« Wiko est né en France, c’est une marque française »

Mickaël Bazoge |

L’ascension fulgurante de Wiko, fondé en 2011 à Marseille et qui s’est hissé rapidement au deuxième rang des vendeurs de smartphones en France (hors marché des smartphones subventionnés par les opérateurs), éveille bien des soupçons. La campagne d’affichage « Cocowiko » qui prolifère sur les abribus des grandes villes met en avant le caractère hexagonal de l’entreprise : « la 2e marque de mobiles la plus vendue est française ».

Cliquer pour agrandir

Mais ce n’est un secret pour personne : derrière Wiko, se tient Tinno, un fabricant chinois de smartphones, qui est devenu l’actionnaire principal de la petite société française devenue un joueur important du secteur (lire : Wiko : une marque française made in China). Modèle économique, rapport qualité/prix, distribution, polémique sur la marque... Nous revenons sur tous ces sujets avec Hervé Vaillant, le porte-parole directeur des relations presse de Wiko.

Quels sont les effectifs de Wiko ?

Laurent Dahan (Président fondateur) et Michel Assadourian (Directeur Général) ont commencé l’aventure début 2011 avec une seule employée qui est toujours chez Wiko aujourd’hui, comme la quasi-totalité des collaborateurs recrutés depuis. A présent nous sommes 150 en France (au siège social situé à Marseille) et plus de 350 dans le monde.

Comment se répartissent les effectifs de l’entreprise ?

Pour le commerce et la vente, 30%. Le pourcentage est le même pour les services support (dont service administratif & financier, les ressources humaines, le SAV, le service clients, l’informatique et le juridique). Le marketing & communication compte pour 15%, idem pour la R&D et la conception des produits. Enfin, la logistique et la distribution représente 10%.

Pouvez-vous nous donner une idée des performances financières de Wiko ?

Le chiffre d’affaires n’est pas le seul indicateur de la réalité économique de Wiko, il ne reflète pas la dynamique concurrentielle. Ce sont les volumes qui disent la performance. Pour votre information, sur notre premier marché, la France, nous sommes numéro 2 des ventes de smartphones et mobiles traditionnels sur l’open-market (hors subventions opérateur, ndlr), ce qui représente 17,8 % de part de marché (selon l’institut GFK). En 2014, nous avons vendu plus de 5 millions de terminaux. En ce qui concerne notre chiffre d’affaires, il s’élève à 350 millions d'euros pour 2014, dont 45% sur la France. Nous projetons pour 2015 un CA à 650 millions dont 30 à 35% pour la France.

Quelle est la marge de manœuvre opérationnelle de Wiko par rapport à Tinno ? Est-ce que, par exemple, Wiko pourrait s’adresser à un autre fournisseur de smartphones ?

De par la spécialisation de l’économie globale, chaque pays a son avantage concurrentiel et ce, dans différents domaines. La Chine possède un avantage indéniable dans la production de téléphones portables. Afin de garantir le meilleur équilibre entre qualité et coût pour nous consommateurs, nous avons développé un partenariat fort avec Tinno. Ce dernier est notre partenaire industriel et l’actionnaire majoritaire de notre société. Nous avons convenu ensemble que Tinno serait notre partenaire industriel exclusif et que nous ne serions pas présents dans les mêmes pays. Cela serait préjudiciable pour Wiko, comme pour Tinno.

Comment se déroule en pratique le fonctionnement de Wiko avec Tinno ? Est-ce que Wiko se contente de choisir sur catalogue, ou est-ce que Wiko peut demander des modifications ?

Tinno n’est pas qu’un simple fournisseur de téléphones portables pour Wiko. C’est véritablement notre partenaire industriel. En revanche, c’est Wiko qui définit les produits à partir d’un cahier des charges extrêmement détaillé qui comprend le design, l’ergonomie et les 250 composants du téléphone. Ce partenariat fort avec le groupe Tinno nous permet une ultra-flexibilité, une évolution permanente dans l’innovation, ainsi qu’un contrôle de la qualité sur toute la chaîne de production et les composants.

Quelle est la plus-value des smartphones Wiko sur le plan matériel et logiciel ?

