Presse sur l'App Store : les médias français en appellent à Bercy

Florian Innocente |

La lune de miel entre Apple et la presse française est consommée. Enthousiaste - car en partie concernée au premier chef - au moment de la sortie de l'iPad, les médias français expriment aujourd'hui leur mécontentement alors que se profilent les nouvelles conditions d'Apple relatives aux abonnements sur l'App Store.

La Tribune, comme ses homologues, annonce que trois syndicats (presse quotidienne nationale et régionale, presse magazine) vont demander à la ministre de l'Économie Christine Lagarde de saisir l'Autorité de la concurrence au vu des intentions d'Apple.

Denis Bouchez, directeur général du Syndicat de la presse quotidienne nationale s'alarme du fait qu'Apple veuille interdire à ses adhérents de proposer des abonnements en dehors de l'iTunes Store “c'est toute la stratégie des éditeurs de proposer des offres multisupports (papier, web, smartphones, tablettes) qui tombe. Si on ajoute aux 30% de commission qu'entend réclamer Apple, les 19,6% de taux de TVA sur les biens numériques, il coûtera plus cher de distribuer son journal en version numérique qu'en version papier !».

Les quotidiens utilisent actuellement deux systèmes. S'ils ont parfois adopté le système In-App (où Apple prélève ces 30%) pour des ventes de numéros à l'unité, s'agissant des abonnements leurs applications renvoient vers le site web où sont proposées les différentes formules. Le lien entre l'abonné et le journal est ainsi maintenu. Libération et le Figaro procèdent ainsi. Mais dans ce cas, Apple ne prélève rien.

achatinapplibe abolibe

Jusque-là Apple a eu une réaction ambiguë, fermant les yeux dans certains cas (en France notamment) ou refusant de valider une application dans d'autres comme le célèbre Sports Illustrated aux Etats-unis (lire Presse sur iPad : un nouveau chapitre va s'ouvrir).

Mais elle entend maintenant mettre les choses au clair et définir un modèle précis. Rien n'a été officiellement annoncé, mais officieusement, affirme cette fois Les Echos, les éditeurs commencent à en savoir plus (lire aussi Presse sur iOS : Apple serre la vis). Apple France aurait contacté les intéressés pour évoquer les règles à venir.

Les principaux éditeurs français ont été contactés de façon très officieuse en fin de semaine dernière par la firme à la pomme, qui leur a annoncé son intention de modifier sa politique. Il s'agit d'interdire la possibilité de s'abonner sur l'iPad par le biais d'Internet ou même de proposer des offres couplées Internet-tablette, en dehors d'iTunes. Cette disposition entrerait en vigueur dès mars.écrit Les Echos, et une période de grâce de six mois serait accordée le temps de s'y conformer.

Un second dossier agite les éditeurs, celui des tarifs pratiqués sur l'App Store. Les paliers sont jugés trop rigides, mettant parfois le numéro en numérique plus cher que son pendant papier. Un tarif intermédiaire de 0,99€ est réclamé.

Cependant Apple pourrait concéder des aménagements sur ce point affirme la rumeur et sur d'autres, comme le partage d'infos relatives aux abonnés. L'inconvénient de l'App Store, pour les journaux, est aussi qu'il agit comme un rempart entre eux et leurs lecteurs. À partir du moment où les abonnements passeront uniquement par iTunes, il sera impossible pour les éditeurs d'établir un contact avec ces abonnés et, partant, de conduire les habituelles campagnes marketing ou d'en savoir plus sur leur profil.

L'initiative française n'est pas isolée, le ministre belge de l'Économie a déjà demandé aux instances de la concurrence du pays d'examiner ces exigences d'Apple de tout faire passer par iTunes afin de voir si elles n'entrent pas dans le cadre d'un abus de position dominante et, en le cas échéant, de s'en ouvrir à la Commission Européenne.

