« Apple a causé d'énormes dégâts à la valeur des logiciels »

Florian Innocente |

« Aucune autre entreprise qu'Apple n'a causé autant de dégâts à la valeur perçue des logiciels, ainsi qu'à la capacité d'en vivre en tant que développeur indépendant », écrit Matt Gemmell, ancien développeur (devenu écrivain).

La faute en incombe in fine aux clients qui ne veulent plus ou pas payer pour leurs apps. Cependant, Apple les y encourage de toutes sortes de manières, créant les conditions de cette dévaluation.

Gemmell déroule plusieurs arguments. Comme la course aux prix les plus bas pour augmenter les volumes des ventes sur lesquelles Apple prélèvera sa dîme. Qui dit prix bas dit ancrage dans les esprits que le logiciel est une commodité sans grande valeur.

Proposer simultanément une version compatible iPhone et iPad (voire watchOS) est pratique pour le client mais cela renforce le sentiment que l'ajout d'une version supplémentaire ne coûte rien à son auteur. Alors qu'elle se traduit par des développements et des tests en sus.

L'App Store ne propose toujours pas de mécanisme de mises à jour payantes d'un même logiciel « Les clients en tirent la conclusion qu'ils peuvent s'attendre à des mises à jour gratuites pour toute la vie et qu'importe la somme, même modique, qu'ils auront déboursée au départ ».

Circulez il n'y a rien à voir, tout va bien dans l'économie des apps

Ces critiques, et d'autres encore détaillées dans ce billet, ne sont pas inédites. Elles s'appuient sur des choix d'Apple qui restent décriés encore aujourd'hui par les développeurs. L'obligation de sortir une toute nouvelle app pour relancer un cycle de paiements au lieu de mettre à jour la précédente en est le parfait exemple. À cela Apple préfère le modèle d'un abonnement (lire https://www.igen.fr/app-store/2016/06/app-store-la-nouvelle-voie-des-abonnements-96069).

[MàJ le 6/05] : hasard du calendrier, Phill Schiller a abordé cette question au même moment.

Du point de vue de Gemmell, tous ces choix sont bénéfiques pour le client final (en termes de simplicité d'utilisation) mais ils sont mortifères pour les indépendants.

Une mesure de la valeur de la production créative d'une personne, est ce qu'une autre personne est disposée à payer en échange. Les prix bas attirent ceux qui accordent le moins d'importance à la valeur du travail. Ce n'est pas une mise en garde; c'est bêtement un fait. Et non, vous ne pouvez pas équilibrer les volumes de ventes avec le prix pour atteindre le même chiffre d'affaires : il y a beaucoup plus de gens qui achèteront à 1 $ seulement (ou gratuitement si vous essayez de vendre des In-App). Si vous vendez plutôt à 3 $, votre nombre de ventes diminuera beaucoup plus fortement que votre multiplication du prix par trois.

On peut préférer viser des bénéfices immédiats, sur le court terme, admet Gemmell, mais c'est une course où l'on nivelle par le bas « Gardez à l'esprit que vous aurez propagé l'idée que votre travail, globalement, n'a aucune valeur et qu'il est rapidement jetable ».

L'auteur prend en exemple le cas du jeu Monument Valley, vendu 3,59 $ et dont l'éditeur avait fait enrager une partie de ses clients lorsqu'il avait voulu vendre des niveaux supplémentaires pour 1,79 € (lire Voilà pourquoi vous ne méritez pas Monument Valley) « Vos supporters les plus fervents vous tourneront le dos à la minute où vous réclamerez de l'argent. Ils se diront que vous ne valez pas la peine d'être payé à nouveau, puisque vous leur avez déjà appris que votre travail n'en valait pas le coup ».

L'App Store est un immense marché de clients potentiels et un marché qui fonctionne pas si mal au vu des chiffres, admet volontiers Gemmell (lire App Store : record des ventes en décembre et au 1er janvier). On pourrait ajouter qu'il assure aux utilisateurs d'iPhone une certaine tranquillité d'esprit face aux risques que peuvent poser des logiciels malveillants qui seraient accessibles sans aucune difficulté.

