Les Pays-Bas s'attaquent à l'App Store et le Japon se repenche sur Apple et Google

Florian Innocente |

Apple n'en a pas terminé avec les régulateurs à travers le monde. Aux Pays-Bas, son App Store est pointé du doigt pour ses restrictions sur les modes de paiement tandis qu'au Japon une nouvelle enquête est ouverte, qui vise aussi Google.

Le régulateur néerlandais a considéré que le fait pour Apple d'imposer aux éditeurs présents sur l'App Store son système d'achat, en lieu et place de toute autre solution de paiement, était anti-concurrentiel. Il a été ordonné à Apple de procéder à des changements, révèle Reuters.

Toutefois les conclusions de cette enquête conduite par la Netherlands Authority for Consumers and Markets n'ont pas été rendues publiques, ni ce qui est précisément réclamé à Apple comme aménagements. Une amende ne serait cependant pas à l'ordre du jour.

Apple en a été informée le mois dernier, à la suite de quoi elle a demandé une injonction afin que les conclusions de cette enquête restent confidentielles tant qu'elle fait appel. La Cour de Rotterdam a confirmé l'existence de cette démarche mais n'a pas indiqué quand une décision serait prise, ces procédures ne sont pas destinées à être publiques.

Ce dossier néerlandais a été ouvert en 2019 puis il a été réduit dans son envergure afin de se concentrer sur les applications de rencontre. Match Group, l'un des plaignants et éditeur de Tinder, estime par exemple qu'Apple l'empêche d'informer directement ses utilisateurs sur les autres modes de paiement disponibles.

Attaquée de toutes parts sur ce sujet, Apple a prévu de permettre aux éditeurs d'afficher des liens dans leurs apps qui ouvriront une page web où d'autres formules de paiement seront affichées.

C'est une concession mais elle ne répond pas complètement aux demandes d'éditeurs — tel Epic Games pour Fortnite — qui veulent intégrer leurs boutiques et d'autres services de paiement directement dans l'app, au même rang que les In-App d'Apple.

App Store et paiements alternatifs : Apple ne cède pas grand chose aux frondeurs

App Store et paiements alternatifs : Apple ne cède pas grand chose aux frondeurs

Verdict du procès Epic : Apple ne pourra plus interdire les liens vers les boutiques externes 🆕

Verdict du procès Epic : Apple ne pourra plus interdire les liens vers les boutiques externes 🆕

En Corée du Sud, le régulateur a justement décidé d'imposer cette nouvelle manière de faire à Apple et Google. Les deux protagonistes sont attendus sur le sujet dans le courant du mois.

Paiements alternatifs dans les apps : la Corée du Sud veut voir les plans de conformité d

Paiements alternatifs dans les apps : la Corée du Sud veut voir les plans de conformité d'Apple et de Google

Le Japon remet une pièce

Et tandis qu'au Japon Apple était parvenue à obtenir la fin d'une enquête en échange de cette promesse d'autoriser des liens vers des boutiques extérieures pour certaines catégories d'apps (dites de "lecture" de contenus), des nouvelles investigations ont été lancées dans le pays.

Le NikkeiAsia indique que le régulateur nippon se penche à nouveau sur Apple et Google pour déterminer si les propriétaires des deux système mobiles les plus puissants au monde ne profitaient pas de leur position d'une manière anti-concurrentielle.

Le régulateur va étudier la manière dont sont structurés ces marchés et vérifier si Apple et Google n'enfreignent pas des lois sur le monopole. Google par exemple en imposant aux fabricants l'utilisation de son moteur de recherche. La part des deux groupes est assez singulière au Japon où iOS domine avec 70 % de parts de marché, laissant le tiers restant à Android.

Les plateformes mobiles autres que celles des téléphones sont aussi concernées, telles que les montres connectées.


avatar CorbeilleNews | 

Pourquoi avoir attendu aussi longtemps car quand le pli est pris difficile de faire faire marche arrière à ceux qui en profitent ?

avatar narugi | 

@CorbeilleNews

Car le domaine de la tech a toujours un temps d’avance sur le monde politique.
Et puis tu es obligé d’observer sur une durée certaine afin d’identifier ou non si il y a une distorsion au niveau concurrentiel.

avatar CorbeilleNews | 

@narugi

Je comprends mais faut-il autant d’années et donc de dégâts avant d’agir ?

avatar raoolito | 

@CorbeilleNews

il y a aussi le fait que l'on s'attaque aux GAFAM que recement. Un peu de crise économique, un peu d'economie du numerique qui fait qu'elles representent desormais des sommes colossales, un epu de com' sur la bourse ou elles dépassent des capitalisations folles etc..
Pourquoi maintenant? parce que ca commence à se voir et une fois qu'un loup s'est lancé dessus, toute la meute attaque.

avatar CorbeilleNews | 

@raoolito

Cela commence à se voir ?

J’ai envie de dire pour ceux qui ne voulaient pas voir ou qui en profitaient non ?

