Apple menace de supprimer HEY de l'App Store pour une histoire d'achats (pas) intégrés 🆕

Mickaël Bazoge |

Si Apple voulait donner des munitions supplémentaires à Margrethe Vestager, l'opiniâtre commissaire européenne à la concurrence, l'entreprise ne s'y serait pas prise autrement. Le jour même de l'annonce de l'enquête formelle de la Commission sur les pratiques de l'App Store, la Pomme a décidé de partir à l'assaut de l'éditeur Basecamp, qui a lancé son nouveau service de courriel HEY aujourd'hui.

Le service est vendu sous forme d'abonnement (99 $ par an), il faut souscrire directement depuis le site web de l'éditeur. Bien sûr, HEY a une application iOS, mais si la version 1.0 a été acceptée par l'App Store, les mises à jour suivantes ont été rejetées. Elles se contentaient pourtant de corriger des bugs.

Les réviseurs de la boutique ont expliqué à l'éditeur que l'app ne respectait pas la règle 3.1.1 des guidelines consacrées aux achats intégrés : les apps qui proposent de déverrouiller du contenu ou des fonctions supplémentaires (comme de la monnaie virtuelle dans un jeu ou l'accès à du contenu premium sur abonnement) doivent facturer avec le système de l'App Store.

Le mail de rejet d'Apple. @DNN

HEY doit donc vendre ses abonnements depuis son application, ce qui implique le versement d'une commission de 30% due à Apple (15% la deuxième année d'abonnement). « Même dans un million d'années, il n'y a aucune chance que je verse à Apple un tiers de mes revenus, c'est obscène, c'est criminel », s'enflamme David Heinemeier Hansson (DHH) cofondateur de Basecamp et directeur technique, auprès de Protocol.

L'affaire est loin d'être terminée : dans un long fil sur Twitter, DHH explique qu'Apple menace désormais de retirer purement et simplement l'application tant que Basecamp ne se pliera pas à la volonté d'Apple. Le problème est sans doute lié à la nature particulière du modèle de HEY, qui n'est pas un fournisseur de contenus à la Netflix ou Spotify. Ces plateformes se sont affranchies des achats intégrés de l'App Store sans que cela pose de problème à Apple.

Le poids de la commission prélevée par Apple sur les achats intégrés et les abonnements pèse de plus en plus lourd pour les éditeurs. C'est d'ailleurs Spotify, particulièrement remonté contre cette politique de la Pomme, qui a allumé la mèche de l'enquête de Bruxelles. Apple parle de « plaintes sans fondement d'une poignée d'entreprises voulant profiter du système gratuitement, en ne suivant pas les mêmes règles que tout le monde ».

Mais en s'attaquant à HEY, Apple a misé sur le mauvais cheval : DHH n'a pas sa langue dans la poche et il sait se montrer particulièrement féroce. Il a même témoigné devant le Congrès américain dans le cadre d'une enquête sur les pratiques anticoncurrentielles des géants de la tech. À quelques jours de l'ouverture de la WWDC, l'opacité des décisions d'Apple — qui peut avoir une justification valable, mais l'entreprise n'en parle jamais sauf cas exceptionnel — sonne comme un bien mauvais signal envoyé aux développeurs.

Mise à jour — Apple a expliqué à Protocol que l'application HEY n'aurait pas dû être approuvée tout court. Le constructeur précise qu'elle autorise ce genre d'apps, mais uniquement celles à destination des utilisateurs en entreprises, pas du grand public. C'est pourquoi l'App Store autorise l'application Basecamp — publiée par le même éditeur que HEY —, qui est utilisée par des entreprises pour leur gestion au quotidien. Pour HEY, Apple reste ferme sur son exigence : l'application doit proposer un achat intégré passant par l'infrastructure de la boutique, et donc par une commission.


avatar byte_order | 

@XiliX
> Sachant que XCode est gratuit,

Hein !? Il faut macOS et donc acheter un mac pour utiliser XCode.

