Bruxelles accuse Google d'abus de position dominante via Android

Florian Innocente |

La Commission européenne estime que Google a mis en œuvre une politique autour d’Android conduisant à des abus de position dominante. L’objectif pour le groupe américain étant de « préserver et renforcer sa position dominante dans le secteur de la recherche générale sur l’internet ». Cela aurait comme corollaire de « léser les consommateurs en bridant la concurrence et en limitant l’innovation dans le secteur plus large de l’internet mobile ».

Margrethe Vestager

Cela fait six ans maintenant qu’une partie de ping-pong a démarré entre Bruxelles et Google, alimentée par des plaintes venant d’entreprises du secteur. Le moteur a proposé à plusieurs reprises de faire des concessions mais elles ont toujours été jugées insuffisantes. Il y a presque un an jour pour jour une enquête a été ouverte.

Aujourd’hui, Bruxelles a publié les conclusions préliminaires de ses investigations. Elles vont servir de base à des discussions avec Google. Le groupe dispose d’environ trois mois pour préparer une réponse complète et argumentée.

Margrethe Vestager, commissaire chargée de la politique de concurrence, a expliqué ce matin que toutes les options étaient ouvertes. Cela peut aller d’une forte amende à la signature d’un accord. Google pourra aussi faire appel s’il est accusé, prolongeant certainement cette bataille de quelques années supplémentaires. Dans ce genre de dossier, le calcul de base de l'amende est de 10% du CA de l'entreprise jugée coupable, soit environ 7 milliards de dollars pour Google. Mais ce mode de calcul peut varier.

Margrethe Vestager prévient qu’en cas de nouvelles offres, Google devra mettre sur la table des propositions bien différentes de celles faites déjà à trois reprises.

Ce n’est toutefois pas la seule enquête sur Google qui occupe la Commission. Cette dernière s’intéresse à la manière dont le moteur favoriserait ses propres services aux dépens de ceux de concurrents dans les résultats de recherche (en particulier pour Maps, sur les comparateurs de prix et les guides d’informations locales). D’autres soupçons portent sur « la copie de contenus web concurrents (connue sous le nom de «scraping» ou «moissonnage»), l’exclusivité en matière publicitaire et des restrictions injustifiées imposées aux annonceurs ».

Dans le cas présent, Bruxelles énumère trois comportements qu’elle juge abusifs. Ils sont de nature à assurer une position dominante pour Android et ses applications (l’OS mobile s’octroie environ 90 % du marché dans l’espace européen).

Cliquer pour agrandir

1/ En obligeant les fabricants qui veulent le Google Play Store (principale porte d’entrée vers les apps de l’écosystème d’Android) à préinstaller Google Search ainsi que Chrome, et de faire en sorte que Google soit le moteur par défaut dans les réglages (quand il n’est pas le seul et unique disponible pour l’utilisateur) ;

La Commission admet qu’il est important pour un utilisateur d’avoir une bonne « expérience de déballage » en disposant d’une panoplie d’apps préinstallées. Mais elle entend veiller à ce que les fabricants aient toute liberté en la matière et qu’on ne leur torde pas le poignet.

2/ En empêchant les fabricants de vendre des terminaux équipés d’un “fork” basé sur la version open source d’Android. « Si un fabricant souhaite préinstaller sur n’importe lequel de ses appareils des applications propriétaires de Google, dont Google Play Store et Google Search, Google l’oblige à conclure un «accord antifragmentation» en vertu duquel il s’engage à ne pas vendre d’appareils fonctionnant sous des forks Android. »

Là encore, la Commission conçoit parfaitement que des éditeurs veuillent mettre en place des restrictions à l’emploi de leurs logiciels, mais sous réserve qu’elles soient justifiées. En l’occurence, Google n’a pas réussi à convaincre les enquêteurs du bien fondé de celles inscrites dans cet “accord antifragmentation”.

Ces obligations dictées par Google auprès de ses partenaires ont eu pour effet de les « empêcher de vendre des appareils mobiles intelligents fonctionnant sous un fork Android concurrent susceptible de devenir une alternative crédible au système d’exploitation Android de Google ».

3/ En accordant des incitations financières « importantes à certains des « plus gros fabricants de téléphones intelligents et de tablettes ainsi qu’à des opérateurs de réseaux mobiles »  en échange d’une préinstallation exclusive de Google Search. La Commission dit posséder des « éléments prouvant que la clause d’exclusivité avait une incidence sur la préinstallation ou non des services de recherche concurrents ».

