Face à la fin du pistage publicitaire sur iOS, les annonceurs se tournent vers Android

Félix Cattafesta |

La fameuse notification permettant d'accepter ou de refuser le suivi publicitaire d'iOS 14.5 (App Tracking Transparency, ATT) a fait du mal au secteur de la publicité. Le Wall Street Journal donne aujourd'hui une idée de l'impact de cette alerte, qui fait partie du quotidien des utilisateurs d'iPhone et d'iPad depuis deux mois.

Au 22 juin, plus de 70% des appareils iOS tournaient sous iOS 14.5. L'article nous apprend que moins d'un tiers des utilisateurs acceptent le pistage, ce qui a pour conséquence de faire chuter les prix des espaces publicitaires sur iOS. Le refus du pistage réduit la précision des données collectées sur les utilisateurs d'iOS, et il est alors risqué pour une entreprise de faire de la publicité sans être certaine de cibler le bon client. Si le service est moins efficace, il est difficile de conserver des tarifs élevés pour ces espaces.

Par conséquent, les annonceurs ont recalibré leurs stratégies marketing. Ils se détournent d'iOS pour aller sur... Android. Les dépenses pour la publicité sur iOS ont chuté d'un tiers entre le 1er juin et le 1er juillet. À l'opposé, les dépenses pour Android ont augmenté de 10% sur la même période. Résultat, le prix des espaces sur iOS a diminué tandis que ceux sur Android explosent. Ils coûtent désormais 30% plus cher que sur iOS.

Mark Zuckerberg. Image Anthony Quintano (CC BY)

Mais l'ATT touche aussi les compagnies vendant les données privées comme Facebook. Le réseau social a été très critique vis-à-vis de la nouvelle fonctionnalité d'Apple. Avec ce robinet d'informations sur ses utilisateurs fermé, l'entreprise perd en attractivité pour les annonceurs.

L'agence Tinuiti explique que début avril, ses clients consacraient la moitié de leur budget Facebook sur iOS. Cette dépense est descendue à 20% à la fin du mois de juin. S’il y a moins d'appareils iOS que de téléphones Android dans le monde (72% vs. 26%), les annonceurs considèrent généralement qu'un utilisateur d'iPhone dépensera plus d'argent en applications. Ils dépensaient donc habituellement plus en publicité sur iOS.

Cependant, les services de publicité interne et les applications de la firme (Facebook, Instagram et dans une moindre mesure WhatsApp) restent en forme. Mark Zuckerberg avait déclaré en mars que l'arrivée de l'ATT pourrait les mettre en position de force, car poussant « plus d'entreprises à faire du commerce sur nos plateformes, en rendant plus difficile pour elles l'utilisation de leurs données pour trouver les clients qui voudraient utiliser leurs produits en dehors de nos plateformes ». Facebook a récemment déployé des publicités contextuelles, se basant sur l'heure et les contenus de l'application pour continuer de proposer des contenus ciblés quand les critères habituels ne sont pas disponibles à cause de l'ATT.


avatar guijou | 

Pour le coup, j’utilise beaucoup les publicités Facebook et Instagram pour faire connaître mes produits de beaux arts que je fabrique artisanalement en France, et depuis la mise à jour iOS 14.5, c’est clair que ça frise la catastrophe.
Je me suis lancé il y a moins de 2 ans et mon entreprise est très fragilisée par ces nouvelles règles.

Je suis pourtant loin d’inonder les gens de publicités de produits chinois en plastique… Mes produits sont d’excellente qualité, et très appréciés par mes clients. Mais je suis tout de même fortement pénalisé…
C’est très frustrant.

Plus personnellement, je suis bien content que les publicités qui me sont adressées soient ciblées en fonction de mes centres d’intérêts. Je trouverais ça bien pire que l’on me montre des pubs aléatoires, de produits qui ne m’intéressent pas du tout.

Une nouvelle fois on déresponsabilise l’utilisateur, alors que c’est à lui de faire le choix si une publicité ciblée l’intéresse ou non, si le produit lui sera utile ou non, si il l’achète ou non.

