Le clavier virtuel d’iOS 15 permet de saisir facilement le point médian

Nicolas Furno |

Apple a ajouté le point médian (·) au clavier virtuel d’iOS 15. On peut l’ajouter à un texte en maintenant le doigt appuyé sur la touche « . » puis en glissant vers la droite. Cet emplacement était auparavant réservé à l’ellipse (…) qui est basculée quant à elle sur la gauche : une nouvelle habitude à prendre.

Ce signe de caractère est utilisé pour l’écriture inclusive, pour intégrer les deux genres sur un participe passé notamment : « concerné·e » par exemple. Il peut également servir dans certaines langues, dont le catalan pour son double l dans plusieurs mots, dont « intel·ligent ».

Apple a mis en avant l’inclusivité avec cette édition de la WWDC. Le constructeur a mis à jour son guide des interfaces destiné aux développeurs avec plusieurs conseils pour le langage utilisé dans les apps. L’objectif est de choisir des tournures qui incluent le maximum d’utilisateurs, quel que soit leur genre, âge, sexualité, origine ou religion.

Bizarrement, le clavier virtuel d’iPadOS 15 semble incapable d’insérer un point médian, ou alors je n’ai pas trouvé comment faire. Si vous utilisez une tablette avec un clavier externe, le même raccourci clavier que sous macOS est toujours disponible : ⌥⇧F.


avatar M2000 | 

@allphi

...dit le mec qui fait deux fautes dans sa phrase de 10 mots.

avatar apaisant | 

On pourra enfin faire des seins (.)(.) qui pointent vers le haut !

avatar BingoBob | 

Pour moi c’est simple : tout organe de presse qui utilise le point médian = désabonnement.
Libé a été le premier à en faire les frais…

Toute personne qui m’écrit en point médian = poubelle sans réponse.

J’ai passé 2 ans à essayer de ne pas trop voir cette écriture intrusive, sans succès. Maintenant, je résiste activement !

avatar vVDB | 

Avant c'était la préhistoire... Maintenant l'écrit permet de laisser une trace des paroles.
Les fautes ne sont devenues un problème que récemment.
Un texte s'oralise.
L'écriture inclusive ne se lit pas, c'est son handicap majeur.
Le féministe devrait demander l'égalité alors que l'on cherche à féminiser donc augmenter la différence. Ça se fait de plus en prenant le modèle masculin, le féminin étant alors une déclinaison, un sous produit.
Un chef, une chef, un instituteur, une instituteur.
C'est l'arrêt de la féminisation qui mettra le féminin à la hauteur de masculin : pas de différence.
A part cela, la femme ne sera jamais un homme et vice versa. On s'embête bien...

Pages

CONNEXION UTILISATEUR