Que Google utilise une carotte financière pour motiver ses partenaires ne pose aucun problème aux enquêteurs, ce sont les conditions à leur obtention qui sont pointées du doigt.

Google se défend

Google a publié une première réponse, d'ordre général. Il cite l’exemple d’Amazon qui utilise la version open source d’Android pour ses tablettes Fire… en omettant de rappeler qu’elles n’ont pas le Google Play Store mais une boutique maison et encore moins les apps propriétaires de Google.

Il explique ensuite qu’il y a de sa part une volonté de proposer une bonne expérience utilisateur : « Les fabricants qui souhaitent participer à l’écosystème Android s’engagent à tester et certifier que leurs appareils prennent en charge les applications Android. Sans ce système, les applications ne fonctionneraient pas d’un appareil Android à l’autre. Imaginez à quel point ce serait frustrant si une application téléchargée sur un téléphone Android ne fonctionnait pas sur le téléphone Android de remplacement provenant du même fabricant ».

Google se défend en outre d’empêcher les fabricants qui ont opté pour sa version d’Android de préinstaller aussi des apps ou services concurrents (celles de Microsoft, de Facebook, Amazon ou celles des opérateurs).

Mais ce que la Commission critique en premier lieu c’est l’obligation stricte qui est faite de préinstaller le moteur de recherche de Google et son navigateur pour obtenir l’Android de Google. Que les clients puissent ensuite installer à leur guise Instagram ou WhatsApp, comme le fait remarquer Google, n’a rien à voir avec le problème de fond soulevé par les enquêteurs.

Les choses sérieuses vont maintenant commencer entre les protagonistes, Google va avoir tout loisir de se défendre et répondre point par point. Hier, Google a vu un nuage se dissiper du côté du Canada, avec l’abandon des poursuites pour, là encore, des pratiques jugées anticoncurrentielles.


avatar enzo0511 | 

L'UE cette immense organisation désorganisée qui ne défend pas vraiment les intérêts des européens mais qui cherche à se financer pour combler les trous creusés par les gaspillages massifs d'argent public

Si au lieu de toujours poursuivre les boîtes américaines en les accusant d'être les meilleures, l'UE faisait son possible pour que de grandes entreprises européennes soient compétitives ?

On ferait mieux de concurrencer les américains plutôt que de toujours chialer en accusant les autres de dominer grâce à leurs produits et services supérieurs

avatar frankm | 

Si ..., l'UE faisait son possible pour que de grandes entreprises européennes soient compétitives ?
La solution : suppression de l'UE qui en effet est une immense organisation désorganisée qui ne défend pas vraiment les intérêts des européens mais qui cherche à se financer pour combler les trous creusés par les gaspillages massifs d'argent public

avatar C1rc3@0rc | 

Le role de l'UE n'est ni l'u ni l'autre.
L'UE est une nécessité sans quoi les nations d'Europe redeviendront le territoire de safari des americains et des chinois.
L'UE est une nécessité sans quoi les multinationales pourront encore plus moissonner les économies et inféoder les consommateurs.
L'UE est un nécessité sans quoi les organisations financière siphonneront et pilleront les revenus des europeens.
L'UE est une nécessite parce que sans elle on verra fatalement revenir le règne des grande dynasties aristocratiques et les guerres provoquées pour les intérêts des "légitimes" et des bâtards. Ça parait absurde aujourd'hui mais les derniers conflits internationaux de ce type ont eu lieu il y a 70 ans et des conflits dit "guerre civile" ont eu lieu il y a moins de 30 ans. Et on ne parle pas les magouilles qui se tractent dans les cours arrières du pouvoir ou les "hauts fonctionnaires" se tirent dans les pattes pour des question de castes, dynasties et autres allégeances.

Il faudrait surtout que l'EU se renforce socialement, s'harmonise fiscalement et efface les "exceptions" des etants membres. L'UE c'est une confédération constituée de régions, pas un sur ensemble d'Etats a regime d'exceptions...

