La petite histoire du curseur métamorphe de l'iPad

Florian Innocente |

Le curseur métamorphe apparu avec iPadOS 13.4 est le résultat de travaux et de développements que l'on peut faire remonter à la sortie en 2015 de la nouvelle interface de tvOS, a raconté Craig Federighi à TechCrunch.

On peut leur trouver un air de famille lorsqu'on passe le curseur sur une icône et que l'on fait remuer celle-ci en bougeant son doigt ou sa souris. Les icônes sur l'iPad s'agiteront à la manière des affichettes de films et des boutons d'applications sur l'Apple TV.

L'iPad a maintenant un curseur dans son interface mais pas n'importe quel pointeur. Il change de forme en fonction d'où il se trouve et de ce qu'il survole. Il est attiré par les éléments interactifs de l'interface lorsqu'on commence à être proche d'eux — évitant ainsi de demander à l'utilisateur trop de précision dans ses déplacements — et sa forme première n'est pas la flèche traditionnelle, mais une grosse puce, pour rappeler la trace virtuelle laissée par un doigt en contact avec l'écran tactile (lire aussi Astuce : un curseur plus naturel avec un trackpad sous iPadOS 13.4 pour le voir en action).

Le curseur d’iPadOS 13.4 par défaut : quand vous survolez une icône sur l’écran d’accueil ou dans une app, il disparaît et devient cette icône.

En interne, les designers d'Apple s'amusaient de voir les rumeurs autour d'un système de souris-curseur pour l'iPad car personne n'imaginait que cette équipe puisse s'engager dans une approche non conventionnelle. Ce qui les a d'autant plus motivés à remettre à plat ce que devrait être un curseur pour l'iPad.

Deux lignes directrices ont été suivies, la première est que sur l'iPad le tactile a la priorité. Ensuite qu'il s'agit de l'ordinateur d'Apple le plus flexible dans ses possibilités.

« Il y a eu toute une réflexion sur la manière de faire en sorte que divers éléments fonctionnent ensemble », explique Federighi, qui ajoute : « Nous savions qu'il fallait un curseur très tactile qui n'exige pas un excès de précision ». L'interface de l'Apple TV, que l'on manipule à distance, avait déjà permis d'aborder ces problématiques. Mais sur l'iPad on manipule beaucoup plus de choses : « On savait qu'avec le texte, l'utilisateur devait avoir un retour plus précis ».

Dans une même interface, le comportement de ce curseur doit ainsi s'adapter en permanence au contexte, selon que l'utilisateur l'envoie par exemple sur une icône (avec un effet d'inertie à son approche) ou à un endroit exact dans un mot.

Le curseur doit refléter constamment ces cas de figure. Tantôt c'est une puce, tantôt une barre — dont la dimension varie en fonction de la taille du texte autour, pour montrer tout de suite à quelle grosseur on tapera —, tantôt il absorbe la forme du bouton d'interface qu'il a touché pour mieux montrer où il se trouve… et pour le côté fun de la chose (les apps dont l'interface ne suivent pas à la lettre les principes d'Apple doivent être adaptées pour profiter de ces subtilités, ce sera le cas par exemple pour Microsoft Office à l'automne).

Image : TechCrunch

« Nous avons pris le parti de concevoir le curseur de manière à garder l'expérience tactile de l'iPad, sans changer fondamentalement l'interface utilisateur », poursuit Federighi. Puisque tout le monde n'en aura pas l'utilité ou même ne le verra : « Les clients qui n'utiliseront peut-être jamais un trackpad avec leur iPad n'auront rien à apprendre de nouveau, tandis qu'il sera idéal pour ceux qui alternent entre le tactile à l'écran et le trackpad ».

Une difficulté s'est posée avec le cas des pages web, puisque le curseur entre alors dans un espace où rien n'est forcément prévisible. C'était au curseur de s'adapter aux zones éventuellement interactives d'une page et non l'inverse :

Ça a été une aventure intéressante de voir comment appliquer et perfectionner au mieux ces règles. Par exemple, les sites web font toutes sortes de trucs — ils ont leur propre manière de réagir lorsqu'on survole quelque chose, parfois aussi, la zone cliquable d'un élément n'est pas celle à laquelle aurait pensé l'utilisateur. Nous avons dû examiner attentivement tout cela, de façon à proposer d'emblée un niveau de compatibilité aussi élevé avec le web qu'avec les apps de tierces-parties.

