Hadopi : gros budget, résultats modestes

Mickaël Bazoge |

Depuis sa création dans la douleur en 2009, la Haute autorité pour la diffusion des œuvres et la protection des droits sur Internet — alias Hadopi — se bat pour prouver une utilité qui déjà à l'époque n'avait rien d'évident. La principale mission de l'autorité est de prévenir la justice lorsqu'un internaute n'a pas suffisamment sécurisé sa connexion internet, permettant ainsi le partage d'œuvres protégées par le droit d'auteur sur les réseaux P2P.

Ce bilan annuel permet de souligner les coûts de la Haute Autorité. Sur un budget 2019 de 9,4 millions d'euros, les dépenses se sont montées à 8,4 millions d'euros, pour des recettes équivalentes. Celles-ci proviennent à quasiment 100% de subventions du ministère de la Culture. D'après Next INpact, en dix ans d'existence la Hadopi a coûté un total de 82 millions d'euros au contribuable. Depuis 2009, l'organisation a fait parvenir 12,7 millions d'avertissements aux internautes indélicats, dont 830 000 en 2019. Dans 70% des cas, aucune réitération des faits n'a été constaté après un premier avertissement.

En 2019, la Hadopi a traité plus de 9 millions de saisines provenant des ayants droits (contre 14 millions en 2018). 1 748 dossiers — les plus réfractaires — ont été transmis au procureur de la République par la Commission de protection des droits de l'autorité. « Depuis 2011, le montant total cumulé des amendes prononcées et portées à la connaissance de la Commission est de 87 000 €, dont près du tiers pour la seule année 2019 », explique la Hadopi dans son rapport. En termes de rendement, ce n'est pas terrible (il faut savoir que la contravention maximum s'élève à 1 500 €).

Des saisines, demandes d'identification et identifications d'IP en baisse continue depuis 2017, en raison de l'émergence d'une offre légale attractive.

La mission de la Hadopi parait aujourd'hui presque désuète, à l'heure de l'IPTV et des formules légales de streaming et d'accès à des contenus vidéo comme musicaux. En mai, une décision du Conseil constitutionnel demandait au législateur de fixer les règles pour garantir l'exercice des libertés publiques dans sa réponse à une question prioritaire de constitutionnalité qui intéressait les opposants à la Hadopi (lire : Ce n'est pas le grand soir pour les opposants à la Hadopi).

Au delà des résultats sonnants et trébuchants très modestes de son versant sécuritaire et de son rôle de gendarme, la Hadopi exerce également une activité d'études, d'analyses et de sensibilisation au marché de la consommation de contenus en ligne qui mériterait sans doute un peu plus de publicité. Denis Rapone, le président de l'organisation, se félicite du renforcement des moyens d'action pour lutter contre le piratage évoqués durant la discussion sur la loi relative à la communication audiovisuelle et à la souveraineté culturelle à l’ère numérique. Le texte vise aussi à créer un nouveau régulateur issu de la fusion entre le CSA (audiovisuel) et la Hadopi, l’Autorité de régulation de la communication audiovisuelle et numérique.

Tags
avatar r e m y | 

@alan1bangkok

Si ils arrêtaient de produire des œuvres de qualité, personne ne s'emmerderait plus à les pirater! Donc OUI ils sont largement responsables de ce qui leur arrive... (sauf Steph de Monac dont personne n'a jamais téléchargé illégalement son Ouragan, bien sûr)

avatar YetOneOtherGit | 

En lisant les propos de certains je suis effaré, autant en ce qui concerne les consolateurs individuels de contenus volés, je suis enclin à la mansuétude.

Autant pour ceux qui participent à l’élaboration et à la vie de solutions encourageant le vol et en tirant qui plus est souvent profit je suis favorable à la plus grande sévérité juridique possible.

Il est intolérable de bafouer ainsi l’héritage de Beaumarchais et qui plus est de s’en vanter voir d’en faire l’apologie.

