Google I/O : plateformes, rassemblement !

Mickaël Bazoge |

Sundar Pichai, le grand patron d'Android et de Chrome, a profité du keynote de Google I/O, le rendez-vous annuel des développeurs Google, pour lever le voile sur de nombreuses nouveautés. Android One, Material Design, Android L, Android Auto, Android Wear, Android TV, Chromecast et Chrome OS, Google Drive, et Google Fit (ouf) : des services et des plateformes (dont certains qui concurrencent directement Apple) que le moteur de recherche veut unifier au travers d'un langage de design commun.

Android compte désormais un milliard d'utilisateurs actifs par mois — un seuil psychologique désormais atteint, puisque l'an dernier Google avait annoncé 900 millions de terminaux Android activés. Ce milliard d'utilisateurs consultent leurs smartphones 100 milliards de fois… chaque jour. Des chiffres qui donnent le vertige, tout autant que les 93 millions de selfies pris tous les jours, les 20 milliards de messages texte envoyés au quotidien, ou encore l'augmentation de 236% des installations d'applications depuis le Play Store. Les tablettes Android représentent désormais 62% du marché mondial, une hausse de 16 points par rapport à 2013, au détriment de l'iPad.

Tout comme Tim Cook avait taclé Android à plusieurs reprises durant le keynote du WWDC, Google n'a pas manqué de répondre du tac au tac en soulignant les différentes innovations d'Android à travers les différentes moutures de l'OS — surtout, le moteur de recherche a annoncé que 93% des utilisateurs sont équipés de la dernière version de Google Play Services, une couche d'API permettant de maintenir les applications à niveau en dehors des (trop longues) phases de test et de validation des constructeurs et des opérateurs.

Android One : pour les regrouper tous

Pour atteindre le milliard d'utilisateurs supplémentaires, Android se doit d'être compatible avec des smartphones aux performances bien moins évoluées que les produits que nous connaissons dans nos marchés occidentaux. L'une des nouveautés les plus importantes d'Android 4.4 avait été le support de terminaux dotés de composants d'entrée de gamme. Plutôt que de poursuivre dans cette voie de l'optimisation (qui à terme, peut freiner l'innovation), Google a préféré lancer le programme Android One.

Cette initiative, qui débutera avec l'Inde cet automne, va permettre aux constructeurs de développer et produire des smartphones low cost avec l'aide d'un cahier des charges de référence. Les terminaux fonctionneront sous Android dans une version « stock » (sans surcouche) et ils recevront des mises à jour automatiquement. Les constructeurs pourront toutefois pré-installer leurs applications maison.

Google a donné une idée de ce à quoi s'attendre du côté du matériel, avec l'exemple d'un modèle de Micromax intégrant un écran de 4,5 pouces, un tuner FM, un slot pour cartes SD et le support de deux cartes SIM, le tout pour moins de 100$. Parmi les partenaires de Google dans cette aventure, on compte, outre Micromax, Karbonn Mobile et Spice Mobile.

À travers Android One, Google vise directement les smartphones bon marché sous Firefox OS, les Asha de Nokia, ainsi que les Nokia X de Microsoft, eux sous Android — mais il s'agit d'un fork sur lequel Google n'a aucun contrôle. Avec son poids dans la téléphonie, le moteur de recherche a là de quoi peser très rapidement sur les marchés émergents, réservoir de la croissance mondiale pour les constructeurs et les éditeurs.

Material Design, un même dessein pour tout Google

Le design a longtemps été le parent pauvre de l'expérience Android et au-delà, des services de Google. Matias Duarte, qui a usé ses fonds de culotte chez Palm (où il s'est chargé de la somptueuse interface de webOS), tente depuis 2010 et son arrivée à Mountain View d'insuffler de la cohérence, avec quelques résultats tangibles. La version 4 d'Android a considérablement amélioré l'expérience utilisateur en terme de design, tandis que l'usage des services en ligne de Google (exception faite de Gmail, toujours très brouillon) ne fait plus pleurer des larmes de sang.

Material Design est une initiative dont l'objectif est particulièrement ambitieux : donner à tous les services, plateformes et applications de Google un langage de design commun. Elle va profiter à Gmail, dont l'interface minimaliste présentée durant Google I/O va enfin redonner envie de se connecter de nouveau à son courriel via un navigateur web !

Plus globalement, Material Design ressemble beaucoup à la réponse de Google à iOS 7. Le design « plat », qui était déjà à l'oeuvre chez Google avant qu'Apple et Jony Ive ne lui donnent ses lettres de noblesse, est désormais l'alpha et l'omega pour les interfaces des différents services du moteur de recherche. Le contenu, comme sur iOS 7, est au centre du système.

