Huawei et Leica : une alliance technologique ou marketing ?

Mickaël Bazoge |

Avec son P9 lancé début avril, Huawei a fait sensation : le smartphone embarque en effet deux appareils photo bien visibles, dont il est impossible de ne pas savoir qu’ils ont été conçus avec Leica — la marque du célèbre spécialiste allemand de la photo s’expose généreusement au dos de l’appareil (lire : Huawei P9 et P9 Plus, deux smartphones à deux caméras intégrées). On comprend la fierté du constructeur chinois, qui a accroché ici un nom prestigieux à son tableau de chasse.

En attendant des tests plus poussés, les premières photos réalisées avec le P9 sont effectivement plutôt réussies. Huawei a prêté son petit dernier à une poignée de photographes professionnels européens, à qui le constructeur a demandé de réaliser des clichés dans des conditions difficiles. Les résultats sont tout à fait probants, comme on peut le voir à cette adresse. Quelques exemples :

Cliquer pour agrandir
Cliquer pour agrandir
Cliquer pour agrandir
Les deux appareils photo du P9 comprennent 12 mégapixels chacun, mais il y en a un spécialisé dans le noir et blanc — Cliquer pour agrandir

La nature des relations entre Huawei et Leica est encore obscure, mais beaucoup ont pensé qu’il s’agissait surtout d’un coup marketing. Sans doute vexés, les deux compères ont voulu mettre les points sur les i au travers d’un communiqué de presse (via) décrivant le travail réalisé sur le P9. On y apprend que « les deux entreprises ont travaillé de près pour co-développer « le nouveau smartphone et sa déclinaison Plus.

Leica assure avoir été « profondément impliqué » dans la conception du module appareil photo afin d’obtenir « les meilleurs résultats possibles », et élever la qualité des prises de vue « à un niveau jamais atteint » avec un smartphone. Un peu plus en détail, on lit que Leica et Huawei ont collaboré sur l’évaluation et l’optimisation du design des optiques « en lien avec les standards Leica », ils ont aussi planché sur la construction mécanique du module de l’appareil photo afin de réduire certains artefacts lumineux, ils ont défini ensemble la fidélité des couleurs, la précision de l’exposition ou encore la dynamique.

Pour être tout à fait franc, il y a beaucoup de sabir marketing et de grands mots vaporeux dans ce communiqué. Néanmoins, on comprend surtout que le rôle de Leica dans cette histoire est de servir d’« assurance qualité ». Un témoin de moralité en quelque sorte, alors que les capteurs sont fabriqués par le sous-traitant chinois Sunny Optimal…


Tags
avatar malcolmZ07 | 

Le smartphone qui m'a le plus bluffe niveau photo : LG G4 , une pure tuerie

avatar enzo0511 | 

Leica qui s'associe à une marque chinoise assez cheap
Étrange comme partenariat
Ca jure avec le positionnement de Leica

avatar XiliX | 

@enzo0511 :
Bah quand on sait que Leica a fait du rebranding des appareils Lumix sous son nom, je ne suis plus étonné.
D'autant plus que le résultat est plus que mitigé.

Bon ceci dit Hasselblad a fait pareil avec les appareils Sony.

avatar p@t72 | 

@enzo
"Leica qui s'associe à une marque chinoise assez cheap".

"cheap" cétait avant!

avatar occam | 

Sérieusement, Leica Camera n'a aucune compétence particulière dans le domaine des capteurs (les victimes du capteur CCD du Leica M9 en savent un bout…), et une compétence très anecdotique dans celui de la micro-optique. (Alors que Zeiss est un géant dans le domaine de la micro-optique industrielle ; l'activité photo/ciné de Zeiss n'est plus qu'un hobby de haute volée, qui profite de l'expérience et de l'argent gagné dans l'optique industrielle.)

Il ne faut pas se leurrer : depuis la scission du groupe Leica en trois entités qui n'ont en commun que le nom, il y a deux boîtes qui font du travail industriel : Leica Geosystems (géomatique, scanners 3D…) et Leica Microsystems (microscopie). Là, c'est du sérieux, très compétitif.

Leica Camera n'a survécu que grâce aux millions pompés par un milliardaire autrichien passionné, Andreas Kaufmann. Mais ça n'a pas suffi. Kaufmann a dû prendre à bord le groupe d'investissement Blackstone, qui n'est pas trop content du rendement et qui demande des résultats à court terme. D'où une valse continue des CEO et CFO chez Leica Camera. Un contrat de licence comme Huawei rapporte gros, sur un marché asiatique où le prestige de la pastille rouge "Leica" est encore intact.

C'est d'abord un immense coup de pub. Tout au plus, les ingénieurs de Leica auront eu l'occasion d'expérimenter des idées en optique et micro-mécanique aux frais de Huawei. Suite à voir.