Avant de changer les lois, faudrait déjà le faire respecter. Microsoft a été condamné par l'UE et et devait donner le choix du navigateur a installer: cette mesure aurait du concerner tout les systeme et durer. L'UE doit favoriser l'Opensource, mais il n\y a aucune mesure pour lutter contre les lobbies et la corruption...
Quand on voit que l'Angleterre a tous les bénéfices de l'UE mais n'assume aucun des devoirs de cette appartenance, comme être crédible?
Les lois sont essentielles, mais il est encore plus essentiel de les faire appliquer. Sinon c'est juste de la bouffonnerie.

Google va payer 10% de son CA: il suffit que Google repousse de 5 ans la condamnation, ça ferra 2% du CA a mettre de cote par an...
Et puis c'est Google, Alphabet,...?
Et Microsoft?

avatar frankm | 

On est plus proche d'une nouvelle guerre que des anciennes

avatar 0lf | 

@enzo0511 :
L'UE n'attaque pas sur la position dominante, mais sur l'abus de cette position.

Pour le reste, c'est pas vraiment l'UE qui bloque la création d'entreprises innovantes et à succès...

avatar oomu | 

"L'UE cette immense organisation désorganisée"

hein ?!

Qu'on ne soit pas encore à un modèle fédérale pour tout (armée fédérale, fiscalité fédérale, droit d'auteur, etc), ok. Je l'appelle de tous mes voeux à cette organisation _totale_ et _absolue_ sans aucun compromis.

mais désorganisé ? la partie de l'UE qui s'occupe du commerce entre états membres ? NAON.

-
"mais qui cherche à se financer pour combler les trous creusés par les gaspillages massifs d'argent public"

??

hein, j'ai pas compris là.

L'UE comme toute institution étatique se finance sur les impots des Etats Membres, oui. Je n'aurais pas fait différemment.

J'ai du mal à voir en quoi l'UE gaspille plus que d'autre. Sachez que quand une mairie reçoit des aides de l'UE, il dit le contraire.
(par contre la mairie d'à coté qui a été hors des critères de sélection, elle crie au GASPILLAAAAAAAGE et à l'infamie politique! RAAAh) (du vécu).

-
"Si au lieu de toujours poursuivre les boîtes américaines"

elle est dans son rôle quand l'UE fait appliquer son droit. Ne vous laissez pas abuser par les effets d'annonce. Y a des poursuites, y aura procès fleuve, et une décision pépère. C'est du droit, rien d'autre. Le discours médiatique est politique, oui, mais c'est tout.

-
" l'UE faisait son possible pour que de grandes entreprises européennes soient compétitives ?"

ce n'est pas réellement une compétence de l'UE. C'est à la sphère privée et aux états de favoriser leur industrie.
Si les banques et investisseurs ne veulent pas investir, ben ils peuvent dormir sur leurs sous, c'est leur droit, c'est comme ça. Sinon, oui je suis aussi pour le communisme et la nationalisation: allons leur prendre leurs sous pour le réinvestir où JE veux.

Je suis d'accord qu'il faut fédéraliser les efforts disparates et parfois concurrentiels des états membre.

-
"On ferait mieux de concurrencer les américains"

c'est ce qu'on fait. Pas forcément sur du cool de geek.

avatar oomu | 

-
"plutôt que de toujours chialer en accusant les autres de "

toute arme est bonne à prendre.

Les entreprises US chialent tout le temps à leur propre bord ou l'OMC, il est donc naturel de chialer aussi.

La concurrence ne se gène pas. Il n'y a aucune raison de se géner. Ce n'est ni immorale, ni ça les choque: ce sont les règles du jeu. Le Droit et rien d'autre que le Droit.

Le droit existe, il doit donc être pris.

-
"les autres de dominer grâce à leurs produits et services supérieurs"

je ne suis toujours pas convaincu qu'intel et microsoft soient les meilleurs.

Pourtant on sait qu'ils ont imposé leurs produits par des pratiques illégales pour le droit international.

-
bref, je suis d'accord avec vous, l'UE n'est pas encore assez organisée sur l'ensemble de l'activité économique et politique du continent.

Il faut donc + d'UE et vite : fédéralisons et forçons le royaume unis à choisir une bonne fois pour toute son avenir (dans la maison ou hors de la maison, mais pas un pied dans la porte).

avatar YAZombie | 

@enzo0511:
Nous fatiguent les idéologues perpétuellement à la recherche de toute excuse extérieure possible pour les échecs de la France, nous fatiguent… Si la France va mal, c'est la faute aux Français.

avatar C1rc3@0rc | 

Oui, ils ont elus des présidents pro-americanisation, pro OTAN, pro finance, ...