Cela passe par des boutons ronds, des couleurs éclatantes, une police (la Roboto) optimisée pour tous les écrans, des animations discrètes mais signifiantes. Le tout ressemble beaucoup au design responsive qui permet d'afficher un site web en l'adaptant à n'importe quel écran, qu'il s'agisse du 27 pouces d'un iMac aux 4 pouces d'un iPhone.

Le nouveau site web mis en place par Google pour présenter Material Design est caractéristique de la volonté nette et affichée de proposer aux utilisateurs Google une interface unifiée quelle que soit la plateforme. Les développeurs y trouveront eux des exemples de bonnes pratiques… et de moins bonnes.

Android L

Parmi les produits qui vont bénéficier à plein de l'interface Material Design, on trouve bien évidemment la nouvelle version d'Android, dont Google a offert un long aperçu… mais pas le nom définitif ! Il faudra se faire à Android L en attendant la révélation. Couleurs vives, nouveaux boutons, des animations… avec toujours cette volonté, partagée avec Apple, de placer le contenu en avant. Si le redesign a visiblement bénéficié du plus grand investissement de la part des ingénieurs de Google, les nouveautés en matière de fonctions n'ont pas été oubliées même si elles sont en sourdine.

Les notifications interactives permettent de répondre à un message, y compris depuis l'écran de verrouillage (ce qui rappelle évidemment iOS 8). Cet écran, que l'on pourra déverrouiller à la voix, fait aussi office de panneau de notifications; il s'accompagne d'une nouvelle gesture d'activation dite « heads up ».

La version mobile du navigateur Chrome, utilisée par plus de 300 millions de personnes chaque jour, comporte dans son historique un système de cartes. Surtout, le butineur promet des performances de webapp équivalentes aux applications natives.

Google a aussi planché sur l'amélioration des performances d'Android; la future version fonctionnera exclusivement avec le moteur Runtime, lancé avec Android 4.4. Runtime offre des performances doublées par rapport à Dalvik, une meilleure gestion de l'énergie et des ressources (lire : Des apps Android plus rapides ? C’est de l’ART !). Les concepteurs de jeux vidéo gourmands s'intéresseront tout particulièrement à l'Android Extension Pack, qui leur permettra de tirer le meilleur parti des capacités graphiques des processeurs les plus puissants, comme le Tegra K1 de Nvidia.

On en saura beaucoup plus sur Android L dans les heures qui viennent, puisqu'un premier aperçu ainsi que le SDK seront disponibles au téléchargement pour les développeurs dès aujourd'hui. La version grand public sera elle disponible cet automne.

Android Auto sur la route de CarPlay

L'Open Automotive Alliance, ce regroupement de constructeurs automobiles autour des futures solutions de Google, a finalement porté ses fruits. Android Auto est un concurrent direct du CarPlay d'Apple : l'écran du tableau de bord des véhicules compatibles afficheront des applications Android optimisées.

Google a particulièrement travaillé l'interaction avec la voix : le conducteur n'aura pas nécessairement besoin de manipuler des boutons physiques pour activer tel ou tel logiciel (même si Android Auto pourra être piloté avec les équipements sur le volant ou le tableau de bord). Les apps justement, sont grosso-modo celles qu'Apple a adaptées aux écrans des systèmes de divertissement : téléphone, musique, Hangouts (messages), mais aussi Spotify, Pandora, Stitcher, Pocket Casts…

Android Auto fera son apparition dans les premiers véhicules dès la fin de cette année. Pour en profiter, il faudra un smartphone (s'il est puissant, l'expérience n'en sera que meilleure, prévient Google) sous Android L, qui sera lui disponible à l'automne. Un kit de développement sera lui aussi téléchargeable, mais seules les apps musicales et de messagerie pourront en profiter (pas question de jouer à Flappy Bird derrière son volant…)

Android Wear : quelle heure est-il monsieur Google ?

Android Wear n'est pas une nouveauté : cette nouvelle plateforme destinée à équiper les montres connectées a été annoncée en mars (lire : Android Wear : Google dévoile son système pour montres connectées). Google I/O a néanmoins été l'occasion pour le moteur de recherche et ses partenaires de dévoiler des informations supplémentaires sur les périphériques en développement.