Tellement de professionnels honnêtes, de personnes indépendantes qui travaillent dur pour proposer de bons produits et se faire connaître, sont et seront de plus en plus punis par ces règles sensées « protéger » le consommateur. Le consommateur responsable est capable de se protéger lui même et de faire ses propres choix.

avatar cnewton | 

@guijou

Le jour où les régies ne voleront plus les données des consommateurs on en reparlera !

avatar guijou | 

@cnewton

Sauf qu’en fait vous aurez toujours des publicités, le même nombre, c’est juste qu’elles ne seront plus adaptées.

avatar lion.mar | 

@guijou

On voit que tu ne comprends toujours pas l'enjeu.
Ici nous ne parlons pas de publicité mais de données personnelles. Il s'agit uniquement de ca.

avatar guijou | 

@lion.mar

Et toi on comprend que tu sais pas lire en fait. Regarde ne serais-ce que le titre.
De plus j’expose ma situation personnelle, ça veut dire que j’utilise d’autres phrases que celles utilisées dans l’article (ben oui sinon ça servirait à quoi de dire exactement la même chose?), d’autres mots, apporte une diversité de point de vue et d’opinion.

Si tu comprends pas ça t’as rien à faire ici.

avatar Krysten2001 | 

@guijou

« Le consommateur responsable est capable de se protéger lui même et de faire ses propres choix. »

Quand on voit la difficulté pour faire ce « choix » c’est mieux d’avoir juste un pop-up et d’accepter ou non 😉

Là on a un vrai choix 😉

avatar guijou | 

@Krysten2001

Bien sûr, sauf que les gens ne connaissent pas les avantages et les inconvénients du suivi publicitaire. Quand on leur demande si ils veulent être suivis, ils ont peur, et bien sûr qu’ils cliquent sur non…
Ça n’est pas ce que j’appelle un choix.

En revanche, lorsqu’ils se retrouveront entourés de pub pour couches pour bébés alors que leurs enfant ont 17 ans, et qu’internet sera devenu un endroit fermé où il faudra payer 1€ par ressource consultée (ce qui est déjà de plus en plus le cas), beaucoup regretteront leur « choix ».

Perso bien sûr que j’aimerais que personne n’utilise mes données pour me proposer des pubs mais j’assume mon choix de l’accepter car je sais ce que je gagne en retour.

avatar cnewton | 

@guijou

Je n’ai pas besoin de pub pour savoir et décider ce dont j’ai besoin !

avatar guijou | 

@cnewton

Bien sûr que si, sinon vous n’auriez rien chez vous, n’achèteriez rien, vivraient dans une pièce vide avec juste un lit (et encore, comment savoir que le lit existe, si personne ne vous en a fait la publicité pour vous dire que cela existe).
C’est valable pour n’importe quel produit qui vous entoure et que vous avez décidé d’acquérir ou d’utiliser. Quelqu’un vous en a un jour fait la pub.

avatar cnewton | 

@guijou

J’ai actuellement un besoin : je fais de la musique en amateur et j’ai besoin de piloter mes synthès. Je sais très bien de quel type de machine dont j’ai besoin : un séquenceur dawless et ce n’est pas une pub qui a créé mon besoin et seules les fonctionnalités proposées par tel ou tel fabricant guideront mon choix d’achat.

avatar guijou | 

@cnewton

Alors ma question est : comment savez-vous que ce produit (dont vous me parlez et dont vous avez besoin) existe si la marque qui le fabrique n’en a jamais fait la publicité?

Et même : comment mes futurs clients, qui seront heureux d’avoir trouvé mon produit, sont ils sensés connaître l’existence de ce produit si je n’en fais pas la publicité?
Comment un réseau de distribution a-t il avoir vent de mon produit si je n’en fais pas la publicité?

avatar cnewton | 

@guijou

D’abord, Il faut distinguer la fonction du produit.

De plus, je n’ai cure de savoir si tel ou tel produit existe alors qu’il ne comble aucun de mes besoins.