L’un de nos engagements fondamentaux est de travailler le juste équilibre entre technologie, design, qualité et prix. Quand nous avons lancé notre marque en 2011, le marché était dominé à 95% par les opérateurs qui vendaient les téléphones mobiles exclusivement avec des packs subventionnés. Le consommateur n’avait absolument aucune idée de la valeur réelle de son mobile. Il y avait une véritable déconnexion entre la réalité du prix des produits et la perception du consommateur. Camouflé dans les packs opérateurs, ils achetaient des produits très souvent démesurés pour l’usage qu’ils en faisaient. Proposer une technologie accessible, au bon moment, est notre principal objectif. Nous proposons à nos clients la juste technologie (celle dont ils ont réellement besoin) au bon moment. Nous proposons à nos clients le meilleur de la technologie, avec la meilleure qualité possible, au meilleur prix.

Une fois le cahier des charges défini, en combien de temps va-t-on retrouver le smartphone dans le réseau de distribution ?

Cela dépend de la complexité du produit. En général il faut compter environ six mois (et c’est là une des grandes forces de Wiko). Maintenant pour certains téléphones très complexes (comme le Highway Pure : le smartphone le plus fin du monde), on peut avoir jusqu’à un an de développement.

Le Highway Pure : 5,1 mm, 98 grammes, écran 4,8 pouces et processeur quatre cœurs cadencé à 1,2 GHz.

Peut-on comparer Wiko aux autres constructeurs de smartphones comme Apple, Samsung, etc. ? Wiko n’est-il pas qu’un distributeur de smartphones chinois ?

Vous pouvez parfaitement comparer Wiko à Apple et Samsung dans la mesure où comme eux, nous définissons le design et les composants de nos téléphones et que nous les faisons fabriquer dans un site de production situé à Shenzhen en Chine. Tous les smartphones Apple et les smartphones haut de gamme de Samsung sont fabriqués à Shenzen. On ne dit pas pour autant qu’Apple et Samsung ne sont qu’un distributeur de smartphones chinois (NDLR : dans les faits, c’est beaucoup plus compliqué : Apple et Samsung développent les technologies et les composants de leurs smartphones en interne. La chaîne de production chinoise des deux constructeurs se contente d’assembler les composants). Nous avons la chance d’avoir un partenaire industriel qui est devenu en quelques années l’un des plus gros fabricants de téléphones mobiles dans le monde. Grâce à lui nous bénéficions d’économies d’échelle incroyables tout en maitrisant totalement toute la chaine de conception et de fabrication de nos produits.

Le modèle économique de Wiko est basé sur la vente de smartphones chez des revendeurs autre que les opérateurs, sans subvention. Cela va-t-il changer ?

Absolument. Nous étions à nos débuts présents uniquement sur les segments « entrée de gamme » et « moyen de gamme ». De ce fait nous n’étions présents que dans la grande distribution alimentaire et sur internet. À présent nous proposons une large gamme de produits qui couvre tous les usages, du plus simple au plus technophile. Nous sommes actuellement en négociation avec les opérateurs pour rentrer très prochainement dans leurs boutiques.

La campagne d’affichage actuelle selon laquelle Wiko, marque française, est la 2e marque de mobiles la plus vendue ne joue-t-elle pas un peu sur les mots ? Au fond, c’est un peu cela qu’on reproche à cette entreprise dont les capitaux sont à très grande majorité étrangers.

Wiko est une marque française. Comme la majorité des marques françaises internationales, nous avons un partenaire industriel international, en l’occurrence le groupe chinois Tinno, qui se trouve être également l’actionnaire majoritaire de notre entreprise. Ceci dit, cela ne change en rien l’identité française de notre marque. Wiko définit le produit, décide des éléments qui le composent et prend toutes les décisions sur la façon de le commercialiser. Son développement à l’international est décidé et orchestré depuis la France. Wiko est né en France. Son premier et plus fort développement est en France. Wiko est une marque française basée à Marseille.


Tags
avatar jackhal | 

La marque n°1 en vente de mobile en France est française, domiciliée à Saint-Ouen dans le 93.

