Apple bloque toutes les applications utilisées en interne par Facebook [màj]

Mickaël Bazoge |

Apple a décidé de révoquer le certificat d’entreprise de Facebook, suite à la découverte de Facebook Research, cette app qui engloutit les données d’utilisateurs payés pour abandonner au réseau social toute leur vie privée (lire : Facebook payait de jeunes utilisateurs pour siphonner leurs données). Facebook n’est plus en mesure de distribuer l’application espion à son panel de cobayes… mais ce n’est pas la seule conséquence concrète liée à la révocation du certificat.

Toutes les apps développées en interne par le réseau social ne peuvent tout simplement plus être utilisées, raconte The Verge. Cela concerne entre autres les versions alpha de Facebook, Instagram, Messenger, ainsi que les applications qui sont utilisées par les employés dans leur vie quotidienne, pour leur transport par exemple.

Bref, un vrai casse-tête pour les équipes de Facebook, qui va devoir réclamer auprès d’Apple un nouveau certificat d’entreprise, une procédure qui peut mettre un certain temps — surtout en considérant le passif du groupe. Il existe d’autres moyens de distribuer des apps en version bêta, mais là aussi il faut prendre le temps de s’organiser. Après tout, c’est un prix finalement assez modeste à payer au vu de l’utilisation frauduleuse faite par Facebook du programme de certificat d’Apple.

Mise à jour — Dans un mémo partagé par Business Insider, Facebook indique travailler de près avec Apple afin de trouver une solution qui permettrait aux employés du réseau social d’utiliser de nouveau les apps internes.

avatar letofzurichois | 

Je suis pas du genre à me réjouir du malheur des autres, mais je trouve que ce n’est pas encore assez au vu des révélations.

avatar DadGeeK | 

Oublié dans 8 jours ....

avatar malcolmZ07 | 

@DadGeeK

C'est fou ça surtout quand j'entends ici des gens me parler d'antenagate /bend à longueur de journée.

avatar fte | 

Et donc Apple a certes le pouvoir de bloquer une application malveillante au moins en apparence, mais aussi et surtout le pouvoir de bloquer toutes les applications internes d’une entreprise et ce unilatéralement et sans contrôle judiciaire.

Suis-je le seul à trouver cela absolument inadmissible ?!

(p.s. ce n’est pas une découverte, et je ne trouve pas cela inadmissible d’aujourd’hui.)

avatar Lu Canneberges | 

@fte

En l’occurrence c’est totalement justifié, Facebook ayant largement violé les règles du contrat...

avatar DadGeeK | 

@Fte

lol sans contrôle judiciaire 😆
On est pas dans les experts là.
Comme dit plus haut, Facebook enfreint les règles éditées par Apple.
Point.

avatar fte | 

@DadGeeK

"Point."

Ton monde est si simple.

Le mien est malheureusement beaucoup plus nuancé et complexe, et j’ai bien du mal à le comprendre.

avatar redchou | 

@fte

C’est simple, il y a un contrat.
Ce contrat stipule que ce certificat doit être utilisé pour la signature d’application utilisé en interne dans une entreprise.
Facebook l’utilise pour installer une application banni de l’AppStore sur le téléphone de particuliers.
Apple revoke les certificats utilisés à l’encontre des conditions d’utilisation imposé par le contrat accepté par Facebook.
C’est simple, pourquoi compliquer les choses alors qu’elles ne le sont pas?

avatar Bigdidou | 

@redchou

« C’est simple, pourquoi compliquer les choses alors qu’elles ne le sont pas? »

Parce que des certificats entièrement contrôlés par Apple sont à la base un chose compliquée ?

avatar DadGeeK | 

@fte

C’est pas le problème de « mon monde ». On vit dans le même. Comme tu le dis, tu ne le comprends pas. On est là pour t’y aider. 😘

avatar fte | 

@DadGeeK

"On est là pour t’y aider. 😘"

Si c’est pour me dire que c’est simple, merci, mais non merci. Je ne veux pas de ton monde simple. La simplicité est chiante, réductrice et fausse. Les questions sans réponse sont bien plus stimulantes.

avatar roccoyop | 

@fte

Heuuu... Non !