Quand j’ai un besoin, je me documente afin de connaître le meilleur produit qui répondra à mon besoin puis je me tourne vers un distributeur. Ce n’est pas la pub qui guide mes choix d’achat ! Ce que je veux dire c’est que c’est moi qui vais chercher l’information et pas le contraire. (Par exemple, Je ne clique jamais sur un lien sponsorisé dans les résultats des moteurs de recherche).

Pour faire connaître votre produit, il y a mille façons bien plus efficace que la pub sur les réseaux sociaux.
Si votre produit est exceptionnel, ce sont les distributeurs qui feront des courbettes pour obtenir une exclusivité de vente.

avatar guijou | 

@cnewton

Je vois bien ce que vous voulez dire, mais vous prenez mon propos à l’envers. Peut être ne regardez-vous pas les publicités, et que les publicités ne créent pas vos besoins (c’est aussi ce que je pense en ce qui me concerne dans mes choix).
Toutefois, c’est bien la publicité qui est à l’origine du développement de la notoriété, de la visibilité du produit que vous envisagez d’acheter pour votre besoin. Vous n’êtes pas celui qui a vu la publicité pour la première fois, mais cette publicité vous a tout de même atteint. Car sans elle, personne n’aurait acheté ce produit à l’origine, personne n’en aurait fait d’article comparatif, de test, aucun de vos collègues ou ami ne vous en aurait parlé.

Pour ce qui est des mille et une façons plus efficace de faire de la publicité que sur les réseaux sociaux lorsque l’on connaît parfaitement sa cible (et de surcroît dans un domaine, le dessin et la peinture, ou les réseaux sociaux tels qu’Instagram ou Facebook sont juste l’endroit parfait pour exposer ses œuvres et crées des groupes ou des communautés de partage).

En ce qui concerne les distributeurs, que mon produit soit exceptionnel ou non (en supposant que des produits exceptionnels existent vraiment), que le distributeur me fasse des courbettes pour une exclu ne me donnera pas une usine, des employés ou des fonds pour dégager une meilleure marge et en tirer avantage.

avatar guijou | 

@cnewton

Oups je n’avais pas fini ma phrase :
« Pour ce qui est des mille et une façons plus efficace de faire de la publicité que sur les réseaux sociaux lorsque l’on connaît parfaitement sa cible (et de surcroît dans un domaine, le dessin et la peinture, ou les réseaux sociaux tels qu’Instagram ou Facebook sont juste l’endroit parfait pour exposer ses œuvres et crées des groupes ou des communautés de partage), j’aimerais bien les connaitre! »

avatar snake626 | 

@guijou

Finalement je vous réponds plusieurs fois.
Je comprends votre position, il devrait y avoir une méthode intermédiaires, sans matraquage et sans suivie panoptique de chaque utilisateur.

J’ai la chance de pouvoir payer certains services comme ma presse ou Netflix… et de ne pas subir ce matraquage et surveillance incessant même si la publicité reste trop présente. Tant qu’elle n’est pas ciblée, respecte ma vie privée, et ne nuise pas à expérience utilisateur cela ne me dérange pas. Par contre, savoir mon profil scruté, analysé, enregistré, interprété et que quelqu’un détermine froidement ce qui est fait pour moi ou non… il y a ici fondamental quelque chose qui me gêne.

Quand je vais sur un réseau social je souhaite avoir des nouvelles de mes amis et en donner aussi simplement que ça, mais savoir que tout est enregistré, analysé et utilisé pour tirer profit de moi a pour effet de me faire changer de comportement sans oublier que tout est mis en œuvre pour capturer l’attention de l’utilisateur et le maintenir connecté pour lui fournir encore plus de pub.

Je comprends que dans notre système capitaliste il faut créer l’envie et le besoins dans le but de créer de la croissance mais individuellement plus on en reste loin mieux l’on se porte.

Reste à savoir comment réconcilier les 2… les entreprise comme la vôtre ont besoin de faire connaître leur produit et le consommateur peut avoir besoin de trouver un produit mais les services ne doivent pas se dénaturer pour devenir un catalogue de pub et, surtout, ficher les utilisateur à quelque chose de très malsain car rien ne garantie que ces données ne serviront à rien d’autre.
Autre point qui est très regrettable aujourd’hui, c’est la confusion permanente entre le service que l’on souhaite utiliser et la publicité… je trouve qu’il y a quelques années il y avait une distinction claire, et la publicité était nettement moins dérangeante dans sa forme bien que le suivi était tout de même à l’œuvre.