2003, Bush, président, attaque illégalement l'Iraq => les états se couchent et financent l'agression américaine. C'est le début de la gestation de l'EI.

Crise de 2008 déclenchée par les subprimes aux USA: au lieu de constituer un fond national assurant les créanciers et les emprunts sur le marché intérieur, l'Etat injecte plus de 1500 milliards d'euro dans les organismes financiers responsables de la crise => les producteurs ne sont pas payés, les emprunteurs passent en surendettement ou en faillite, les dirigeants des organismes financiers augmentent leurs salaires, et les banques augmentent leurs bénéfices comme jamais!

L'Etat injecte des fonds pour renflouer le systeme bancaire parce que les americains clament que sinon c'est le systeme financier mondial qui va s'effondrer, donc le systeme americain!
Pendant ce temps si Goldman Sachs fait exploser ses revenus.
La pauvreté en Amérique progresse a grand pas, suivi par l'Europe.
Tient le Canada subit une inflation de 15% depuis un an... mais pourquoi donc?
Tient, la péréquation européenne n'arrive plus a masquer les déficits creusés par une inflation galopante, pas grave S&P a toujours le même pouvoir...

La faute aux français, oui, mais surtout la faute aux électeurs qui un peu partout se font couillonner et légitiment par leurs abstention des gouvernements qui pillent leurs droits, violent les Constitutions, installent des Stasi, font des lois scélérates de gouvernance administrative.

Le peuple est plus écouté qu'il ne l'a jamais été, mais ce sont des écoutes illégales!

Le capitalisme triomphe, mais la notion de propriété privée et de vie privée elle tombe plus vite que sous le régime soviétique.

Le travail n'est plus un droit et n'a plus de droit.
L'intelligence triomphe mais elle n'est qu'économique et politique.

L'art et la culture sont des produits a DLC sous copyright aux bénéfices de rentiers...

avatar YAZombie | 

Ou, en non-loggorrhée: "je ne suis pas d'accord". C'est aussi intéressant.

Sinon, les sources pour les agences pas contentes du traitement par le FBI de l'affaire de San Bernardino? Après tout ce temps tu dois en avoir au moins une.
Si tu n'as pas tout inventé, bien entendu.

avatar iRobot 5S | 

@enzo0511 :
Des alternatives existent à chacun des services Google, parfois européennes et même françaises. C'est au public de changer ses habitudes.

avatar C1rc3@0rc | 

C'est vrai tout comme Android est open source et que chaque fabricant installe dans ses smartphone des Android différents: impossible de mettre a jour son Androphone avec la version d'Android de Google => ben oui aucun androphone, a part les Nexus, ne tourne avec l'Android de Google...

Microsoft installe IE ou Edge d'office.
Apple installe d'office Safari.
???

«Google a publié une première réponse, d'ordre général. Il cite l’exemple d’Amazon qui utilise la version open source d’Android pour ses tablettes Fire… en omettant de rappeler qu’elles n’ont pas le Google Play Store mais une boutique maison et encore moins les apps propriétaires de Google.»

C'est inverser la causalité: le fork d'Android est la conséquence de la volonté d'exclure le play store pour y substituer de manière exclusive sa boutique et capter toutes les données utilisateurs...

Le premier lobby qui est a la base des attaques contre Google c'est celui de Microsoft. Il ne faudrait pas que la commission soit juste l'instrument d'une politique anticoncurentielle de la part de Microsoft et d'autres concurrents de Google.

Si l'UE s'attaque a un abus de position dominante, va falloir appliquer les sanctions et surtout la réglementation de manière équitable de manière a réguler véritablement le marché.

Et la on va voir MS, les conservateurs americains et l'OMC qui vont se mettre hurler, avec pour conséquence un affaiblissement de l'UE.

C'est qu'il y a un sacré lobby anti état - car état = régulation - qui s'est construit sur les bases de l'industrie du tabac et du pétrole.