Un des échecs clairs des gouvernements est hélas d’avoir le plus grand mal à mettre pour longtemps à l’ombre ses receleurs qui s’imaginent ne rien voler sous prétexte que c’est immatériel.

avatar Bigdidou | 

@YetOneOtherGit

“les consolateurs individuels de contenus volés”

Tu sais, les produits volés ne sont pas toujours tristes.
Il arrive qu’ils tombent dans une famille aimante.

avatar YetOneOtherGit | 

@Bigdidou

Tu ‘s dans une belle journée de pêche à. la génération automatique de contenus ;-)

avatar Bigdidou | 

@YetOneOtherGit

J’adore les bourdes du correcteur d’iOS :D

avatar YetOneOtherGit | 

@Bigdidou

Celle de notre camarade avec la trésorière était sympathique et tu as un bel art pour rebondir sur ces bourdes 👍

avatar Nesus | 

@YetOneOtherGit

Évitez de cité Beaumarchais si c’est pour déformer son propos en le tronquant. Parce que le droit d’auteur de Beaumarchais n’est absolument pas ce que l’industrie en a fait. surtout quand on sait comment Beaumarchais à financer son expédition en Amérique :D

avatar YetOneOtherGit | 

@Nesus

« Évitez de cité Beaumarchais si c’est pour déformer son propos en le tronquant. »

je n’ai pa cité Beaumarchais j’aurais donc beaucoup de mal à le tronquer ou à le déformer 😳

Je ne faisais que parler de son précieux héritage porté aujourd’hui par la SACD.

« Parce que le droit d’auteur de Beaumarchais n’est absolument pas ce que l’industrie en a fait.  »

Il n’en demeure pas moins qu’un principe fondamental demeure chez nous : on ne fait pas ce que l’on veut d’une œuvre de l’esprit et on n’a pas le droit de la voler ou d’en tirer profits au dépend de ses ayants droits

« surtout quand on sait comment Beaumarchais à financer son expédition en Amérique :D »

Et que vient faire ici cette histoire ? Une tentative d’argumentum ad personam ?

avatar Nesus | 

@YetOneOtherGit

Faites ce que je dis pas ce que je fais. Comme ça c’est simple et vous pouvez comprendre.

avatar Steve Molle | 

@Nesus

Pas sûr ...

avatar YetOneOtherGit | 

@Nesus

Si tu parles de la vente de munitions pour financer l’expédition américaine, je ne vois vraiment pas ce que cela apporte au débat sur les droits d’auteur 😳

avatar Nesus | 

@YetOneOtherGit

Disons que toutes ses dettes ont été très loin d’être épongées et que donc ça ne l’a a trop gêné de voler d’autres personnes pour retrouver une santé financière.
Donc faites ce que je dis, pas ce que je fais. Mais oui, ça ne fait pas trop avancer la discussion sur l’impact d’hadopi sur la baisse du téléchargement illégale.

avatar YetOneOtherGit | 

@Nesus

"Donc faites ce que je dis, pas ce que je fais"

C’est aller un peu vite en besogne et c’est assez spécieux comme argument je trouve que de comparer de banales dettes au fait qu’avant ses combats les œuvres de l’esprit étaient considérés sans valeur et sans propriétaire, pouvait être volées ou exploitées fort légalement, pouvaient être foulées au pieds ...

Beaumarchais a dit qu’il fallait donner de la valeur aux œuvres de l’esprit en droit, nullement que tout particulier devait être irréprochable.

Il a souvent eu à gérer les conséquences légales de ses nombreuses dettes, avant lui personne n’avait à gérer les conséquences légales du vol de propriété intellectuelle.

Après cela décrit sans doute le monde de tes rêves 🤢

Tu vois la dimension spécieuse qu’il y a à mettre sur un même plan un homme ayant des comportements délictueux devant en subir comme il peut les conséquences légales et l’absence de législation sur le vol des œuvres de l’esprit ?

avatar Nesus | 

@YetOneOtherGit

C’est vous que le cité comme étendard et je trouve ça un tantinet inconvenant.
Moi, je lui reconnais son immense génie littéraire, sa grande avancée pour la propriété intellectuelle (qui était surtout prêcher pour sa paroisse, surtout quand on sait combien il a payé pour les œuvres qu’il a imprimé) et ses innombrables défauts qui ont fait de lui un être humain. Donc quand je dois le prendre pour référence, je me limite à ses œuvres (ce qui chez moi se limite à l’acte V scène 3 du mariage. Pas assez érudit et pas assez de mémoire pour autre chose), parce que l’homme n’est pas un exemple.