COCORICO !

http://www.societe.com/societe/samsung-electronics-france-334367497.html

avatar Gladjessca | 

@jackhal :
Merci pour ce résumé précis qui dit tout ! Si Wiko est français je suis la reine d'Angleterre !!!

avatar Olivenere | 

La seule façon de savoir si on a affaire à une boîte française ou chinoise, c'est de voir son bénéfice fiscal... S'il est à zéro, c'est que tous les bénéfices partent en Chine (via sur facturation, licences, etc...) et que wiko n'est pas patriote. S'il est conforme aux normes, c'est que Wiko participe à l'économie française et peut donc être considérée comme française. Je pense que c'est le seul juge de paix.

avatar Ipader | 

@Olivenere :
Tout à fait d'accord avec toi, une marque est française si elle paye ses impôts en France sinon c'est cocorizero ;)

avatar Androshit | 

45 personnes pour gérer le service administratif & financier, les ressources humaines, le SAV, le service clients, l’informatique et le juridique. C'est maigre pour la soit disant 2ème marque française, qui vendrait des millions d'appareils.
Pas étonnant qu'ils aient le pire SAV (j'imagine même pas les cadences des mecs), même pire que celui de Samsung, qui met pourtant la barre très très bas ^_^

avatar princia | 

C'est pas bien de mentir, c'est pas bien de pas partager les (vrais) infos, c'est pas bien d'être chinois.

Ahlala Wiko qui se compare à Apple on aura tout vu. Franchement loin de moi de douter, non je m'en fous je doute, je me demande vraiment s'ils ont un pole R&D comme Apple ou même Samsung puisqu'ils ont osé se comparer à eux. Contrairement à Wiko, c'est deux là fabriquent et désignent certains de leur composants pour ne parler que des SoC

Un partenaire qui détient votre société à 95% et vous osé répondre encore que c'est juste un partenaire. bande de f***********

avatar apache | 

@XiliX :
Mais oui quand samsung les à attaquer pour violation de brevets sur la 3G et 4G il ce sont retournés sur foxconn en disant que eux avaient des accords avec la dit société

avatar XiliX | 

@apache
"Mais oui quand samsung les à attaquer pour violation de brevets sur la 3G et 4G il ce sont retournés sur foxconn en disant que eux avaient des accords avec la dit société"

Tu t'est trompé de société :D
Depuis quand Foxconn fabrique des puces 3G/4G :D :D :D
La puce concernée est fabriquée par Infineon ou Broadcomm. Apple ne fabrique pas les puces 3G/4G, Apple utilise les puces existantes sur le marché.
Or les fabricants ne peuvent fabriquer sans licence donc à partir de ce moment là oui Apple a acheté des puces 3G/4G dont la licence a été payée. Parce que s'il n'y a pas de notion "d'héritage", toi aussi tu devrais t'aquiter de cette licence

Foxconn ne fabrique rien, il assemble. Les fournisseurs des composants sont ailleurs

avatar tchit | 

Des téléphones fabriqués par des petits enfants en Chine <3

avatar desertea | 

De la bouse !!

avatar Myaboki | 

"qui se trouve être également l’actionnaire majoritaire de notre entreprise"

c'est juste un hasard, c'est français puisque je vous le dis!!!

avatar Myaboki | 

Maintenant, il dit bien "marque française" et pas "société française" (ou entreprise ou autre...)

De ce point de vue il y a un siège social en France qui a enregistré la marque. Donc c'est vrai même si le message est fait pour noyer le poisson.

avatar Boeuf-fr | 

J'ai testé une fois et ai bien regretté mon achat. La qualité et le SAV sont bien chinois (ou français !, mais en tous cas, bien mauvais).

avatar BLM | 

Le discours de L. Dahan & M. Assadourian est un fantastique exemple de langue de bois et de désinformation.
Publier cette interview sans systématiquement, pied-à-pied, [au minimum] en discuter les affirmations biaisées (pour être gentil) revient à accepter que vous soyez un élément de la mé-communication du groupe Wiko.

«De par la spécialisation de l’économie globale, chaque pays a son avantage concurrentiel et ce, dans différents domaines. La Chine […]»
Autrement dit: nous avons DÛ être partenaire avec la chine car ils sont incontournables.
Soit !

