Facebook n’a pas le droit de mentionner les 30 % de l’App Store dans son app

Nicolas Furno |

La première règle de la politique de l’App Store, c’est que l’on ne parle pas de la politique de l’App Store. Facebook a pu le tester concrètement en essuyant un refus net de la part de la validation de la boutique. Dans la dernière version de son app, le réseau social voulait mentionner les 30 % prélevés par Apple sur chaque achat in-app. Comme Facebook l’indique à Reuters, la mention n’est pas présente dans la version finale de l’app, parce qu’Apple n’en a pas voulu.

Voici l’interface que Facebook voulait utiliser dans son app (image Facebook).

Facebook a lancé une nouvelle fonction qui permet de payer pour un événement en ligne directement dans l’app. Les entreprises de vingt pays, dont la France, qui respectent les règles du programme peuvent offrir des cours, des conférences ou tout autre événement en ligne et faire payer les utilisateurs dans l’app du plus grand réseau social au monde.

On imagine que Facebook aurait préféré intégrer son propre système de paiement comme sur son site web, mais le réseau social a bien utilisé des achats in-app dans son app mobile. Ce qui veut dire que 30 % de la somme sera récupérée par Apple, alors que Facebook souhaitait reverser l’intégralité aux entreprises. La firme de Tim Cook a refusé de faire une exception à cette règle, tout comme elle a refusé net toute mention de ce prélèvement.

La fonction a ainsi été déployée sans aucune indication des 30 %, et surtout sans lien pour en savoir plus qui devait sûrement permettre à Facebook de signaler qu’un paiement sur son site web reviendrait en totalité aux entreprises. C’est une autre règle fondamentale de la boutique conçue par Apple : si vous n’utilisez pas d’achat in-app, vous ne pouvez pas signaler tout autre moyen de paiement. Le refus de l’App Store est assez logique a cet égard et même si le réseau social promet de chercher de nouvelles manières de signaler ces 30 %, on voit mal ce qu’il pourrait faire en l’état.

Détail sur le message affiché sur la version iOS, pour signaler les 30 % prélevés par Apple.

Il y a fort à parier que Facebook connaissait très bien l’issue de cette tentative et qu’il s’agit surtout de peser sur le débat public sur l’App Store et la politique d’Apple. Sans aller aussi loin qu’Epic Games avec Fortnite, cette ligne placée sous un achat in-app était un appât qui a correctement attiré le refus et justifié la plainte publique du réseau social.

Reuters note aussi que Facebook comptait indiquer sur la version Android que la totalité de la somme allait dans les poches des entreprises, mais que cette mention n’est finalement pas présente dans l’app publiée sur Google Play. La firme de Mark Zuckerberg ne s’est pas expliquée sur ce point.

avatar warmac33 | 

@ shaba
mais justement c'est le problème : faire du commerce sur iOs oblige à passer par apple et leur store aux méthodes souvent discutables voire dictatoriales (parfois difficile de comprendre leurs décisions...), alors que sur android on peut tout à fait proposer son appli via un store alternatif voire un apk.
à titre personnel j'utilise très peu le playstore pour mes applis android (par ex Waze en version modifiée avec des voix complémentaires et une esthétique plus sympa)

avatar shaba | 

@warmac33

Mais ce n’est pas un problème, si les devs veulent se passer de 20% de PDM et se concentrer sur Android rien ne les en empêche.

avatar marenostrum | 

ils ont des clients sur iOS qui doivent les servir aussi. y en a des devs qui font des apps multiplateforme et multi utilisateurs. tu peux l'installer l'app partout dans toutes les machines de ta boite ou les appareils de ton personnel.

avatar Mickaël Bazoge | 
C'est tout le nœud du problème, est-ce qu'iOS est un marché ? La juge qui s'occupe du procès Epic v Apple a l'air de dire que oui, donc -> abus de position dominante de la part d'Apple. Mais il faudra attendre encore un moment avant le procès.
avatar YetOneOtherGit | 

@MickaëlBazoge

« La juge qui s'occupe du procès Epic v Apple a l'air de dire que oui »

Attention de ne surtout pas surinterprèter les questions et les commentaires de la juge durant l’audience.