Pourquoi pas un profit publicitaire que l’utilisateur pourrait maîtriser en choisissant ce qu’il partage, ce qu’il cherche, ce qu’il ne veut pas voir, ce qu’il accepte… sans pour autant devoir rattacher ce profil à une personne identifiée et identifiable ou transmettre son suivi de navigation ! Je sais je rêve.

De toute façon l’utilisateur se trouve soit à :
- payer un service
- ou payer en achetant des produits au travers de la pub
- ou payer plus cher car les économie d’échelle se font moins facilement si les produit prennent plus de temps à être connu

Au final l’utilisateur payera mais il peut avoir le choix la vie privée (ou du moins un peu)…

Bonne soirée et merci pour votre point de vue que je comprends très bien

avatar webHAL1 | 

@cnewton :
« Ce n’est pas la pub qui guide mes choix d’achat ! »

Vous êtes donc probablement une des cibles favorites des publicitaires, car il n'y a rien de mieux que les consommateurs qui sont persuadés être libre de toute influence.
La réalité est que tous les acheteurs, à des niveaux variés suivant les domaines bien sûr, sont sensibles à la publicité et au marketing. Croire que chaque achat d'un produit que vous faites au cours d'une année (donc des milliers) est le fruit d'une décision 100% basée sur les informations que vous êtes allé chercher et qu'il est indépendant de toute influence publicitaire c'est faire preuve d'une jolie naïveté. :-)

avatar cnewton | 

@webHAL1

Je dois bien me faire avoir quelques fois c’est sûr mais sans doute un peu moins que ceux qui achètent des produits à 99% d’origine naturelle et qui oublie que le 1% restant est très nocif, qui achète la promo familiale sans comparer les prix au kilo, qui commande un gadget à la con sur un site chinois…
Si seulement tout le monde pouvait être aussi naïf que moi…
Pour info, j’ai bossé avec plusieurs agences internationales de marketing en recherche et développement sur la promotion de produits via Internet.

avatar Derw | 

@guijou

1. Il ne faut pas confondre une communication et une publicité.

2. Une pub ne crée pas un besoin, mais une envie. Parfois cette envie comble un besoin : j’ai besoin de manger, la pub me donne envie de fast-food avec un M jaune. Parfois non : je n’ai pas besoin d’un nouveau smartphone, vu que le mien a un an et marche très bien, mais j’ai trop envie du nouveau qui a l’air tellement plus cool !

Pour votre exemple du lit, si je n’en avais pas et que je n’avais jamais vu de pub : au mieux, j’en ai vu chez le voisin, au pire je l’invente… En l’an de grâce 843 après notre Seigneur Jésus Christ (date au hasard), je doute que qui que ce soit ait vu des pubs de lit, pourtant, tout ceux qui pouvaient se le permettre en avait un.

Reste que, tout ceci mis à part, je comprends votre dilemme et compatis. J’espère pour vous que vous allez réussir à pérenniser votre société.

avatar PicaWeb | 

@guijou

C’est exactement le principe des publicités à la TV depuis.. le début (ça a changé très récemment je crois, pour les chaînes distribués via les boîtiers des opérateurs).