«Afin de garantir le meilleur équilibre entre qualité et coût pour nous consommateurs, nous avons développé un partenariat fort avec Tinno»
Cette dernière phrase sous-entend que l'entité Wiko aurait existé indépendamment de Tinno, antérieurement au partenariat, et de façon raisonnée/raisonnable en même temps qu'autonome aurait fait le choix de Tinno parmi une myriade de partenaires [chinois] possibles.
Problème: c'est FAUX.
– «France's No. 3 smartphone brand Wiko is actually owned by a Chinese company, reports Huaqiu, the Chinese-language website of the nationalistic tabloid Global Times.» 25 mars 2014
– «Tinno avance masqué: [La belle histoire de Wiko marque française] a été montée de toutes pièces en Chine. […] Tinno a démarré ses activités en 2005 en concevant des téléphones portables pour d'autres marques. Il commence par écouler des mobiles bon marché au Pakistan, en Indonésie,[…] [puis] met le cap sur l’Europe. [Tinno noue des partenariats en Italie & Russie et CRÉE sa première filiale en France: Wiko, dont il détient 95 % du capital via un holding basé à Hongkong: Mega Alliance Holdings Limited, Laurent Dahan, ancien grossiste dans les télécoms, possède les 5 % restants»

avatar BLM | 

(Suite)
«Comment se répartissent les effectifs de l’entreprise ?
Commerce & vente 30%; [idem pour] les services support […]; 15% marketing; 15% R&D & conception; 10% Distribution»
C'est du pipeau: «To maintain its local image, Wiko has 65 French employees but has only four engineers, with the rest all involved in localization of design, marketing, advertising, distributor relations and customer service.»
En mars 2014, Wiko avait 4 ingénieurs pour 65 employés français; ça fait 6%.
4 ingés pour CONCEVOIR 8 modèles de smartphones ( 2014) … à l’égal d’Apple & Samsung… Brillants les mecs !

«Ce dernier est notre partenaire industriel et l’actionnaire majoritaire de notre société. »
Majoritaire ?
C’est peu de le dire ! 95% !!
Est ce qu’Apple est détenu à 95% par Foxconn ?!

«Nous avons convenu ensemble que Tinno serait notre partenaire industriel exclusif«
Comment pouvez vous vous faire l’écho d’une distorsion aussi grossière de la réalité ? C’est hallucinant de lire ça !
Pour convenir “ensemble” il faut être en mesure de négocier… Wiko NE peut PAS avoir un autre partenaire industriel: Wiko appartient à Tinno.
Point barre.
Quand Apple achète Avantech, Avantech n’a plus d’autre “partenaire" qu’Apple;
Wikio est le croupion de Tinno et fait ce que Tinno dit; Tinno fronce un poil de sourcil et le patron de Wiko se retrouve à Pôle Emploi.

«[nous avons convenu] que nous ne serions pas présents dans les mêmes pays.»
Wiko, détenu par Tinno à 95% aurait négocié pour se répartir les aires d’influences commerciales.
Ah! Ah! Ah! Aaarrggghhh !

avatar BLM | 

«Cela serait préjudiciable pour Wiko, comme pour Tinno»
Tiens? Ça, c’est vrai: si Tinno vendait directement en France, il y aurait (probablement) des méchantes barrières administrative, douanières, etc Wiko n’est pas le 1er faux nez d’une boite étrangère qui avance derrière le masque d’une marque autochtone.
Quant à imaginer Wiko vendant en Chine…

«Vous pouvez parfaitement comparer Wiko à Apple et Samsung dans la mesure où comme eux, nous définissons le design et les composants de nos téléphones»
C’est ça… avec 4 ingés…
(Rq: tiens, là, c’était trop gros, il y a eu une NDLR)

La conclusion , histoire d’enfoncer le clou:
«Wiko est une marque française.»
Non

«Comme la majorité des marques françaises internationales, nous avons un partenaire industriel international»
Ce n’est pas un partenaire, mais le fondateur & propriétaire de la boîte.
«en l’occurrence le groupe chinois Tinno, qui se trouve être également l’actionnaire majoritaire de notre entreprise»
“En l’occurence”, “qui se trouve” . Joli choix de mots pour une belle langue de bois qui évoque le hasard, l’accessoire, l’adventice. Alors que Tinno est tout le contraire pour Wiko.
Sans Tinno, pas Wiko.
Évidemment, comme slogan, c’est moins vendeur.
Mais exact.

avatar macinoe | 

Merci BLM pour cette mise au point très honnête et claire.