LG et Samsung ont ainsi annoncé qu'il était possible, à partir de ce jeudi, de pré-commander leurs G Watch et Gear Live depuis le Play Store. Le modèle de Samsung (qui inaugure ici la troisième plateforme pour sa famille de montres, après Android et Tizen) ressemble à la Gear 2, et il partage avec la G Watch un écran carré. Malheureusement, la montre la plus intéressante, à savoir la Moto 360 et son écran circulaire, ne sortira pas avant cet été, sans plus de précision. Autre déception : aucun prix n'a encore été annoncé.

Le SDK pour Android Wear sera disponible sous peu, a promis Google. Il permettra de concevoir ses propres interfaces, de contrôler les capteurs des périphériques, d'utiliser les commandes vocales et d'envoyer des données dans un sens comme dans l'autre. Google a fait la démonstration sur scène de la commande d'une pizza depuis la Moto 360. On a hâte.

Android TV : un robot vert dans le poste

L'annonce était attendue, et Google n'a pas failli. Le moteur de recherche a dévoilé avec Android TV le remplaçant/successeur du moribond Google TV. Comme annoncé par la rumeur, il s'agit surtout d'un logiciel qui permet d'accéder à du contenu vidéo provenant du Play Store ou des services tiers comme Netflix et Hulu. On est loin de l'ambition proclamée en 2010 de transformer le téléviseur en smartphone grâce à Google TV.

Android TV proposera aux téléspectateurs des recommandations basées sur leurs goûts et préférences; Google oblige, la recherche de contenus a été particulièrement soignée : les résultats afficheront ainsi des informations complémentaires tirées du Knowledge Graph du moteur de recherche. À l'image du Chromecast, on pourra diffuser le contenu d'un appareil mobile sur le téléviseur. Le logiciel pourra être piloté depuis une montre Android Wear ou avec un contrôleur qui permettra lui de s'adonner aux jeux — à télécharger depuis le Play Store, évidemment. Les joueurs pourront batailler avec ou contre d'autres joueurs et décrocher des trophées.

Contrairement à ce qui avait été annoncé, Google n'a pas dévoilé de boîtier maison pour Android TV. En revanche, des constructeurs partenaires vont intégrer ce nouveau service dans leurs produits : Sony, Philips, TP Vision et Sharp vont proposer des téléviseurs, Razer et Asus des box. Il faudra attendre cet automne pour voir les premiers produits en magasin.

Chromecast et Chrome OS : évolution dans la continuité

Le Chromecast, la petite clé HDMI lancée par Google l'an dernier, a vu son utilisation calculée en minutes par jour augmenter de 40% depuis le troisième trimestre 2013. Google se réjouit des ventes du périphérique (même si la société ne va pas jusqu'à donner de chiffres précis). Néanmoins, ce succès pousse Google à créer son propre répertoire d'applications sur le Play Store et en ligne.

La clé va également être dotée d'une fonction de recopie vidéo de son smartphone Android sur l'écran du téléviseur. Cela rappelle évidemment AirPlay et peut se révéler comme une future « killer app », pour afficher des jeux ou des applications par exemple (en espérant que le ping soit bon). Autre nouveauté appréciable : il ne sera plus utile d'être sur le même réseau wi-fi pour diffuser du contenu sur Chromecast. Enfin, la fonction Backdrop affichera un diaporama photos (provenant de… Google+, évidemment, ou d'autres sources).

Chrome OS, de son côté, va recevoir un renfort appréciable : les applications Android vont pouvoir fonctionner sur le système d'exploitation des Chromebook. Il s'agit d'un émulateur (gare aux performances donc) qui offre des résultats plus convaincants avec les applications pour tablettes que pour smartphones, notamment celles qui s'utilisent au format portrait.

Google a également mis au point une poignée de fonctions qui rappellent le bouquet de services Continuity d'Apple. Un Chromebook pourra se déverrouiller lorsqu'il détecte la présence d'un smartphone sous Android; le Chromebook préviendra lorsque la batterie du smartphone est à plat; des notifications apparaîtront sur l'écran de l'ordinateur portable lors d'un appel ou un message texte. Il ne sera pas possible en revanche de passer un coup de fil depuis son Chromebook.

Google Drive et des outils bureautique un peu plus pro

La guerre des nuages se transporte du côté des utilisateurs « prosumers » et professionnels. Microsoft a lâché une bombe il y a quelques jours en abaissant drastiquement les prix d'Office 365 et de OneDrive (lire : Microsoft : OneDrive désormais au niveau de Google Drive). Google ne pouvait laisser passer l'occasion d'annoncer des nouveautés pour son propre Google Drive, qui propose désormais un stockage illimité pour 10$ par mois et par utilisateur. Baptisée Drive for Work, ce forfait pro comprend également des outils d'administration améliorés, des API d'audit et d'activité, ainsi que le chiffrement des données en transit et sur le serveur.