Faudrait pas que les perdants soit les consommateurs, hein.

avatar YAZombie | 

Tout faux, une fois de plus. Mais comment fait-il?
C'est vrai tout comme Android est open source […] l'Android de Google…
Android n'est pas open source. Seules certaines parties le sont.
Ça marche comme un gâteau:
- le biscuit de base est open source, tout le monde peut s'en servir comme il veut,
- ensuite vient la garniture du gâteau, les services de Google -, pour laquelle les constructeurs sont contraints: s'ils veulent utiliser la crème Google, ils doivent utiliser le lait Google, la vanille Google, etc.; s'ils ne veulent pas utiliser un de ces ingrédients Google leur refuse le droit d'utiliser les autres, c'est un paquet d'ingrédients indissociable,
=> s'ils utilisent ces deux couches, le gâteau qui en résulte s'appelle Android.
- une fois qu'ils ont intégré ces ingrédients Google tous ensemble, ils peuvent y ajouter des ingrédients d'une autre provenance, comme leur propres arômes…
… et pour la couverture et les éléments de décoration, ils sont libres de faire ce qu'ils veulent.
Et ça s'appelle toujours Android.

Microsoft installe […] Safari.
???

S'ils ont pu avoir des situations de position dominante qui leur permettait de déformer le marché il semblerait que, soit personne ne s'est plaint, soit ce n'est plus le cas aujourd'hui.
Installer d'office un ingrédient n'a jamais été répréhensible en soi tant qu'il ne permettait pas de s'imposer de façon artificielle sur le marché en jeu ou sur des marchés adjacents par l'intégration de services, par exemple, avec exclusion de ceux des compétiteurs.
Donc, vraiment, mais strictement rien à voir. Rien. Zip.

C'est inverser la causalité […] utilisateurs…
Sources?
J'avais plutôt l'impression que c'était la volonté de privilégier ses propres services, pas interdire les autres. Et ce n'est pas du tout pareil.

Toute la suite c'est du grand n'importe quoi dans ta grande tradition logorrhée.

Et les sources pour les agences pas contentes, alors?

avatar Henri_MTL | 

@enzo0511: Je suis 1000% d'accord avec toi. En Europe et en France plus précisément Qwant peut rivaliser, so Wait & See.

avatar digitalscreen | 

Nous fait chier l Europe ! Et je pèse mes mots ...

avatar oomu | 

Rassurez vous, l'Histoire récente (ibm, microsoft, etc) a démontré que quelque soit les décisions prises, le produit restera toujours aussi cool et rigolo.

ça ne vous affectera en rien et ça ne touchera en rien au salaire de Larry Page.

avatar digitalscreen | 

+1 Enzo !!

avatar Kriskool | 

C'est très bien. Ils ont fait chier Microsoft. Au tour de big brother maintenant. Apple doit avoir chaud au fesses quand même, un peu à l'abris grâce à sa faible pdm globale, ce qui ne doit pas trop inquiéter nos chers députés européens.

avatar xx-os | 

Ça n'a aucun rapport avec la pdm... apple vend tout l'ensemble... pas Google... c'est exactement la même situation que Microsoft avec explorer alors qu'Apple ne pourra être embêter sur ses mac, puisqu'ils vendent un tout... Personne n'ira emmerder Google avec ses Nexus, car ils vendent le smartphone et le système et les appli ensemble... Il en est autrement sur les autres smartphones...

avatar Ze_misanthrope (non vérifié) | 

Pourquoi alors selon toi, Amazon, Nokia, et des dizaines de fabricants chinois y arrivent?

avatar Hideyasu | 

@Ze_misanthrope :
Parce que Amazon n'a rien de Google.
Ce que la commission reproche c'est que c'est tout ou rien.
Et par conséquent quand les constructeurs veulent leurs applications maison, il y a des doublons car celles de Google ont été obligatoirement mises.

Apple c'est différent étant donné qu'ils ne forcent pas un constructeur d'installer des applications. De ce fait les devices Nexus song exclus du débat.

avatar Ze_misanthrope (non vérifié) | 

"Ce que la commission reproche c'est que c'est tout ou rien. Et par conséquent quand les constructeurs veulent leurs applications maison, il y a des doublons car celles de Google ont été obligatoirement mises."

Et elles sont désactivables en 2 secondes, sans aucune bidouille. De la même manière que tu retires une appli téléchargée par erreur du Store. Tu es sur le bureau, tu long press l'icone de l'appli Google, tu la balance vers le haut, et hop, le bouton "désactiver" dans le détail de l'appli.