La propriété intellectuelle est une chose noble quand elle sert à faire vivre l’auteur. Elle devient un poison quand elle doit financer toute une industrie de parasites.

Rien d’autre à ajouter votre honneur.

avatar YetOneOtherGit | 

@Nesus

« La propriété intellectuelle est une chose noble quand elle sert à faire vivre l’auteur. Elle devient un poison quand elle doit financer toute une industrie de parasites. »

C’est bien pratique pour défendre ta posture de receleur que de stigmatiser l’industrie et de la taxer de parasite.

Quant à ta vision de la figure tutélaire du droit d’auteur elle est aussi biaisée par le reste par tes activités indéfendables.

Chercher à,se donner le beau rôle quand on participe à des activités délictueuses c’est vraiment remarquable 🤢

avatar Nesus | 

@YetOneOtherGit

Je crois que vous avez raté quelque chose, je n’ai absolument pas besoin de me donner le bon rôle, vu que j’assume pleinement, à l’inverse de l’industrie qui a fait voter une taxe qui compense le vol et en même temps réclamé de pouvoir avoir son revenu. Ce n’est pas ça qu’on appelle vouloir le beurre et l’argent du beurre ?

Au passage, vous trouvez normal que lorsque vous subissiez un préjudice, vous deviez vous aller porter plainte et vous soutenir le coût de l’avocat ?
Et qu’à fait l’industrie ? Elle a demandé que tout ça, ce soit nous, les citoyens qui soutenions ce prix et ces démarches avec un service d’état... mais vous avez raison, tout va bien :D

avatar YetOneOtherGit | 

@Nesus

"vu que j’assume pleinement,"

C’est ce qui est pour moi extrêmement choquant 😱

avatar pagaupa | 

@YetOneOtherGit

« C’est ce qui est pour moi extrêmement choquant »
Petite nature ou coincé du cul?

avatar YetOneOtherGit | 

"Petite nature ou coincé du cul?"

Juste attaché à certaine valeurs issues des lumières que tu conchis 🤢

avatar Steve Molle | 

@YetOneOtherGit

« Valeurs des lumières »

Incarnées par la clique en place ? C’est ça l’incarnation des lumières ?

Pauvre PhD

avatar YetOneOtherGit | 

@Steve Molle

"clique en place "

Encore un élément de phraséologie puant 🤢

Je n’ose imaginer qui tu fantasmerais de voir en responsabilité. 🤮

« Le ventre est encore fécond d’où la bête immonde a surgit  »

Ta phraséologie a des relents des scatoles de l’entre deux guerres 😩

avatar Steve Molle | 
avatar YetOneOtherGit | 

@Steve Molle

C’est une dissertation de terminale ?

avatar Steve Molle | 

@YetOneOtherGit

Monsieur n’aime pas lire d’autoportrait

avatar YetOneOtherGit | 

@Steve Molle

Monsieur à quelques exigences sur la qualité de ses lectures.

Là nous sommes sur une prétentieuse rédaction remplie de lieux communs dignes des meilleurs caricatures de la sociologie qui n’apporte strictement rien par rapport à un chef-d’œuvre tel Les Caractères de La Bruyère publié à la fin du XVIIem.

De l’intelligence canada-dry pour incultes 🤢

avatar Bigdidou | 

@YetOneOtherGit

“C’est une dissertation de terminale ?”

Non, non.
C’est extrait d’un remarquable ouvrage : La lutte des classes pour les connards (ou comment mépriser mon prochain avec les pseudos sciences).
Tout ce que que je ne sais pas, tout ce que je ne pense pas et tout ce que je ne comprends pas est une maladie psychique.
Il y a quelques années, j’arrêtais pas d’entendre parler du fameux “pervers-narcissique” (“diagnostic” qui concernait et permettait de mépriser globalement la totalité des hommes avec qui on était en conflit ou en situation hiérarchique, ou, surtout appartenant à une classe sociale “au dessus”).Il fallait bien inventer le concept complémentaire permettant de mépriser au sein de sa propre classe sociale : voilà le syndrome du larbin.
J’imagine qu’il doit y avoir un syndrome de l’esclave qui doit permettre aux meme de mépriser les plus vulnérables (genre les locataires quand on est propriétaire etc...).
Avec cette intéressante trousse à outil, on peut donc mépriser l’ensemble de l’humanité, et faire l’économie de toute empathie, c’est absolument formidable.