Au rayon bureautique, Google a dans ses tuyaux une version mobile native de Slides, bientôt disponible sur l'App Store (le temps pour Apple de donner son aval). Elle complète Google Documents [1.0.1 – Français – Gratuit – iPhone/iPad – iOS 7 - Google, Inc.] et Google Feuilles de calcul [1.0.1 – Français – Gratuit – iPhone/iPad – iOS 7 – 39,0 Mo - Google, Inc.], qui sauront ouvrir les fichiers Microsoft Office sans conversion. Ces trois modules fonctionnent de concert avec Drive et QuickOffice, la suite bureautique plus professionnelle, passée dans l'escarcelle de Google (lire : Google rend QuickOffice gratuit et offre des giga-octets).

Dans Google Documents, une fonction d'édition collaborative en temps réel va faire son apparition, qui permettra à plusieurs utilisateurs de travailler sur un même fichier. Le moteur de recherche, qui conserve donc la structure autonome de ses applications bureautiques (qui étaient auparavant regroupées dans Drive), ne compte cependant pas concurrencer la richesse de Microsoft Office.

Google Fit sur la ligne de départ

Sans trop de surprise, Google a fini son keynote par la présentation d'une nouvelle plateforme destinée à concurrencer l'Healthkit d'Apple. Google Fit se propose d'organiser les données provenant des bracelets et autres périphériques santé. Pour l'occasion, le moteur de recherche a noué des partenariats avec Nike, Adidas, Withings, RunKeeper ou encore Basis, soit grosso modo les mêmes entreprises qui ont aussi signé avec Apple.

Les applications qui se connecteront au nuage de Google Fit pourront en analyser les informations. Comme pour le reste des nouveautés présentées en ce jour de keynote, il faudra patienter avant de voir les premiers résultats de Google Fit.

Et les Google Glass dans tout ça ? Rien, pas un mot sur les lunettes connectées…

Images TechCrunch


avatar patrick86 | 

"OS X et iOS sont deux plateformes très différentes tout comme les applications reposants dessus. "

Oui, et sont nécessairement différentes, pour les raisons que j'ai évoqué précédemment.
Leur différence ne les empêche pas de communiquer, d'échanger des données, d'avoir des fonctions communes, de fonctionner autour du même noyau, d'avoir des framesworks similaires, un Cocoa Touch dérivé de Cocoa, etc.

"Ubuntu - Ubuntu Touch ce n'est absolument pas aboutie pour le moment"

Je te concède que "abouti" est probablement exagéré, mais l'idée est là et ne part pas d'un mélange vaseux des genres.

--

"Que ce soit sur Chrome (dont l'interface se modifie si l'on a un mode tactile ou classique) ou sur Android, les interfaces s'adaptent ou sont adaptés au contraintes"

Quel intérêt de faire du Chrome en tactile alors qu'il y a déjà Android ? C'est à se marcher sur la tête.
Accessoirement, Chrome OS n'a pas le potentiel d'OS X. C'est incomparable.

--

Je pense qu'on ne s'est pas très bien compris sur la notion "d'adaptation de l'interface graphique au type d'IHM de l'appareil concerné".

Dans le cas des deux paradigmes en questions, il me semble que DEUX interfaces soient une approche plus pertinente que une seule interface moyennement adaptée.

Ce n'est pas l'affichage de l'interface qui doit être adapté, mais sa CONCEPTION.

avatar béber1 | 

ben voui
c'est toute la différence d'approche entre un dev-designer qui a le soucis de l'expérience utilisateur et l'ingénieur-geek fixé sur les seules fonctionnalités (comme un tableau de bord de boeing avec tout plein de boutons biseautés à la scie sauteuse. C'est moche et on y comprend plus rien, mais c'est complet).

Ce qui fait qu'une interface pour smartphone ne peut pas se plaquer telle quelle sur une phablet ou sur une tablette, et inversement.

Chaque format a sa géométrie propre et interne- c'est le b.a.-ba de tout peintre ou graphiste depuis la préhistoire- qui génère ses propres problèmes d'échelles par rapport aux spectateurs-utilisateurs.

Soit on reste en ligne de commande, soit on est en interface "graphique" et on est alors soumis aux règles graphiques qui s'imposent d'elles-même comme Apple l'a prouvé

avatar Stardustxxx | 

On est d'accord.