Sur le jugement du TRO nous en sommes là :

« Epic brings ten claims for violations of Sherman Act, the California Cartwright Act, and California Unfair Competition. Based on a review of the current limited record before the Court, the Court cannot conclude that Epic has met the high burden of demonstrating a likelihood of success on the merits, especially in the antitrust context. However, the Court also concludes that serious questions do exist

Ni plus, ni moins. 😉

avatar Mickaël Bazoge | 

@YetOneOtherGit

Bin c’est bien ce que je dis.

avatar YetOneOtherGit | 

@MickaëlBazoge

« Bin c’est bien ce que je dis. »

Tu vois dans les propos du TRO : « juge qui s'occupe du procès Epic v Apple a l'air de dire que oui, donc »

Nous en sommes très loin :

- rien de concluant dans les éléments fournis par Epic et pas que de peu(« Based on a review of the current limited record before the Court, the Court cannot conclude that Epic has met the high burden of demonstrating a likelihood of success on the merits, especially in the antitrust context. »)

- Mais le sujet mérite d’être creusé (« However, the Court also concludes that serious questions do exist »)

Nous sommes très loin d’une juge qui « a l’air de dire oui » 😉

Sur une affaire de justice il faut faire très attention à la surinterprètation, chaque mot et pesé dans la formulation de la décision.

Nous sommes très loin d’une convergence vers un oui ou d’une validation des arguments d’EPIC( « cannot conclude that Epic has met the high burden of demonstrating a likelihood of success on the merits, especially in the antitrust context »)

Nous savons juste que ce n’est pas un non définitif et qu’il y a matière à continuer l’exploration.

La nuance est très importante.

avatar vache folle | 

@shaba

Désolé, mais c’est vous qui êtes à l’Ouest.

Je ne parle pas de PDM sur les téléphones, mais bien de monopole au sein d’IOS.

Si vous connaissez un marché LÉGAL autre que l’app store pour vous fournir en applications sur vos appareils, je veux le connaître.

Mais je connais déjà la réponse.

Apple oblige les développeurs à lui verser 30% de leurs revenus, sinon ils sont dans l’incapacité de proposer leur travail. > abus de position dominante. Contrairement à Google, qui bien qu’il ponctionne 30%, AUTORISE LÉGALEMENT l’installation d’applications par d’autres biais.

Je me répète: j’espère bien que les organes de contrôle de la concurrence de tous bords vont mettre un coup de pieds sévère dans ce nid de vipères!!!!!

avatar YetOneOtherGit | 

@vache folle

« Je ne parle pas de PDM sur les téléphones, mais bien de monopole au sein d’IOS. »

Et c’est là la clef de toute la procédure : ce monopole de distribution sur une plateforme minoritaire entre-t-il ou pas dans le cadre du Sherman Act ?

Personne n’a la réponse et ne nous l’aurons pas avant longtemps puisque la procédure finira certainement devant la SCOTUS. 😎

avatar shaba | 

@vache folle

C’est la même chose sur bien des marchés et ça ne dérange pas. Je ne pense pas du tout qu’être en monopole sur un système minoritaire soit illégal. Et j’espère que ça ne bougera pas, ça affaiblirait à terme tout l’écosystème mis en place.
Il n’y a aucun abus de position, il faut par contre que les règles soient les mêmes pour tous.

avatar byte_order | 

@shaba
> Je ne pense pas du tout qu’être en monopole sur un système minoritaire soit illégal.

Etre en position de monopole, ou même seulement de position dominante, n'a jamais été illégal.
Ce qui peut l'être, par contre, c'est d'en abuser pour empêcher la libre concurrence, ici des méthodes de paiements, des services concurrents, pour renforcer encore plus la domination de votre moyen de paiement, propres services, etc.

C'est ça l'objet du débat, pas la position de monopole en soit.

avatar byte_order | 

@shaba

> Apple n’est absolument pas en monopole ils détiennent 20% de PDM

Cette phrase ne veut absolument rien dire.

Apple en terme d'enceinte connectées n'a absolument pas 20% de PDM.
Apple en terme de ordinateurs de bureau ou portable n'a même pas 20% PDM.
Etc.

Mais en l'occurence :
Apple en terme de moteur web pour plateforme iOS a 100% de PDM (ouais, encore pire que MS à l'époque de IE vs Netscape).Et s'en sert pour limiter le support PWA sur iOS, d'ailleurs, à la traine depuis des années alors que d'autres moteurs web seraient capable de proposer un support PWA plus poussé, si Apple ne les interdisait pas.

Apple en terme de distribution d'applications tierces pour plateforme iOS a 100% de PDM.
Et s'en sert pour pousser ses solutions de paiement en ligne et d'autres services, au détriment d'autres solutions concurrentes.

Apple n'est pas présente que sur un *seul* marché !