Compliquer pour compliquer ne sert à rien à part perdre de l’argent ou en faire perdre.

Quant tu vas à la boulangerie pour acheter un croissant et que la boulangère te donne un pain au chocolat, tu reprend ton argent et tu te casses, non ? Ou tu fais appel à un juge pour régler « l’affaire » parce que « c’est plus stimulant » ? 🤦🏻‍♂️

avatar fte | 

@roccoyop

Sympa la métaphore boulangère. C’est nouveau dans ce fil. Tu gagnes ton badge métaphore niveau 1. Ton nom de meute sera Dindon Sagace.

avatar roccoyop | 

@fte

Merci, je n’en demandais pas tant !

J’ai essayé de simplifier au maximum parce que insistais tellement sur ton incompréhension. Visiblement ça a fait mouche puisque tu as enfin compris.

Pour moi la mission est accomplie, j’ai élevé un autre être humain à un tout autre niveau.

avatar Bigdidou | 

@Lu Canneberges

« En l’occurrence c’est totalement justifié, Facebook ayant largement violé les règles du contrat... »
Ah ?
Et c’est Apple qui juge et sanctionne ?
Tu trouves pas ça un peu (énormément) inquiétant ?

avatar A884126 | 

@Bigdidou

Ce sont seulement les app iOS de Facebook utilisant ce certificat.
Donc toutes personnes utilisant ce certificat, en l'occurrence les employés de FB.

Une rupture de règles contractuelles d'un contrat de service ne nécessite pas de jugement. Elles sont consenties entre deux partis lors de leur approbation.
Celui qui fournit le service est donc dans son droit d'arrêter toutes prestations s'il le souhaite au regard du contrat passé.
Ensuite FB peut toujours entamer une action en justice s'il le souhaite. Mais je doute que ce sera le cas

avatar Bigdidou | 

@A884126

« Une rupture de règles contractuelles d'un contrat de service ne nécessite pas de jugement. Elles sont consenties entre deux partis lors de leur approbation.
Celui qui fournit le service est donc dans son droit d'arrêter toutes prestations s'il le souhaite au regard du contrat passé. »

Certes.
Il s’agissait de soulever l’importance des conséquences des clauses des CGU concernées donnant un pouvoir qui peut paraître exagéré à Apple.
Pas contre Facebook de façon particulière qui peut aller en Enfer, je m’en fiche...

avatar A884126 | 

@Bigdidou

Des clauses validées par les avocats des deux partis. Donc, j'imagine en conformité avec la loi américaine.

avatar XiliX | 

@Bigdidou

"Et c’est Apple qui juge et sanctionne ?
Tu trouves pas ça un peu (énormément) inquiétant ?"

Ha bah oui... en quoi c’est inquiétant ?
Si je crée une application pornographique, elle ne sera même pas publiée. Et ce unilatéralement.

Si je ne respecte pas les règles internes de ma boîte, je suis viré illico presto.
En quoi c’est anormal ?

Les règles sont claires et connues.

avatar IPICH | 

@Bigdidou

Euh sérieusement? C'est la boutique en ligne D'APPLE. APPLE contrôle SA boutique avec des règles.
Ces règles sont enfreintes: APPLE punit sur SES APPAREILS, SES PLATEFORMES NON PAS L'UTILISATEUR MAIS FACEBOOK car contrat non respecté.

Vous travaillez pour une entreprise, elle vous fait signer un contrat avec des règles.
Vous ne les respectez pas vous êtes sanctionné.

Autre chose que vous ne comprenez pas?

avatar Bigdidou | 

@IPICH

« C'est la boutique en ligne D'APPLE. APPLE contrôle SA boutique avec des règles. »

Où est-il question ici de la boutique en ligne ?
Mis puisque tu soulèves le problème, oui, ça me pose problème qu’elle soit verrouillée à ce point et qu’Apple interdise toute boutique alternative.

« APPLE punit sur SES APPAREILS »

SES appareils ?
Tu veux dire ceux qu’elle a vendus ?

« Autre chose que vous ne comprenez pas? »

Oui, mais ça justifierait une modération.

avatar IPICH | 

@Bigdidou

Vous êtes ridicule.