Cette sécurité, procurée par cette plateforme de distribution encadrée et verrouillée, tous les éditeurs en profitent. Cependant, la situation n'est pas complètement rose pour les développeurs aux ressources plus faibles qui y investissent et peuvent avoir du mal à en vivre sur le long terme.

Le Mac App Store échappe quelque peu à ces critiques mais pour une raison assez simple, Apple n'y apporte pas un intérêt démesuré, c'est peu de le dire. Et mieux vaut que cela continue pour les développeurs Mac qui veulent éviter cette course à la dévaluation de leurs logiciels, conclut Gemmell…

Deux éditeurs de taille moyenne mais indépendants, prolifiques sur les plateformes d'Apple — The Omni Group et Panic — ont fait valoir une expérience diamétralement opposée avec l'App Store. Chez The Omni Group, les apps mobiles sont vendues cher, très cher même eu égard à ce qui se pratique (de 33 à 80 €). Mais l'éditeur a dû revoir sa manière de faire devant l'éternelle absence de fonction de mise à jour des apps et de versions démo sur l'App Store.

Quant à Panic, éditeur réputé aussi dans son domaine, il a échoué à trouver un public pour ses apps iOS, malgré des baisses de prix pour suivre la tendance de fond. Cependant, comme son patron le reconnaissait, il n'y avait peut-être pas une parfaite adéquation entre la nature de ses utilitaires et les besoins exprimés par les utilisateurs sur iOS.

Dans un mois Apple tiendra sa conférence des développeurs. En plus des traditionnelles énumérations de chiffres sur la vigueur de l'écosystème iOS et de son "app "economy" (lire Apple vante ses 2 millions d'emplois américains) il y aura, peut-être qui sait, de la place pour quelques annonces structurelles sur le fonctionnement des App Store. En mars, Apple a enfin accédé à une vieille demande, celle de permettre aux développeurs de répondre à leurs clients sur l'App Store.

avatar reborn | 

Concernant l'open source cela ne détruit pas la valeur ?

avatar occam | 

@reborn

Open Source ≠ gratuit.
Libre ≠ gratuit.

Un des graves malentendus.

Karl Fogel en parle abondamment:
http://producingoss.com/en/index.html
https://www.forbes.com/sites/wenjiazhao/2012/07/06/beliefs-and-misbelief...

Et non, Open Source ne détruit pas la valeur.
Le problème, plus subtil, c'est d'avoir et de savoir définir des critères de valeur relatifs au software.
Problème face auquel les consommateurs de masse sont démunis, dépourvus, et ignorants de leur ignorance.

avatar Jef-67 | 

Joli !!! Belle analyse ... Je cite : Problème face auquel les consommateurs de masse sont démunis, dépourvus, et ignorants de leur ignorance.

Serais tu un lecteur de C.G. Jung ?

avatar occam | 

@Jef-67

"Serais tu un lecteur de C.G. Jung ?"

Aussi (j'ai rencontrė son assistante Aniella Jaffé quand j'étais jeune étudiant à Zurich), mais dans ce cas concret, plutôt de Dunning et Kruger :
https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Effet_Dunning-Kruger

avatar Jef-67 | 

Alors tu devrais être intéressé par Jean-Claude Michea et son livre sur l'enseignement de l'ignorance.
Cet été je vais aller à Zurich pour visiter l'Institut Jung. Cela a dû être passionnant cette rencontre avec Aniella ...

avatar Lestat1886 | 

Les développeurs indépendants ont toujours eu du mal à exister face aux plus grands qui ont plus de moyens. L'aaap store leur donne au moins une opportunité non? Et puis ils dont libres de fixer leurs prix...

Après il a pas tord les clients ne veulent plus payer au prix fort malheureusement et c'est la faute aux constructeurs et aux éditeurs aussi! Maintenant on se retrouve avec des modèles bancales comme l'abonnement ou la multiplication d'achats in app

avatar MerkoRiko | 

J'observe que les apps payantes sont mises à jour moins souvent que les gratuites.
J'en déduis donc que les devs des apps payantes partent à la plage en attendant le fléchissement des ventes...

avatar marenostrum | 

pas besoin de maj si pas de bugs. la plupart de maj de logiciel , sont causé par les maj système. ou pour pousser les clients à la caisse de nouveau.
les logiciels gratuits font plus souvent de mise à jour, parce qu'ils ont des bugs ou très peu de fonctions de base (construit à la va vite). sinon (si il était complet et bien fait) il ne serait pas gratuit dès le départ. qui te donne gratuitement un truc bien fait ?