Tu remarqueras que pagaupa, qui défendait ailleurs les très riches propriétaires institutionnels, s’est prudemment tenu à l’écart de cette remarquable référence que nous soumet monsieur Molle.

avatar YetOneOtherGit | 

../..

avatar YetOneOtherGit | 

@Bigdidou

"voilà le syndrome du larbin."

Qui n’est au final qu’un rebranding du social traitre en fait 😎

avatar Bigdidou | 

@YetOneOtherGit

“Qui n’est au final qu’un rebranding du social traitre en fait 😎”

C’est vrai, mais j’avais pour représentation que le social-traitre est un gros balourd qui agit.
Le, j’ai l’impression qu’on est dans quelque chose de plus statique et émotionnel, bien plus construit, fin et délicat, à l’image du sac à merde.

@Monsieur Molle
Le social-traitre est-il aussi un sac à merde (et faut-il aussi le mutiler) ?

avatar YetOneOtherGit | 

@Bigdidou

"Le, j’ai l’impression qu’on est dans quelque chose de plus statique et émotionnel, bien plus construit, fin et délicat, à l’image du sac à merde."

Bien observé 👍

avatar Steve Molle | 

@Bigdidou

Donc en substance tu cautionnes les propos scabreux de cet énergumène qui prône encore plus de répression et les conséquences désastreuses qui ont été avec ?

C’est bien ça ?

avatar YetOneOtherGit | 

@Steve Molle

"plus de répression "

Pas plus : mieux 😎

avatar YetOneOtherGit | 

@Steve Molle

"les conséquences désastreuses qui ont été avec"

Il faut raison garder, c’est anecdotique et concerne principalement des inutiles 😎

Même pas les conséquences d’un we de depart en vacances.

Et très loin de ce que ferait comme victime ces foules décérébrées si on les laissait sans contrôle ferme.

avatar Steve Molle | 

@YetOneOtherGit

J’espère que c‘est une plaisanterie ?

avatar YetOneOtherGit | 

@Steve Molle

"J’espère que c‘est une plaisanterie ?"

Nullement juste des faits dans leur froide vérité.

On monte en épingle pas grand chose qui soit spécifique à ce semblant de mouvements insurrectionnels intellectuellement affligeant.

avatar Steve Molle | 

@YetOneOtherGit

Mais ta gueule. Des humains qui n’ont pas ton mental exceptionnel peuvent donc être violentés. Alors que sa fabuleuse seigneurie elle ne peut être atteinte par ceci puisque pas conne.

J’ai vu des connards méprisants dans ma vie mais toi tu es le numéro 1.

avatar YetOneOtherGit | 

@Steve Molle

"J’ai vu des connards méprisants dans ma vie"

Elle doit être assez courte j’espère pour manquer à ce point d’expérience de la vie et de connaissances 🤓

avatar YetOneOtherGit | 

@Steve Molle

"J’ai vu des connards méprisants dans ma vie mais toi tu es le numéro 1."

Petit exercice de pensée : imaginons la prise du pouvoir par ceux qui portaient ces mouvements.

à combien de dizaines de milliers évalue tu les victimes sur une période de 5 ans ?

Les mouvements violents appellent la violence et la recherchent.

Il y a de forte chance que la proportion d’accidents des derniers mouvements soit dans la norme historique des 30 dernières années, par contre les victimes ont maintenant la possibilité de facilement médiatiser leur cas.

Business as usual

Et nous sommes très loin d’être devant un régime dictatorial ou une répression sanglante aveugle.

avatar Steve Molle | 

@YetOneOtherGit

Et ça tu en penses quoi ?

https://www.huffingtonpost.fr/entry/genevieve-legay-nice-des-gendarmes-a...

Et ça ?

https://fr.sputniknews.com/france/201911071042385163-la-jeune-femme-au-c...