Mais quelle obligation pour l'utilisateur et le fabricant, mon Dieu! On se sent enfermé et oppressé chez Google, c'est purement une prise de position dominante. Heureusement que la commission Européenne est là!

Par contre, je suis toujours en train de chercher comment désinstaller Safari sur mon iPhone pour que Firefox ouvre tous mes liens.

avatar XiliX | 

@Ze_misanthrope :

Ben ils utilisent des services Google ?
D'ailleurs pour Amazone par exemple, c'est Android ou Fire OS ?

avatar oomu | 

Apple vend un ordinateur (ou téléphone) face à une myriade de concurrents viable (samsung, htc, etc) et n'a pas réussi à les torpiller en achetant Orange et consorts. (rien n'a démontré qu'Apple aurait en secret donné 1 miYard au patron de Orange pour cracher subtilement sur samsung).

Les tentatives d'Apple de créer des exclusivités et conditions entièrement à son avantage contre les opérateurs en jouant de sa notoriété et poids furent jugées illégales et bloquées.

donc Apple n'est pas à l'abris de quoi que ce soit

Mais sur ce qui concerne Google aujourd'hui, Apple n'est pas concernée: elle n'est pas sur ce marché : celui d'équipementier industriel de système d'exploitation. Y a po Apple là, du tout.

En effet, sur le mobile, Google est en quasi monopole, n'ayant que de vagues pouillèmes en concurrent, genre firefox os (anéanti) , ubuntu os (en passe d'anéantissement), tiezen (pré-anéanti)

La question se pose donc: a t'elle abusé de sa formidable position en moteur de recherche et pubs pour forcer la main de tout le monde ? oui / non ?

oui ou non, n'aura aucun impact sur la qualité de vos appareils et logiciels.

avatar YAZombie | 

Sauf que ça a évidemment tout à voir avec la part de marché.
Comment peut-on écrire des sottises pareilles? oO

avatar iRobot 5S | 

@Kriskool :
Le truc c'est qu'Apple n'impose ses services que sur ses OS qui sont sur ses propres machines. Ce n'est pas le cas de Google.

avatar XiliX | 

@Kriskool :
Est-ce qu'il y a d'autres fabricants qui utilisent iOS ?

avatar Chopper77 | 

Je n'ai pas compris le point sur les Fork Android.
Samsung, Sony, Htc ou encore Lg utilisent bien des fork Android qui sont différents ?
Non ?
J'ai pas compris l'argument là.

avatar Ze_misanthrope (non vérifié) | 

Ils sont effectivement un fork, mais doivent passer une batterie de tests de compatibilité pour embarquer le Play Store, Gmail, Maps et toute la clique.

Chacun des fabricants doit faire valider son build (et ce qui est une bonne chose) pour pouvoir accepter les applis Google (Gapps pour les intimes)

Amazon, Nokia, etc.. Ne passent pas cette batterie de tests et ont un Android dépouillé des applis Google. Ce qui doit arranger Amazon, qui se fout des services Google.

Les sociétés qui se plaignent veulent le beurre et l'argent du beurre, c'est à dire utiliser un système gratuit, le ruiner, et demander en plus les applis Google.

L'Europe est vraiment une conn*** dans l'histoire et ne comprend pas ce principe simple.

avatar oomu | 

Google n'essaie pas de vivre de Android.

Google vit de la pub via son moteur de recherche et ses nombreux services.

Comment faire pour que ses services donc soient imposées à la face du monde via les machines de presque tout le monde ? via android.

Le principe donc de Google est de forcer d'une manière ou d'une autre les fabricants à se plier à l'usage des services google via android, en écrivant des règles subtiles qui forcent la main.

Dans la pratique on voit bien qu'il est très difficile de vendre de tels produits sans les services google.

Amazon a échoué (leur téléphone s'est pas vendu, sur la tablette amazon communique pas).
Les constructeurs chinois sans google sont anémiques. Nokia a été anéantie.
Samsung elle même a du mal face à google play.

Le point est donc que l'hégémonie d'Android permet en réalité à google d'assurer l'hégémonie d'AUTRES produits de son catalogue (recherche, plans, etc)

Profiter d'une position dominante (android) pour imposer autre chose est illégal. Abus de position dominante.

-
ne pensez pas en détails de GEEKS (le système d'exploitation, les zicones, les petits zappareils qui font bip) mais en impact sur l'INDUSTRIE au sens large.

