Google va autoriser les paiements alternatifs en Corée du Sud, non sans prélever sa part

Nicolas Furno |

Alors qu’Apple semble essayer de gagner du temps, Google lève le voile sur les nouvelles dispositions qui vont être prochainement appliquées sur sa boutique d’apps en Corée du Sud. Le pays a tranché l’été dernier en faveur des méthodes de paiement alternatifs sur les boutiques d’apps, ce qui devrait contraindre l’App Store comme Google Play d’évoluer.

Du côté du spécialiste de la recherche, on entend bien respecter la loi sud-coréenne à la lettre et proposer aux développeurs d’apps de facturer des achats in-app en passant par un autre système de paiement. Tout n’est pas encore établi précisément, mais Google détaille ses intentions dans un article et pose notamment des conditions strictes. En effet, si les développeurs peuvent espérer laisser moins d’argent à Google, ce dernier n’abandonnera pas du tout sa commission, il la réduira simplement et encore, pas de beaucoup.

Voici à quoi pourrait ressembler la sélection du mode de paiement sur Android en Corée du Sud (image Google).

Première condition : les méthodes alternatives de paiement devront s’accompagner de la méthode fournie par Google. Une app peut proposer à ses utilisateurs une autre méthode, mais celle qui est intégrée à Google Play restera forcément disponible. Le point le plus important qui va faire grincer quelques dents dans la communauté de développeurs et peut-être faire rêver à Cupertino, c’est que Google consent à réduire sa commission, mais pas à l’annuler entièrement.

Les paiements effectués par des méthodes différentes seront associés à une commission inférieure de quatre points de la part de Google. Depuis le mois d’octobre, la majorité des transactions effectuées par le système de paiement de Google Play sont associés à une commission de 15 % ; avec une autre méthode de paiement, elle passera à 11 %. Ce n’est pas beaucoup moins et il ne faut pas oublier que les systèmes de paiement tiers prélèveront eux aussi leur part.

Pour le dire autrement, Google a peut-être trouvé la solution pour offrir aux développeurs une alternative plus chère que la sienne. Ajoutez à cela la facilité pour les utilisateurs à payer en utilisant la méthode de paiement déjà enregistrée par Google et à éviter d’avoir à créer un compte et on voit bien que cette ouverture devrait rester toute théorique. Mais elle devrait aussi respecter la nouvelle législation sud-coréenne, ce qui est le plus important du point de vue du créateur d’Android.

On ne sait pas encore ce qu’Apple compte faire, mais on ne serait pas surpris qu’elle suive l’exemple de son concurrent…

Photo de base accroche : Republic of Korea (CC BY-SA 2.0)


avatar raoolito | 

ben oui mais comment savoir si un paiement a ete effectué ? on peut parfaitement l'annuler à la dernière seconde plus loin dans le processus et pas possible pour google de savoir ce qu'il s'est passé ? S'il s'agit par exemple d'achats in-app genre des monnaies dans un jeu, aucune difference dans l'app elle-meme ou dans la version de l'app ne sera visible non plus coté android.
bref je ne vois pas, sauf à dire que les dev devront la jouer honnete..

avatar Mrleblanc101 | 

@raoolito

Je ne comprend pas ce que tu raconte, il s'agit d'achat intégré alors quand tu ouvre l'app. Tu aura un bouton "Restaurer les achats" intégré, tu choisi ta plateforme, tu te connecte, l'app ayant le SDK de cette plateforme intégré recevra une réponse si l'utilisateur a bien acheter l'IAP et l'app débloquera le contenu

avatar iPop | 

@Mrleblanc101

Et si la boîte disparaît, on perd tout ?

avatar byte_order | 

@iPop

De la même manière que quand Apple décide unilatéralement de supprimer une app de son store, oui.

avatar mapiolca | 

@byte_order

Sauf que non, et on l’a vu avec Fortnite, quand Apple supprime une App du store, les IAP déjà effectués et l’app fonctionne encore sur le terminal de l’utilisateur.

avatar ddrmysti | 

@raoolito

C’est clair, c’est pas comme si plein de sites et logiciels permettaient de payer en passant par un service de paiement tiers genre PayPal.
Sont vraiment bête ces développeurs à annoncé un truc aussi impossible que faire ce qui se fait déjà ailleurs…

avatar Godverdomme | 

Quoi on peut payer par internet? Sérieux?
Et c'est fiable? Moi je ne méfie.