avatar MerkoRiko | 

@marenostrum

Prenons exemple sur Airmail, app payante donc, il existe de nombreux bugs récurrents (je pense à la synchro iCloud entre macOS & ios) maj après maj, qui ne sont pas très souvent faites...

avatar marenostrum | 

parfois y en a des bugs qu'ils arrivent pas les résoudre. parce que il faut réécrire presque tout le logiciel, ou changer sa conception. ça vaut pas la peine, donc ils les laissent.

ce blog ou le forum est plein de bugs aussi. il faut faire avec.

avatar Bruno de Malaisie | 

@MerkoRiko

J'ai airmail et j'utilise Spark du coup.
Airmail est la plus grande désillusion pour moi!!!!

avatar CorbeilleNews | 

@marenostrum

Qui te donne gratuitement un truc bien fait : et bien cherchez sinon je vous propose un virement paypal de 89€ pour vous expliquer vite fait bien fait ?

avatar Jef-67 | 

Voilà un exemple parfait d'incompétence et de désinformation ... Ils a un modèle qui s'appelle l'Open Source et crois moi ... Une grande partie des logiciels fonctionnent très bien ...
Pour preuve, Linux mais aussi des outils puissants comme MySQL, PHP, ou plus prêt d'outil exploitable directement Phraséa ou encore GIMP ...

avatar Bruno de Malaisie | 

Me concernant, je n'achète pas d'application si elle n'est pas universelle.
S'il elle l'est, et si en plus il y a une extension AppleWatch, je ne boude pas mon plaisir.
Donc, le fait que l'application soit universelle est profitable pour son développeur, et ce même si elle entraîne des surcoûts de développement...

avatar Paquito06 | 

@Bruno de Malaisie

Pareil. Je suis assez recalcitrant à devoir passer deux fois a la caisse pour utiliser le meme contenu sur deux devices different, iPhone et iPad, où dans bien des cas la version iPad serait par ailleurs plus onereuse. Un plus haut tarif de depart pour absorber le developpement supplementaire, j'en conviens, est preferable du coup.

avatar JLG01 | 

Il n'y aurait donc que les clients d'Apple qui refuseraient de payer les application?
?

avatar poco | 

Si vraiment c'était le cas pour une majorité, le nombre de développeurs et d'apps proposées seraient en chute libre, non?

Ce à quoi, Apple serait forcé de donner du mou dans la laisse afin de vendre des iPhones par millions.

Sinon, disons qu'ils sont masochistes.

avatar cetici | 

Ce qui donne l'impression que le travail des développeurs ne vaut "pas grand chose" c'est essentiellement les variations de prix des applications.

Un jour vous payez X euros, le lendemain 50% de réduction , 8 jours apres c'est 75% puis cela revient au prix plein.

Quand on achète une application on ne sait jamais si on paie le juste prix ou si on se fait racketter. Car par moment c'est vraiment l'impression que l'on a.

Si les prix ne faisaient pas le yoyo , on aurait une vraie idée de la valeur des applications.

avatar marenostrum | 

l'achat d'un logiciel c'est par rapport à un besoin précis. tandis que la variation du prix est par rapport aux gains du développeur. lui fait des soldes si son logiciel ne se vend pas très bien. et ça se passe partout comme ça, dans tous les domaines commerciales, pas seulement en App Store ou le marché du logiciel.

si l'app que tu achètes fait le job pour lequel est construit, tu n'est pas arnaqué. peu importe le prix du départ.

avatar rolmeyer | 

En même temps les développeurs sont victimes de choix de société dont Apple n'est pas responsable. Payer 1 ou 2 ou 3 euros une app pose problème à des gens qui payent 750 euros leur tel et 39 un morceau de silicone pour le mettre dedans. Un gars qui décide de la destinée d'un pays doit limite le faire gratis mais un crétin vulgaire en short qui court derrière un ballon peut être millionnaire. Une coupe de cheveux qui coûte 4 fois le prix d'une consultation médicale etc etc.
Certes les règles d'Apple semblent sévères mais à voir le nombre d'apps et le nombre de merdes, pas tant que ça au final. Les développeurs sont les chercheurs d'or et Apple le vendeur de pelles, c'est vieux comme le monde.