Vous allez dans un hôtel avec service de petit déjeuner, un service créé par l'hôtel en question.

Vous allez vraiment vous insurger parce que l'hôtel n'autorise pas plusieurs chaînes d'alimentation en livraison de faire concurrence dans l'hotel ?

L'hôtel fais ce qu'il veut et contrôle son environnement et ses services. Point.

avatar Bigdidou | 

@IPICH

« Vous êtes ridicule. »
Puis :
« Vous allez dans un hôtel avec service de petit déjeuner, un service créé par l'hôtel en question.
Vous allez vraiment vous insurger parce que l'hôtel n'autorise pas plusieurs chaînes d'alimentation en livraison de faire concurrence dans l'hotel ? »

Mais quel rapport ?

C’est pour le concours des métaphores à la con ?

Il y a un exemple non métaphorique et très concret.
Les boutiques alternatives au store de Google sur Android.

Elles sont ridicules ?

avatar IPICH | 

@Bigdidou

Bah c'est une comparaison tout à fait fonctionnelle.

Vous dites que Apple devrait permettre d'installer sur ses produits des applications en provenance d'autres boutique, donc en dehors de toute vérification d'Apple en terme de sécurité et assurance guideline en terme de qualité par exemple.

Vouloir ça c'est bête.
C'est comme vouloir que Nintendo autorise l'installation de jeux en démat via un autre Store en ligne.

Pourquoi? C'est une console Nintendo y'a une boutique en ligne Nintendo point.

avatar Bigdidou | 

@IPICH

« Vouloir ça c'est bête.
C'est comme vouloir que Nintendo autorise l'installation de jeux en démat via un autre Store en ligne. »

Ou que Google autorise l’installation d’apps autres que du PlayStore ?
C’est bête ?

avatar IPICH | 

@Bigdidou

Ce sont deux choses différentes vous mélangez le fait d'autoriser installation d'applications en dehors du seul Store existant, (à ses risques et périls parce qu'on peux télécharger des virus), et l'existence de deux Store sur un même appareil.

avatar Bigdidou | 

@IPICH

« Ce sont deux choses différentes vous mélangez « 

C se mélange dans les esprits simples.
Dans un esprit un peu organisé, ça se juxtapose, comme des problèmes connexes.

Il y,a des gens qui peuvent penser deux choses à la fois sans les mélanger.
Si, si.

avatar fte | 

@IPICH

"Vous êtes ridicule.

Vous allez dans un hôtel avec service de petit déjeuner, un service créé par l'hôtel en question."

Sauf que dans un hôtel, lorsque j’achète un panier picnic, au moment de déjeuner, je n’admettrais pas que l’hôtel verrouille le panier à distance, mon panier, pour m’empêcher de manger mon picnic.

C’est vous qui êtes ridicule, à qualifier les gens ainsi. Parce que se poser des questions est ridicule maintenant ? La culture Google est une culture de réponses faciles à toutes les questions, c’est d’une tristesse.

Mais la question n’est pas celle de la propriété, bien que fondamentale, mais celle d’un pouvoir démesuré entre les mains d’une entreprise privée.

Il y a un parallèle avec les licences FRAND à faire je pense.

avatar vince29 | 

Je sais pas.
Quand Google propose SON système d'exploitation avec SES règles (tu prends les applications préinstallées et tu peux l'appeler Android, sinon tu peux faire ton fork gratuitement mais tu n'as plus le droit de l'appeler Android) il paraît que c'est scandaleux.

avatar Kensei68 | 

@Bigdidou

Ou encore :

C'est comme si je venais prendre l'apéro chez toi après que tu m'aies sympathiquement invité et que là, après quelques verres, je me mette à pisser partout sur tes rideaux et qu'ensuite je m'insurge du fait que tu m'aies foutu à la porte...

TA maison, TES règles...
Ben c'est pareil pour Apple,
LEUR boutique, LEURS règles...

avatar Bigdidou | 

@Kensei68

« C'est comme si je venais prendre l'apéro chez toi après que tu m'aies sympathiquement invité et que là, après quelques verres, je me mette à pisser partout sur tes rideaux et qu'ensuite je m'insurge du fait que tu m'aies foutu à la porte... »

Puisqu’on ‘st dans les métaphores débiles, on va imaginer que mes règles c’est de pas être noir ou juif.
Tu les acceptes aussi ?

avatar Kensei68 | 

@Bigdidou

"...on va imaginer que mes règles c’est de pas être noir ou juif.
Tu les acceptes aussi ?..."

