Icominer : financer les jeux grâce aux Bitcoins

Nicolas Furno | | 11:41 |  3

Financer un jeu est devenu un vrai casse-tête aujourd’hui. Le développement du freemium a habitué bon nombre de joueurs à ne plus payer, mais à moins d’inventer le nouvel Angry Birds, être rentable uniquement avec des achats in-app est souvent une mission impossible. Icoplay, éditeur de modules pour le moteur de jeu Unity, a eu une idée beaucoup plus originale.

Plutôt que de faire payer les joueurs, Icominer exploite les énormes capacités techniques des appareils mobiles modernes pour gagner de l’argent. Un jeu ne nécessite pas en permanence toutes les ressources graphiques offertes par une puce graphique. Quand c’est possible, ce module va faire travailler la puce pour générer des Bitcoins, cette monnaie virtuelle qui nécessite beaucoup de puissance pour être créée.

Ce module reprend une idée de projets comme SETI@home qui fait avancer la recherche fondamentale en exploitant la puissance des ordinateurs quand ils ne sont pas actifs. Sauf qu’ici, il s’agit de créer une monnaie que le développeur pourra ensuite revendre pour financer son jeu. Une idée audacieuse, mais qui pose de nombreuses questions, à commencer par l’impact sur les performances d’un jeu ou sur l’autonomie d’un appareil mobile. Unity est largement utilisé sur l’App Store et si tous les éditeurs commencent à intégrer de telles solutions, l’impact sur l’autonomie risque bien de se faire sentir…

Encore en bêta, Icominer peut être testé dès maintenant par les développeurs intéressés. Quand il sera finalisé, ce module devrait être vendu 80 $ : autant dire qu’il faudra beaucoup de jeux et surtout beaucoup de joueurs pour espérer le rentabiliser…

[Via : MacRumors]

Catégorie : 
Tags : 

Les derniers dossiers sur iGeneration

Ailleurs sur le Web


3 Commentaires Signaler un abus dans les commentaires

avatar denisbook 05/11/2013 - 11:54

augmenter la charge cpu et sa consommation alors que ce n'est pas au service de l'application qu'a demandé l'utilisateur ? comme la pub etc, je dis: non.