Comme ce fut le cas avec At&t, IBM, puis Microsoft.

Y a t'il des freins illégaux à la concurrence ? oui / non.

avatar XiliX | 

@Chopper77 :

Ce n'est pas parce qu'ils n'ont pas la même interface que c'est un fork...

Fire OS en revanche est bien un fork

avatar lmouillart | 

Concernant la distribution forcée et indivisible de toute la clique de base d'applications Google : (Maps, Youtube, Gmail, Calendar, Play*) je ne vois pas trop comment ils pourraient échapper a une sanction forte.

avatar Ze_misanthrope (non vérifié) | 

Elle n'est pas forcée. Si tu n'es pas d'accord, fait comme Amazon, Nokia, et toute la clique.

avatar lmouillart | 

C'est bien-sur forcé, puisque c'est tout ou rien.
Si un constructeur veut proposer uniquement YouTube comme application Google, avec un store Amazon : impossible.
Si un constructeur veut proposer uniquement l'accès au Google Play Store, mais sans distribuer YouTube, Maps : impossible.
etc ...

Il est flagrant que Google se sert de l’attrait fort à l'un ou plusieurs de ses produits (Play Store, Youtube, Gmail, Maps) pour en refourguer de force d'autres pour lesquels la demande plus faible, au hasard : Google+, Hangout, Play Films, Play Books.

avatar Ze_misanthrope (non vérifié) | 

C'est tout ou rien, et cela semble légitime.
Ce n'est parceque c'est gratuit que c'est installable sans conditions!

Moi, j'ai envie d'un iPhone sans les "autres applis pour lesquels la demande plus faible" (pour te citer) comme la bourse, meteo, health, watch, etc...
Je fais comment? Ou est la commission européenne? Ou sont les défenseurs des libertés, comme toi, avec leurs fourches et leurs pics?

avatar lmouillart | 

Il ne faut pas perdre de vu la position forte, voir très forte de Google.
Ce qui est autorisé avec de faibles part de marché, ne l'est pas forcément lorsque l'on est en position dominante : typiquement dans la plupart des pays : la vente liée.

Les procédures anti-trust sont l'une des condition fondamentale et nécessaire au bon fonctionnement d'une économique de libre marché. Afin de préserver une concurrence dynamique, il est nécessaire que des sanctions fortes tombent en cas d'abus.

avatar Ze_misanthrope (non vérifié) | 

De quel abus parle tu?

Avoir un système totalement ouvert (le seul OS mobile à ma connaissance ou les briques du système sont remplaceables) n'est pas suffisant?

Ils mettent des conditions pour installer leurs applications. Amazon a réussi à montrer q'un système sans ses applis est viable. Nokia l'a fait, des dizaines de fabricants chinois le font. Juste parceque quelques sociétés russent veulent profiter sans payer et sans conditions de quelques applis Google choisies au compte goutte, et qu'ils ne peuvent pas, tu appelles cela un abus?

J'ai participé à un projet kickstarter ou nous avions des produits Android, plusieurs personnes de l'équipe ont participé avec Google à des discussions pour être certains que nous n'enfreignions pas leur règles, (pas de Play STore) et nous n'avons eu aucun problème, et même leurs encouragements.

La position dominante aurait été de mettre des batons dans les roues.

Ils ne le font pas avec Amazon, ni Nokia, ni toute la clique..

avatar lmouillart | 

Il n'est pas question du système, mais des applications satellites Google.

avatar Hideyasu | 

@Ze_misanthrope :
Android a une partie ouverte et une autre non. Celle que tu connais ne l'est pas vraiment, c'est le noyau qui est ouvert.
Corrigez moi si je me trompe.

Il y avait deja eu un bon article sur la fausse ouverture d'android

avatar Ze_misanthrope (non vérifié) | 

Ce sont les licenses du noyau qui different, il est GNU, tandis que Android est Apache, mais ils sont tous les deux ouverts.

Ce qui n'est pas ouvert, ce sont les applis Google, et c'est le coeur du débat, pas le noyau, et pas Android lui-même.

C'est à dire que Google dit en gros "Soit vous utilisez Android sans mes services, et installez le ou vous voulez", ce que font (avec succès ou pas) de grandes sociétés comme Amazon, Nokia, Badu, AliBaba, etc...