PayPal tu dis... Jamais entendu parler...
MasterCard online ? Connais pas. Et on ne peut pas annuler a la fin pour tromper le système? C'est bien fait, je ne savais pas

Il doit découvrir la vie et internet 🤣

avatar ddrmysti | 

@Godverdomme

Et tu as raison de te méfier. Les vrais sachent que tout ça c’est un complot du gouvernement en partenariat avec les illuminaschtroumpfs pour contrôler nos esprit via les puces 5G des vaccins pour nous ponctionner directement des intérêts dans le cerveau !

avatar shaba | 

On est d’accord que ce n’est pas une diminution de 4% mais de 4 points ? Ça fait -2,6% si je ne me trompe pas. Mais possible que je me trompe car Google explique aussi que la différence est de 4%

avatar Nicolas Furno | 

@shaba

En effet, c'est faux de dire 4 %, j'ai repris le chiffre de Google, mais je vais corriger. En français au moins, c'est bien 4 points.

avatar 0MiguelAnge0 | 

@nicolasf

J’aime bien la démarche de Google qui vise à vérifier si les législateurs coréens acceptent de recevoir un doigt d’honneur virtuel sans effet de bord.

avatar Angusalex | 

Bien joué Google, smart 💯

avatar TiTwo102 | 

J’avoue ne pas trop savoir comment ça fonctionne au niveau des rouages, mais bon il fallait s’attendre à ce que Google et Apple défendent chèrement leurs commissions.

Ce qui serait plus intéressant serait la possibilité pour une app de dire qu’on peut s’abonner ou payer direct sur leur site. Y’a pas eu un jugement en ce sens y’a pas longtemps d’ailleurs ?
Avec ça, quand on veut supporter un développeur, on peut complètement by-passer Google et Apple.

avatar TrollMan06 | 

Pour une fois qu'ils font quelque chose d'intelligent :p

avatar byte_order | 

La loi disant qu'il est interdit aux magasins d'apps d'imposer leur méthode de paiement, imposer que leur méthode de paiement soit forcément proposée, même à côté d'autres, me semble contraire à la loi.

Par ailleurs, en utilisant une méthode de paiement d'un tier, par quel miracle technique Google peut savoir que l'utilisateur a fait un acte d'achat in-app d'un montant X et exiger une commission, même abaissée de 4 points !?
Qui dit méthode de paiement d'un tier dit utilisation d'une API tierce pour s'interfacer avec ce tier. Je vois mal comment Google pourrait donc être au courant de quoi que ce soit. Légalement, du moins.

Cela ne semble, donc, concerner que le paiement depuis l'app "Play Store" de Google.
Vu que le modèle majeur est celui des achats in-app depuis des apps qui, elles, sont majoritairement gratuites, cela ressemble surtout à de la communication pour faire peur en ajoutant l'incertitude "cela vous reviendra plus cher". Du FUD, quoi.

avatar quentinf33 | 

@byte_order

« Imposer leur méthode de paiement » est différent de « imposer de proposer leur méthode de paiement parmi les autres »

avatar byte_order | 

Certes, mais cela tombe a peu près dans la même case "distorsion de la concurrence" dans la tête du régulateur de marché.

avatar Krysten2001 | 

@byte_order

Tant mieux pour les utilisateurs en tout cas 🙏

avatar Oracle | 

@byte_order

« Je vois mal comment Google pourrait donc être au courant de quoi que ce soit. Légalement, du moins. »

Quand tu retournes le robot vert pour regarder sous les pieds, il n’y a pas marqué « Andy », il y a marqué « Google ».

Je ne vois pas où serait le blocage, ni technique, ni juridique, pour que Google ne soit pas informé.

L’inverse serait très inquiétant, sans cet intermédiaire qu’est Google, une appli vérolée pourrait devenir une machine à faire cracher les paiements in-app de façon invisible.

avatar mne | 

@Oracle

Un développeur utilise l’api d’un service tiers pour offrir le système d’achat in app. Si Google peut probablement savoir qui est ce tiers et a quel moment on a fait appel à lui, il ne peut en aucun cas connaître le contenu de l’échange (autrement dit le montant)
Sauf à imposer l’usage d’une api espion spécifique qui jouerait l’intermédiaire entre l’application et le service de paiement tiers (une sorte de dealer€

avatar iPop | 

Donc si j’ai bien compris, j’ouvre un magasin de vêtements que je fais et plus tard du monde veut vendre chez moi, cool.
Mais faudrait à terme que les clients payent chez Printemps les vêtements fait chez moi.
J’ai tout bon ?

avatar byte_order | 

@iPop
> Donc si j’ai bien compris, j’ouvre un magasin de vêtements que je fais

Ni Apple ni Google ne "font" les apps qui sont proposés dans leurs magasins. Il s'agit des "vêtements" faits par autrui, pas les votres.

Par ailleurs, ni Apple ni Google n'achètent les apps au préalable pour ensuite les revendrent, éventuellement.

> et plus tard du monde veut vendre chez moi, cool.
> Mais faudrait à terme que les clients payent chez Printemps les vêtements fait chez moi.

Encore une fois, ils ne sont pas fait chez vous.