Tags
avatar tramber85 | 
qu'on soit fanboy apple ou pas, sur ce coup apple dépasse les bornes des limites ! j'espère que la concurrence des tablettes arrive vite pour leur faire un peu dégonfler la tête...
avatar Abudah237 | 
@ slainer68 : Je ne vois pas le rapport avec les tablettes...
avatar an3k | 
Si tu parles des 30% systématiquement prélevés, je suis d'accord. Une fois que l'application a été créée, le reste c'est du travail éditorial et pour le coup, 30% c'est plus que considérable.
avatar Franckytoo | 
@ slainer68 : Les autres ? Ils n'en sont encore qu'à présenter des prototypes de tablette (ces 2011) alors tu penses bien que les questions d'abonnements à un kiosque numérique soit à des années lumière de leurs préoccupations actuelles. Apple est le premier ils ont la lourde charg d'établir un modèle économique équilibré sur les kiosques numérique comme ils ont dû avant etablir celui de la musique numérique. Normal qu'il y ait quelques pierres d'achoppement et que les acteurs soient en rude négociation car une fois le système en place on pourra difficilement en changer et la presse veut prendre son destin en main au contraire de l'industrie de la musique qui l'a subi c'est tout à leur honneur. Ce sont des pourparlers historiques auxquels nous assistons et c'est du travail mâché qui sera repris tel quel comme d'hab par Google sur Android et d'autres.
avatar Kevelian | 
Ha ben zut alors …. y râlent pas quand ils reversent d’énorme % au NMPP, y pensent quoi qu’Apple leur mets a dispo des millions de clients potentiel , et qu’ils vont rien payer … si le support leur plait pas y ont qu’a aller voir ailleurs … de mieux en mieux cette France d’en Haut
avatar ekami | 
C'est vrai qu'il est normal qu'Apple touche quelque chose pour la mie à disposition de sa plateforme. Mais c'est le pourcentage qui pose problème. Il faut quand même que les journaux gagnent de l'argent aussi! Et les clients ne sont pas prêts à payer leur journal numérique au prix d'un journal papier. Personnellement, j'ai un abonnement à Libé: pour 6 euros par mois, j'ai accès au journal sur mon ordinateur et mon iphone. C'est un tarif très attractif: Libé se fait une marge dérisoire. Probablement en dessous de 30%... Mais si 30% des recettes doivent aller à Apple, il faudra augmenter le coût en proportion. Et puis quand même, un titre de presse doit pouvoir être libre de fixer son prix de vente, non? Il existe certainement des solutions où tout le monde sera gagnant. Mais elles se trouvent par la négociation. Apple croit pouvoir se comporter en seigneur face à une presse de serfs. C'est très bien que les groupes de presse s'allient pour refuser le diktat. Même pour un non juriste, l'abus de position dominante semble évident.
avatar jolepabo | 
Je suis désolé, mais non, ce n'est pas normal qu'Apple touche quelque chose à chaque fois qu'une nouvelle édition du journal sort. Ca se passe depuis les serveurs du journal concerné et rien ne passe par Apple. Sur ce coup, je soutiens à 200% les éditeurs de presse, Apple doit dégonfler un peu... Autant les 30% sont justifiés pour un achat in-app (hébergé et promu par l'appStore), autant ils ne le sont plus pour un système d'abonnement... Pas très fair play de la part d'Apple....
avatar Yoplé | 
Racket sur marche captif...Le beurre, l'argent du beurre, la crémière...Et son cul.
avatar strossus | 
@ LeToff : Exactement! Si ça leur va pas, qu'ils aillent voir ailleurs
avatar hellhasnofury | 
Qu ils règlent leurs problèmes . Les clients choisiront.
avatar snitafni | 
Je ne vois pas l'attitude d'Apple d'un très bon œil. D'un autre coté, si les conditions d'Apple ne plaisent pas aux éditeurs, ils n'ont qu'à partir du store. Ils ne leur resterait plus qu'à basculer leur budget "application" vers celui du développement web afin de proposer une version iPhone/iPad poussée et complète de leur site web. Du coup, plus aucune contrainte vis à vis d'Apple. En plus, si tous les éditeurs font ça, Apple commencera à se poser des questions...