Et bien en fait, oui.
Je trouverai certes triste et désolant que tu sois raciste et antisemite et du coup je ne viendrai pas prendre l'apéro chez toi mais encore une fois, tu es libre d'inviter (ou de refuser) chez toi qui tu veux.
La liberté de penser prime sur la bien-pensance.

avatar jerry75 | 

@Kensei68

De toutes façons le bien pensant est établi par qui et de quel droit ?

avatar Kensei68 | 

@jerry75

"De toutes façons le bien pensant est établi par qui et de quel droit ?"

Très bonne question, qui mériterait d’être débattue à l'occasion d'un topic dédié parce qu'on s'éloigne du sujet là...

Mais comme ça, d'instinct et sans y avoir trop réfléchi, je dirais rapidement qu'elle est établie par le code de valeurs morales de la majorité des "intervenants". Question d'éducation reçue et d'évolution de nos sociétés... Mais ça n'est jamais que mon humble avis de béotien.

avatar fte | 

@Kensei68

"TA maison, TES règles...
Ben c'est pareil pour Apple,
LEUR boutique, LEURS règles..."

Mon téléphone... mes règles ?

Ou alors il faut qu’Apple me file ses joujoux gratos, ainsi leurs règles, d’ac, ce sont leurs joujoux. Pas si je paie mon joujou.

avatar Kensei68 | 

@fte

"...Mon téléphone... mes règles ?..."

En réalité, pas tout à fait :
L'utilisation d'iOS est soumise à conditions. Ces conditions, tu les as acceptées lors de la mise en service de ton iDevice (si,si, rappelle-toi le long texte qui s'affiche au moment de la première configuration et que tout le monde valide sans le lire.)

avatar fte | 

@ @Kensei68

"si,si, rappelle-toi le long texte qui s'affiche au moment de la première configuration et que tout le monde valide sans le lire.)"

Qui n’a, dans mon pays, jamais été testé devant les tribunaux et n’est pas considéré comme valable jusqu’à preuve du contraire (preuve qui ne viendra vraisemblablement jamais tant le risque de rejet est grand).

J’ajoute que les moyens de contourner protections et blockages sont parfaitement légaux, y compris commercialement aux fins de réparation par exemple.

Bref. J’appelle bullshit.

avatar Kensei68 | 

@fte

Qu'il n'ait jamais été mis à l'épreuve des tribunaux je veux bien mais alors justement : jusqu'à ce qu'il soit éventuellement, totalement ou partiellement remis en cause par la justice, il est considéré comme tout à fait valable.
Il ne s'agit jamais que d'un accord de termes et conditions entre deux parties qui, tant que la justice n'a pas démontré son "invalidité" est valable (normalement sur un secteur géographique délimité et en accord avec la législation locale... Normalement...)

Je n'ai par contre pas compris ta remarque quant au moyens de contourner protections et blocages. Si tu veux bien développer ta pensée...

avatar fte | 

@Kensei68

"Il ne s'agit jamais que d'un accord de termes et conditions entre deux parties"

Justement non, ce n’est pas. Le problème est « deux parties ». Un click sur un bouton ne saurait être assimilé à l’acceptation d’un contrat. Le chat pourrait avoir marché sur le téléphone posé allumé sur le bureau pour ce qu’on en sait.

avatar Kensei68 | 

@fte

Euh... Sérieusement ?
Tout le commerce en ligne mondial fonctionne de cette façon...
"En cliquant sur valider votre panier vous reconnaissez avoir pris connaissance des conditions générales de vente et les accepter, etc..."

Va expliquer à Amazon que tu n'est pas d'accord avec leurs conditions de ventes et que c'est ton chat qui à malencontreusement cliqué sur la souris au mauvais moment... (Bien qu'Amazon ne soit pas trop pénible sur ses conditions de retour, là n'est pas la question).

avatar fte | 

@Kensei68

Ne confonds pas EULA et CGV.