J’ai l’impression d’avoir déjà vu depuis presque 10 ans : 2-3 ans après la crise de 2008 en fait

avatar anonx | 

@CorbeilleNews

Parce que les gouvernements ne sont pas les mêmes qui ont touché des pots-de-vin 🙂

avatar Adodane | 

@CorbeilleNews

Pourquoi ça serait difficile de faire marche arrière ? L'état décide et Apple ferme sa gueule !

avatar CorbeilleNews | 

@Adodane

Cela me parait plus difficile après, car entre temps ils grossissent, embauchent et brandissent des menaces ou corrompent à coups de lobbyistes

avatar Adodane | 

@CorbeilleNews

On s'en tape des menaces arrogantes, on va leur obliger d'en finir avec le lightning et ils la ferme sagement

avatar DahuLArthropode | 

@CorbeilleNews

Je suppose que les états ne font en fait que suivre la société ici, et non l’inverse. Il fallait attendre que les éditeurs aient vu grossir leur volume d’affaire dépendant des smartphones, mesurent les pertes qui découlent des règles imposées, entament des démarches juridiques, pour que le Politique puisse constater qu’il y a là matière à étudier et, éventuellement, à légiférer.
Les lois antitrust ne peuvent être promulguées que lorsque les effets négatifs se font sentir et qu’un consensus commence à se faire jour.
On peut voir le même phénomène dans divers autres domaines: fiscalité du numérique, responsabilité des réseaux sociaux, exploitation des données privées, etc.
Quand à la difficulté à revenir sur le fonctionnement actuel: je ne vois aucun obstacle technique majeur, ce dont surtout des interdictions imposées par les constructeurs qui sauteraient.

avatar CorbeilleNews | 

@DahuLArthropode

Merci pour ces précisions

Cependant, même si je m’y attendais je ne pensais pas que c’était à ce point "normal".

Ce qui me gêne le plus c’est que l’on semble se satisfaire de cette longue latence qui me parait économiquement meurtrière pour certaines entreprises / professions car le phénomène se répète !

avatar DahuLArthropode | 

@CorbeilleNews

Oui. Les évolutions technologiques vont à un rythme nouveau que le reste du monde a du mal à suivre. Même ceux qui les initient sont incapables de savoir où ça mène la société. Je suppose que Gutemberg n’avait pas prévu les pubs dans les boîtes aux lettres, et que Joseph Cugnot n’avait pas anticipé les longs rubans d’asphalte qui quadrillent tout.
Maintenant, ça va beaucoup plus vite. Je faisais de l’IA vers 1985 et je prédisais que jamais un ordinateur ne pourrait jouer au go...
J’adore le progrès. Je suis fasciné par la capacité de la société à en explorer les possibilités pour en tirer le pire. Et je trouve que la loi fait, en général, un travail pertinent — mais nettement insuffisant, et pas seulement tardif — pour les contenir.

avatar CorbeilleNews | 

@DahuLArthropode

Edit Je partage votre avis, mais certaines exploitations du progrès me dégoûtent un peu surtout quand il y a de la mauvaise fois après légiferation

avatar DahuLArthropode | 

@CorbeilleNews

Aussi. Au point que le mot « progrès » ne convient plus.

avatar CorbeilleNews | 

@DahuLArthropode

C’est exactement ca !

avatar Jymini | 

Aux Galeries Lafayette, l’enseigne impose son système de paiement aux enseignes qui sont présentes dans la boutique.
Il me semble que Apple a également du se plier à ce système lorsqu’ils avaient un corner Apple Store aux Galaf.

Faut-il l’interdire là aussi (ou pas) ?

avatar raoolito | 

@Jymini

tout à fait
d'ailleurs le japon enquete
:D

avatar une fleur | 

@Jymini

Vous n’êtes pas sans savoir que les Galeries Lafayette n’ont aucune forme de domination sur le marché du vêtement ou plus largement de la distribution.

avatar radeon | 

@une fleur

Il me semble qu’ils ont une domination dans leurs propres plateformes de vente

avatar mapiolca | 

@une fleur

Idem pour Apple dans le monde des smartphones et du coup, quand on paye sur Amazon, pour le vendeur n’a-t’il pas droit de proposer son propre système de paiement ?

avatar occam | 

Florian, votre confrère MacTechNews s’avance bien davantage :
https://www.mactechnews.de/news/article/App-Store-Geschaeftsmodell-faellt-wohl-auch-in-Europa-Kommentar-Wie-es-Apple-selbst-verzockt-hat-178673.html

Quelle est votre position à cet égard ?

avatar fred33 | 

Les Pays-Bas devraient déjà commencer à balayer devant leur porte… les montages fiscaux et bancaires…

avatar marenostrum | 

c'est pas un pays mais une entreprise dit d'eux, Houellebecq.

avatar IceWizard | 

@fred33

« Les Pays-Bas devraient déjà commencer à balayer devant leur porte… les montages fiscaux et bancaires… »

Ça bouge un peu .. parfois ! Après 10 ans de remontrances de l’Europe les Pays-Bas ont renoncé à l’imposition à 0% des sociétés installées dans les zones portuaires. Alors que la France, malgré la pression de la Commission Européenne continue à maintenir une fiscalité à 0% pour toutes les entreprises dans sa dizaine de zone portuaire, y compris dans la zone fluviale de Paris (tout ce qui est lié aux péniches).

CONNEXION UTILISATEUR