avatar angealexiel | 
Les plaintes contre Apple pour ce genre de pratiques vont s'accumuler, et obligeront Apple à céder un peu de terrain sur le sujet, comme ça a été le cas pour le développement d'applications à partir d'un autre IDE. Ce que fait Apple à la presse est totalement anormal, lorsque les journaux font parvenir leur édition depuis le web vers l'application, c'est le journal qui paye l'infrastructure et la bande passante, pas Apple, et il n'y a donc aucune raison qu'elle récupère les 30%.
avatar ElGringo13 | 
Et les pub dans les journaux papier ou autre Ca ne ramenne pas de la argent aux editeurs. Le plus gros problème de la France c est qu une bonne partie des grande entreprise sont des ex ou post 68 qui on tendance a oublie leur idéaux d' antan. Ajouter le conservationisme français et vous obtenez un pays qui n avance pas a la vitesse ou il devrait au vu des talents qui y vivent
avatar hallucinogen_1024 | 
Franchement, s'ils ne veulent pas passer par iTunes, ils n'ont qu'à développer leur application sous forme de webapp. Ça leur laisse déjà pas mal de possibilités...
avatar gloup gloup | 
Combien récupérer aujourd'hui le libraire qui vend ces mêmes journaux papier ? Si quelqu'un pouvait répondre afin de pouvoir comparer avec ce que récupère Apple. Merci.
avatar Kevelian | 
ta librairie elle en vend combien des journaux ???? elle a quel potentiel de vente ???
avatar will42 | 
Position dominante ? Sur quoi le marché des tablettes ? Soyons sérieux, c'est un marché qui n'a même pas 1 an d'existence !!! Quid des mesures prises pour position dominante dans ce cas ??? Dans 1 à 2 ans, l'ipad deviendra minoritaire (monté d'Android) et les mesures prises pour position dominante ne pourront s'appliquer?! Pas sérieux !!! 30 % un problème ? Combien coûte, l'impression, le stockage, la distribution et la gestion des invendus papiers aujourd'hui ? Ne vous leurrez pas, bien plus que 30%. L'Appstore est un endroit privé, ou les règles du propriétaire s'appliquent. Si la presse souhaite faire les choses à sa sauce, il y a le web pour ça. Une jolie Webapp réglera leurs soucis. C'est grand, c'est beau, c'est libre, c'est ouvert, c'est gratuit !!! On me dit que "Oui, mais ca n'a pas la visibilité du store !" Ah bein oui mon bon monsieur, si vous voulez de la visibilité (de la pub) faut payer !!! Non c vrai ? Pas d'accord !!! on va contacter la ministre !!! J’espère vraiment qu'Apple ne pliera pas. Et à vrai dire que pensez d'une presse qui fait autant de bruit, si ce n'est pour défendre son intérêt personnel. (Impartialité, laissez moi rire) A quand les devs qui protesteront contre Apple pour pouvoir proposer des mises à jours payantes d'application depuis un téléchargement hors store ? N'importe quoi !!! La presse devrait arrêter d'essayer de sauver son vieux model en perdition et commencer à se mettre au web 2.0 (pas un scan au format PDF). Vendre en volume à un prix plus abordable en utilisant la simplicité d'achat "one click button." Si ils ne comprennent pas cela rapidement, les blogs seront définitivement devenu les nouveaux journalistes d'aujourd'hui. Et l'ancienne presse ne pourra plus rien y faire. (Au fond c'est quasiment déjà le cas).
avatar lgda | 