Selon moins, elle se sert bel et bien de sa part sur la marché sur la distribution d'apps pour iOS pour renforcer *sa* méthode de paiement, son propre moteur web (WebKit), ses propres services de stockage en ligne (iCloud), de streaming musical (Music), d'abonnement à un catalogue de jeux vidéo (Arcade), d'abonnement à un catalogue d'articles (News+) en empêchant toute apparition de concurrence (XCloud, Stadia, Steam Link, méthodes de paiement en ligne concurrente, d'autres magasins virtuels d'apps iOS, etc)

C'est pas la part de marché qui compte, mais si il est utilisé pour avoir des pratiques anti-concurrentielles qui compte.

avatar YetOneOtherGit | 

@byte_order

MacGe devrait se fendre d’un travail journalistique pour poser clairement les enjeux légaux, les principes du Sherman Act, les contexte économiques ... de la façon la plus factuelle et neutre possible.

Cela éviterait peut-être de devoir en permanence essayer de recadrer le débat et explorer les désaccords dans un contexte de bases plus largement partagé 😃

avatar weagt | 

Le problème est que l'on se trompe de débat. Le débat ne devrait pas porter sur les 30% de commission puisque Google fait exactement pareil avec son Store. Le débat devrait porter uniquement sur le fait qu'on soit obligé de passer par l'AppStore pour installer une application sur un appareil iOS...

avatar idhem59 | 

J'ai du mal avec ce débat... Certes, rien n’empêche de proposer une application en dehors du Play Store, sauf que personne ou presque ne le fait !
Prenons Spotify par exemple, entreprise qui se plaint en permanence des taxes. Si on va sur leur site, ils ne proposent pas eux même un APK avec une procédure. Non, ils proposent uniquement un lien vers le Play Store.

Je vois plus toute cette histoire comme "Apple et Google nous rendent vachement bien service, mais si on peut gratter un peu plus, autant essayer !".
Sinon tous les gros services proposeraient leur application via une méthode parallèle et indépendante de Google.

avatar marenostrum | 

pour ça que t'as pas des apps de qualité sur leur Store et même sur celui de Apple.

avatar pocketjpaul | 

@idhem59

Faut pas croire que c’est tout rose sur Android. Les éditeurs sérieux ne peuvent pas proposer des APK. Et le soucis n’est vient pas des utilisateurs : un APK sideloadé ne peut pas être mis à jour automatiquement, cela doit forcément être fait à l’initiative de l’utilisateur.

C’est une restriction de l’OS : si une appli pouvait se mettre à jour seule ce ne serait pas un soucis.

avatar idhem59 | 

Dans le fond c'est le même principe que sous Windows. Tu télécharges ton exécutable sur le net, et tu l'installes. C'est ce que tout le monde fait depuis toujours, et bizarrement sur ordinateur ça ne gène personne.
Quant aux MAJ, elles peuvent être proposées par l'app elle-même. C'est le cas pour une application métier dans ma boite. Il y a un bouton "rechercher les mises à jour", et si il y en a une, ça télécharge l'APK et on l'installe.

Oui, on est d'accord que c'est beaucoup moins intuitif... Mais c'est justement pour ça que les stores d'applications de Apple et Google sont pratiques !

Si c'est réellement ce qui bloque les éditeurs, alors c'est réellement qu'ils veulent le beurre et l'argent du beurre. Il veulent un système complètement intégré, intuitif et sans rien avoir à gérer, mais sans donner une part du gateau en échange.

avatar marenostrum | 

les développeurs surtout ceux qui font des apps multiplateformes ont déjà leur système de vente en ligne. App Store ça double leurs dépenses, parce que ils sont obligé de payer toujours pour tenir leur système et payer Apple aussi. pour ça qu'ils cherchent passer que par leur propre système. en plus App Store ne leur sert pas pour trouver des clients, bref ça ne justifie pas la fonction. c'est par contre bien pour beaucoup qui font des apps à 1€ ou gratuites (financée par la pub).

avatar julien74 | 

@idhem59

Exactement. Ces stores apportent des applis clés en main, pour l’app store vérifiées préalablement, et Apple est un intermédiaire en ce qui concerne l’acte d’achat.
Plusieurs fois il m’est arrivé de faire l’achat in app d’une option « momentanément gratuite » de 20€, j’en ai fait l’achat, et il m’avait été débité.
Apple étant l’intermédiaire cela prend qq secondes de les contacter et contester le débit. J’ai à chaque fois eu gain de cause. A eux ensuite de se débrouiller avec le concepteur de l’app, ce n’est plus mon problème.
Les 30% de marge sont en parti utilisées là.

Le résultat pour l’utilisateur: simplicité, sécurité, gestion centralisée de l’achat, abonnement et résiliation. A portée de clic et sans être obligé de faire des actions alambiquées créées pour perdre volontairement l’utilisateur....

avatar byte_order | 

@julien74
... et éventuellement ne plus pouvoir jouer à votre jeu préféré parce que l'utilisateur n'a aucune voix au chapitre.