Le soucis c’est que personne n’a pris la peine d’expliquer aux gens les principes de fonctionnement de cette économie

Si on demande :
- préférez-vous voir des publicités adaptés plutôt que random, parce que toutes façons vous aurez toujours autant de publicité ?
La réponse sera différente de :
- souhaitez-vous que les annonceurs connaissent des choses sur votre situation personnelle ?

avatar guijou | 

@PicaWeb

Tout à fait d’accord sur votre point : personne ne prend la peine d’expliquer aux gens ce qu’ils gardent et ce qu’ils perdent.
Et dans leur ignorance (pour le coup pas tout à fait leur faute), les gens prennent peur et font parfois le choix inverse de ce qu’ils auraient décidé en connaissance de cause.

avatar webHAL1 | 

@PicaWeb :

Entièrement d'accord avec vous.
La manière dont le "choix" est présenté à l'utilisateur dans iOS est totalement biaisé, et on pourrait presque dire malhonnête.
Pour aller plus loin que vous, on peut même dire que la situation sera complètement différente si on demande à l'utilisateur :
"Acceptez-vous d'être pisté, que chacune de vos actions soit scrutée et que toutes vos données personnelles soient collectées ?"
Ou :
"Souhaitez-vous pouvoir utiliser cette application gratuitement, en acceptant qu'un profil soit constitué en fonction de vos goûts et préférences ?"

Sauf qu'Apple a tout intérêt à détruire le modèle économique des applications gratuites (qui ne lui rapportent rien, puisqu'elle n'a pas réussi à faire de sa régie publicitaire un succès) et à se positionner auprès des consommateurs comme un chevalier blanc de la protection de la vie privée.

avatar Derw | 

@webHAL1

Le truc est qu’aucune des 2 versions n’est bonne. La bonne version serait un truc du genre :
« Acceptez-vous d'être pisté, que chacune de vos actions soit scrutée et que toutes vos données personnelles soient collectées afin de pouvoir utiliser cette application gratuitement, et de recevoir de la publicité un petit peu personnalisée ? »

En ce qui me concerne, la réponse reste « non ».

avatar webHAL1 | 

@Derw :

Disons que, pour être complet, le message devrait se terminer par :
« Si vous refusez, vous devrez pour pouvoir utiliser cette application soit souscrire à un abonnement de $x par mois, soit payer un montant fixe de $xx ; sinon, vous ne pourrez pas vous en servir. »

avatar Derw | 

@webHAL1

Ce qui serait parfait pour moi !!! Si c’est avec abo, c’est « niet », si c’est prix fixe et que ce prix « matche » avec la valeur que je lui donne, « let’s go ! ».

En fait, un peu comme la vie d’avant !

avatar webHAL1 | 

@Derw :
« Si c’est avec abo, c’est "niet" [...] »

Pourtant vous êtes abonné à MacG...

avatar Derw | 

@webHAL1

Oui, mais MacG est un média, pas une application. C’est l’abo à des app que je récuse.

avatar snake626 | 

@guijou

Dans votre propos, vous dites que ce n’est pas un vrai choix… Pour ma part de la publicité ciblée est une publicité non désiré.

En général la publicité n’est qu’un tissu de mensonges sous forme de pastilles de propagande.

Si elle est ciblé, elle risque simplement de me faire acheter des produits dont je n’ai pas besoin ni réellement envie. Ou des produits « adaptés » à mon portefeuille !!!
Et il y a des marques qui arrive très bien à proposer des produits pertinents et les vendre sans dépenser des fortunes en publicité, longtemps Apple, tesla, one+, Miele pendant longtemps, etc… c’est un produit est bon, il se fera connaître par les connaisseurs, les tests, les journaux avec des reportages etc.

La chose dont j’ai le moins envie, c’est que quelqu’un choisisse pour moi ou adapte son offre en fonction de moi et de ma capacité de payer pour le soi-disant produit. Le meilleur exemple sont les pratiques des loueurs de voiture, ou des compagnies aériennes qui pratiquent des prix largement différenciée en fonction des profils… curieusement quand j’en on y mise ma connexion je trouve des offres bien plus intéressante que quand la soi-disante publicité ciblée a fait le choix pour moi.

Je n’ai pas envie demain de devoir passer par un VPN à chaque fois que je veux passer commande sur mon drive du coin parce que quelqu’un de déterminer que j’étais capable de payer plus cher la brique de lait que mon voisin… ou que je vais recevoir de la famille ce dimanche et que quoi qu’il arrive j’achèterais de quoi faire une raclette donc autant augmenter le prix

avatar guijou | 

@snake626

Vous le dites bien, la majorité honnête est plombée et sacrifiée à cause de la minorité de publicitaires malhonnête, et ça c’est quelque chose, peu importe le domaine, que je ne supporte pas.