Soit vous voulez les applis Google (Store, Drive, Youtube, etc.. et je vous dit comment les installer gratuitement. Il faut répondre à une charte de compatibilité (Compatibility Test Suite - http://source.android.com/compatibility/index.html -) et installer les applis de manière uniforme (position sur le bureau, liste d'applis imposée dans le pack)"

C'est caricaturé, mais le fond est 100% juste.

Le truc, est que certaines petites sociétés russes veulent le beurre et l'argent du beurre, et montent en guerre, en voulant un OS complètement customisé, ou des applis vont crasher, avec une qualité de m*** (oui, on peut faire pire que Samsung niveau optimisations foireuses et lourdeurs), et pouvoir installer juste le STore, ou juste Youtube par exemple. Ce sont eux qui vont voir la commission et se plaignent en disant qu ec'est un abus de position dominante car Google veut forcer les gens à installer des applis dans leur liste.

Du coup, le débat....

avatar XiliX | 

@Ze_misanthrope :
Tu n'as pas bien compris au problème. C'est pour utiliser le nom "Android" que les fabricants sont obligés de proposer aussi les services Google.
Sinon ça s'appelle Fire OS chez Amazon

avatar XiliX | 

@Ze_misanthrope :
Parce que Apple installe iOS sur des smartphones des autres fabricants ?

avatar Ze_misanthrope (non vérifié) | 

J'ai dit cela? Tu es certain?

avatar sachouba | 

@Imouillart :
Ce n'est pas "tout ou rien", pour les applications Google sur Android. Les constructeurs sont tenus d'intégrer un nombre minimum d'applications Google, dont certaines sont obligatoires ("Google", par exemple - qui permet notamment "Ok Google", Google Now...), mais pas l'intégralité des applications Google.
Par exemple, un Galaxy S7 n'a pas Google+, ni Play Books, ni Keep, ni les applications de bureautique Google... alors que certaines applications équivalentes comme Microsoft Word ou Excel sont préinstallées.

avatar oomu | 

@Ze_misanthrope 20/04/2016 - 14:29

"Elle n'est pas forcée. Si tu n'es pas d'accord, fait comme Amazon, Nokia, et toute la clique."

une liberté n'existe pas si tu n'es en pas en mesure d'en profiter.

C'est la situation typique dans laquelle se retrouve les industriels. Ils sont libres d'aller se suicider.
Et bien non, ce n'est pas du commerce.

Si Google est coupable d'abus de position dominante (android pour forcer les constructeurs mobile à vendre autre chose avec), alors la sanction est inévitable ET salutaire.

-
aucun risque que quelle que soit la décision que ça rende google, maps, chrome, youtube, que sais-je ?, etc moins cools, tout ira bien.

avatar Ze_misanthrope (non vérifié) | 

Je ne vais pas répéter une dixieme fois la liste des gens qui vivent d'Androdi sans les applis Google.
Tu appelles cela se suicider? Je ne comprends pas ta comparaison...

avatar Lestat1886 | 

@lmouillart :
Il y a possibilité d'installer d'autres apps. Et si pn se retouve au deballage avec un telephone sans aucune app installée je ne vois pas en quoi c'est mieux.

avatar lmouillart | 

Le problème n'est pas d'avoir des applications préinstallées. Mais que si on veut travailler avec Google, alors on doit proposer obligatoirement certaines applications. Les applications préinstallées pourraient très bien varier d'un constructeur ou d'un produit à un autre tout en incluant certaines applications Google, actuellement ce n'est pas possible.

Existe-t-il des terminaux qui proposent Microsoft Office, mais pas Google Office, Outlook et pas Gmail, avec quand même un accès au play store ou à YouTube ? Non, car Google ne l’autorise pas.

Existe-t-il des terminaux Samsung avec Google et d'autres sans ? Non, car Google ne l'autorise pas non plus.

Tous les clients d'Android veulent-ils s’ils mettent le pied dans l'écosystème Google pour quelques applications avoir l'ensemble des produits ? Non

avatar Ze_misanthrope (non vérifié) | 

C'est pour cela qu'elles sont désactivables.

avatar XiliX | 

@Ze_misanthrope :
Certes... mais quand tu es fabricant, tu n'as pas le choix si tu veux apposer la marque "Android" comme OS sur ses smartphones...

Pages

CONNEXION UTILISATEUR