Vous tentez de comparer une situation du monde matériel où un revendeur doit d'abord acheter à des fournisseurs (qui sont donc payer à ce moment là) avant de pouvoir revendre à une situation où y'a pas d'achat par le distributeur mais prélèvement d'une commission sur la distribution.

avatar iPop | 

@byte_order

Oui en effet.
Donc c’est quoi qui change ?

avatar byte_order | 

@iPop

Ce qui change, c'est que la loi Sud Coréenne interdit aux magasins d'apps d'imposer aux développeurs l'usage exclusif du système de paiement du magasin pour les transactions in-apps, que ce soit pour des achats ou des abonnements.

Donc je vois mal comment Google ou Apple pourrait s'interposer entre une app et un service tiers sans entrer en conflit avec cette interdiction. Si un développeur utilise depuis son app un service tiers, la nouvelle loi impose à Google et Apple de NE PAS s'y opposer.

Je ne vois donc pas par quel miracle ils pourraient "intercepter" cet usage afin d'y capter une commission sur une transaction commercial indépendante d'eux que la loi Sud Coréenne leur fait une obligation de permettre.

La loi votée ne semble pas proposer à Google ou à Apple de permettre aux développeurs d'utiliser des systèmes de paiement embarqués tiers à condition que machin truc retrocommission abaissée de 4 points. Elle leur interdit d'imposer l'usage exclusif de leur système de paiement, et donc de facto autorise l'usage de tout autre.

Je pense que Google essaye de noyer le régulateur, mais en pratique va imposer d'utiliser une nouvelle API pour afficher la liste du mode de paiement embarqué à l'utilisateur, et s'en servir pour continuer à prélever une commission, à peine abaissé, sur une transaction commercial qui aura lieu, pourtant, entre une app dévelopé par quelqu'un d'autre et un service de paiement fourni par quelqu'un d'autre.

On est dans le domaine du FUD. Tout le texte, come chez Apple, vise a rappeler combien il est dangereux d'utiliser une solution alternative de paiement.
Car, bien sûr, les gens qui achètent des trucs directement sur le Net, sans passer par une app, se font régulièrement vidé leur compte en banque sans aucune protection...

Ils pourraient très bien choisir de compenser la perte de la commission systématique par un prix forfaitaire de distribution d'une app, quelque soit le nombre de foix où elle est téléchargée.

avatar iPop | 

@byte_order

Donc si j’ai bien compris
. Installation de prix non plus par palier mais libre.
. Payement par Paypal par exemple.

L’app risque de se retrouver plus cher car plus d’intermédiaires. Non ?

avatar debione | 

@ iPop:

Ca dépend... Tu peux avoir 3 intermédiaire qui se servent de 5% chacun... Ou un seul qui prend 30%... Du coup tu payeras 50% de commission en moins avec 3X plus d'intermédiaire.

avatar byte_order | 

@iPop
> Donc si j’ai bien compris
> . Installation de prix non plus par palier mais libre.

Ben tout dépend de l'intermédiaire utilisé pour le paiement dématérialisé.
Mais, en effet, la majorité de ceux déjà existant n'imposent pas une grille tarifaire.

> . Payement par Paypal par exemple.

Pourquoi pas, oui.

> L’app risque de se retrouver plus cher car plus d’intermédiaires. Non ?

Ben non, y'a pas *plus* d'intermédiaires, y'a un *autre* intermédiaire que celui utilisé jusqu'ici, qui bénéficiait, lui, d'un monopole et donc sa commission était sans contestation ni concurrence.
Ce n'est pas le cas sur un marché ouvert d'intermédiaires : leurs commissions sont exposés à la concurrence entre elles. En règle générale elles sont donc plus faibles (y'a a minima un acteur qui propose moins que tous les autres) soit elles sont pseudo-homogènes (qui cache souvent une entente illégale entre les acteurs, hélàs).

Mais y'a pas de raison de penser qu'il y ait forcément plus d'intermédiaire quand vous avez le choix de l'intermédiaire, non.

avatar Krysten2001 | 

@byte_order

Ça sera peut-être plus cher car les autres intermédiaires ne font que le payement alors qu’Apple non 🤔

Ils ne sont pas comparables

avatar Libella | 

@byte_order

« Je ne vois donc pas par quel miracle ils pourraient "intercepter" cet usage afin d'y capter une commission sur une transaction commercial indépendante d'eux que la loi Sud Coréenne leur fait une obligation de permettre. »

Quand jusqu’à présent, l’information d’un achat était automatiquement enregistrée par Apple ou Google, puisque effectué via leur système propriétaire, là il faudra que ce soit l’éditeur de l’appli par exemple qui signifie à Apple ou Google que le service/achat in-app/etc. peut être débloqué pour tel ou tel client => du côté d’Apple ou Google : ok on déverrouille/enregistre l’achat pour tel ou tel client, mais vous devez nous payé notre commission…