Quand je parle d'unification d'interface, je ne parle pas d'avoir la même interface sur chaque device c'est totalement débile, mais d'avoir une interface adaptée pour chaque device, et en même avoir une unité de design, de cohérence de fonctionnement. Et ca reprend l'idée de continuity de Apple et de seamless de Google.

avatar lmouillart | 

"Ce n'est pas l'affichage de l'interface qui doit être adapté, mais sa CONCEPTION."
On est d'accord, le fait de prendre en charge différentes tailles d'écrans et d'entrée doit être pris en charge dés les premières ébauches.
Il faut cependant que les technologies d'affichage utilisées ne soient pas fixe, comme cela fut sur iOS.

Chrome OS, Chrome et Android ont en commun un très grand nombre de composants.
A titre personnel je suis plus très intéressé par le fait de pouvoir avoir certaines applications Android sur mon Chromebook, et je dirais peu importe les considérations obscurantistes.

avatar Mithrandir | 

@lmouillart :
Il faudrait déjà que Google sache faire des applications ou dites web qui gèrent correctement des tailles d'écran très différentes, mais il ont encore beaucoup de chemin à faire. Search sur tablette est pourri à souhait par exemple.

avatar lmouillart | 

Search sur tablette ? sur ipad ?

avatar béber1 | 

oui, c'est encore plus évident et cruel pour Google

avatar Stardustxxx | 

Tu me fais dire des choses que je n'ai pas dit.

Tout ce que j'ai dit c'est que les 3 avait compris la problématique et travaillaient dessus. Je n'ai jamais dit qu'ils avaient reussi ;)

avatar patrick86 | 

"Je n'ai jamais dit qu'ils avaient reussi ;)"

Au temps pour moi :)

avatar ddrmysti | 

On nous clame à tout bout de champ qu'apple est à la ramasse et qu'ils ne font que suivre google. Hors dans le terme suivre, il y a la notion de faire après, pas de présenter un mois avant (et là google a avancé sa conférence pour limiter cet effet, mais les années précédentes leurs grandes innovations arrivaient plusieurs mois après celles du suiveur).

avatar Lestat1886 | 

C'est marrant j'etais persuade que les notifications interactives etaient deja dans android... Je n'avais jamais reussi a les activer sur un samsung galaxy tout s'explique lol

avatar patrick86 | 

"C'est marrant j'etais persuade que les notifications interactives etaient deja dans android"

Beaucoup choses présentées comme étant déjà dans Android ne le sont pas en réalité, mais sont ajoutées par des apps tierces et autres extensions sympas.

avatar Lestat1886 | 

@patrick86 :
"Merci pour l'info :)

avatar Mursh | 

Pas besoin d'extension ou quoi que ce soit pour les notifications interactives, et ça existe (et fonctionne) depuis fin 2012.
Après, il est possible que Samsung, avec Touchwiz ait bloqué le truc, mais sur android stock, c'est parfaitement fonctionnel.

avatar patrick86 | 

@Mursh :

Mais y'avait pas sur l'écran d'accueil.

avatar lmouillart | 

Dans Android AOSP non, ici non plus d'ailleurs.
La il s'agit d'une extension Google à AOSP, bref pas de grande nouveauté, exceptée que Google à l'instar de Samsung, HTC, Sony, Dashclock va proposer aussi un module pour afficher et gérer des informations sur l'écran verrouillé.

avatar Tigre | 

@patrick86

Les notifications interactives ne sont pas en natif dans Android. Mais contrairement à iOS on peut remplacer Hangouts par une autre app pour les SMS qui ELLE propose cette fonctionnalité. Exemple : GO SMS, Handcent SMS etc...
Avec iOS tu es lié à Apple, pas possible de changer Messages ni même leur launcher d'applications POURRI ! Sous Android tu peux personnaliser ton système à ta guise et mettre de jolis widgets sur tes bureaux à la place de la grille des apps de iOS pas très jolie à regarder.

avatar Ast2001 | 

Les notifications interactives existent depuis longtemps sous Android. La nouveauté ici, c'est qu'elles apparaissent sur l'écran d'accueil.

avatar lmouillart | 

Sans extensions, sinon il suffit d'utiliser Dashclock.

avatar dscreve | 

En tout cas, on ne sait toujours pas ce qu'on va bien pouvoir faire de ces montres qui restent des pauvres extensions des smartphones...Leur seul intérêt pour l'instant étant de ne plus sortir son smartphone de sa poche....