Mais cette perte se fait évidement toujours en toute simplicité, sécurité, sans avoir besoin de cliquer sur quoi que ce soit et aucun action alambiquée ne sont possible.

En vous souhaitant, donc, la meilleure expérience utilisateur au monde dans la perte de votre jeu préféré.

avatar julien74 | 

@byte_order

Quand Epic a sorti son jeu il y a des années il a accepté les conditions.
Il les enfreins maintenant. Un contrat est un contrat. Entre gens lambdas ou même multinationales.
Le litige sera réglé en justice on verra l’issue.

avatar warmac33 | 

@ byte_order
excellent !

avatar Anarkyst | 

@weagt

L’AppStore est un gage de sécurité !
Tu peux télécharger une application de l’AppStore en toute sécurité pour ton téléphone et pour tes données, car Apple vérifie toutes les applis avant de les mettre en service.
D’où les 30% de commission sur les achats, justement. Il faut bien financer le fonctionnement complexe de l’interface de téléchargement bien pratique.

avatar marenostrum | 

rien n'empêche de libérer le téléchargement comme c'est le cas pour macOS. celui qui veut, de télécharger où il veut.

avatar Anarkyst | 

@marenostrum

Le Mac AppStore est vide comme un stock national de masque à la veille d’une pandémie.
Si tu interdis les téléchargements d’internet plus personne ne voudra acheter de macs, moi le premier.
Car cela entraînerait la fin de la possibilité de télécharger des logiciels libres comme LaTeX ou autres. Il y a beaucoup plus de logiciels pro ou libres sur ordinateur (et sont bien plus utilisés) et pour beaucoup il serait impossible de les intégrer à l’AppStore. Et je te ferai remarquer que les logiciels pro de l’iPhone peuvent être installés sans souci avec des profils de configuration installés par les entreprises sur les téléphones de fonction par exemple.

avatar marenostrum | 

pour ça que Apple n'applique pas la même politique pour le macOS et iOS. ce n'est pas le même public.
tous ceux qui n'installent jamais d'apps sur macOS, l'ont déjà abandonné et sont passé sur iPad.

avatar foxot | 

@Anarkyst

Ouep alors de un, l’App Store est loin d’être infaillible et ils nous arrivent souvent de croiser des petits malins qui passent entre les lignes.
Et de deux, c’est pas parce que t’autorise à installer hors-store que tu ne peux plus utiliser l’App Store ou que le store va se vider de toutes ses apps...

avatar weagt | 

@Anarkyst

tout à fait d'accord, c'est une garantie de qualité bien que ce ne soit pas toujours exactement le cas...
Personnellement je n'installe généralement que des applications du Mac Appstore mais c'est bien d'avoir une alternative au cas où. Or sur iOS aucune alternative...

avatar marenostrum | 

t'as un Mac toi ?

avatar carabat | 

@ Anarkyst

Bof... Là, par exemple, Apple en a laissé passer 1200, c'est ballot.
https://www.journaldugeek.com/2020/08/27/iphone-attention-1200-applicati...

avatar Anarkyst | 

@carabat

Tout mur a ses fissures...

avatar YetOneOtherGit | 

@carabat

"Bof... Là, par exemple, Apple en a laissé passer 1200, c'est ballot."

0,06% c’est une marge d’erreur honnête 😉

Les chiffres en valeur absolue ne veulent pas dire grand chose, ils prennent sens quand on les met en perspective.

avatar ataredg | 

Apple ne rackette personne !
Apple à créé un écosysteme en partant de zéro. Ils ont littéralement créé un marché qui fait vivre et prospérer des centaines de milliers de personnes et boites.

avatar Godverdomme | 

Alléluia !
Ils sont trop gentils

avatar ataredg | 

@Godverdomme : jamais dit ça. J'ai dit que reproduire tout l'écosysteme Apple, ça doit être un peu plus compliqué que de prendre parti de façon binaire. J'imagine que si tu bossais chez Apple et que tu avais participé à tout ça, tu aurais sans doute un avis un peu plus nuancé.

avatar marenostrum | 

les développeurs vendent en ligne avant Apple. c'est pas Apple qui a inventé les Stores en ligne.

avatar Florent Morin | 

@marenostrum

C’est Apple qui a inventé les App Store qui permettent aux développeurs de vivre de leur apps.

Et pourtant, il y a eu des tentatives.