@ skhattane : Comme tu le dis justement, l'impression, le transport, le stock, la gestion des invendus, bref tout ce qui est matériel justifie probablement plus un 30% que la distribution dematerialisée, même su celle-ci a aussi un cout. L'autre gros problème et l'exigence d'exclusivité, là Apple montre qu'elle a le melon. C'est une excellente nouvelle que les éditeurs s'allient pour défendre leurs intérêts face à un géant qui devient de plus en plus discutable. Quant à l'informatin faite par les blogeurs, laisse moi rire, à part quelque journalistes qui font du vrais travail il y a surtout beaucoup de bruit avec aucun sérieux dans le traitement de l'info, la press classique reste un gage de qualité même si tout n'est pas parfait non plus.
avatar Bernadette Douenne | 
@skhattane [quote]La presse devrait arrêter d'essayer de sauver son vieux model en perdition et commencer à se mettre au web 2.0[/quote] Haaaa j'adore cette argument. En général dans l'industrie du web, l'histoire nous montre que dans pas mal de cas on a pris un marché, on l'a transposé au web et on a divisé la valeur de ce marché par dix... Exemple : le marché des petites annonces au états unis, il faisait vivre toutes la petite presse locale, le marché pesait 5 milliards de dollars américain. Depuis l'explosion des petites annonces sur internet, ce marché sur internet pèse 500 millions. Le problème, c'est que malgré le coût du service en baisse qui profite au consommateur, y'en a d'autre à côté qui perdent leurs jobs, et ceux là sont aussi des consommateurs qui sans jobs ne consommeront plus... Et comme on vire des gens, le service en pâti. Les pure players de la presse en ligne sont généralement incapable d'écrire un article de plus de 3 paragraphes... [quote]Vendre en volume à un prix plus abordable en utilisant la simplicité d'achat[/quote] C'est simple à dire... Dans le concret est ce que ça marche ? Wired, vaut 7€ en import en france, 5$ en kioske aux USA et 3$ sur appstore en achat in app. Aujourd'hui, bien que ce soit un magazine pourtant bien ciblé pour les early adopters de l'iPad, ils vendent un volume de 40 000 unité par mois sur cette plateforme. Les mecs rentabilisent à peine ce que leur coûte un numéro interactif à produire... Et pourtant les mecs jouent le jeux : moins chère et plus interactif pour l'écran. Il y a actuellement 805 000 ipad en circulation en france selon une étude du cabinet S’Régie . Même en étant généreux et en disant que tu peux avoir 100% de ce chiffre comme client (est il utile de dire que c'est impossible ?), ça suffit pas pour dire "j'ai fait de la vente en volume"...
avatar eipem | 
@ jun.in.mess : C'est une constante dans l'histoire du commerce. Un marché s'envole et se tasse. C'est le cas d'absolument toutes les industries, et c'est pas tes bonnes intentions qui y changeront quoi que ce soit. Le modèle économique de la presse, de la musique, du cinéma change et on y peut rien. Il faut s'adapter ou mourrir. Et pour finir, 30% du prix de vente, c'est de toute façon largement interieur au coût de production difusion distribution. Baisser le prix du journal signifie ici augmenter sa marge par rapport à la version papier, puisqu'un cout de production est fixe, alors qu'un taux varie avec la valeur globale. La seule chose à peu près discutable, c'est l'imposition des prix.
avatar Soseki | 
Ça prouve que modèle économique numérique ou papier, c'est le même résultat. Car si les prix sont plus élevés que le modèle de Wired, ou bien basé sur un minable lecteur PDF du journal papier passé au scanner, il y aura encore moins de ventes. Donc le sort est scellé pour la presse sur l'iPad. Si ça ne leur plait pas, ils passeront leur chemin puis c'est tout. ;)
avatar kikfaf | 
Alors la, je trouve ça énorme !!! Sur quoi se base la presse pour porter ces accusations ? iOS 4.3 n'est pas sorti On ne sait pas si, a sa sortie, il proposera un nouveau système de gestion des abonnements lies a la presse. On ne sait pas si ce système sera obligatoire comme l'app store, ou facultatif comme le Mac app store. On ne sait pas si Apple demandera aux éditeurs de presse un pourcentage des ventes, et si oui, combien elle demandera. Bref on ne sait pour ainsi dire RIEN ! Et vous MacGe vous relayez ces inepties... C'est bien dommage !!!