Vous dites que si un produit est bon, il finira forcément par s’imposer, grâce aux articles, aux avis positifs etc. Le problème est que ce processus prend des années (et pas seulement deux ou trois), et que dans le monde actuel, une jeune société honnête sera morte écrasée par ses charges bien avant que sa réputation ne se fasse.

avatar osxkiller92 | 

@guijou Sincèrement désolé que votre entreprise en pâtisse, maintenant moi la publicité m’ulcère au plus haut point tellement j’en reçois et que je n’arrive pas à m’en débarrasser (en passant par les liens de désabonnement et j’en passe). S’il n’y avait pas eu d’abus (et je ne parle pas de vous et de votre entreprise, entendons nous sur ce point), nous n’en serions pas là. Ceci, en plus des abus sur les données.
Cela dit ne baissez pas les bras, il y a toujours une solution, je vous fais confiance pour la trouver. Courage à vous en tout cas 👍🏻

avatar guijou | 

@osxkiller92

La publicité que vous recevez par mail n’est pas liée à celle que vous voyez sur les sites web ou les réseaux sociaux. Elles proviennent d’un site que vous avez consulté et pour lequel vous avez du vous abonner à la newsletter à un moment ou à un autre, sans doute il y a des années même.
Pour celles ci, appuyer sur le bouton « je ne veux pas être suivi » ou non dans une application ne changera rien.
Il fait en effet s’en désabonner manuellement via les liens de dés inscription comme vous dites, ou si ca ne fonctionne pas en bloquant directement les adresses des expéditeurs dans votre boîte mail.

Et si l’adresse est sans cesse différente, la çà n’est pas de la pub, c’est du fishing ou autres pratique de piratage et c’est très différent, pas liées à la publicité traditionnelle contre laquelle Apple veut luter ici.

De mon côté la seule solution me semble malheureusement être de cibler les appareils android désormais… jusqu a une prochaine mise à jour de leur côté.

avatar cnewton | 

@guijou

« De mon côté la seule solution me semble malheureusement être de cibler les appareils android désormais… jusqu a une prochaine mise à jour de leur côté. »

Et trouver un vrai réseau de distribution ne vous a pas effleuré l’esprit…

avatar guijou | 

@cnewton

C’est marrant comme on juge sans connaître…
La publicité sur les réseaux sociaux à cet avantage d’être très efficace, pour un budget abordable aux indépendants qui débutent.
Un « vrai réseau de distribution »? De distribution de quoi, de pub? Donc une régie?
Ou un réseau de distribution de produits?
Encore faut il en avoir les moyens, humains comme financiers.

avatar cnewton | 

@guijou

Oui de distribution de produits, domaine que je connais parfaitement bien car ma boîte vend des dizaines de milliers de produits à travers un réseau de distribution et sans faire de pub sur les réseaux sociaux et vous savez quoi, les distributeurs ne nous demandent pas d’argent, vu que c’est la vente de nos produits qui leur en font gagner !

avatar guijou | 

@cnewton

Mais figurez-vous que plusieurs réseaux de distribution m’ont déjà approché pour proposer mes produits. Seulement, avec leur pourcentage de marge monstrueux, il me reste autant à la fin en leur en vendant 200 articles qu’en en vendant 15 moi même.

Bien sûr, je pourrais me dire « allé j’en fabrique 10 fois plus, c’est facile! » sauf que ma société a un an et demi et que je suis seul à y travailler, que mes produits artisanaux prennent énormément de temps à fabriquer.
Je pourrais alors embaucher me diriez-vous. Mais problème : comment gagner suffisamment pour pouvoir embaucher, si je produis presque à perte en vendant à un réseau de distribution?