Je trouve que la com de Wiko est complètement contre productive.

Enfin bon je m'étais laissé berné au début, une boite française qui fait de l'import de produit hi tech, avec des tarifs alléchant, bon on lui laisse sa chance, on n'est pas trop méchant.

Mais bon là je trouve vraiment que c'est de la tromperie ce qu'ils font. Ce n'est pas honnête.
Et encore une fois s'il jouaient carte sur table, ça ne me dérangerait pas plus que ça.

Mais là ça m'énerve leur façon d'essayer de prendre les gens pour des idiots.

Et puis c'est bête, simplement bête, ils vont finir par tout perdre avec un reportage TV bien ravageur.

Tout ça c'est de la vision à court terme de mecs qui veulent s'en mettre plein les poches en un minimum de temps.

Je plains les "quelques" employés, à mon avis l'aventure ne va durer bien longtemps.

avatar Le docteur | 

Un exemple en bécane : Mash. La seule différence : c'est un importateur français qui commande des bécanes définies par lui (mais dont on retrouve des clones en GB, par exemple) en Chine.
Malgré la qualité un peu chinoise (en gros sur les premiers modèles il aurait fallu remplacer immédiatement les pneus, le kit de distri, refaire le gainage des câbles proprement et inspecter la visserie), ça donne des bécanes sympathiques et les derniers modèles seraient en amélioration.
J'avoue que je tire la langue devant la 400 et son rapport puissance/consommation (plus l'indémodable look scrambler).
Mais, comme je le dis : ils font fabriquer en Chine mais n'appartiennent pas aux chinois.

avatar BLM | 

à propos de "Wiko-marque-française" :
Une recherche de propriété de marque à l'INPI donne :
   • « Déposant : DAHAN Laurent, 123 rue Breteuil, 13006, MARSEILLE, FR »
jusque là, ça va.
   […]
   • « Historique
– Publication 2010-12-03 (BOPI 2010-48)
– Enregistrement avec modification 2011-05-06 (BOPI 2011-18) »
Modification ? Quelle modification ?
Facile:
   • « Transmission totale de propriété no 549508 du 2011-05-12 (BOPI 2011-25) Bénéficiaire: MEGA ALLIANCE HOLDINGS LIMITED »
    Là, ça ne va plus du tout !
La marque elle-même (on ne parle plus des téléphones qui auraient un chromosome français)        – appartient à la holding de Hong Kong citée ds l'article du Figaro,
      – elle n'appartient plus à M. Dahan.
        – elle n'est plus française.
     (& si Tinno se fâche, Dahan dégage sans plus pouvoir utiliser "sa" marque)

Pour finir des informations complémentaires sur Wiko peuvent être trouvées sur le site de Markplus International, la mandataire dont le nom apparaît sur les "minutes" du dépôt de marque auprès de l'INPI : par exemple

avatar BLM | 

(Le lien a sauté)

avatar BLM | 

(Tiens? Le lien ne passe pas :
HacheTéTéPé 2points Slash Slash trademark.markify.com/trademarks/ctm/wiko/009879701

avatar Olivenere | 

@BLM :
Merci ! L'aurait mieux fait de se taire monsieur comm' de wiko !

avatar Xav852 | 

C'te langue de bois!

avatar Switcher | 

Cet entretien est à la limite du test de Turing : je me suis demandé si c'était un "bot" qui répondait ou un être humain tellement son discours était formaté.
Impressionnant.

Et comparer Wiko avec Apple, j'en vois dans les comm' qui s'éclatent en donnant raison au bot : on attend le WikOS avec impatience, les loulous... C'est de la bonne, dites...

avatar marc_os | 

J'adore la réponse sur la plus-value des tel WIKO. De la vraie langue de bois hors sujet pour ne surtout pas répondre.
Il est prêt à passer à la politique le monsieur.

avatar marc_os | 

Contrairement à certains, je remercie macge pour cette interview qui révèle le vrai visage des dirigeants de Wiko !

avatar Plastivore | 

Sur la même affiche, on a "Cocorico", "Marque française", et un slogan en anglais ("Game changer").

C'est clair que "Game changer" c'est top franchouille comme expression !

Pages

CONNEXION UTILISATEUR