Quand vous pourrez développer une app iOS sans avoir donner plus que 99$ par an à Apple, absolument rien d'autre, là vous pourrez dire que XCode est gratuit.
Ce n'est pas le cas, loin de là.

Tandis que pour développer une app Android n'implique nullement de devoir acheter une machine ChromeOS ou que sais-je à Google ou à Samsung ou Huawei ou autre.

> Regardes combien ça coûte les outils de dev comme Visual Studio Pro/Entreprise,
> Delphi, WinDev..

On peut développer une app pour Windows avec des outils qui n'impliquent nullement de devoir payer quoi que ce soit à Microsoft, et encore moins de devoir acheter un ordinateur Microsoft. Pareil pour Android.

avatar pat3 | 

@byte_order

"Tandis que pour développer une app Android n'implique nullement de devoir acheter une machine ChromeOS ou que sais-je à Google ou à Samsung ou Huawei ou autre.
"

Bon.
Mais pourquoi donc les devs s’acharnent à continuer à développer pour iOS ? C’est gratuit sur Android, ils peuvent toucher 80% du marché des smartphones, proposer leur propre moyens de paiement, sans être prélevé des immondes 30%… quelle bêtise les maintient sur iOS ?

avatar byte_order | 

@pat3
> Mais pourquoi donc les devs s’acharnent à continuer à développer pour iOS ?

Parce que le propriétaire d'appareil iOS est globalement plus aisé, donc plus dépensier, donc plus facile de lui vendre quelque chose, et plus cher.

Mais cela ne permet pas pour autant d'affirmer que XCode est gratuit, alors que c'est faux.
Je soulignais cela, j'étais pas en train de dire que comme développer pour d'autres plateformes coutait moins cher en investissement, cela n'avait plus de sens de développer pour iOS.

Par contre, ne déveloper *que* pour iOS, y'a matière à débat. Faut vraiment avoir une app qui occupe une niche pour se le permettre désormais, et n'avoir une clientèle potentielle que massivement pro-Apple.

avatar Krysten2001 | 

@byte_order

« On peut développer une app pour Windows avec des outils qui n'impliquent nullement de devoir payer quoi que ce soit à Microsoft, et encore moins de devoir acheter un ordinateur Microsoft. Pareil pour Android. » c’est sûr qu’avec leu modèle économique...

avatar byte_order | 

@Krysten2001

C'est pas le problème. Le problème c'est qu'affirmer que XCode est gratuit est faux.
L'investissement nécessaire pour développer une app iOS est plus élévée. Je ne dis pas qu'il n'est pas amortissable, hein, je dis juste qu'affirmer que cela coute rien, argument jeté pour justifier le taux de la commission de l'AppStore censé inclure la compensation de la soit-disante gratuité de l'environnement de développement d'apps iOS, c'est faux.

avatar Krysten2001 | 

@byte_order

Xcode est gratuit. On peut développer une app gratuitement mais c’est la publication,... qui est payante

avatar Brice21 | 

@byte_order

"On peut développer une app pour Windows avec des outils qui n'impliquent nullement de devoir payer quoi que ce soit à Microsoft, et encore moins de devoir acheter un ordinateur Microsoft. Pareil pour Android."

C’est faux. Pour développer pour Windows tu as du acheter une machine dans le coût de laquelle est inclu la licence de Windows. Tu as donc du payer cette licence Windows.

avatar byte_order | 

@Brice21
> C’est faux. Pour développer pour Windows tu as du acheter une machine dans le coût de laquelle
> est inclu la licence de Windows. Tu as donc du payer cette licence Windows.

Non. On peut parfaitement faire de la cross-compilation, depuis un autre OS, en utilisant un OS open source et une toolchain open source également, sur une machine que vous aviez déjà (ou une VM à la limite) où aucune licence Windows n'a été nécessaire, par exemple.