avatar ekami | 
Je travaille en collaboration avec quelques grands journaux: ce qui est dit est vrai, ce ne sont pas des rumeurs. Apple les a contactés pour les informer du prochain modèle de presse sur ios. Les informer, pas leur proposer de négocier.
avatar kikfaf | 
@ Oliviou : Merci pour cette précision néanmoins, il me parait logique d'attendre la sortie d'ios 4.3 pour contester.
avatar marcplemay | 
Marrant que certains soient d'accord pour que Apple touche un % énorme, ce qui contribue a rendre l'abonnement numérique aussi cher que l'édition papier. Et oui, il est tout à fait normal que la presse se tourne vers une institution étatique pour définir des règles du jeu précises, encadrées et donc se libérer de celles d'Apple qui changent tous les 3 mois !
avatar Kevelian | 
@luksamar , c’est le ministre qui travaille depuis 10 ans sut iTunes , c’est lui qui a investi des milliards ??? et après c’est encore lui qui doit décider de ce qu’Apple doit faire …. ben voyons je serait Apple j’enverrais Schmire cette bande de gros rats …. qui se gavent et qui veulent tout gratos
avatar McMoy | 
La presse essaye juste de faire baisser les commissions en sa faveur, comme elle a un grand pouvoir de communication et d'influence elle s'en sert pour faire plier Apple. Niveau déontologie on a vu mieux. La position de la presse est très partiale dans cette affaire et ils veulent juste contourner l'AppStore tout en profitant de sa visibilité et de sa structure. Apple peut difficilement laisser passer ça, à moins d'en être contraint, car c'est la porte ouverte à tous : on fait des Apps gratos et après on est redirige vers un site payant pour débloquer du contenu. Niveau expérience utilisateur c'est pas terrible non plus, ça fait limite fishing, faut s'inscrire partout, etc. De toute façon, même contrainte, Apple peut encore refuser ces apps. En réalité, la marge de 30% n'empêche pas de bâtir un système économique viable, c'est seulement que comme toute entreprise, moins elle paye de frais, plus elle est contente. Pour la presse papier, une bonne partie des revenus proviennent de la publicité, chose sur laquelle Apple ne touche rien, pour le papier les ventes couvrent à peine les frais d'impression et de distribution. L'autre revenu provient des abonnements, c'est là où pour eux ça coince en grande partie. Quant à vendre moins cher sur le numérique, ça va être un casse tête, surtout au début, vu que le coût pour un (vrai) mag numérique est supérieur à son équivalent papier en terme de mise en page et contenu. Et que vu le nombre de tablette en circulation, vendre moins cher n'assure pas des ventes exponentielles, la limite arrive très rapidement. Il faut encore 2 ou 3 ans pour voir un modèle mature s'instaurer. La concurrence aidera à batir ce modèle, mais bon ils ont d'autres priorités (comme de sortir des tablettes). Même à 0% de marge les éditeurs ils ne vont pas aller vers la concurrence si les parts de marchés représentent 20% du marché...
avatar bberu | 
Je pense qu'il est normal que la presse râle pour les 30% pris par APPLE. Mais en fait, ce qui fait la force d'un abonnement, c'est le fichier client pour pouvoir proposer d'autres produits. Et c'est là le vrai Pb apparemment : en passant par APPLE le journal ne sait pas à qui il vend. En fait APPLE est un distributeur comme un autre (Kiosque ou plutôt supermarché). Pour ma part, je n'ai qu'une hâte c'est que je puisse acheter un magazine par APPLE. J'ai essayé RELAIS.COM sur IPAD et sur MAC et pour la première fois depuis 10 ans que je commande sur INTERNET, je n'ai pu avoir ma