avatar supermars | 

@rolmeyer

+100

avatar spoutnik | 

Article très intéressant et d'une grande véracité !
J'en suis l'exemple parfait, sur iPhone depuis 7an 1/2, je n'ai jamais le moindre centime dans l'Apple store et je ne manque pas d'apps pour autant...
C'est peut être égoïste mais j'ai toujours estimé que la publicité suffisait à rémunérer les créateurs (de qualité), peut-être que je me trompe.

avatar fousfous | 

Personnellement je suis contre les MAJ payante, parce que c'est un coup à payer une app et pour se voir enlever les bugs devoir repayer une nouvelle fois...
La solution est tout simple: sortir une deuxième version comme ça a toujours été fait.
Je ne vois vraiment pas l'intérêt de la demande pour les MAJ payante, je n'ai d'ailleurs jamais été confronté à ça (peut-être que c'est j'en spécialités des devs sur Mac?)

avatar marenostrum | 

personne te fait payer pour réparer les bugs (ils sont obligé de faire ça, le logiciel ne doit pas avoir de bugs dès le départ). généralement c'est les nouvelles fonctions ou interface, qui te font payer. d'ailleurs ça s'appelle pas mise à jour, mais mise à niveau.

avatar bugman | 

@fousfous

C'était pourtant le cas avant (et ça l'est encore aujourd'hui pour bien des logiciels).
Bien sûr que le but n'est pas de sortir une v. 1.1 sans bugs payante mais plutôt offrir une 2.0 avec de nouvelles fonctions. Là où la MaJ (majeure) à sa raison d'être, c'est un coup moins important pour l'utilisateur... en remerciement.
Si tu acceptes ce qu'est une carte de fidélité chez un commerçant, je pense que tu peux comprendre le principe de cette MaJ (majeure) chez le développeur. Pour le client c'est tout bénéfice.

avatar mat 1696 | 

@fousfous

+1 je ne vois pas trop l'intérêt non plus...

avatar jurisensei | 

Bienvenue dans l'économie!!
La même chose peut être transposée à l'ensemble des bien et services. Le consommateur veut toujours plus en payant moins... Le cas d'Apple peut-être transposé à vos carottes, vos vêtements, l'ensemble de vos biens de consommation, votre plombier polonais ...
Le nivellement par le bas diront certains... un accès pour le plus grand nombre, diront les autres.
La fameuse uberisation de l'économie c'est ça...

avatar xDave | 

@jurisensei

Ça ne date pas d'hier ni d'Uber (ce mot nouveau 'uberisation' est juste bon à déplacer le problème et jeter de la poudre aux yeux).
Dans mon domaine, j'ai vu les prix chuter vertigineusement et Uber n'était même pas à l'état de concept.

On peut aussi dire que certains développeurs, ou plutôt éditeurs, se sont aussi eux-mêmes tirés une balle dans le pied en facturant des prix exorbitants et en ne créant pas de versions ou applications intermédiaires, qui aujourd'hui font florès sur l'AppStore.

Pour l'exemple de Monument Valley, je dirais qu'un client qui chiale pour 1€79 de niveaux supplémentaires n'est qu'un sale gosse pourri gâté et que ne plus l'avoir comme "client" 'n'est pas une perte mais un soulagement.

avatar jurisensei | 

@xDave

Tout à fait.
Concernant le terme Uberisation, c'était vraiment pour simplifier car en fair on assiste uniquement à ce qui ce passe classiquement dans une économie de marché.
L'offre, la demande et ensuite on ajuste les prix en fonction avec comme objectif de gagner plus.