Une app multiplateforme via QT, par exemple. Ou via mingw.
Dans tous les cas, Microsoft ne peut en aucun cas vous imposer de lui acheter la moindre machine.

En considérant que la machine achetée préalablement incluait probablement le prix d'une licence Windows, ok, Microsoft capte cette partie là en effet. Mais on est loin du prix du ticket d'entrée pour pouvoir développer pour iOS. D'un côté une licence ayant ajouté 2-3 dizaines d'euros au max, de l'autre minimum un bon millier d'euros.

avatar Brice21 | 

@byte_order

Même chose pour Apple, tu peux développer avec Xamarin, plein de framework hybrides, Phonegap, Flutter, Ionic, React Native, même Unity sous Windows, ... il y a même des générateurs d’app.

avatar byte_order | 

...et à un moment, pour publier, il faut disposer d'un mac.

avatar Brice21 | 

@byte_order

Tu peux utiliser celui de ton papa.

avatar fte | 

@Brice21

Pour distribuer l’app pour iOS, pour déverrouiller l’usage de nombre d’API, tu dois en passer par le portail développeur qui n’est pas gratuit.

avatar Brice21 | 

@fte

Il est entièrement gratuit pour les membres.

avatar Brice21 | 

@byte_order

"Mais on est loin du prix du ticket d'entrée pour pouvoir développer pour iOS. D'un côté une licence ayant ajouté 2-3 dizaines d'euros au max, de l'autre minimum un bon millier d'euros."

Oui mais ton Mac peut aussi servir à d’autres usage que ton développement. Ce n’est pas son unique fonction. Imputer l’ensemble du coût de la machine sur le développement d’app est une caricature... pourquoi pas aussi le coût de la table, de l’iPhone de test (en oubliant qu’il permet aussi de téléphoner)...

avatar byte_order | 

@Brice21
> Oui mais ton Mac peut aussi servir à d’autres usage que ton développement.
> Ce n’est pas son unique fonction.

Tout comme un ordinateur non mac que l'on a déjà avant d'envisager de se mettre à développer des apps pour iOS. Pourquoi, alors qu'elle permet tout autant d'autres usages également, il faudrait acheter un mac ? On a pas besoin d'acheter un machine à Microsoft pour se mettre à développer des apps pour Microsoft depuis une machine qu'on possède déjà. Pareil pour Android.

Ce n'est le cas que pour pouvoir développer pour iOS.

> Imputer l’ensemble du coût de la machine sur le développement d’app est une caricature...

C'est ce que l'on appelle le ticket d'entrée.
Si vous avez déjà un mac, il baisse fortement.
Mais si vous n'en aviez pas encore, il est obligatoire, et il augmente le prix.
C'est factuel. Et c'est aussi spécifique au cas iOS. Le dévelopement pour d'autres plateformes n'impose pas un ticket d'entrée aussi élévé.

> pourquoi pas aussi le coût de la table, de l’iPhone de test
> (en oubliant qu’il permet aussi de téléphoner)...

Techniquement, on peut publier une app iOS sans avoir tester sur un véritable iPhone.
Quand à la table, là c'est vous qui êtes ridicule.

avatar fte | 

@Brice21

"C’est faux. Pour développer pour Windows tu as du acheter une machine dans le coût de laquelle est inclu la licence de Windows. Tu as donc du payer cette licence Windows."

Faux. Tu peux développer des apps Windows sur un Raspberry avec uniquement des logiciels gratuits.

Mais techniquement, c’est aussi vrai pour macOS ou iOS. Encore que pour iOS, il faut pouvoir distribuer l’app, et pour ça le passage par le store et l’abonnement annuel Apple est nécessaire.

avatar byte_order | 

@fousfous
> Ils ne profitent de rien? Et les serveurs? La mise en avant sur le store?