Et ça ?

https://issues.fr/homme-17-ans-poing-air-lbd-visage/

Il y a en a des dizaines.

Et tu oses dire que tout ceci est anecdotique je cite ?

Je persiste sur ce que je pense de toi.

Quant à savoir ce qui se serait passer si la belle sœur de Casimir avait pris le pouvoir avec Louis la brocante, on s’en cogne.

Seule la réalité de l’existant a de l’importance.

avatar YetOneOtherGit | 

@Steve Molle

"Je persiste sur ce que je pense de toi."

Ce que tu crois relever de la pensée restons raisonnable m-quand même.

Tu « réfléchis » avec tes viscères et tu t’exprimes en éructant le produit de tes tripes, voir en flatulent 💩

avatar Steve Molle | 

@YetOneOtherGit

On ne flatule jamais assez sur un militant d’extrême droite ... surtout quand celui ci avance masqué.

avatar YetOneOtherGit | 

@Steve Molle

Avec cette maîtrise de la réthorique et de la dialectique, il ne te reste hélas que l’invective et la violence pour espérer voir avancer la cause aux contours très flou que tu crois défendre 🧐

avatar YetOneOtherGit | 

@Steve Molle

"sur un militant d’extrême droite"

Et avec cette remarquable vista politique tu risques fort de marquer contre ce que tu crois être ton camp.

Ta culture politique est visiblement proche de la température rectale d’un cadavre de phoque sur la banquise 😫

avatar Steve Molle | 

@YetOneOtherGit

A la niche le militant de la droite extrême.

avatar pagaupa | 

@Steve Molle

Tu auras fait fort! Tu seras arrivé à te foutre les deux sur le dos!
Bravo! respect! 😜

avatar Steve Molle | 

@pagaupa

Parfois c’est à se demander si c’est pas le même dégénéré avec deux comptes.... mais merci 🤩

avatar YetOneOtherGit | 

@Steve Molle

"Parfois c’est à se demander si c’est pas le même dégénéré avec deux comptes.... mais merci "

Le complotisme une autre tare de ceux de ton acabit 🙄

avatar YetOneOtherGit | 

@Steve Molle

pour ta culture :

« L’hypercritique. C’est l’excès de critique qui aboutit, aussi bien que l’ignorance la plus grossière, à des méprises. C’est l’application des procédés de la critique à des cas qui n’en sont pas justiciables. L’hypercritique est à la critique ce que la finasserie est à la finesse. Certaines gens flairent des rébus partout, même là où il n’y en a pas. Ils subtilisent sur des textes clairs au point de les rendre douteux, sous prétexte de les purger d’altérations imaginaires. Ils distinguent des traces de truquage dans des documents authentiques. État d’esprit singulier ! à force de se méfier de l’instinct de crédulité, on se prend à tout soupçonner. — Il est à remarquer que plus la critique des textes et des sources réalise de progrès positifs, plus le péril d’hypercritique augmente. En effet, lorsque la critique de toutes les sources historiques aura été correctement opérée (pour certaines périodes de l’histoire ancienne, c’est une éventualité prochaine), le bon sens commandera de s’arrêter. Mais on ne s’y résignera pas : on raffinera, comme on raffine déjà sur les textes les mieux établis, et ceux qui raffineront tomberont fatalement dans l’hypercritique. »

Charles-Victor LANGLOIS & Charles SEIGNOBOS, Introduction aux études historiques, Paris, Kimé, 1992 (1re éd., Paris, Hachette, 1898).

avatar pagaupa | 

@Steve Molle

Dégénérés ! Ou résidus de fond de capote...
Avec leur vocabulaire ampoulé, c’est dommage qu’ils n’aient trouvé qu’igen pour vouloir briller 😜

avatar Bigdidou | 

@pagaupa

“Avec leur vocabulaire ampoulé”

C’est la première fois qu’on me dit ça.

Après, c’est sûr, par rapport à claque merde, fond de capote (mois, je préfère raclure de bidet, mais tu fais comme tu veux), claque merde et autre pauvre connard, le mode d’emploi d’un extracteur de jus, c’est de la littérature.

Pages

CONNEXION UTILISATEUR