Ça n’est pas si simple comme vous le voyez. La publicité sur les réseaux sociaux a été ce qui a rendu possible l’éclosion d’un nombre incalculable d’artisans et d’indépendants, et tous les emplois qui vont avec. Ceci car efficace, accessible, moderne, et facile à prendre en main.
Et d’un coup on retire ça à toutes ces personnes qui n’ont d’autre choix que de payer plus (sans être plus efficace), licencier (si elles ont la chance d’avoir des employées), ou couler.

avatar cnewton | 

@guijou

Je pense que vous avez calculé vos prix de vente publiques juste en fonction de votre coût de revient.
Votre prix de vente publique doit permettre au distributeur de gagner sa vie sans empiéter sur votre marge.
Par exemple, pour un produit à 100€, votre prix publique (prix de vente conseillé) doit être de 130€ en direct ou chez un distributeur.
Si vous vendez en direct, vous faites juste plus de marge.

avatar lion.mar | 

@guijou

Ce n'est pas grave mais on voit que tu nas pas compris l'enjeu de ces choix.
Mais je t'inquiète pas tu n'est pas le.seul a pas comprendre. Ce nest pas donné à tout le monde.

avatar guijou | 

@lion.mar

LOL un bon troll écumeur de forums et de commentaires toi.
Comme dirait un sacré chanteur « t’as pas plus à dire que Raoul sur sa tire ».
J te montre pas la sortie hein.

avatar webHAL1 | 

@guijou :

Merci pour votre témoignage.
Peut-être (mais j'ai peu d'espoir) permettra-t-il à certains de mieux comprendre que, non, tout ne peut pas être 100% gratuit, dénué de publicité et sans profilage.

avatar guijou | 

@webHAL1

Merci bien!
S’ils pouvaient aussi comprendre que si le produit qu’ils achètent ne leur coûte pas 3x plus cher, c’est aussi parce qu’il se vend en plus grand volume, grâce à la publicité…

avatar snake626 | 

@guijou

Bonjour, je réagis par rapport à votre premier poste, dans lequel vous dites que on doit responsabiliser l’utilisateur… Je pense que c’est exactement ce qui est permis par Apple depuis peu.

Je comprends la position que vous avez en tant qu’entreprise, et la gêne que cela engendre de ne pas pouvoir pousser votre produit sur le marché.

Mais de l’autre côté, en tant qu’utilisateur, je ne souhaite pas avoir de publicité, et s’il doit y avoir une publicité, je la souhaite la moins ciblé possible.

La publicité, je ne la vois pas du tout comme un moyen d’information (claire, loyale, compréhensible…) mais plus comme un message de propagande dans le seul but de créer un besoin que je n’avais pas préalablement. Du coup si elle n’est pas ciblé, elle a peu de chances de m’atteindre, donc elle ne me fera pas dépenser inutilement mon argent.

Autre point positif, cela me confronte à des choses que je n’aurais peut-être pas croisé si on avait fait un choix pour moi. Et c’est une bonne chose que de pouvoir sortir de la bulle qu’on veut bien nous présenter.

Ensuite, si vos produits sont bons, il n’y a aucune raison que dans le temps long ce ne soit reconnu et que votre entreprise puisse prospérer…

En tout cas je l’espère pour vous

avatar guijou | 

@snake626

Bonsoir, merci pour votre réponse! Je comprends tout à fait votre point de vue et le partage pour la majorité :).
La responsabilisation est pour moi incomplète, car Apple ne fait pas d’éducation en explorant de quoi il en retourne. Au lieu de ça, elle fait des publicités ou des dizaines de personnes suivent une personne lambda, et joue sur la peur.
Les utilisateurs d’iOS15 ont donc peur lorsqu’ils cliquent sur « je refuse d’être suivi ».

Apple montre les grandes méchantes entreprises qui suivent les utilisateurs, c’est à la fois vrai, mais aussi totalement faux. Bien sûr, il y a de grosses entreprises qui achètent et revendent les données ce qui est une pratique moralement discutable, mais il y a aussi des entreprises, qui selon moi sont largement majoritaires, qui n’ont pas la moindre intention invasive ou négative et qui veulent juste se faire connaître.