Imposés par Apple. Et il n'est pas possible, par exemple, d'avoir une taxe moins élevée en renoncant à la mise en avant (assez théorique) sur le store. L'absence de concurrence permet à l'AppStore de faire une vente liée ici : contrat de distribution de l'app *et* de sa promotion, qui sont pourtant 2 activités bien distinctes.

Par ailleurs, Apple ne fait pas payer les couts d'hébergements des apps gratuites sur ses serveurs - parce qu'avoir ces apps gratuites profite à l'attractivité de ses appareils iOS, ce qui constitue donc bel et bien une forme de paiement à Apple.

Pourquoi certaines de ces apps gratuites devraient être traitées différement des autres apps gratuites !?

A Apple de réviser ses tarifs si elle considère que l'hébergement des apps gratuites doit donner lieu à une facturation supérieure. Et d'en assumer les éventuelles conséquences.

Là, elle cherche a se payer sur une prestation intégralement rendue par un tiers : les données manipulées par Hey sont gérées par les serveurs de Hey, pas les siens.
Pire, elle cherche à imposer que le moyen de paiement de l'accès à la prestation passe par Apple Pay : non seulement elle veut 30% mais en plus elle veut la commission sur la méthode de paiement !

avatar IceWizard | 

EDIT : J'avais posté une vidéo résumant l'intégralité du discours de @byte_order : un défilé d'étudiants de Corée du Nord en uniforme, défilant pour protester contre les agressions militaires de la Corée du Sud. Mais bon, ça ne passe pas sur le forum ..

avatar jean_claude_duss | 

@byte_order

Elle existe pour 5 apps sur 2 millions cette mise en avant. En pratique elle n’existe pas.

avatar en chanson | 

@fousfous

Réfléchis avant de parler. Tu paies déjà très cher ton I device.

avatar 0MiguelAnge0 | 

@fousfous

Quand Apple autorisera les App Store alternatif, tu pourras te la ramener.

Et Apple va se faire demolir par la comission européene car ses lobbystes n’ont pas pu eviter la prune à 13M€ de la même commissaire...

avatar Brice21 | 

@0MiguelAnge0

Apple autorise la distribution d’app par le web. Les PWA sont une alternative à l’app store.

avatar fte | 

@Brice21

"Apple autorise la distribution d’app par le web. Les PWA sont une alternative à l’app store."

Ces applications sont très limitées, nombre d’API n’étant accessibles que si les apps ont des profiles et signatures uniquement délivrés par le portail dev Apple.

Ce n’est pas une alternative. C’est un pis-aller.

avatar Brice21 | 

@fte

Oui mais tu ne peux pas vouloir le beurre et l’argent du beurre : utiliser les API d’Apple et ne rien payer.

Cependant tu reconnais qu’il est possible de distribuer ta PWA sans passer par l’app Store d’Apple. Le juge appréciera, merci ;)

avatar fte | 

@Brice21

"Oui mais tu ne peux pas vouloir le beurre et l’argent du beurre : utiliser les API d’Apple et ne rien payer."

Pourquoi ? Toutes les autres plateformes n’ont pas cette limitation. Toutes. Même macOS. Sauf iOS.

Si je développe une app pour iOS, en j’en ai développé pas mal, j’apporte une valeur ajoutée en enrichissant l’écosystème iOS, mais je devrais payer Apple pour avoir l’honneur d’enrichir son écosystème ? Avec des applications qui tourneront sur des appareils qui n’appartiennent pas à Apple ?

Pourquoi ?

"Cependant tu reconnais qu’il est possible de distribuer ta PWA sans passer par l’app Store d’Apple. Le juge appréciera, merci ;)"

Uh ? Je ne "reconnais" rien. C’est ainsi. On peut créer et distribuer des applications excessivement bridées hors du store. Je n’ai jamais prétendu le contraire. J’insiste cependant sur bridées.

avatar Brice21 | 

@fte

"On peut créer et distribuer des applications excessivement bridées hors du store. "

C’est tout ce qui compte pour l’enquête de la commission européenne. Si Netflix, Spotify et Hey pourraient être une web app accessible sur iOS avec leur propre abonnement, il n’y a plus de motif de plainte... wait, c’est justement le cas pour les trois !!