avatar nono68200 | 

C'est la plus grande qualité de la montre justement. Sortir son smartphone 150 fois par jour, c'est vite lassant. Après, c'est sur qu'avec la convergence ordinateur/Tablette/téléphone qu'ils proposent maintenant, l'intérêt d'une montre devient tout à coup un peu plus ambigu... Parce que soit tu es dehors avec le téléphone, soit chez toi tranquille avec ta tablette, soit sur ton ordinateur, donc ou que tu sois, tu as de quoi lire et répondre a tes sms/appels. Je pense que l'intérêt pourrait être un assistant quotidien. Quelque chose qui te préviens de ta journée, qui apprend à te connaitre, et pourquoi pas, devine même avant que tu fasses les choses. (Tous les matins, en me levant, je jette un coup d'oeil sur mes SMS, pourquoi quand l'alarme sonne (ou vibre sur ta montre), ne pas directement te dire (via un texte, parce que te réveiller directement avec quelqu'un qui te parle, c'est pas top top...) si tu as de nouveaux messages, tu vois le truc ?)
Puis à long terme, ca pourrait simplement remplacer le smartphone, branché sur une tablette à la place.

avatar Lestat1886 | 

@nono68200 :
L'ecran est bien trop petit pour remplacer un smartphone

avatar nono68200 | 

C'est juste une autre façon d'utiliser nos appareils. La montre pour les choses rapides, dans la rue, etc, et la tablette quand tu es assis dans le bus par exemple, ou a un café. Finalement, le grand écran du smartphone est surtout utile pour naviguer sur le net, ou regarder des vidéos, ce que tu ne fais en général pas en marchant...

avatar Lestat1886 | 

@dscreve :
Tout a fait... Je n'en voit franchement pas trop l'intérêt et ca inclut l'iwatch (quoique pour la sante on sera tous concerne un jour ou l'autre)

avatar nono68200 | 

C'est certain, mais je ne compte pas acheter une montre connectée à un prix assez haut juste pour la santé... Mon iPhone me fait déjà office de coach sportif avec Nike+ Move, Nike+ Running.

avatar Tigre | 

Au moins Google propose une offre complète de solutions sous Android : smartphone, tablette, montre, TV.

Apple n'a toujours pas sorti sa iWatch ni sa iTV. Ils ne sont déjà plus dans la course et avec les tarifs qu'ils pratiquent (des marges de 40%) vaut mieux qu'ils ne proposent rien finalement !

avatar jefrey | 

Material design est réussi… graphisme, interface, animation.

avatar boubloux | 

Matériel design j'adore ! Après faut voir ce que ça donne en vrai ! Mais est ce que je prendrai un nexus 6 ou iphone 6 ... Presse de voir ce que ça donne a l rentre

avatar joneskind | 

@boubloux

Si tu comptes garder ton téléphone plus de 2 ans, prends un iPhone.

avatar bibi81 | 

Avec la batterie soudée, c'est plutôt un mauvais choix.

avatar NestorK | 

Pardon ? Mon Nexus 5 arrive à la fin de son année et je compte bien en faire une ou deux de plus vu comme il marche du feu de dieu. Mais explique moi quand même pourquoi le mien va s'arrêter de fonctionner en novembre. Je suis curieux.

avatar Tigre | 

@NestorK

Je confirme j'ai moi même un Nexus 5 acheté il y a 2 mois, et je n'ai pas encore vu de téléphone aussi performant que ce soit en Samsung ou en iPhone 4, 4S et 5 et 5C.

C'est hyper rapide avec un snapdragon 800 quadri processeurs à 2,2 Ghz !

avatar Tigre | 

@joneskind

Avec le prix que j'ai payé mon Nexus 5, je peux en changer tous les 2 ans alors qu'un iPhone au double du prix d'un Nexus il faudrait que je le traine 4 ans avant de pouvoir le changer. Avec Google, je peux changer mon téléphone plus souvent et avoir toujours le dernier cri de la technologie !

Les iPhones 5s 64 bits dans 2 ans seront déjà obsolètes.

avatar joneskind | 

@ Tigre

Le support logiciel des Nexus est officiellement de 18 mois, 23 mois en moyenne. Le support logiciel des iPhones est de 51 mois.

Dans moins de 2 ans, ton Nexus 5 ne sera plus mis à jour alors que mon iPhone 5 le sera toujours.