Mais pour un coup de pub, il faudrait que la qualité soit au niveau de l'annonce. C'est là que les images de presse peinent à convaincre. Alors qu'il est difficile de contourner les lois de la physique, il est possible de manipuler la perception : ça doit être bon, puisque c'est du Leica…

avatar CaptainBinouz | 

@occam :
Commentaire très subjectif, mais pour une fois clair et bien rédigé. Ce serait bien que chacun peine exemple, ce serait vraiment agréable à lire.
Merci !

avatar johndoo | 

@occam :
Je suis totalement d'accord avec vous!, enfin une rédaction digne de cet article.
Quand bien même et sans rappel, cela reste des micros capteurs et rien ne remplacera, pour le moment, une focale fixe qui pour moi sont mes préférés niveau du rendu. :)
Et c'est vrai qu'en ayant pu tester pas mal de smartphones dernier cri, celui qui m'a vraiment impressionné est le LG G4 en ouverture 1.8 et il me tarde de tester mon LG G5 en espérant que Apple fasse un petit effort surtout que le capteur n'est pas catastrophique mais peine en pénombre, encore trop de bruits à mon goût.

avatar en ballade | 

@occam :

avatar en ballade | 

@occam :

avatar p@t72 | 

@occam
"il est possible de manipuler la perception : ça doit être bon, puisque c'est du Leica…"

complètement d'accord!
ça fonctionne avec d'autre marques

"ça doit être bon, puisque c'est du apple" :) ou samsung si tu préfères ;)

avatar Leborde | 

Je doute en effet que l'on retrouve la qualité Leica dans un téléphone, chinois qui plus est, srtt à un prix grand public.

Imaginez une sellerie Hermes dans une Tata. Lol.

Par contre, du B&W dans une Volvo, une Maserati ou BMW Série 7, ok.

Et puis l'expertise Leica est sur l'argentique et les "vraies" optiques (oobjectofs, télés et zooms), pas sur les cellules, les CMOS ou les lentilles de smartphone.

Ca fait mal pour Leica.

avatar occam | 

Petite piqûre de rappel : ce qu'on peut faire avec un vrai Leica numérique en monochromie, si l'on s'en tient à ce que Leica sait faire (et ce n'est pas peu) :

http://www.dearsusan.net/2016/04/13/473/

À la lumière mourante, ou de nuit.
Même sous très forte compression JPEG, la richesse des tonalités et la finesse des nuances jusque dans le noir profond est saisissante. Malgré un capteur qui commence à dater sérieusement.

Mais il ne faut pas être snob, ça peut se faire aussi sans Leica : on trouve des boîtiers très compacts Sony ou Fuji pour 10x moins qu'un Leica, moins chers même qu'un smartphone haut de gamme, et sur lesquels on peut adapter les objectifs qu'on veut (il y en a d'excellents d'occasion à peu de frais). Avec un mini-minimum de travail, on obtient des résultats très satisfaisants en monochromie.

avatar occam | 

ArsTechnica vient de mettre en ligne son propre test du Huawei P9 :
http://arstechnica.com/gadgets/2016/04/huawei-p9-review-camera-design-so...

Assez dithyrambique sur le hardware, catastrophé par le soft.
Je note que leurs images du test sont de meilleure qualité que celles publiées par Huawei/Leica. Mais même le testeur enthousiaste d'Ars note la qualité médiocre des images en luminosité faible. Alors pourquoi mettre en exergue dans la pub de l'appareil des qualités qu'un micro-capteur de cette taille ne peut pas (encore) atteindre ?

Finalement, ArsTechnica s'emballe aussi sur la qualité des images noir-et-blanc. Je continue à trouver les exemples fournis peu probants. Reste à savoir ce qu'on peut en tirer avec un post-traitement adéquat. Mais traiter en post n'est pas trop pertinent sur des images de smartphone, surtout en JPEG.

Je me demande, et je demande aux autres lectrices et lecteurs férus de photographie, si ceux pour qui les caméras de smartphones, même les plus valables, sont l'étalon de la photo numérique ont la moindre idée de la qualité du noir-et-blanc que l'on peut obtenir aujourd'hui avec une petite caméra APS-C ou m43 (ou 1", à la limite) coûtant au max 400-500 €, et une conversion NB adéquate. Conversion pour laquelle on dispose, par exemple, d'un plug-in de génie devenu gratuit, SilverEfex de Nik, ou d'un plug-in très simple, moderne et bon marché, Tonality de MacPhun. C'est élémentaire, rapide, jouissif, et quand on voit les résultats, on se demande s'il vaut la peine de dépenser autant d'argent pour un super-smartphone qui sera obsolète à l'automne.

(Et je ne parle même pas de ce qu'il était déjà possible de faire avec du film, en travaillant correctement.)

avatar bbtom007 | 

Le monochrome est une tuerie. Après tant qu'il fait de belles photos

CONNEXION UTILISATEUR