Tags
#iPad
avatar simnico971 | 
avatar ilyes3333 | 

@simnico971

😂
Super article merci à toute l’équipe 😊

avatar xandros | 

Je retiens de l’article que la prise en charge du curseur se fera à l’automne sur Office.
Sinon excellent article !

avatar whocancatchme | 

Quand je lis interface de l’Apple TV ça me donne pas envie !

C’est peut être la télécommande mais c’est infernal à utiliser, j’ai fini par activer le contrôle HDMI et naviguer avec la télécommande de mon rétro ça me rendait fou

avatar Mickaël Bazoge | 
Ça rend bien pourtant sur l'écran d'accueil, cet effet simili 3D. C'est bien adapté pour la grille d'icônes d'iOS je trouve.
avatar MrMeteo | 

@MickaëlBazoge

Je pense ça aussi, ça participe à l’esprit « fun » qu’ils ont voulu y incorporer !

avatar Grahamcoxon | 

@whocancatchme

Je pense que c’est dû à cette abominable télécommande.

avatar Norandy | 

@Grahamcoxon

Ou à certaines app mal optimisée (MyCANAL par exemple)

avatar Achlib | 

Moi je trouve la télécommande vraiment pratique, une belle réussite.

Concernant le curseur sur iPad (utilisé pour mon travail), après quelques semaines d’utilisation je trouve que ça fonctionne très bien, leur choix d’implémentation me plaît. Mais il reste cependant pour moi une simple façon de combler les lacunes introduites par les précédentes mises à jour : sélection du texte excessivement laborieuse, disparition de la loupe... comment voir ce que l’on sélectionne avec son gros doigt ?! Eh bien on prend une souris...

avatar iPop | 

@Achlib

Je te rejoins, je ne comprend trop ce choix de virer toutes ces fonctions qui faisait que c’était pratique : la loupe, la sélection est hasardeuse, il faut s’y reprendre plusieurs fois pour alterner les menus, bref...

avatar Sindanárië | 

@Achlib

"Moi je trouve la télécommande vraiment pratique, une belle réussite.
"

Exact 👍🏽

avatar Link1993 | 

@whocancatchme

Touche les bords du pavé tactile pour que la télécommande se comporte comme si tu appuyer sur des boutons. Tu peux ainsi défiler la sélection par glissement du doigt comme Apple le vend, ou déplacé la sélection par touché (pas appuyer) sur le bord.

Du coup, depuis que je connais cette astuce, j'adore cette télécommande ! Ça intègre le meilleur des deux mondes ! 😉

avatar frankm | 

On s’y habitue au fur et à mesure.
Beaucoup d’applications doivent encore prendre en compte le balayage à 2 doigts et le clic à la place d’un toucher long pour déplacer un élément de liste.
Le curseur ne change pas sur un lien. Sans se rendre compte le changement d’état sur un lien est finalement important.

avatar Bruno de Malaisie | 

Très intéressant de voir comment les choses sont pensées chez  ...

avatar Link1993 | 

Je suis toujours autant énervé par le support des molettes de défilement sur les souris non Apple... Une catastrophe sur la Mx Master... si au moins ça défilait hasardement, mais au bout d'un certain temps, le défilement ne fonctionne même plus, faut redémarrer la souris ! 😠

C'est vraiment le gros soucis, parce que sinon, ça marche bien, et ça détecte même la molette horizontale de la MX ! (Quand iOS veut bien faire le défilement...)

avatar Achylle_ | 

Perso je trouve l’approche très sympa.
Ça ne change rien pour ceux qui n’utilisent pas la souris
Et ça aide beaucoup ceux qui en ont besoin pour travailler.
Good job Apple ! 👍

avatar damien.thg | 

J’aime le changement de forme, beaucoup la disparition quand est sur une icône d’app,

CONNEXION UTILISATEUR