On a visiblement une conception très différente de l'obsolescence. Mais si tu acceptes de devoir racheter un téléphone tous les 2 ans pour qu'il soit mis à jour c'est ton problème.

avatar Tigre | 

@joneskind

Ton iPhone dans 51 mois sera complètement obsolète !!!! Bon à foutre à la poubelle face aux nouveaux Nexus ! Bonne chance

J'ai conservé comme cela un iPhone 3GS pendant 4 ans et demi. La version 7 iOS ne tournait pas dessus. Alors je l'ai changé pour un Nexus 5, et là, oh surprise !, je me suis rendu compte de la supériorité du système de Google. Le Nexus 5 avec son snapdragon quadricoeurs est hyper réactif bien plus qu'un iPhone 4, 4S, 5 et 5C !
Au prix ou je l'ai payé, 350 €, ça ne me posera absolument aucun problème pour le changer dans 2 ans si nécessaire !

Dark-Vador

avatar Doctomac | 

Comment peut-on résumer cette keynote. Très simplement je pense :

- Interface Android, on fait comme Apple

- Android pour la voiture, on fait comme Apple

- Android pour la TV, on fait comme Apple

- Lien entre appareil mobile et ordinateur, on essaye de faire comme Apple (quelle piètre idée de tenter de faire utiliser des apps mobiles avec une souris).

"où il s'est chargé de la somptueuse interface de webOS"

LOL. Avec tant de louanges proclamées par iGene, on se demande vraiment pourquoi ce truc n'a pas marché jusqu'à la faillite.

avatar Eurylaime | 

Vu le temps nécessaire au développement, de toute évidence Google n'a pas attendu de voir la WWDC pour commencer à bosser. Certains points lors de la WWDC, de Google IO ou de Build sont le résultat d'années de travail.

avatar Doctomac | 

- point 1 ça date de la WWDC 2013

- point 2, de mois de mars lol

- point 3, ça fait longtemps

- point 4, c'est marrant on n'a pas vu de démo des sms sur le ChromeBook lol. Un petit ajout dernière minute ?

avatar Stardustxxx | 

Point 1 : tu parles de quoi, le flat design ?

Point 2 : Google fait partie de Open Automative Association, et ca date de janvier. On parle deja de Projected Mode. Apple a montré des choses en mars, mais toujours pas de produit. Il me semble que Google et Apple sont sur des voies parrallèlle.

Point 3 : Il y a deja eu Google TV, ce n'est pas la première fois que Google s'essaye. Et faire l'impasse la dessus alors qu'ils ont des films dans leur store n'a pas de sens.

Point 4 : Pour le moment on est sur des annonces du côté de Apple comme de Google. Les OS définitifs ne sont pas sorti. Et toutes les fonctionalités des OS n'ont pas été dévoilé.

On peut aussi parler de domotique, de santé, de fitness, on observe très clairement les mêmes rumeurs, les mêmes annonces, alors qui est le premier ?
Et puis ce n'est pas très pertinent de savoir ca, car on sait tous que de plus en plus d'objets vont être connectés dans tous les domaines, . Ce qui est important, c'est la vision d'ensemble, l'écosystème, la cohérence du design et de l'interaction. Plutôt que de savoir qui a fait la première annonce dans tel domaine.

avatar Doctomac | 

point 1 : je parle de iOS 7 qui n'a rien de flat design, encore une fois (ni la nouvelle version d'Android d'ailleurs).

pointé 2 : Oui Apple a montré en Mars, Google 3 mois plus tard.

point 3 : oui mais Google TV et associé (Chromecast) ressemble de plus en plus à l'Apple TV.

point 4 : sur les fonctions que j'ai citées, Apple a fait une démo....Google non.

avatar Stardustxxx | 

Point 2 : Le nombre de boite qui ont montré des choses et qui n'ont jamais rien sorti. Montré quelque chose ne veut rien dire. Si on compte le nombre de démo fake qui a été faite au cours des ans par diverses compagnies. Faire des démos c'est très bien, mais ce qui est important c'est le produit final. il me semble que l'on soit dans le même time frame. Alors si on doit comparer qui a fait la premiere annonce, qui a fait la première demo, qui a fait la première alliance, ce n'est ni intéresant ni pertinent.
Point 3 : il y a une convergence de tous ces devices : Apple TV, Roku, Chromecast, WD Live TV, sans compter Netflix, Plex et meme la XBox One avec la Kinect. Il y a une uniformisation des fonctionalité sur ces devices.

Point 4 : C'est vrai, mais ce n'était pas une conf sur le prochain android. On parle juste de L. Ce n'était pas une conférence sur Android 5.0 Lollilop. Je pense que Google se réserve des annonces pour le prochain Android.

