, la quasi-totalité de ses revenus proviennent de sa plate-forme publicitaire : Google AdWords...

Mais peut-être faites vous membre du "Board" de Google et connaissez ses projets...
Vous feriez un tant soit peu de recherches vous connaitriez la signification de "Projets X" utilisé dans toutes entreprises. Donc Projet : Une ébauche, une idée, une suggestion .. et le "X" pour "on invente le futur"...

avatar izoong | 

Merci j'ai bien ris de cette petite leçon bien condescendante.
Et non Google ne fait pas que du service. Les services de google sont regroupés sous une marque et ses produits sous d'autres.
Il n'en reste pas moins que ce que j'écris au dessus reste valable.

avatar marcpafr | 

Ohhh, mais arrêtez, je ne suis pas condescendant...

Google AdWords : 90% des revenus de Google proviennent de la publicité en ligne
Google X Lab : innovations de rupture, dont les Glass (notez le "Lab")
Google Y Lab : idées encore plus futuristes

Donc le business model de Google est bien le service...

avatar izoong | 

donc Motorola, Nest, Boston Dynamics, etc... c'est pas du google... Ok. merci.
Les revenus sont une chose mais on ne réduit pas l'activité d'un groupe tel que google à ça. C'est ridicule.
Sinon est-ce que tu peux faire un commentaire sur le fait que 90% des projets de recherche de Google porte sur du Hardware ?

avatar Bardyl | 

Inutilement ? Non, certainement pas. En deux ans, ils ont largement eu le temps de tester le marché et de vraiment faire parler du produit. Parce que mine de rien, qu'il plaise ou qu'il ne plaise pas, tout le monde en a parlé.

Ce que je trouve assez drôle au final, c'est que tout le monde à un avis dessus sans avoir testé le produit, qui disons le, est quand même plutôt chouette (avis personnel pour l'avoir utilisé). Beaucoup d'avantages pour peu d’inconvénients au final. Ce qui fait peur, ce sont les applications que l'on peut en faire.

En tout cas, c'est certainement pas un « échec » à proprement parler de la part de Google que d'avoir lancé ce programme. Et plutôt que de tergiverser sur le pourquoi du comment, on a rien d'officiel qui nous confirme que les Google Glass on été abandonnées. Wait and see si j'ose dire.

avatar Arnaud | 
En tout cas, l'auteur de l'article a testé les Google Glass. (et pas juste 10 minutes dans un couloir)
avatar Bardyl | 

Aucun doute là-dessus, je ne remettais pas en question l'article, ni son auteur :).

avatar nono68200 | 

A l'heure où tout le monde a peur de la vie privée, en effet, c'est un gros inconvénient que de laisser libre champs à ce genre de gadget... Après personnellement, je n'ai pas vraiment changé mes habitudes. Nous savions très bien que nous étions observé avant, et nous le sommes pas plus maintenant, c'est un peu gros de faire croire qu'avant, on croyait que le monde était rose je trouve... Attention, je ne dis pas que ce qui a été fait et est fait est bien, mais dire qu'on ne le sait pas, j'y crois moins.
Et en effet, seul l'avenir nous dira si ces lunettes seront un succès ou non. ;)

avatar izoong | 

Ce n'est pas "drôle" d'avoir un avis sur un concept de produit sans l'avoir testé, c'est juste avoir conscience du potentiel. Et ce potentiel ne fait pas "peur" mais on peut être fondamentalement contre. On peut tester ça et trouver ça "chouette" tout en se disant qu'on ne souhaite pas voir ce genre de trucs proliférer tu comprends ?

avatar FreeDa | 

Je ne comprends pas pourquoi c'est aussi long pour développer les Occulus... Après tout ce ne sont que deux écrans et quelques capteurs...

avatar Alberto8 | 

J'aurais parié la dessus ( que ces lunette ne marcherai pas) car pourquoi celui qui n'a pas de lunettes voudrais en avoir ? Encore une fois Google fait beaucoup trop de chose pour rien .