Ici, Concernant les développeurs ils ont un produit (l'app) qui vaut X euros à développer... soit on vend peu mais on a bcp de marge, soit on diminue le prix et on se rattrape sur le volume... c'est classique et apple n'a rien inventé et surtout... n'est pas particulièrement fautive...
C'est un peu l'opposition du low cost et du luxe...
la différence ici est qu'Apple prend une com' sur des produits qu'il ne crée pas...
Un peu comme Carrefour/Auchan/Casino sur chaque produit qu'ils vendent.
En résumé, rien de nouveau sous le soleil.

avatar debione | 

@xDave:

Malheureusement, un client mécontent parce qu'il doit payer plus, c'est pas tant mieux si il part, car en dehors de ne plus l'avoir pour de prochaine version, c'est quelqu'un qui va faire un max de pub négative et qui va faire dire à des gens qui se serait dit"Bon ok, je paye pour de nouveau niveaux" "En fait il a raison, il y a des jeux gratuis qu'est-ce qu'il vient nous faire chier avec ça..."

avatar alan1bangkok | 

Je n'achète que les gratuites ...et celles livrées avec l'iPhone me suffisent amplement pour mon utilisation

avatar supermac | 

"Je n'achète que les gratuites...". Quel paradoxe!
C'est en outre là qu'est le problème, avoir l'impression qu'on achète alors qu'en réalité on se sert. Mais il faut se rappeller que ces apps qu'on "achète" quelqu'un ou quelques uns ont passé du temps à les développer.

avatar pim | 

C'est bizarre cet article. Apple intervient trop alors, c'est du communisme ? Mais non les petits crèvent de faim, c'est donc du capitalisme ou du libéralisme, il faudrait donc que Apple intervienne plus ?

Ou c'est le prix qui ne va pas ; la règle de 1 € vendu 100 000 fois plus que 100 € ne marche que pour les gros éditeurs, c'est ça ? C'est quoi cette histoire, il n'y a que les gros qui trouvent des pépites d'or ?

Si les prix étaient 100 fois plus élevés, on trouverait toutes les apps sur des sites de piratages et des pleureuses pour venir dire que c'est de la faute d'Apple (ou du gouvernement, du parti, du président, du patron, etc.).

Mais en fait la vérité c'est peut être bosser en free-lance dans une petit startup qui est hyper dur et qui rapporte que dale. C'est peut être ça le problème, c'est sans doute valable autant pour les développeurs, que pour les profs, les auteurs, les peintres, les traducteurs ou les fabricants d'élastiques ! Je connais un exemple de chacune de ces catégories : un prof en free-lance, un auteur, un peintre, une traductrice et pour finir une de mes tantes qui monte des tendeurs dans son garage, et aucun n'arrive à s'en sortir, depuis des années et des années !

En revanche pleureuse du vendredi soir, ça c'est un boulot qui rapporte !!!

avatar en ballade | 

@pim

Qu est ce tu viens nous pleurer toi?

avatar pfx | 

J'ai jamais compris pourquoi les éditeurs ne proposaient pas de nouvelles versions payantes ? Il suffirait juste de rajouter le numéro de version dans le nom de l'app et ça deviendrait une nouvelle app...
Bien sûr il faudra repasser par la case validation qui peut s'avérer très longue, mais comme la version précédente peut rester dispo en parallèle, y'a pas trop de problème! ;)

avatar iGeek07 | 

@pfx

Il y a des problèmes à cette "solution" que tu propose. Que fais tu des nouveaux utilisateurs qui ne téléchargent pas la dernière version parce qu'ils n'ont pas vu? Et après viennent se plaindre au développeur et veulent être remboursé ou avoir la dernière version gratuitement?
Tu oublies aussi le fait que même si un développeur veut faire payer une mise à niveau avec de nouvelles fonctionnalités, il ne veut pas la faire payer autant à ses clients actuels qu'à ses nouveaux clients. C'est normal, l'un va avoir quelques fonctionnalités en plus, l'autre va avoir une application complète.

avatar Ali Ibn Bachir Le Gros | 

Internet c'est gratuit, c'est le partage, c'est la liberté. Tout doit (m')être donné. Ils n'ont qu'à faire des concerts s'ils sont pas contents. Salauds de développeurs.

avatar Terragon | 

Je ne suis pas d'accord avec cette argumentation qui tente d'inculper Apple. D'abord ce sont les développeurs qui fixent leurs prix. Ensuite, je trouve que par le passé, dans l'air PC, les prix étaient exagérément exorbitants. C'est le retour de balancier, qui permet à des indépendants d'avoir facilement accès au même bassin de clients que les gros joueurs. Et souvent il vont casser les prix pour compétitionner. De plus, je n'ai jamais eu de problème a payer le prix demandé lorsque l'application en vaut le coût.

avatar JadEstuaire | 

J'avais lu, peut être en ces lieux, que Apple incitait à la location des applications se générant ainsi une rente plus régulière.

avatar zoubi2 | 

Ouaip... Mais est-ce la faute d'Apple uniquement ? Ce n'est pas la même chose de l'autre côté de la colline (Play Store) ?