En effet, il y aura toujours de la publicité, surtout si elle n’est pas ciblée. Il y en aura même beaucoup plus…
Pour moi, la responsabilité de l’utilisateur c’est d’être capable de se dire, par lui même sans qu’une gigantesque multinationale ne vienne lui donner une leçon, « ok ce produit ou ce service m’intéresse mais je n’en ai pas réellement besoin », ou « ça m’intéresse ou j’en ai besoin », ou alors « ça je m’intéresse pas ».
Or ça n’est pas du tout ce que prône Apple (ou les autres).

Ensuite, chacun a sa préférence : voir uniquement de publicités.

Quel est la gain pour Apple de faire ce coup de com? Gagner encore plus d’utilisateurs, eux qui sont déjà quasiment au firmament? Quel sera le réel bénéfice à l’avenir pour les utilisateurs : y aura-t-il réellement un monde sans publicités sur internet? Cela signerais la mort de l’internet libre et d’une immense partie du tissu économique mondial.
Je vais loin dans un avenir possible, ça n’est pas immédiat, mais c’est le chemin que cela prend et il y aura beaucoup de personnes laissées sur le carreau, pour un bénéfice somme toute « modeste » pour l’utilisateur.

avatar snake626 | 

Vous le voyez souvent ce pop up ? Je ne l’ai pas encore croisé et j’utilise plutôt bcp d’app et mon iPhone.
Est-ce seulement lors d’une nouvelle installation ?

avatar Krysten2001 | 

@snake626

Il faut aller dans réglage, confidentialité, suivi. Si c’est décoché, ça dit non à toutes les apps 😉

avatar SyMich | 

Il faut préciser que contrairement à ce que pourrait laisser penser le texte affiché par iOS, ce refus ne conduit pas à empêcher ou interdire le tracking, car d'une part c'est uniquement le tracking inter-apps dont il est question, et d'autre part ça bloque simplement la mise à disposition de l'identifiant unique IDFA. Donc l'app peut continuer à tracker les utilisateurs, mais ce suivi est moins riche d'information car il n'est pas lié à l'IDFA. En gros ça place l'annonceur dans les mêmes conditions que ceux qui ont abandonné l'IDFA pour utiliser le nouveau framework iOS de suivi publicitaire.

avatar PixelPopz | 

Une bonne raison de plus de se tourner vers Apple. Ras le bol de ces foutues publicités pleins de spam. Merci Tim

avatar Gerrer | 

Après, est-ce qu’Apple as réellement besoin des annonceurs pour vivre ??? je ne pense pas . Rien que les ventes d’iPhone représente plus de 100 mrds de dollars de chiffre d’affaire. Ça me rappel l’histoire qu’il y as eu avec TPMP sur C8 , ou as cause d’une petite vanne tout les annonceurs ou du moins une grosse parti , sont partis. Mais ils on finis par revenir, une fois que les choses se sont tassées…ça va être pareil pour Apple, j’en suis sûr 😌 faut pas perdre espoir ,même si la pub est une broutille pour Apple par rapport as son chiffre d’affaires global.

avatar r e m y | 

Apple se fiche des annonceurs... Apple ne touche rien sur les pubs placées dans les apps. Par contre, les développeurs d'apps, qui ont basé leur business model sur la rémunération des pubs, ont besoin des annonceurs, eux.
Si les annonceurs fuient la plateforme iOS (ou payent les emplacements 3 fois mois chers), alors les développeurs risquent de laisser tomber iOS ou de passer leurs apps sur un modèle payant (au risque de ne plus avoir aucun utilisateur).

avatar Gerrer | 

@r e m y

Je doute réellement qu’ils laissent tomber l’AppStore…l’argent Appel l’argent, c’est bien connus 🙂

avatar r e m y | 

Développer des versions iOS de leurs apps, si ils perdent de l'argent, ils ne vont pas tenir longtemps!
Donc si ils veulent rester sur iOS et que la pub ne paye plus, il faudra qu'ils passent leurs apps sur un modèle payant, avec le risque de perdre beaucoup d'utilisateurs.

avatar Gerrer | 

@r e m y

Évidemment, des qu’ils auront besoins d’argent, ils reviendront, je m’en fais pas pour ça

Pages

CONNEXION UTILISATEUR