C’est le cœur du problème : le système fonctionne aujourd’hui. Peut-être pas de manière idéale. Mais que se passera-t-il si on le change ? C’est compréhensible qu’Apple y aille très très prudemment.

avatar marenostrum | 

les développeurs existaient avant App Store. mais toi apparement c'est App Store qui t'as permis de vendre.

avatar Florent Morin | 

@marenostrum

Complètement.

À l’époque, il y avait des tentatives sur Nokia et BlackBerry.

Mais déjà, c’était fastidieux. Et on se faisait vite écraser par les poids lourds.

Perso, j’étais sur Nokia, le plus populaire à l’époque.
Mais on n’avait rien. Zéro visibilité. Et quand on en avait, on nous demandait pourquoi c’était pas gratuit.

J’avais déjà galéré pour trouver un outil « productif » (ce fut Qt). J’étais en pleine réflexion pour savoir comment me lancer sur le marché sans dépendre d’un poids lourds qui ferait de l’usinage de développement.

Et là, l’App Store est arrivé.
Même si c’était considéré comme un marché de niche, c’était un marché pour les indépendants.
On connaît les règles des marchés de niche : culture stricte, exigences élevées.

Mais peu importe. On avait une place dans le marché de l’édition logicielle. Enfin.

Et ça a d’ailleurs fait un effet boule de neige dans le marché du jeu vidéo. Les coûts d’entrée se sont écroulés. Les royalties étaient de 30 %, mais on ne payait aucun droit d’entrée.
Ça a permis aux jeux indépendants d’émerger.

Les premières versions du Unreal Engine de Epic était facturées entre 250 000 et 350 000 euros + 5% de royalties.
Il ne faut pas l’oublier.

avatar warmac33 | 

@ Florent Morin
"C’est Apple qui a inventé les App Store"

il me semble que j'avais Cydia et que j'achetais des apps sur mon iphone edge JB bien avant l'arrivée de l'appstore.

avatar bibi81 | 

Qu'est-ce qu'il se passe sur Android où il est possible de passer outre le Play Store ?

avatar Florent Morin | 

@bibi81

En 2018, Fortnite est sorti de Google Play. Puis est revenu aussi vite.

Vu que les APK externes ont la réputation de pouvoir intégrer des malwares via des fausses copies de jeux ou apps, Google a de plus en plus rapproché sa stratégie de celle d’Apple.

Et donc, depuis, quand on télécharge un APK externe sur Android, une information signale qu’il peut abriter un malware.

Voilà pourquoi Apple y va doucement sur l’ouverture : pour ne pas se retrouver à devoir fermer ce qui était ouvert, comme Google le fait aujourd’hui.

avatar Rifilou | 

@ataredg

Certes, mais tout marché doit être régulé

avatar ataredg | 

@Rifilou : Ne l'est il pas? Et j'ignore si 30% (qui semble être la norme sur les différents shop) est assez ou trop.

avatar Bounty23 | 

@ataredg

La Mafia aussi, ça ne veux pas dire que c’est une bonne chose :)

Je trouve ça dingue de ne pas voir le mal ici.

Apple impose des choses de façon unilatérale sans laisser d’alternatives, sans laisser le droit aux développeurs d’en parler, en bannissant à tout va, et tous le monde trouve ça normal.

Réveillez vous un peu.

avatar AbsolutMoi | 

Plusieurs n’ont pas l’air de comprendre de quoi il s’agit, il s’agit de Facebook qui met en place une fonctionnalité pour aider les commerces/entreprises/indépendants en période post COVID. Je ne suis pas un fan de Facebook non plus mais cette avidité d’Apple incapable de prendre part à aucune initiative un peu généreuse est dégoûtante. La boîte la plus riche du monde se permet de bloquer des initiatives pour aider les gens en galères. Aucune écoute et adaptabilité de la part d’Apple.

avatar David Finder | 

@AbsolutMoi

« Apple incapable de prendre part à aucune initiative un peu généreuse » ??? 😳

Je suis loin d’être d’accord avec tout ce qu’Apple fait, mais là pour le coup, révise ta copie et fais une recherche sur le nombre (et le montant) des dons faits par  !!! Juste pour la période COVID si tu veux, pour ne pas avoir à trop chercher.

D’ailleurs, j’aurais pu citer tout ton commentaire...
C’est bien TOI qui a l’air de ne pas comprendre de quoi il s’agit.

avatar marenostrum | 

pourquoi le cachent alors le 30% du prix ? c'est le sujet ici.

avatar minounet | 

Euh, celui qui ne sait pas encore qu'Apple prélevé 30% a un problème , on ne parle que de ça
et si il ne le sait pas encore, il s'en fou

Pages

CONNEXION UTILISATEUR