commande !!! Rien n'a marché, et le service client m'a pris en plus pour un imbécile. DONC service NUL !!! Il faudrait comprendre UNE BONNE FOIS pour TOUTES, que ce qui compte n'est PAS ce qu'on vend, mais la manière DONT on le vend, surtout qu'un magazine c'est de l'achat reflexe. Prenez le cas de la venue des BEATLES sur ITUNES et leur incroyable campagne de pub (à l'APPLE STORE de NICE, il y avait les beatles en carton, grandeur nature à l'entrée, et devinez quelle musique passait dans le magasin ???). Résultat : des millions de titres vendus en 2 mois !!!
avatar tigre2010 | 
Entre cet article et un autre il y a des choses pas claires.
avatar AppleFlo | 
je comprends et soutiens la presse française. ça commence à être sérieusement inquiétant. a regretter microsoft. Qu'il y ait des gens pour soutenir Apple sur ce point me consterne littéralement.
avatar Hol-Rukka | 
Une bonne partie semble pour que la presse paye à chaque numéro (les 30%). Pourtant vous aimeriez que Macgé soit obligé de reverser une partie des gains des pubs à Apple à chaque fois que quelqu'un affiche les news sur iPhone ? Vous trouveriez ça normal qu'Acer fasse payer le monde pour la mise à disposition d'une base de clients énorme (les ordinateurs) qui permettent d'accéder au site du monde ? Et que Microsoft en demande aussi un bout, puisqu'il fournit l'OS et le navigateur ? Vous êtes ridicules, une fois l'application proposée sur l'App Store, Apple n'a plus rien à faire, tout est géré de A à Z par les éditeurs, et c'est à eux de décider de leur prix et Apple n'a rien à toucher là dessus. Quand à la demande pour l'abus de position dominante, on parle pas du marché des tablettes là, on parle de l'iPad, et sur iPad Apple abuse de sa position pour forcer les éditeurs à payer des droits énormes :-/ Et comme l'a dit ICoppo, qu'il y ait des gens pour défendre ça (alors que ça leur fait payer plus cher leurs journaux ...), c'est non seulement pathétique mais c'est surtout la preuve d'une grande soumission aveugle au bon vouloir d'une entreprise.
avatar McMoy | 
Faut arrêter de croire au père noel, ce n'est pas parce qu'il n'y aura pas les 30% de commission que ça sera forcément moins cher. Si la presse ne veut pas de l'AppStore, elle n'y va pas, c'est pourtant simple. :)
avatar Hol-Rukka | 
Faut arrêter de croire au Père Noel, c'est pas aussi simple de dire oui ou non à une plateforme. Ils s'y sont déjà installés sur l'iPad, ça veut dire des coûts énormes qui sont pas forcément encore rentabilisés, Apple les prévient un peu trop tard, maintenant qu'ils sont installés ils sont obligés d'y rester pour rentabiliser mais en même temps ils rentabiliseront peut être jamais si Apple prend 30%. Et les prix ne baisseront pas si Apple est obligée de les laisser faire, mais ils augmenteront peut être si Apple prend 30% ...
avatar valentin. | 
Il n'ont qu'à mettre chaque édition sur iPad à 2EUR et 1EUR sur Android. Si Apple continue cette politique absurde de vouloir capitaliser sur tous ce qui se passent sur iDevices au lieu de le traiter comme une plateforme à part entier, j'expère que la montée en puissance de Google sera très rapide.
avatar davmacgeneration | 
C'est bien vrai, Apple n'a pas à décider de son pourcentage. C'est inadmissible. C'est aux éditeurs de décider. C'est une question de justice de morale et de liberté Apple sont vraiment des voleurs. D'ailleurs je pense que je devrais aussi décider par moi-même du prix du pain de la viande etc.
avatar valentin. | 
Je ne sais pas pour toi mais je lis des journaux. Et je sais que les éditeurs sont dans un état financier catastrophique. Ils ne peuvent pas continuer à créer des journaux moins chers. Donc on va devoir plus et ce serait pas la faute des éditeurs.
avatar davmacgeneration | 