Les CGV sont légales et reconnues tant que pas en contradiction avec le code des obligations. Dans la mesure où l’information est disponible avant la vente.

Les EULA à cliquer dans un programme n’ont pas force légale.

Au début de la conversation, tu parlais des EULA affichées soit pour l’OS soit pour les apps. Ce ne sont pas des conditions générales de vente.

D’ailleurs en général, tout contrat supposé soumis après la vente est invalide car soumis après la vente. L’EULA pourrait éventuellement être liant si le contrat était présenté à l’acheteur de l’iPhone (et signé) au moment de la vente. Ça n’est pas le cas. Donc nul. Idem pour tout logiciel en boite. L’EULA affichée après achat n’est que bullshit inutile.

Dans mon pays. Je ne parle pas du Monde.

avatar Kensei68 | 

@fte

Mhhhhouais. Remarque pertinente ma foi.
Les CGV n'étaient probablement pas le meilleur exemple en effet.

Cela dit, il existe ailleurs plein d'autres exemples de CGU similaires (MacOS, PC livré sous Windows, Pack Office acheté en boite à l'époque où ça se faisait encore, etc...)
Tous les sites Internet sérieux, qu'ils soient marchands ou non, possèdent également des CGU et d'après ce que j'ai pu lire ici ou là, il n'est même pas nécessaire qu'elles aient été validées pour être valables, mais doivent seulement être accessibles quelque part. Sinon, toutes les apps mobiles et autres sites Internet que nous utilisons les afficheraient systématiquement lors de chaque visite sur leurs pages d'accueil, avec une case à cocher qu'il serait obligatoire de valider pour accéder au contenu du site.
(voir https://www.cgv-pro.fr/conditions-generales-utilisation
et https://www.legalplace.fr/guides/difference-entre-cgu-cgv/)

Ensuite, quant à leur validité ou invalidité en regard du fait qu'elles soient présentées APRES UN ACHAT, je dois dire que cela dépasse mon domaine de compétence.
Y'a-t-il un expert dans la salle pour confirmer/infirmer ?

Quoi qu'il en soit, il semble qu'Apple ait contourné cet écueil facilement : A la mise en route de l'appareil, tu ne peux l'utiliser qu'après avoir validé les conditions et si tu ne souhaites pas les valider, tu as alors 14 jours pour retourner l'appareil et demander un remboursement.

Quand tu parles de ton pays, tu veux dire la Suisse ? Car apparemment, concernant les CGU, "Les dispositions légales françaises sont le reflet des exigences européennes : des directives ou règlements sont édités au niveau européen en droit de la consommation avant d’être transposés en droit français. "

avatar Bigdidou | 

@Kensei68

« là n'est pas la question »

Ben un peu quand même, justement.
C’est pas nécessairement pour te faire plaisir qu’Amazon n’est pas « pénible » pour les conditions de retour.
Mais très largement parce qu’en tant que consommateurs de vente à distance nous sommes bien protégés par la loi, la vraie.

avatar Kensei68 | 

@Bigdidou

Je me suis mal exprimé :
La question ne porte pas sur les conditions de retour, ni même sur les conditions de vente (nous venons de le démontrer un peu plus haut et je pense que nous sommes tous d'accord) mais sur les conditions d'utilisation.
CGV et CGU peuvent ne rien avoir en commun sur un même site ou chez un même éditeur mais on ne remet pas du tout en cause le fait qu'elles soient, les unes et les autres, soumises au cadre légal en vigueur dans le pays où elles sont employées.

avatar fte | 

@Kensei68

"Tout le commerce en ligne mondial fonctionne de cette façon..."

Tout sauf un petit pays d’irréductibles je suppose.

Le Code des Obligation fixe les règles minimales qui ne sauraient être réduites. Des CGV peuvent éventuellement augmenter ces droits minimaux, et détailler des modalités.

Et le CO est bien plus digeste que la majorité des CGV.

avatar Kensei68 | 

@fte

Ça n'était pas assez compliqué comme ça ?
En plus de devoir creuser la question d'après le droit européen maintenant on doit encore se taper les vérifications en regard du droit suisse ?