À part ça, les gens qui hurlent à la mort quand une appli ne coûte même pas le prix d'un expresso.. :-(

avatar YAZombie | 

Tout à fait d'accord sur la mention du Play Store. Alors que les parts de marché d'Android sont écrasantes à plus de 85%, les revenus du Play Store sont d'à peine ⅓ de l'Apple Store. Et 90% proviennent de jeux. S'il y a perte de valeur c'est bien sur le marché principal…

avatar alain64po | 

Un peu réducteur cette information que vous relayez. C'est tout simplement devenu un produit avec obsolescence programmée comme les ordi!
Il y a de la concurrence et c'est tant mieux.
J'veux pas encore défendre Apple mais dans les années 1980-1990, seul Apple faisait figure d'avant-gardistes avec ses mackintosh et ces (peu, certes) logiciels sur lesquels j'ai travaillé pendant qques années en entreprise.
À l'époque c'était le top. Mais ils ont trouvé un modèle économique qui a parfaitement fonctionné et bcp de monde y trouve son compte non?

avatar albanet | 

C'est complètement con comme point de vue! Avant personne n'achetait d'apps.

Je n'ai jamais autant versé d'argent a des développeur que depuis que j'ai un iPhone.

Et les statistiques démentent complètement cette idée, le nombre de création de postes de développeurs a explosé dans le monde depuis l'iPhone.

Si je ne m'abuse cette économie représente plusieurs milliards de dollars/an, c'est mieux que rien non ?

De plus les gens ne sont pas des idiots, ils savent très bien faire la part des choses entre le prix d'une "petite" app, un jeu éphémère, un petit utilitaire utilisé trois fois mais qui dépanne et une vraie application (FCPX, un gros éditeur de PDF, un jeu AAA) qu'on trouvera sur ordinateur.

avatar marenostrum | 

sur iPhone même FileMaker est gratuit. parce que ça se vend pas. au départ il était payant.
y en a que les jeux qui marchent, sur les smartphones.

avatar occam | 

@marenostrum
« sur iPhone même FileMaker est gratuit. parce que ça se vend pas. au départ il était payant. »

Inexact.
FileMaker Go pour iOS est gratuit parce qu'il sert au déploiement des solutions FMPro, et non pas à leur création, qui dépend encore entièrement des plateformes PC/Mac.
(Si l'on veut, FileMaker Go est l'équivalent iOS d'un module runtime FM sur macOS.)

FileMaker est en train de changer de créneau. D'une part avec sa stratégie cloud, d'autre part avec sa stratégie de location du logiciel, et enfin avec le iOS App SDK, censé encourager l'éclosion d'un écosystème de solutions FM pour iOS natives. Reste à voir, à terme, si le module de déploiement sur iOS gratuit leur sera encore aussi indispensable qu'il ne l'est encore aujourd'hui.

avatar Davidboxing | 

Les ressources de Clash Royale Triche sont très importantes. Il est donc essentiel que vous en ayez besoin pour réussir dans le jeu. Alors, pourquoi ne pas stocker une tonne d'entre eux? Pourquoi pas?
http://box-prizes.fr/clash-royale-triche-astuce-gemmes-illimites-et

avatar Almux | 

C'était beaucoup plus cool à l'époque où les applications coûtaient des fortunes!... Enfin, pour certains semble-t-il!

avatar albanet | 

Et typiquement, les applications de virtualization on du genre de Parallels, VMware, on est presque obligé de repasser à la caisse au minimum tous les deux ans, a 45/70€ je trouve que ça va aller... et FCPX, Apple a vanté en avoir vendu 2 millions donc bon les pleureuses...

avatar marenostrum | 

ils ont de milliers de salaries et pas beaucoup de ventes. sont obligés d'avoir des politiques agressives pour survivre.

avatar albanet | 

@marenostrum

Pas beaucoup de ventes VMWARE ???

Pages

CONNEXION UTILISATEUR