Bref, pour toutes ces choses, comme les achats in-app, qui se déverrouillent du côté d’Apple ou Google, les éditeurs sont contraint de leur communiquer les transactions effectuées, non ?…

avatar IceWizard | 

@byte_order

« un revendeur doit d'abord acheter à des fournisseurs (qui sont donc payer à ce moment là) »

C’est nouveau ça ? Jamais entendu parler des délais de payement à 30, 60 ou 90 jours ? Le seul cas où les fournisseurs exigent un payement immédiat, c’est quand l’entreprise acheteuse risque de déposer son bilan ..

https://www.economie.gouv.fr/dgccrf/Publications/Vie-pratique/fiches-pratiques/Delais-de-paiement

avatar byte_order | 

@IceWizard

Le delai de paiement diffère le paiement, mais le paiement a bien été contractualisé. Soit vous devez rendre la marchandise soit vous devez payer.
Quand je dis "payer à ce moment là", je souligne que c'est par opposition au moment de la (re)vente.

Les magasins d'apps ne contractualisent pas l'achat, différé ou pas, des apps *avant* la vente de l'app au client final. Ils ne courent aucun risque de tresorerie d'invendu, et le cout du stockage n'a pas de facteur "nombre d'article revendu", c'est un coût unique quelque soit le volume des ventes de l'article ensuite.

Comparer un magasin de bien physique à un magasin de truc dématérialisé c'est bien gentil, mais y'a quand même de sacrées différences et il serait bon de s'en souvenir.

avatar IceWizard | 

@byte_order

« Comparer un magasin de bien physique à un magasin de truc dématérialisé c'est bien gentil, mais y'a quand même de sacrées différences et il serait bon de s'en souvenir. »

Tu devrais t’en souvenir alors, au lieu d’utiliser des arguments d’achat de boutique physique. Il n’y a pas d’achat à un fournisseur dans le cas d’une boutique numérique, mais le payement différé d’une commission. C’est comme payer des droits d’auteurs, ce qui n’a rien à voir avec une relation commerciale fournisseur/revendeur classique.

avatar byte_order | 

@IceWizard

Ce n'est pas moi qui a fait cette comparaison, c'est @iPop qui l'a initiée.
Je n'ai cessé, justement, de souligner les différences entre son analogie avec un magasin de biens physiques (des vêtements dans son cas) et la situation des magasins d'apps.

> C’est comme payer des droits d’auteurs,

Ben non, vu que les apps n'appartiennent pas ni à Google ni à Apple, les droits d'auteurs ne leur appartiennent pas.

C'est plus comme une commission d'apporteur d'affaire.

Sauf que quand l'apporteur d'affaire entrave la concurrence des autres apporteurs d'affaires potentiels en utilisant un contrôle d'accès à une plateforme pour s'auto-installer en monopole (AppStore) ou quasi-monopole (Google Play), cette commission ne rémunère plus rien de bien réel, l'affaire n'est pas "apportée", elle est imposée d'être apporté ainsi.

avatar IceWizard | 

@byte_order

« Ben non, vu que les apps n'appartiennent pas ni à Google ni à Apple, les droits d'auteurs ne leur appartiennent pas. »

Tu confonds une analogie « c’est comme », avec une relation d’équivalence « c’est » ? Tss tss ..

avatar juluparien | 

Le seul truc qui pourrait me faire passer par un système alternatif serait que ça me revienne moins cher. Si pour moi c'est le même prix je vais pas m'embêter a rentrer ma carte ailleurs, me créer un autre compte etc...

avatar iPop | 

@juluparien

Surtout que c’est plus sûr.

avatar juluparien | 

après ça dépend quelle appli
par exemple si Tidal proposait une solution de paiement alternatif au même prix que via leur site (20€ au lieu de 26 via l'appstore) je le prendrais car c'est un éditeur dont on peut avoir confiance

avatar webHAL1 | 

@juluparien :

Bonne nouvelle, il y a toutes les chances que ça soit le cas. Actuellement Apple et Google disposent respectivement d'un monopole et d'une position dominante sur la distribution des applications sur leur plate-forme iOS et Android, et s'en servent pour imposer une commission démesurée lors des achats intégrés. Si des lois les empêchent de faire cela, alors les solutions alternatives qui émergeront n'auront pas d'autres choix que de proposer de meilleurs tarifs aux utilisateurs pour les inciter à s'en servir.

avatar Krysten2001 | 

@webHAL1

Rien du tout. Il n’y aura jamais ça.

avatar mapiolca | 

Je ne comprend pas pourquoi il ne ferait pas comme la grande distribution, il ne prennent rien pour les paiements in app, par contre à la fin de l’année, ils demandent aux développeurs une rétribution. Dans le milieu ils appellent ça : Remise de fin d’année.

CONNEXION UTILISATEUR