Apple a compris qu'il vaut mieux se concentrer sur une chose à la fois et le faire bien même si ça prend plusieurs années dans l'ombre et que personnes ne sais se que sais que de sortir des projets à tous vas .

avatar marcpafr | 

Ahhh oui alors, comme : Newton, Copland, Pippin, Lisa, Apple III, Antenagate, iPod Shuffle, iPod Hifi, PowerMac G4...

avatar izoong | 

Merci le trollage sans argumentation. L'antenagate est-ce là un produit ? L'ipod shuffle est il un échec commercial ? Le PowerMac G4 également ? Une grande ligne de n'importe quoi.

avatar marcpafr | 

Il était mentionné : "Apple a compris qu'il vaut mieux se concentrer sur une chose à la fois et le faire bien même si ça prend plusieurs années..."

Donc oui l'Entenagate fut un raté technologique.
Et bien sur que oui, tout le monde le sais, que le PowerMac G4 " Cube " fut un échec commercial à cause de son prix et le Shuffle, il sera remplacé dès l'année suivante... Donc oui, même si ça vous ennuie.

avatar izoong | 

Entenagate si raté technologique il y a, il n'a pourtant pas empêcher de faire de l'iphone 4 un succès planétaire et d'en vendre des millions jusque l'an passé sans pour autant que les gens ne s'en plaignent. Une polémique de geek finalement, rien de plus.
Le commentaire du dessus ne mentionne pas le cube. Tu arranges ton propos. Toutefois le power mac G4 Cube ne fut un échec que par son positionnement tarifaire. Ce fut à coté de cela une excellente machine, j'en suis témoin j'en ai une un qui est toujours fonctionnel. Le Shuffle ne fut pas "remplacé" l'année suivante à cause de problème de design. Par contre il y eu l'année suivante une nouvelle ligne globale pour tous les ipods. Je t'accorde que cette première génération ai été touché de défauts. Les choses ne sont ja,mais toutes blanches ou toute noires.
Amalgamer ce qui ressemble à tans d'echec dresse facilement un tableau très noir. L'histoire nous a montré que tous ces soucis n'ont eu que des répercutions très limités. C'est le petit bout de la lorgnette quand on regarde par ailleurs les succès d'Apple.

avatar marcpafr | 

Vous n'avez vraiment pas compris mes propos...
Je ne critique en rien Apple (pour vous détendre), croyez moi je possède bien plus de matériel Apple que bon nombre ici MAIS je n'accepte pas tout sans broncher et je peux vous énumérer des "palanquées" de problèmes qui m'ont couté "un bras" et une fois la survie de ma boite...
Je voulais uniquement relativiser, je passe ma vie a développer des produits alors quand je lis ici ou là des aberrations uniquement parce que c'est Google, Samsung ... ca me hérisse le poil.
Il est si facile de donner un avis à postériori et de dire je le savais etc ..
Donc quand je lis "échec" je me pose la question "qui est apte à juger" ? surement pas tout le monde. Le taux de réussite moyen des projets est de 27% dans l'industrie et 32% dans le logiciel (selon PMI Fact Book), donc le Projet Google Glass n'est pas un échec comme veulent le faire croire certains, dans le but unique de valoriser Apple. Les 2 entreprises ne font pas le même métier, l'une fait du matériel, l'autre du service ...

avatar izoong | 

Je ne donnerai pas grand crédit à ces histoires de taux en pourcentages. C'est de l'amalgame facile de statistique qui ne prennent pas vraiment en compte la spécificité des projets et leur contexte project X ou autre. pour tout dire ces chiffres font juste plaisir à la presse spécialisée. les généralités qu'on en tire sont parfois bonne et parfois mauvaise, à l'envie. Pour moi ce ne sont pas de bon outils.
Après utiliser l'échec d'une boite pour en valoriser une autre je l'accorde c'est bien puéril.
Je ne suis pas vraiment d'accord sur le fait que google fait du service. Ok Google est très différent d'une boite comme Apple. (Ou alors c'est l'inverse) C'est un conglomérat de nombreuse boites dont certaines font du matériel, Google étant la marque pour le service. De fait on le voit bien sur le marché les cible de Google et d'Apple sont identiques, de ce point de vue ces entreprise font tout de même un peu la même chose.
Et on ne me fera pas changer d'avis là dessus : du point de vue image de marque, marketing et lancement de préproduit ces google glass sont actuellement un fiasco.

Pages

CONNEXION UTILISATEUR