J’aurais du faire avocat d’Apple plutôt qu’Apple Evangelist (de 1996 à 2006).

avatar frankm | 

Qu’ils retirent leur application. Tant pis on fera sans.

avatar redchou | 

@frankm
Retire ton commentaire, on fera sans aussi 👌

avatar Soner | 

Ok Apple c’est bon maintenant. Ce comportement avait un sens aux débuts de l’App Store, aujourd’hui c’est contre productif et ça donne mauvaise presse à Apple.

Et je trouve d’ailleurs que c’est à l’utilisateur que devrait revenir la décision finale.

On veut être tranquille, gérer ses paiements et abonnements directement avec son compte iTunes, alors on passe par le paiement Apple. On est un grand garçon et comprend les potentielles frictions de passer par le système de paiement du développeur directement, alors go comme ça.

La majorité des abonnements continueront de passer par le compte Apple, si c’est ce qui leur fait peur...

avatar pat3 | 

@Soner

"Et je trouve d’ailleurs que c’est à l’utilisateur que devrait revenir la décision finale. "

L’utilisateur reste un consommateur dont la marge de manœuvre se situe entre consommer… ou pas. Cette illusion de pouvoir de l’utilisateur est cocasse. Non. L’utilisateur n’a pas la main. Il suit le parcours que le programme dessine pour lui. Il ne commence à pouvoir prendre des décisions qui lui sont propres que lorsqu’il peut modifier le programme.

Dans le cas qui nous occupe, ça serait bien d’arriver à un consensus du type « brevet FRAND ». Toute boîte qui ouvre un marché de service doit, au bout d’un certain temps, ouvrir ce marché à la concurrence moyennant un loyer forfaitaire permettant à cette concurrence de se développer. Ça descendrait à 10% au lieu de 30, et on pourrait passer à autre chose.

Je me demande aussi pourquoi le marché des web apps, sur lequel Apple n’a aucune main, ne s’est jamais développé. Il y a assurément une question de performances, mais dans le cas d’un client mail, ça parait quand même pertinent, non ?

avatar Pierredu21 | 

@Soner

Hum, mais c'est bien ce qui se passe aujourd'hui... Tu peux choisir de passer par le site de l'éditeur ou par l'achat in-app. Là, l'éditeur de Hey ne veut pas proposer l'achat in-app. L'application est donc rejetée...

avatar 6ix | 

@Pierredu21

L’éditeur ne veut surtout pas perdre 15% à 30% de son revenu, nuance!

C’est une chose d’imposer une solution car elle facilite la vie des utilisateurs (i.e. in-app purchase obligatoire), c’en est une autre de forcer à utiliser une solution qui a un coût non négligeable.

Si Apple ne prenait rien sur les IAP, le sujet ne serait pas aussi brûlant.

avatar Pierredu21 | 

@6ix

Voilà ! On est d’accord ! C’est ça le sujet !

Est-ce que 30 % c’est trop ou pas !

avatar TiTwo102 | 

Le jour même où la commission européenne ouvre une enquête, Apple leur offre une preuve supplémentaire sur un plateau.

J’espère que Hey gagnera. Malheureusement, il n’ont pas autant d’argent et de popularité que d’autres qui font exactement la même chose, et ont donc moins de pouvoir de nuisance. Ce sera compliqué.

Je suis déjà anti-abonnement, mais alors même en cas d’abo, jamais de la vie je passe par l’Appstore et ce vol des 30%. Question de principe.

avatar byte_order | 

@TiTwo102
> J’espère que Hey gagnera. Malheureusement, il n’ont pas autant d’argent et de popularité
> que d’autres qui font exactement la même chose, et ont donc moins de pouvoir
> de nuisance. Ce sera compliqué.