J'aime la presse :-) Mais à moins de basculer dans un autre type d'économie, je ne vois pas ni comment ni pourquoi les éditeurs ou l'état serait légitime pour décider de la marge d'Apple. Par contre le soutien de la presse est du domaine du politique et dépend donc de projet politique
avatar tigre2010 | 
@ Manueel : Une entreprise est une entreprise. Mais question moralité, certaines en ont moins que d'autres. Exemple Sony attaque GeoHot ( un gamin)
avatar davmacgeneration | 
Hersan, Murdoch, etc. sont loin d'être des gamins. Et leur moralité n'a rien a envier aux grands prédateurs du monde
avatar Hesperus | 
Il n'y a jamais de S au mot média.
avatar RaZieL54 | 
Apple propose un service en fournissant la totalité de la technologie derrière. Elle se rétribue sur le fonctionnement de l'infrastructure, peut etre un peu trop - difficile d'estimer -, mais en tous cas c'est un service de mise a disposition d'une quantité croissante de consommateurs. Les producteurs et éditeurs disposent ainsi d'une autre voie que celle -plus que douteuse- de l'imprimerie et de la distribution établie a laquelle ils étaient inféodés. Il y a un peu plus de deux ans les NMPP ont voulus annexer les dépôts de presses afin de maîtriser la totalité de la distribution et ont perdus la bataille, la justice ayant préservé les droits des entrepreneurs et la diversité. L'arrivée d'Apple et des tablettes donnent un peu plus de libertés, ces plaintes sont irrationnelles ou alors elles dissimulent autre chose? Les journaux n'ont aucune obligation de passer par Apple et son service d'abonnement: l'iPhone, comme l'iPad sont capables de lire de l'HTML5, du PDF, et une pléthore de formats d'ebook. Il y a assez de solutions pour créer des accès sécurisés à des sites tous autant sécurisés. Apple ne peut pas maîtriser ce que consulte l'utilisateur en se connectant à un site... Et l'abonnement payant n'est pas la seule solution, y a aussi iADs...
avatar bberu | 
Si vous trouvez VRAIMENT qu'APPLE abuse de sa position, demandez-donc à un musicien de vous expliquer le métier d'une maison de disques : promouvoir et distribuer la musique et prendre au moins 60% sur le CONTENU musical (CD ou itunes)... je ne parle pas du racket de la SACEM qui prend aux petits pour donner aux grands... BREF, APPLE se comporte ni plus ni moins que comme un distributeur et si cette société vaut 350 M de dollars, c'est pour imposer aux autres sociétés les modalités du contrat... Cela ne vous plait pas ??? Retournez jouer à la Game boy et continuez de rêver à la belle aux bois dormant...
avatar valentin. | 
La maison de disque signe des artistes avec un contrat=prime de signature. Il y a un investissement initiale. Si ca marche pas, la maison aurait perdu de l'argent. Est ce que c'est honnête? Ça dépend. Mais c'est sur que c'est plus honnête que le système proposé aux éditeurs de journaux selon lequel Apple investit ni en création de contenus, ni en distribution puisque ça passe par le serveur des éditeurs.
avatar Ellipse | 
Eh Ramoucho, je crois pas qu'on puisse prendre pire exemple que les maisons de disques.
avatar pasta_power69 | 
Pour les ayatollah d'Apple (encore les mêmes), je rappelle que Appel souhaite interdire la possibilité de s'abonner sur l'iPad par le biais d'Internet. Donc même si la presse souhaite "by-passer" l'appstore, cela ne sera plus possible. Quand à ceux qui écrivent qu'Apple met à leur disposition une tablette révolutionnaire, donc ils doivent payer, c'est idiot. C'est un peu comme si un fabricant de PC ou un éditeur de navigateur Web faisait la même chose. Décidément sur ce forum, de moins en moins de personnes restent lucides :-(
avatar hellonearth | 