Mais vouloir comparer Google et Apple point par point n'est pas très interessant. Par contre critiquer et comparer la cohérence de l'écosystème Google et Apple me parait plus intéressant.

avatar joneskind | 

@Doctomac

T'as oublié un truc !

-Android pour la santé, on fait comme Apple.

avatar NestorK | 

Quand on voit tout ce qu'Apple est à aller chercher du côté d'Android pour iOS8 (extension, widget, clavier tiers, notifications interconnexion et j'en oublie) tes commentaires et ceux de Doctomac sont décidément de fabuleux points Godwin.

Pourquoi tant de mauvaise foi pour défendre une marque à tout prix ? Vous avez pas grandi depuis la cours de collège et la guerre Sega / Nintendo ? C'est quelle étape de l'adolescence que vous avez tous loupé ? Il y a de quoi s'enthousiasmer autant d'un côté que de l'autre et c'est une bonne chose.

avatar Mursh | 

- Apple Plans, on fait comme Android
- Notifications, on fait comme Android
- Claviers persos, on fait comme Android
- Flat design, on fait comme Windows Phone
- Siri, on fait comme Google Search (amélioré, mais rattrapé par Google Now)

Etc, etc ...

On ne voit que ce qu'on veut voir ..

avatar Doctomac | 

- Apple Plan, Apple a fait car Google ne voulait pas faire.

- C'est marrant là avec ce qui a été présenté, pour les notifications c'est plutôt on fait comme Apple

- OK pas de soucis, je l'avais vu

- iOS 7 n'a jamais été Flat.

- Si c'est pas amélioré, ce n'est pas pareille (comparer Siri et Google Search, il faut oser) et merci de confirmer que Google a fait comme Apple pour les rattraper lol.

avatar Stardustxxx | 

Apple Plan, pas juste a cause de Google. D'un point de vue ecosystème il était impératif de ne pas dépendre de son concurrent la dessus. La transition a été plus rapide que prévu a cause de la mauvaise volonté de Google mais elle aurait quand même eu lieu. La localisation est primordiale pour l'écosystème, et la maitriser vitale.

C'est comme Apple!!! En un mois Google ont reussi a copié Apple!!!
Il y a deja des notifications interactive dans android, il s'agit d'une extensions des fonctionalités, pas besoin de copié les voisins.

Il y a une forte dose d'inspiration Flat Design dans iOS 7.

La tu es en train de dire qu'on a eu Google Search, ensuite Siri est sorti en étant meilleur, et qu'ensuite Google Search a été améliorer pour être meilleur que Siri.
Ca me semble un cycle normal de developpement, chaque version est meilleure que la dernière version du concurrent. Donc les comparer a un instant t n'est pas intéressant. Et avec Microsoft et Cortana, la concurrence augmente. Perso, je trouve ca tout bon pour nous utilisateur.

avatar phantoom | 

@Doctomac

- Apple Plan, Apple a fait car Google ne voulait pas le faire gratos
-Les notifs c'était préexistants, là on parle d'améliorations
- IOS est un flat design (suppressions des effets de reliefs)
- Siri n'est qu'une app (racheté), Google Now est une solution maison... Basé sur le knowledge graph qui plus est, une chose qu'Apple n'aura jamais.

Pour en revenir au reste :

Google est déjà présent dans les voitures à l'heure ou je te parle - plusieurs modèles existe avec des fonctionnalités spécifiques au service Google (Nissan Juke par exemple)
Apple pour l'instant c'est que des rendus. Rien de concret. Donc je maintien, Apple a beau avoir fait une belle présentation, il n'y a toujours rien de concret. Et le Nissan Juke est sorti avant la présentation d'Apple...

avatar patrick86 | 

" Et le Nissan Juke est sorti avant la présentation d'Apple..."

Ça change rien au fait que le Nissan Juke est définitivement LAID.

avatar Mursh | 

En quoi le design exterieur d'une voiture est pertinent sur son utilisation d'un système android ?

avatar patrick86 | 

"- Flat design, on fait comme Windows Phone"

Non. Malgré les nombreux très graphiques d'iOS 7, incontestablement issus du dogme appelé "Flat design", il n'est PAS comme Windows Phone, parce que Windows Phone va encore PLUS LOIN dans le tout plat et tout carré sans couleurs.

" Siri, on fait comme Google Search (amélioré, mais rattrapé par Google Now)"

Faux.

Pages

CONNEXION UTILISATEUR