Pas grave, car en l'occurence l'UE, elle, a un pouvoir bien supérieur, y compris face à Apple.

avatar DareMac | 

30%, c’est beaucoup.

15% c’est déjà pas mal aussi.

Mais pour moi, simple consommateur, je préfère me fier au App Store d’Apple, qui vérifie (en principe) chacune des applications.

avatar fte | 

@DareMac

"qui vérifie (en principe)"

En principe. Seulement en principe.

Apple vérifie surtout pour son intérêt propre.

avatar jean_claude_duss | 

@DareMac

Je suis dev, je veux pas parler pour tous le monde mais si Apple prenait 5% la première année ça serait déjà monstrueux au niveau bénéfice pour eux et bien plus honnête pour les devs.
Quand tu regarde les gros jeux ou Apple ne fait que héberger une ipa de 300 mo et touche des millions dans rien faire c’est une honte.

C’est oublier que leur système a marché aussi parce que les devs ont fait des bonnes apps pour remplacer les apps moisies intégrées de base à leur système (mail, contact, notes, plan, rappels, safari, musique, podcast,...)

avatar jean_claude_duss | 

@DareMac

En temps que dev aussi on préfère passer par
L’AppStore et le singin with Apple.
Mais la Commission est vraiment haute.
Comme si Renaud prenait 30% sur toute l’essence vendue pour faire tourner leurs voitures.

avatar perick | 

L’avis de macgeneration serait le bienvenu sur le prélèvement de 30%. Est ce beaucoup ? Cela laisse apparemment assez pour vivre mais dans quelle condition ? On critique beaucoup Amazon sur ce point également, en plus de créer un monopole

avatar chrisfrank | 

Il est également possible de s’abonner au club iGen et y accéder sans passer par l’App Store mais ça 🤫

avatar Poweruser75011 | 

@chrisfrank

Et pour le même tarif 🤷‍♂️

avatar lepoulpebaleine | 

Je ne comprends pas. Il y a déjà plein d’appli iOS pour lesquelles il y a :
- un tarif in-app plus cher ou inexistant
- la possibilité de payer par le web le prix « normal »

Exemple : Udemy

avatar Chris K | 

@lepoulpebaleine

Oui mais visiblement dans ces applications les achats intégrés sont prévus même si tu peux payer par leur site web à part.

Là Hey n’inclut aucune option d’achat intégrée à leur appli iOS.

avatar r e m y | 

@Chris K

Il y a des tas d'apps gratuites sur l'AppStore, permettant d' utiliser des services par abonnement sans qu'on ait la possibilité de s'abonner depuis l'app en question!
Netflix, Spotify, 1Password, DropBox, office365, ...

avatar Chris K | 

Le monsieur étant parfaitement au fait de la politique d’Apple il a dû être surpris quand la version 1 de leur appli passe l’étape de validation !
Il a dû se sentir rassuré que la mise à jour soit bloquée.

avatar JohnS2B | 

Spotify ils n’ont pas retiré la possibilité de souscrire directement dans l’App eux aussi ?

Il faut souscrire sur leur site

avatar Florent Morin | 

DHH s’enflamme en permanence. Mais c’est vrai que la règle est un peu rigide car le service existe hors App Store.
Pour le coup, Apple devrait peut-être assouplir les règles.
Après, ce n’est pas une fois dans l’App Store qu’il faut se plaindre mais avant. Les règles sont connues de tous.

avatar romainB84 | 

@FloMo

Attends... t’es en train de.... «  défendre Apple » 😳😳
Tu vas avoir des problèmes toi.....

https://m.youtube.com/watch?v=9OBnvpzb560

avatar Florent Morin | 

@romainB84

Je suis un peu entre les deux.

À la fois, je trouve la règle trop ferme.
À la fois, on connais les règles du jeu quand on va sur l’App Store.

Pages

CONNEXION UTILISATEUR