Non, plus sérieusement, le lièvre que tu as levé concernant la validité "a posteriori" des CGU suite à un achat m'intéresse fortement et je serai assez curieux de savoir ce qu'il en est effectivement en droit européen… et pourquoi pas aussi en droit suisse mais je suis presque sûr que vous êtes en effet mieux lotis que nous à ce niveau-là.

Au sujet de votre CO, si je comprend bien ce que tu énonces : il fixe des règles minimales (donc des obligations minimales, pour l'une et l'autre partie j'imagine, aussi bien le vendeur que l'acheteur) et à ces conditions, le vendeur peut également ajouter ses propres CGV du moment qu'elles n'entrent pas en contradiction avec les règles du CO c'est bien ça ?

avatar fte | 

@Kensei68

"Ça n'était pas assez compliqué comme ça ?"

Eh! Ce n’est pas moi qui ai lancé ce sujet.

"Au sujet de votre CO, si je comprend bien ce que tu énonces : il fixe des règles minimales (donc des obligations minimales, pour l'une et l'autre partie j'imagine, aussi bien le vendeur que l'acheteur) et à ces conditions, le vendeur peut également ajouter ses propres CGV du moment qu'elles n'entrent pas en contradiction avec les règles du CO c'est bien ça ?"

C’est ça. Par exemple la garantie est de 1 an au minimum, mais le vendeur peut s’il le souhaite accorder une garantie de 10 ans, mais pas la réduire à 1 semaine. Il peut également préciser que le retour du produit est à la charge du client et nécessiter d’enregistrer le retour au préalable, mais il ne peut pas refuser un retour sans boite originale ou accessoires complets ou autre clause farfelue.

avatar seraphinmi | 

@Bigdidou

Franchement je ne vois pas le problème là?
L’AppStore est une boutique privée, dont l’utilisation est soumise à l’acceptation des termes d’un contrat, comme tous plein d’autres services auxquels on accède tous les jours. Les règles sont écrites dans ce contrat. Tu n’es pas d’accord, tu ne les acceptes pas et tu passes ton chemin, rien ne t’oblige à les accepter! Tu les enfreins...tu es punis...et c’est le fournisseur du service qui décide unilatéralement. Si en plus d’enfreindre les règles du contrat tu enfreins la loi de ton pays, alors là ok pour que la justice y mette son grain de sel..

avatar Bigdidou | 

@seraphinmi

« L’AppStore est une boutique privée, »

1. Encore une fois, où est-il question de l’AppStore en ce qui concerne les faits de la news ?

2. Concernant l’AppStore, Apple y fait ce qu’elle veut, rien à dire à ça, mais on peut regretter alors qu’elle interdise tout store alternatif.
Qu’Apple ne veuille pas me vendre d’app porno, je comprends, qu’elle m’interdise d’en installer une sur mon iPhone, c’est autre chose.
Pourquoi pas un jour des apps concernant l’avortement ?
Ou telle ou telle religion ?
Ou tel ou tel principe philosophique ?

C’est si difficile, même pas de voir un problème, mais d’admettre que certains puissent légitiment en voir un ?

avatar Un Type Vrai | 

Apple ne sanctionne pas. Apple constate la fin d'un contrat privé bipartite du au non respect d'une clause stipulant explicitement que sa violation mène à la rupture du contrat.
J'ai déjà vécu ça, et ça se passe très bien.

C'est des règles de jeu.
Facebook a joué a triché et s'est fait prendre, fin de partie (goudron et plume) et va négocier pour pouvoir rejouer.
Apple va certainement demander explicitement un moyen de contrôler que Facebook ne recommence pas à tricher.
Puis un système s'appliquant à tous les joueurs sera mis en place pour empêcher les astuce à la Facebook.

Rien de bien méchant ou compliqué.

Note que si l'état agissait de même avec l'évasion fiscale, il serait de plus en plus compliqué d'éviter l'impôts.
Je ne mets pas «legalement» parce qu'en France on a pas le droit de trahir le sens d'un impôts. Donc les combines ne sont jamais très légale sauf sous l'oeil bienveillant de nos elus.

Pages

CONNEXION UTILISATEUR