"C'est inadmissible. C'est aux éditeurs de décider. C'est une question de justice de morale et de liberté" C'est vrai ça, d'ailleurs quand on passe sur une autoroute, c'est nous conducteurs qui décidons du prix à payer, pas le concessionnaire…. Ou quand on prend le train, c'est-y pas nous qu'on décide du prix du billet? Aucune raison qu'un prestataire estime ses coûts et la marge qu'elle va appliquer, non que non, c'est une question d'éthique môsieur! Bon, bref, pour le cas de la presse, je dirai: la meilleure défense, c'est l'attaque! On montre les dents, on fait comprendre qu'on ne va pas se laisser faire et que de toute façon on réussira à imposer ses vues, quitte à faire fonctionner le législateur… Hum… justement, un législateur qui met un temps fou à appliquer le taux de TVA réduit à la presse! Tiens, il est question de TVA dans les propos de Denis Bouchez, ça alors! Faisons donc feu de tous bois, ça ne mange pas de pain, ça ne peut pas faire de mal si ça ne fait pas de bien!
avatar davmacgeneration | 
Hi Hi Hi J'avais très peur d'être pris au premier degré;-)
avatar McMoy | 
@ErGo_404 Non mais de toute façon, la raison première pour laquelle l'iPad n'est pas rentable, ce n'est pas cette histoire de 30% mais le parc d'utilisateur. C'est pas avec 600000 iPad en France que la presse va vendre 1 million de quotidien par jour. Pour le système d'abonnement, on ne sait pas si Apple va prendre 30% ou non. Mais les coûts ne sont pas si énormes que ça car les quotidiens et autres mags à 90% se contentent de proposer leur contenu papier agrémenté de 2/3 vidéos. Si ce n'est vraiment pas intéressant avec une ponction de 30%, ils n'y resteront pas. Si la presse veut absolument faire baisser la commission c'est qu'elle est consciente du potentiel de l'iPad pour eux dans les années à venir, dans 2/3 ans ce sera déjà beaucoup plus intéressant. Si ils peuvent se mettre 30% en plus dans la poche, ils vont pas se priver, ce n'est même pas une question de rentabilité.
avatar Kevelian | 
@J-Mac, tu touche le coeur du problème , ils veulent la visibilité sans en payer le prix … si les tablettes c’était pas un si bon marché pour la presse pour quoi ils se ruent dessus comme le point par exemple (très bonne appli) … pour arriver a leurs fin les éditeurs usent de la bonne vielle ficelle 100% française : M’sieur le ministre c’est mal de gagner de l’argent. Aux US les éditeurs qui ne sont pas d’accord ils sont simplement dit : non on ne va pas sur l’iPad, en Françe une bande crétin en costard Smalto et cravate Armani veut aller se plaindre au ministre … une des choses qui risquent de leur arriver c’est qu’Apple fasse comme dans certains pays: ne distribue simplement pas certains contenu au travers de l’App Store, le seul grand perdant ce sera le lecteur, mais lui pour les éditeurs ce n’est qu’une vache a lait. PS; si l’edition allais si mal je me demande pourquoi y a encore autant de journaux
avatar snark | 
Je suis abonné à Libé pour iPad mais trouve ce débranchement vers leur site web pour le paiement pas ergonomique et pas correct pour Apple. Pour moi ce type d'acteur, que je trouve tout à fait normal de rétribuer vu le travail effectué pour produire le contenu, fait preuve d'amateurisme dans son approche du dématerialisé. Apple a bon dos dans cette histoire, ils fournissent l'infrastructure, la sécurité, le paiement, et LA vitrine qui fonctionne au niveau performance commerciale... Et ces journaux français voudraient en profiter gratuitement ?!? Parce que c'est pas la licence à 99€ qui va les ruiner, et leurs applications étant gratuites... pas de commission pour Apple. Si ils veulent être visibles dans la vitrine Apple il faudra bien payer, dans le cas contraire... une superbe application en HTML5 fera largement l'affaire en terme de confort pour le lecteur, et sera multi tablette/smartphone.

Pages

CONNEXION UTILISATEUR